Rouges poings, rouge guerre

Port Lannis, dans les Terres de l’Ouest, matin du 6 mai 2019.

La Dame est en colère comme jamais.

J’écris ceci juste après le visionnage très matinal d’un épisode qui m’a mise en rogne. Et pourtant, je m’y attendais. Je sentais venir ce bon vieux backlash des familles. Ce qui ne m’a visiblement pas dispensée de souffrir au contact de sa cinglante caresse dans le cou.

Mais avant d’en venir là, parlons un peu de cet épisode qui nous dit assez haut et fort que « we are in the endgame, now ». Après la guerre de l’Hiver et les horreurs du Nord, après un build up de 7 saisons et un coup de poignard bien placé, la partie mythologique et magique de la série est bel et bien terminée. Et l’épisode du jour va en balayer les restes sous le tapis, permettant ainsi aux ultimes heures de la série de se conclure sur le jeu des trônes si cher à D&D.

Comme je le disais la semaine dernière, d’énormes enjeux sont nichés ici et il est bien normal qu’à trois épisodes de la fin, il faille faire place nette pour l’ultime intrigue, politique et guerrière, de la série.

C’est donc sans aucune forme de procès que « The Last of the Stark » fait semblant de renouer avec les plus belles heures des premières saisons afin de lancer le triple affrontement final : Cersei/Daenerys/Jon.

Et si je dis que l’épisode fait semblant de renouer avec les plus belles heures des premières saisons, c’est précisément parce que malgré le placement de pions sur l’échiquier pendant une heure vingt, au final, ce qui ressort essentiellement de cet épisode, c’est que les fameuses belles heures sont très loin. A trois épisodes de la fin et avec la nécessité de boucler tous les arcs ouverts en presque 10 ans de diffusion « Game of Thrones » doit avancer vite. Ceci n’est pas surprenant, nous avons déjà vu ce que cela pouvait donner en saison 7. Sauf que cette saison, si elle avançait comme un bulldozer, tentait malgré tout de capitaliser sur tout ce qui avait été construit depuis les origines, sans forcément trahir les personnages.

D&D nous montrent ici que premièrement, s’il faut faire avancer l’histoire, cela peut-être au détriment des personnages, aucun souci, et pire, s’il faut la faire avancer très vite, cela peut-être également au risque de contredire toute l’évolution de leur série, son discours, et la manière dont elle est venue déconstruire les attentes de spectateurs.

Cette semaine l’épisode s’attaque très explicitement aux derniers problèmes et ces problèmes sont essentiellement tous des femmes. Normal, dans une série qui les a porté au pouvoir au fil des saisons ? Oui. Les affrontement politiques se jouent désormais avec elles.

Le hic, c’est que le développement de leurs intrigues les réduit désormais à des utilités dont l’unique fonction est de faire avancer le récit le plus vite possible vers sa conclusion. Ce qui pousse à donner à certains personnages une image en contradiction avec leur développement, ou à forcer des tropes dans la figure du public jusqu’à abonder dans le sens de clichés que l’on s’était pourtant ingénié à contredire au fil des ans.

Que la série file comme le vent ne me pose pas de problèmes. Qu’elle se mette à faire n’importe quoi avec ses personnages pour la plus grande gloire du DRAMA, ça plaira sans doute à Pinpin le Pangolin, mais personnellement, j’ai du mal à encaisser les trahisons qui ont été faite cette semaine à Sansa et Daenerys, pour ne citer qu’elles.

Ajouter à cela cette histoire de retour de bâton, tristement prévisible, qui m’a vrillée d’un sentiment d’injustice et vous obtenez un épisode qui m’a fait sortir de mes gonds pour de bonnes raisons (mettant en scène un retour à l’ordre ancien prévisible mais néanmoins dure à avaler) et de mauvaises (en maltraitant certains personnages pour des raisons très difficiles à justifier).

Sinon, dans tout cet océan de noirceur, réjouissons-nous, il reste de très belles scènes, une tension et un malaise croissant qui fonctionnent à merveille tout au long de l’épisode, de très efficaces moments qui m’ont vraiment plu, bref, « The Last of the Stark » aura su concilier le pire comme leur meilleur.

Allons-y tout de suite.

Jour de demain, courage ardent.

Tout commence donc dans le calme relatif d’une crémation collective, car rien de tel pour se mettre en appétit avant un bon banquet que l’enivrante odeur de la chair en train de griller.

C’est sur une mélancolique variation de « The Night King » les vivants disent adieux aux morts devant les murs de Winterfell.

Une séquence déchirante, qui fait parfaitement suite au final de la semaine dernière, nous ramenant à tout ce que les personnages ont dû sacrifier pour défaire Dagobert à jamais.

Notez que Theon n’a jamais été aussi roux ni aussi Stark que depuis qu’il est mort, ce qui aurait pu me faire sourire si je n’avais pas été cassée en deux par la tristesse de Sansa et la douceur de son geste, lui remettant une épingle à tête de loup.

«-Jon, c’est à toi pour l’oraison funèbre…

-Wooh c’est vrai, pinaise… Ahem… Voyez cela, je vois mon père !

-Qu’est-ce qu’il dit ?

-Comment ça il voit père ?

-Voyez cela, je vois ma mère, et mes frères et mes sœurs !

-Ah non, ok, je viens de comprendre, il cite le « Treizième Guerrier », un excellent film, soit dit en passant.

-Voyez cela, je vois lord Yohn Royce même que ça fait bien plaisir parce qu’on se demandait où il était passé pendant la bataille.

-Eh c’est vrai ça !

-Voyez cela, je vois MoonMoon, j’espère qu’il aime les aires d’autoroute.

-Woof ?

-Et voilà, voilà qu’ils m’appellent, et me demandent de prendre place à leurs côtés dans le palais de Valyria là où les braves vivent à jamais.

Y’a pas à dire, ça claque. Même dit par Jon. »

En fait, plus que paraphraser « Le 13e Guerrier », ce qui en effet été classe, Jon s’inspire assez largement du serment de la Garde de Nuit lors de ce discours. Normal. Comme nous l’avons vu cette saison, avec la chute du Mur, la frontière de ce dernier s’était déplacée sur Winterfell, faisant l’espace de quelques semaines et surtout d’une intense et longue nuit, de tous les défenseurs présents, des frères jurés.

C’est aussi la raison du symbole de la crémation, bien qu’elle ne soit pas nécessaire ici, Dagobert et ses copains ne pouvant plus rien relever, le bûcher nous renvoie à celui d’Aemon, l’unique membre de la Garde que nous avons vu se voir offrir de dignes funérailles.

D’un point de vue plus trivial, le bûcher permet d’éviter d’avoir à creuser de giga fosses communes dans un sol à moitié gelé.

Et symboliquement aussi, cela nous renvoie au bûcher de Drogo, pour Dany qui confie ainsi aux flammes un autre homme qui l’aura aimée.

Enfin, Jon en appelle à préserver la mémoire des noms des défunts, ce qui entérine la victoire des vivants sur les morts, Dagbert voulant tuer Pinpin le Pangolin pour oblitérer toute la mémoire de l’humanité.

Rouge festin, rouge chair.

Mais parce que toute cette morosité ne saurait durer, chacun s’en va noyer son chagrin dans le vin de la Treille le temps d’une scène de banquet qui s’avèrera par la suite être une bulle de respiration au sein de l’épisode.

Après la guerre de l’Hiver, nos personnages doivent panser leurs plaies et un peu de camaraderie, de bonne humeur et de grosse poilade s’avèrent nécessaires pour évacuer les images, sensations, terreurs de la Longue Nuit.

Nous avons donc droit à une succession de scènes entre différents personnages et je retiens directement ici celle de Davos avec Tyrion au sujet de Mélisandre. On sent que le chevalier Oignon peine à se détacher de la mort de cette dernière. Sans doute parce qu’il n’a pas eu l’occasion de lui faire payer pour la mort de Shoren, mais aussi parce que dans le fond, sa haine envers la sorcière rouge se teintait également d’une forme de fascination. Davos est un des rares à avoir vu les miracles de Mélisandre. Il a été témoin de certaines de ses prédictions, ce qui était sans doute le moins impressionnant de ses tours de passe-passe, mais il était surtout aux premières loges durant la naissance du bébé brumeux qui tua Renly Baratheon, puis lors de la résurrection de Jon Snow. Davos, malgré ses doutes et ses réticences, ne pouvait ignorer le pouvoir, réel, que détenait cette femme demeurée une énigme pour lui. Intriguante opportuniste ou croyante sincère, je pense qu’il n’est jamais parvenu réellement à la cerner et les mystères de R’hllor continueront longtemps de le hanter.

D’un point de vue plus méta (cet épisode est très méta…), sa réflexion sur la mort de la sorcière rouge et de son dieu renforce un des thèmes centraux de l’épisode sur la fin des intrigues surnaturelles.

La fin de son échange avec Tyrion lance officiellement et pour le reste de la série la dernière manche du jeu des trônes, avec toute sa violence et ses mesquineries.

J’attire rapidement votre attention sur le cadrage, dans la deuxième image : Bran, Sansa et Jon sont dos à la cheminée, décorée des loups Stark. Symboliquement, ils sont dans le foyer, au sens symbolique et propre du terme. Daenerys, elle est sur le côté, loin du manteau. Elle n’appartient pas au tableau, pas à cette famille, pas à cet univers. Elle est éclairée par sa propre lumière, celle des bougies. Ce plan nous permet de lire très rapidement l’état d’esprit et le positionnement de chacun. Quant à Jon, s’il fait parti du bloc Stark, on peut tout de même constater que comme Bran il est en périphérie de l’âtre. C’est Sansa qui occupe le centre du foyer, qui incarne la maison Stark et le Nord. Bran n’est plus Bran et va plus tard rejeter son héritage, quant à Jon, il doit encore trouver sa place après la révélation sur ses origines.

Et dernière subtilité, Jon est entre Sansa et Daenerys, entre deux sources de lumière. Tout l’épisode consistera pour lui à savoir quand et comment naviguer entre elles, entre sa sœur et la femme qu’il aime, entre ses deux familles. Avant la fin de l’épisode, Jon aura rejeté ou été privé symboliquement des deux emblèmes de ses maisons, marquant pour lui un temps venu pour se trouver lui-même.

Scène attendue depuis…. La saison 3 ? Brienne et Jaime. Ok. Allons-y dans l’ordre et doucement. D’abord, le jeu à boire de Tyrion, dont lui seul connait et comprend les règles (sans doute un jeu du Pays de Galles) refait surface après la saison 1. On sait que cette saison 8 n’est pas avare en références aux premiers épisodes. D’ailleurs, il y a fort à parier que les plans larges sur la haute table, montrant Sansa et Daenerys s’ignorer poliment avec Jon au milieu, renvoient également à ceux de Catelyn et Cersei dans le pilote, quand la première tentait de dérider un peu la seconde. Jon jouant ici le rôle de Cat.

Donc les Lannisters jouent à un jeu débile, d’autant plus débile qu’il consiste à saouler Brienne et j’avoue que là, je ne suis pas trop sûre de bien comprendre ce que je crois comprendre mais il me semble bien que Tyrion essaye de la faire boire pour la pousser dans le lit de Jaime… D’où sa question finale sur sa virginité. C’est très très classe, dites-moi !!!

Détail intriguant, quand Tyrion demande à Brienne si elle est toujours vierge, devinez qui boit son verre cul-sec ? Pod !

Pod ? The stallion who mounts the world ? TriPod ? Alors là, première nouvelle. Pourtant, Roz avait été assez clair concernant le compte rendu de ses filles au sujet des exploits de l’escuyer. Ou alors faut il comprendre que le garçon s’est contenté de chanter ? Tant de mystères…

Mais revenons à Brienne et Jaime, sans doute ceux que j’aurai le plus shippé de toute l’histoire de la série et des livres, et finalement, tout se termine sur un grand « bleeeeh ».

Je ne sais pas si c’est à cause du jeu à boire menant à leur scène dans la chambre, ou si c’est juste parce qu’après tant de tension et de retenue, la résolution n’a finalement plus rien de cathartique, ou si c’est juste parce que celle-ci était tout simplement un peu décevante alors que non en fait, non parce qu’en plus, il y avait malgré tout quelque chose de très juste dans leur face à face, entre elle qui l’aide à dénouer sa chemise, puis elle, dénouant la sienne, prenant la main avec le type de détermination un peu brusque qu’on lui connait…

Objectivement, c’était une jolie scène et je n’ai rien à en dire de mal, mais elle n’a tout simplement pas fonctionné sur moi. Ce n’est pas grave, ça arrive.

Ce qui en revanche m’a semblé étrange, mais quand je dis étrange, je veux dire allumage de signaux d’alarme de partout, c’est quand Jaime lui dit qu’il ne veut s’attacher à rien. Cela ne semble pas gêner Brienne, perso, ça m’a rendue très inquiète pour la suite et devinez quoi…

S’il est peu probable qu’on le revoit pour autre chose qu’un rapide caméo d’ici la fin de la série, Tormund faisait donc ici ses dernières véritable apparitions dans Game of Thrones. Et je ne peux pas m’empêcher de lui tirer mon chapeau car si ce personnage s’est éloigné de son alter ego des livres, force est de reconnaitre que sa version série aura apporté quelque chose d’intéressant. Même si ce quelque chose était devenu essentiellement un comic relief, ils ont réussi l’exploit de faire de ce gros lourd de Sauvageon un personnage drôle et jamais fatiguant. Pourtant, son concept aurait pu très vite s’épuiser, hors il n’en a rien été. Il faut saluer le talent de Kristofer Hivju pour avoir su donner cette dynamique à Tormund. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le banquet était pour lui un genre de festival, en forme de barout d’honneur.

Mais parce que les réjouissances, ça va 5 minutes, et qu’on est là pour faire de la politique à l’ancienne, game on, les gens !

Gendry tente de s’en aller discrèèèèèètement trouver Arya quand il commet l’imprudence de passer devant la haute table, ce qui signifie passer devant Daenerys :

«-Ah ! Toi là, arrête-toi devant LE DRAGON !!!

-Ouhmerdeouhmerdeouhmerde…. Ca y est, elle m’a repéré, sois fort, Gendry, sois fort…. Oui, votre rugissance ?

-Je me disais, petit forgeron… Qui est le seigneur d’Accalmie ?

Je peux appeler un ami ?

-COMMENT OSES-TU §§§§ ???§§§

-Eh moi j’ai une autre question, qui est le seigneur de Vivesaigues ?

-Je veux bien la tenter au 50/50, lord Royce !

-Et sinon, qui règne sur Dorne maintenant  aussi ? On sait ou on sait pas trop ?

-Ah ouais tiens, c’est vrai ça ! Et le Bief ?

-Sinon, avant que ça rappelle à trop de gens que D&D sont allergiques au lore, ma reine, je veux bien répondre à votre question et je dirais que c’est personne.

Exactement, mon petit marteau, alors moi, Daenerys du Typhon, de la maison Targaryen, first of my…. Et on a tous largement assez bu pour se dispenser des formalités, je te légitime, voilà. Il faut pas un truc pour légitimer les gens, pour leur mettre un coup sur l’épaule ?

Non, ça c’est pour les adoubements.

-Dommage. Bon, ben, sans plus de cérémonie, veillez faire un tonnerre d’applaudissement au nouveau seigneur d’Accalmie !

-Yeah ! Vive le seigneur d’Accalmie !

-Prodigieux ! Quelle bonne nouvelle ! Un fils de forgeron légitimé par une reine étrangère dont les prétentions au trône sont au pire branlantes au mieux fragile, c’est la grosse classe ! »

J’entends déjà les esprits chagrins rebondir sur la remarque de Tyrion concernant la loyauté de Gendry que Daenerys aura acheté à coup de gros châteaux…

Ouh, la méchaaaaaaante, ouh la vile manipulatrice, ouh….

Parce que tu crois qu’on se fait des amis comment dans ce milieu ? Franchement ? Daenerys récompense le courage et la loyauté de Gendry. De plus, en le reconnaissant comme le fils de Robert et en lui rendant son héritage, elle enterre la hache de guerre entre sa maison et celle des Terres de l’Orage. Elle montre qu’elle est magnanime et reconnaissante.

Oui, Gendry lui est redevable de son changement de vie radical, mais ce qu’il a obtenu, il l’a gagné. Sans lui, Jon et tous les autres seraient morts au-delà du Mur, ce qui aurait condamné le continent tout entier. Sans lui, nombre de soldats n’auraient peut-être pas été aussi bien équipés avant la bataille contre Dagobert.

Le geste de Daenerys n’est pas désintéressé, évidemment, mais dans sa position, comment pourrait-elle se permettre de ne pas l’être ? Si elle veut gagner cette guerre et régner sur un royaume en paix, elle doit s’attacher la loyauté de grands seigneurs. Gendry Baratheon est un atout de plus dans sa manche dont elle peut difficilement se passer.

Ainsi ce qu’elle est fait est fin politiquement, juste d’un point de vue rétribution et élégant.

Petit détour rapide sur la réaction de Sansa à la promotion de Gendry. Tout le monde est fou de joie, Dany se tape le ventre de satisfaction, Tyrion est un peu « hey, pas mal… » et puis Sansa fait cette tête…

On la sent à deux doigts de vomir, la dame de Winterfell et quand je la vois ainsi, je me demande qui a écrit cette scène et donné cette consigne de jeu à Sophie Turner. Il ne se passe en effet rien dans cette scène qui soit de nature à choquer ou à surprendre Sansa. La guerre des Cinq Rois a fait des ravages irréparables sur les principales maisons de Westeros. Daenerys est isolée sur le continent et a besoin d’alliés. Il est donc normal et logique qu’elle fasse en sorte que les nouveaux seigneurs lui soient loyaux. C’est bien joué et puis c’est tout.

C’est donc une réaction qui contredit l’intelligence de Sansa et qui la réduit à sembler être surprise par cette manœuvre, ce qui en fait au mieux une naïve, au pire une idiote, soit ce que beaucoup lui reprochent d’être à tort. Merci de donner raison au Sansa bashing, bravo.

Pour en revenir brièvement à Accalmie, au-delà de l’aspec meta/inside joke de la question de Daenerys… Personne dans la salle ne sait qui sont les seigneurs d’Accalmie ? Mais genre, personne ? Non parce que la probabilité pour que la forteresse soit restée totalement vide depuis la mort de Renly est proche du zéro absolu. Accalmie c’est une place forte majeure, que Cersei, par exemple, aurait eu tout intérêt à offrir à un loyal vassal afin de la tenir. Du coup, si on se place du côté logique et pragmatique de la Force, il y a actuellement, un seigneur à Accalmie. Et au moins une voire deux personnes devraient être capables de donner son nom…

Donc à part pour le plaisir de faire un gros clin d’oeil au spectateur, cette question sur les terres de l’Orage permet surtout de démontrer combien Westeros est dans la série un continent totalement vide. Ce qui est tant mieux pour le drama, et Pinpin s’en réjouit parce que la promotion de Gendry au rang de lord nous en donnera 2 pour le prix d’un.

Seule. Daenerys est seule avec son gobelet Starbucks. Plus que jamais la voici isolée, étrangère en des terres lointaines, déconnectée de ses compagnons de tablée par son altérité, son histoire.

« A Targaryen, alone in this world, is a terrible thing », disait en son temps Maestre Aemon. Force est de constater combien cette assertion était juste.

Désertée à table, elle le sera de plus en plus à mesure que l’épisode progresse. Tyrion est en train de festoyer avec son frère et sa future ex-belle-sœur, Jon lui tourne le dos pour se faire acclamer par ses amis, qui n’accordent à Daenerys aucune reconnaissance. Ce n’est pas fondamentalement de leur faute. Ils ont avec Jon un passif qu’ils n’auront jamais avec Daenerys. Et ceux qui en ont un avec elle, sont presque tous morts.

La conception que Daenerys a du pouvoir lui interdit également d’entretenir une grande proximité avec ses conseillers. Elle a une manière très verticale de régner, elle est une reine suprême et sa culture n’appelle pas à la même convivialité que les Nordiens. Cela l’isole immanquablement, tout autant que son statut d’étrangère.

Cette scène n’était pas sans en rappeler une autre de la saison 1, une scène dans laquelle Daenerys était acclamée par une foule d’étrangers, observée par Viserys laissé dans l’ombre et l’indifférence générale.

Il serait tentant d’y voir un parallèle, d’en déduire que Daenerys est devenue comme son frère. Et comme la série joue désormais et abusivement de la carte « mad queen », c’est sans doute ce qui est ici cherché à faire. Mais il convient de nuancer. Ce n’est pas parce que les costumes de Dany référencent ceux de son frère que cela l’identifie totalement au parcours de Viserys. Ne serait-ce parce que contrairement à lui, qui n’a jamais essayé de comprendre ou de respecter les Dothrakis, Daenerys a fait des efforts pour se faire accepter dans le Nord. Contrairement à Viserys qui voulait utiliser Drogo pour reprendre son trône et ne lui voyait aucune autre utilité, Daenerys est venue dans le Nord par amour et pour sauver le continent de la menace de Hiver.

Leurs intentions, leurs postures, divergent. Viserys est mort d’avoir été un prince arrogant, prétentieux et xénophobe, quand Daenerys, pour arrogante qu’elle soit, n’est rejetée que parce que les Nordiens ont décidé de ne pas lui faire confiance. Ce sont eux qui sont les intolérants armés de préjugés qui pensent que maintenant que Daenerys a rempli son office, ferait bien mieux de décarrer sans un mot de remerciement (pour paraphraser ce que dira Arya dans le bois sacré).

Ainsi, le parallèle entre Daenerys et Viserys n’est pas aussi évident qu’il le semble de prime abord. Les deux personnages s’opposent sur des valeurs et des postures qui les éloignent fondamentalement l’un de l’autre. S’ils se rejoignent sur une chose, c’est uniquement sur la volonté de reconquérir leur trône.

Un petit mot sur Bran savamment utilisé pour une remarque méta durant le banquet. Ayant « servi » son « but », qui visiblement était d’attendre avec un plaid sur les genoux et du café bien chaud que des tas de gens meurent pour lui sauver la couenne, Pinpin le Pangolin est désormais aussi inutile que tous les pans de l’intrigue vaguement magiques.

Son « Non mais Winterfell ne m’intéresse pas, je vis essentiellement dans le passé maintenant » est autant une forme de conclusion pour son personnage (à moins qu’il ne fasse un retour tonitruant sur le devant de la scène dans les deux derniers épisodes) qu’une remarque sanctionnant la fin de la magie. Dagobert et ses zombies sont morts, il ne reste qu’un dragon en vie, Mélisandre, Béric et leur dieu rouge se sont évanouis dans la neige, Fantôme est renvoyé au-delà du Mur… Toute cette partie de l’histoire appartient désormais au passé, après avoir servi de tremplin aux personnages principaux durant 7 saisons. Maintenant, on en revient au trivial des intrigues politiques à la normalité du jeu des trônes.

Et puisque l’on parle de normalité, oubliez tout ce que j’ai dit concernant la relative égalité hommes-femmes, c’est officiellement terminé, la bite d’abord, et Tyrion Lannister de se joindre au concert en rappelant à Bran qu’il est le dernier héritier de Ned, alors qu’il sait qu’il ne peut engendrer eeeeeet sans doute aussi qu’il n’est plus Bran. Le tout en oubliant commodément Sansa, la dame de Winterfell, qui tient le Nord depuis des mois sans que personne ne soit venu s’en plaindre.

Charmant, vraiment…

Pitié, que ce backlash fasse l’objet d’un commentaire de la part de la série et ne soit pas juste posé comme ça, servant la soupe aux misogynes qui peuplent le fandom comme le public occasionnel de la série…

Ok. Je savais depuis la semaine dernière que cet épisode me réserverait le gros morceau d’avoir deux robes rouges. J’en étais tellement « wiiiiiiiiiizzzzz !!!!! » dans ma tête que je n’avais pas vu venir l’autre « wiiiiiiiizzzzzz !!!!! » du jour, à savoir, la merveille des merveilles, la splendeur que voici :

Une robe dont on avait parlé sur la page Facebook et qui soulevait une interrogation majeure concernant ce qu’elle représentait. Le consensus sur les Internets était qu’il s’agissait d’écailles et en l’absence de connaissance du scénario, à l’époque, certains y voyaient un clin d’œil à Daenerys. D’autre une revendication de l’héritage Tully de Sansa.

J’y avais vu des plumes.

ET J’AVAIS RAISON PUTAIN

Des plumes, coupées très court, sans doute recouvertes d’une sorte de verni, et assemblées en un motif qui émule autant celui d’un plumage que celui des écailles. Car on ne peut pas totalement écarter cette interprétation non plus, il est possible que Vivesaigues soit à nouveau dans le jeu dans les épisodes à venir, la demeure des Tully ayant été évoquée cette semaine.

Mais les plumes font TELLEMENT plus de sens pour Sansa, notre petit oiseau. Les plumes noires sont un élément important de son costume depuis la saison 4 et son départ des Eyriés dans son costume de Mocking Bird.

Cette robe était un moyen pour elle d’endosser l’emblème de la maison Baelish et de se placer sous le patronage de Littlefinger dont elle pensait encore à l’époque se faire un allié. Elle avait gagné le droit de porter cet emblème en lui sauvant la peau après la mort de Lysa, en jouant de manière très claire et consciente au jeu de la manipulation.

Notez dès à présent que cette robe est très clairement du côté sexy de la force, sans doute le vêtement le plus ouvertement sensuel que Sansa ait jamais porté.

La saison dernière, alors qu’elle présidait le procès de Littlefinger, l’homme qui l’avait trahie pour la vendre aux Boltons, que pouvait-elle porter d’autre qu’une robe arborant elle aussi des plumes ?

Il s’agit ici d’un détail sur une des ses robes armures qu’elle affectionne tant depuis la saison 7, mais l’intention y est, très, tellement clair que je ne l’avais pas remarqué, il aura fallu que je lise une interview de Michele Clapton pour m’en rendre compte… Bravo, la fille…

Cette robe au plastron à plume réapparait dans le premier épisode de la saison 8, à l’occasion de l’arrivée de Daenerys.

Le message est là très clair. Sansa est une élève brillante de la Petyr Baelish Scholl of Ploting and Scheming et les leçons de son mâitre lui ont servi. Elle ressert donc l’emblème de Littlefinger, un rappel à sa capacité à analyser, anticiper, calculer.

On voit ici bien mieux, à la lueur de la chandelle, la texture des plumes sur la robe. J’ignore encore comment Michele Clapton a travaillé cette matière, mais le résultat est impressionnant.

Il est donc logique de la voir continuer de porter le motif des plumes à présent qu’elle doit cohabiter avec Daenerys, dont elle craint les actions présentes et futures. Et si jusqu’à présent, les tenues de Sansa étaient essentiellement martiales, en accord avec la guerre contre l’Hiver, au soir des célébrations de la victoire, le jeu reprend et la politique revient sur le devant de la scène. Sansa dégaine donc une tenue qui est une impeccable synthèse de ce qu’elle est devenue. Une robe qui reprend l’ADN de ses tenues armures adoptées la saison dernière, et qui embrasse la nature de la dame de Winterfell.

Cette symbolique est d’autant plus claire qu’elle évoque dans sa discussion avec le Limier ce parcours qui a été le sien. Elle aura navigué des tons clairs, bleu, rose et vert, en direction du mauve, puis du noir et du gris. Ses larges manches et ses cols ronds auront cédé le pas à des robes montantes, seyant davantage au climat du Nord, mais aussi à une femme qui ne veut pas être désirée, pas être vue comme un objet, un réflexe de défense légitime pour qui a connu le viol. Les plumes montrent ici bien qu’elle est toujours un oiseau, mais plus la petite colombe de Cersei, plus le petit oiseau fragile dont se moquait Sandor Clegane.

Dark wings, dark words. Sansa est un oiseau noir, un corbeau.

Le corbeau est dans cet univers le symbole de la communication, l’oiseau dont on use des performances en vol et de l’intellect pour échanger des messages. Mais le corbeau, dans nos mythologies bien de chez nous, du temps d’avant que le christianisme n’en fasse diablerie, était le roi des oiseaux, le plus intelligent de tous, dépositaire de grandes connaissances. Le Père de Toutes Choses en avait élu deux pour compagnon, Hugin et Munin, l’esprit et la mémoire.

Si le scénario pousse parfois Sansa à dire ou faire n’importe quoi, il n’en demeure pas moins que le corbeau est un animal parfait pour symboliser son parcours et ce qu’elle est devenue au fil de ses expériences douloureuses.

Que cette robe sorte maintenant n’est pas non plus un hasard. Le Roi de la Nuit défait, la menace de l’Hiver écartée, Sansa sait que la guerre, la vraie, va se jouer sur le terrain de la politique. Cette robe de corbeau est un signal. On sent que Michele Clapton a forcé le trait sur les textures avec cette tenue afin de la valoriser au mieux dans les éclairages à la bougie de la scène. L’idée est de faire exploser visuellement la robe au même titre que celle, écarlate de Daenerys. L’idée est de les mettre en compétition visuelle, d’opposer deux pouvoirs. L’une comme l’autre est sur la défensive.

Pour conclure ce Point Chiffon, j’aimerais tout de même revenir sur ce dialogue du « Little Bird » qui me dérange légèrement. Sansa est indubitablement un personnage qui a été marquée par les épreuves. La pauvre a dégringolé tête la première de l’arbre des jeunes filles en fleur entretenues par la société dans leurs rêveries romantiques. Et elle s’est écrasée sur le sol de la réalité avec violence. Ce qu’elle est devenue, oui, elle le doit à la somme des expériences qu’elle a vécu, qui ont fait d’elle une femme sans naïveté, sans illusions. Oui, les coups de ser Meryn, les humiliations et tortures psychologiques de Cersei, la trahison de Littlefinger, les viols de Ramsay l’ont changée.

Violences, objectification… Si tout cela lui a permis de perdre son innocence et de s’endurcir, j’ai un peu de mal à trouver normal et crédible d’entendre une femme résumer ce type de parcours sur une note positive : « Si je n’avais pas été violée, battue, humiliée, dégradée, je serais restée tellement conne ! A toutes choses, malheur est bon ! Allez, bisou, Sandor ! »

Certaines personnes, je le sais, réagissent ainsi après ce type de traumatisme, minorant la gravité de ce qu’elles ont vécu pour reforger la réalité en une expérience leur ayant permis de se reconstruire plus fort. C’est un mécanisme de défense classique. Et je ne conteste pas à Sansa la nécessité de devoir se retrancher dans ce type de schéma.

Ce qui me gêne davantage et qui va me gêner à plusieurs reprises durant cet épisode, c’est la manière dont la série traite avec beaucoup de désinvolture la question féminine et plus particulièrement les personnages féminins les plus souvent dépréciés par le public, j’ai nommé Sansa et Daenerys. Toutes deux sont souvent l’objet de critiques acerbes, l’une serait une cruche naïve et stupide, l’autre une connasse arriviste obsédée par le pouvoir qui se plaint beaucoup alors qu’elle a eu la vie facile avec ses trois dragons.

Or la série a passé un temps conséquent sur Sansa, à nous montrer combien la première impression sur elle était erronée. Combien cette femme, produit d’une société ayant fait d’elle une poupée de salon, cachait des trésors d’intelligence, de courage et une capacité de résilience hors du commun.

Concernant Daenerys, la série a fait ce qu’elle a pu, mais pour beaucoup encore, une femme de pouvoir usant du dit pouvoir sans faire démonstration de qualité féminine aka douceur, maternage et pondération en toute circonstance, reste un danger public, un ennemi à abattre…

Je reviendrai sur Dany plus tard, mais je voulais en revenir à Sansa et à ce dialogue où elle valorise la maltraitance et le viol. Si, comme je le disais plus haut, cela peut être une manière pour son personnage de vivre avec ce traumatisme, je trouve un peu gênant que la série prenne la responsabilité d’écrire une scène entière où un homme explique à une femme, qui abonde dans son sens, que ce qui lui a fait du bien, c’était une série de coups de bite non consentis. Que c’est ça, qui l’a fait grandir, en a fait une femme adulte et mature. Sandor ouvre en effet le bal en parlant directement de sa nuit de noce, et Sansa confirme que c’est bien la violence qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. En vérité, Sansa a toujours été dans le fond ce qu’elle est aujourd’hui. Et elle ne doit qu’à elle-même ses évolutions. Ramsay ne l’a pas faite ainsi en la violant. Une femme n’a pas besoin d’un homme et a fortiori pas de son pénis pour devenir un être accompli.

En instillant l’idée du contraire par le détour de ce dialogue, la série jette un léger malaise sur la manière dont la question féminine va être abordée par la suite et en particulier, sur sa capacité à développer jusqu’à la fin, de manière cohérente et satisfaisante ses personnages féminins.

Stabstab.

Retrouvons sans plus attendre Gendry officiellement Baratheon qui s’en vient annoncer à Arya que ça y est, poulette, c’est fini la bâtardise, maintenant c’est la noblesse, les châteaux et la coke.

Awwwwww, Gendry, t’es un peu con ou bien ? « Gendry Rivers »… Je me trompe où tu es né à Port Réal espèce de gros nigaud ? Ton nom de bâtard était du coup WATERS, pas Rivers…

Le mec… pas fichu de savoir son nom. T’as raison Arya, cours très loin de cet idiot.

Idiot oui, mais first of his name aussi, puisque Gendry est formellement le premier homme de tous les temps à se retrouver dans la lordzone. C’est comme la friendzone sauf que ta go te rejette parce que tu as des titres maintenant.

Elle te l’avait dit, pourtant qu’elle n’était pas intéressée par être ta lady. C’était même en saison 3 je crois bien. Et en saison 1, aussi, mais tu n’étais pas encore là pour l’entendre.

Plus tard dans l’épisode, Arya choisit de quitter, apparamment à jamais, Winterfell. Une mention qui m’intrigue un peu, sauf s’il s’agit de nous teaser sa mort, car bien qu’Arya ait encore à faire dans la capitale, comme au choix, rayer Cersei de sa liste ou donner un coup de main à Sandor durant le Clegane Bowl, je trouve un peu étrange qu’elle tourne ainsi le dos à Winterfell.

En y réfléchissant, je me dis qu’elle y a en effet servi son but, protéger les siens, et qu’elle n’a plus rien à y faire. Mais comme cette remarque intervient peu de temps après son plaidoyer sur les derniers des Starks, je continue de m’étonner un peu de ce parti pris. L’avenir nous éclairera sans doute sur cette affaire.

Arya semble désormais aussi deshumanisée que Bran. Elle fuit les foules, bon là, je la blâme pas,  et semble baigner dans une profonde ataraxie. Quand Clegane lui demande ce qu’elle a ressenti en tuant le Roi de la Nuit, tout ce qu’elle lui répond est « c’était mieux que de mourir ». Comme si cela ne comptait guère. Dagobert n’est en effet pas la guerre d’Arya. La Valar Morghuliste lui offrira toujours plus de satisfaction qu’une créature légendaire dotée d’immenses pouvoirs.

Parce que Drama is coming, Arya préfère donc se tirer par la petite porte plutôt que je sais pas, proposer ses services au conseil de guerre. Elle peut changer de visage à volonté, Bran peut espionner pour eux, le Nord grouille de gens qui ont vécu à la capitale et savent comment s’infiltrer dans le Donjon Rouge. Même Arya en est plutôt une habituée, si on se souvient bien de ses escapades dans les passages secrets de la forteresse. En gros, et je l’avais déjà dit la saison dernière, les Stark et Dany ont à leur disposition un avantage tactique en béton entre Arya et Bran et aucun des deux , à commencer par elle, ne propose ce type de stratégie ? Laquelle conviendrait bien à Tyrion et Varys. Quant à Daenerys, elle a déjà pris deux villes par la ruse, je vois pas en quoi le faire une troisième fois la gênerait.

Mille malédictions rouge, sang de l’épée.

C’est sans doute une des pires mines de la vie de Jon Snow qui en est encore au stade de se demander si s’allonger maintenant ne serait pas une grosse connerie, rapport au fait que « pinaise, ça tourne !!! », quand Daenerys vient lui rendre une petite visite de courtoisie.

La pauvre choupette cherche un peu de châleur et de réconfort dans les bras de Jon qui rétropédale brutalement en se souvenant que, mayrde oui, c’est vrai…

Et là, tu sens très vite combien Jon n’a pas vraiment pigé le fuck. Parce que quand Daenerys commence à dire qu’elle aurait préféré ne rien savoir, Jon pense clairement que lui non plus préférerait ignorer qu’il est son neveu.

Mais Daenerys elle, ne parle absolument pas de cela. Déjà parce que son histoire familiale fait que l’inceste, surtout entre neveu et tante, ça va quoi, y’a pire, ensuite parce que ce n’est pas cela ne nœud du problème. Le vrai souci, c’est la question de la succession. Et comme Jon se fiche de la couronne, comme il le lui explique par la suite, pas un instant il n’a envisagé que les préoccupations de Daenerys puissent se situer essentiellement à ce niveau.

Jon ne prend pas la mesure de la vérité. Il l’a soupesé sur lui et navigue encore en pleine phase d’acceptation, mais se contentant avec résignation du rang de gouverneur du Nord, il ne réfléchit pas aux implications politiques de son identité réelle. Pour lui, cette révélation a essentiellement des conséquences personnelles et intimes. Elle a redéfini son histoire, son identité et sa place au sein de la fratrie. C’est pour cela qu’il veut révéler la vérité à ses sœurs/cousines, afin de lui permettre de mieux comprendre, assumer son identité.

Daenerys voit plus loin que lui. Elle a anticipé les implications politiques de l’existence d’un autre Targaryen et elle fait tout ce qui est humainement possible pour préserver ce pour quoi elle s’est battue toute sa vie.

C’était sans compter sur l’honnêteté proverbiale de Jon, qui confine parfois à la bêtise. Ce mec est incapable de mentir. Il préfère que les enfers se déchainent plutôt que la sensation de ne pas être resté vraiment droit dans ses bottes. Il nous avait déjà fait le coup l’an passé avec Cersei quand elle lui avait demandé allégeance et qu’il avait avoué l’avoir déjà donné à Dany. Tyrion lui avait alors reproché de ne pas savoir mentir. Et il faut avouer qu’en politique, ou même dans le relations humaines en général, l’honnêteté pour l’honnêteté n’est pas toujours la manœuvre la plus inspirée qu’il soit. Mais Jon est allergique au mensonge ou aux vérités que l’on dissimule. Toute sa vie, il a attendu que Ned lui révèle le nom de sa mère et ce secret l’a dévoré. Jon est un homme honnête et droit parce qu’il sait le poids des mensonges. Et son expérience d’infiltré chez les Sauvageons n’a fait que renforcer cette conviction chez lui. Il y a une part de lui qui ne se pardonne pas ce qu’il a fait à Ygrid. Et qui a décidé que plus jamais, il ne tairait rien.

C’est aussi cela qui fait que l’on aime Jon. C’est un des rares personnages de la série qui possède assez peu de nuances de gris. Il est animé par des idéaux et il s’efforce de s’y tenir, jusqu’à la mort s’il le faut. C’est admirable et même s’il donne parfois envie de le baffer, il faut malgré tout lui reconnaitre cette qualité.

Mais en effet, cette probité de caractère s’accommode mal du jeu politique. Un jeu dont il ne se soucie guère quand il déclare à Daenerys qu’il dira la vérité à Sansa et Arya. Pour lui, une fois encore, il s’agit d’une question personnelle et intime. Il doit le leur dire par honnêteté. Il n’imagine pas qu’elles puissent utiliser cette information contre lui. Il a confiance en elles, même s’il devrait se méfier de Sansa, comme le lui suggère Dany.

A aucun moment il n’envisage que cette révélation puisse conduire à une guerre de succession faisant de lui le champion d’une couronne dont il ne veut pas.

Daenerys, elle le sent. Avec plus de clarté encore depuis le banquet où il est apparu clairement qu’elle pouvait incendier des milliards de zombies, faire venir des tonnes d’obsidienne, offrir la moitié de ses forces au Nord, rien de tout ça ne semble lui valoir ne serait-ce qu’un peu de reconnaissance. Jon est immensément populaire, à raison, mais elle, malgré ses mérites, reste sur la touche. Ces gens ne la connaissent pas, ne l’on pas vu surgir imbrûlée des flammes, par deux fois, n’ont pas assisté au miracle de la naissance des dragons, pas lutté avec elle pour abattre l’esclavage en Essos.

Au-delà de l’altérité de Daenerys et de son isolement à Winterfell, il y a aussi dans sa plaidoirie à Jon quelque chose de plus désespéré, de plus profond et de plus tragique encore. Sansa elle-même en avait fait l’expérience en saison 6.

Ce que Daenerys perçoit, c’est sa disqualification prochaine sous le seul critère de sa féminité. Elle le sent, elle le sait et il serait absurde, surtout après le petit discours gerbant de Varys de croire que c’est là une exagération. Non, Daenerys ne serait rejetée en tant que reine que parce qu’elle est une mauvaise dirigeante, une folle qui contrôle mal ses pulsions ?

Que l’on arrête de déconner deux minutes et que l’on regarde la vérité en face. Daenerys panique parce qu’elle sait que le pénis de Jon vaut toutes les Illuminations du monde. De la même manière que ce pénis lui avait valu une couronne quand bien même en saison 6 sa charge inconsidérée sur les rangs Bolton avait manqué de compromettre leur victoire et que Sansa seule avait sauvé les miches du Nord tout entier.

Quand, à la grande table, elle se sentait mise en côté et ignorée, il n’y avait pas que la camaraderie de Jon avec les autres en jeu. Ce qui l’excluait aussi, c’était le discours de Tormund, s’ébahissant au souvenir de Jon sur Rhaegal, le qualifiant presque de demi-dieu pour avoir chevauché un dragon (il était temps, d’ailleurs, que quelqu’un s’en rende compte, que ce n’était pas tout à faire normal…). Et oubliant Daenerys au passage, qui les a fait naître, et qui monte Drogon, la terreur noire, qu’elle plie à sa volonté.

Preuve que nous sommes bien ici en train de contempler le backlash arriver avec la vitesse d’un TGV au galop, c’est à Tormund que l’on fait oublier les exploits de Daenerys qui ne reçoit aucune admiration pour ses actes. Ce même Tormund qui avant la grande bataille, trouvait parfaitement anormal que les femmes soient exclues de la chevalerie…

J’en profite pour relever la KOLOSSALE finesse de la réplique de Tormund : « qui peut monter un dragon ? Un fou ou un roi ! »

Donc c’est le choix qu’il nous reste : une folle ou un roi. Putain merci. Une femme qui a des émotions est désormais une folle. Super. Je devrais appeler un HP de toute urgence.

Le pouvoir change de main. Moins lentement qu’on aurait pu le croire. Et à mesure que l’histoire s’approche de son dénouement et que le retour à la normale se profile, comme toujours après une crise dont les femmes profitent pour s’élever, voilà qu’on leur retire ce qu’elles ont acquis de droit et à la force de leur travail.

Même Sansa ne sera pas épargnée. Ce qui la protège, c’est d’être plus joueuse de fond de court et de ne pas chercher le pouvoir pour elle-même. Une quête qui est d’ailleurs reprochée régulièrement à Daenerys. Bien entendu qu’il est noble d’être désintéressé comme Jon. Personne ne peut lui enlever cette qualité. Personne ne peut non plus contester que cela fait de lui un potentiel bon roi. Mais est-ce que désirer le pouvoir fait automatiquement de Daenerys une mauvaise reine ? En dirait-on autant d’Aegon, son ancêtre, qui désirait les Sept Couronnes et les aura soumise avec le feu et le sang ?

Alors sa panique quand elle supplie Jon de ne pas révéler le secret de ses origines est juste et logique. Elle n’est pas la marque d’une reine folle. Elle est la réaction normale d’une femme qui a tout engagé dans une quête pour reconquérir son héritage perdu, qui a perdu énormément, et qui peut du jour au lendemain se faire tout arracher parce qu’elle est née femme.

« Si c’est vrai, alors tu es le seul héritier MÂLE de la maison Targaryen », avait-elle dit à Jon dans les cryptes. Le seul héritier mâle. Immédiatement, elle a compris le danger.

Et le danger, c’est, croyez-le, croyez-le pas, c’est bien le petit sifflet de Jon Snow…

Morte saison sans floraison.

Let’s go to the conseil de guerre, où on réalise qu’en fait, la bataille de Winterfell, on s’est tous un peu emballés, ou alors on a pas vu le même épisode parce que visiblement seule la moitié de l’armée a été perdue. Alors que ça ressemblait tout de même à une putain d’apocalyspe, mais bon, passons, parce que là mainteant tout de suite, Daenerys veut aller meuler les pomettes de Cersei. Urgemment.

« –Alors oui, mais non. Le plan, c’est mieux si en fait, on assiège la ville, on fait un blocus naval et on crame les bateaux d’Euron avec les dragons, pendant que le peuple du coup, meurt de faim. Comme ça, ils se révoltent contre Cersei et la déposent. Et hop, gagné.

Hmm… Je m’interroge parce que Cersei a la flotte d’Euron. La flotte qui a démoli une bonne partie de la notre la saison dernière. Et que Cersei a aussi des scorpions. J’imagine qu’on a du poser des questions à ser Jaime à ce sujet. J’imagine qu’on a aussi des espions à Port Réal qui ont nous en ont parlé.

Je vérifie dans mes notes, mais visiblement non.

Je m’interroge aussi, avantages tactiques incertains mis à part, car si on assiège Port Réal pour affamer les gens, on est bien d’accord que ce n’est pas la faute de Cersei s’ils meurent de faim, mais la notre.

Disons que…

Même s’ils finissent par la blâmer pour ne pas se rendre et nous ouvrir les portes, dans l’affaire, on se sera quand même servi de leur misère pour faire pression sur nos adversaires. Et nous les aurons fait sciemment souffrir de la famine.

C’est une façon de voir les choses.

Et du coup, de votre point de vue, ça nous fait passer pour les gentils qui se soucient du peuple ?« 

Oui, Daenerys, moi aussi je trouve ce plan hasardeux, ascendant hyprocrite. Mais ne t’en fais pas, quoi que tu décides de toute façon, D&D ont décidé que tu étais folle et que chacune de tes décisions sera insensée.

Alors que Daenerys veut lancer immédiatement les hostilités, Sansa propose d’attendre un peu que les troupes se reposent avant de repartir en campagne. Evidemment, Daenerys refuse cette proposition.

Et impossible pour elles de trouver ici un terrain d’entente, déjà parce que la série a décidé qu’elles allaient se crêper le chignon comme le font les gonzesses (parce que oui, on en est là…), ensuite parce qu’elles ont toutes les deux raisons :

-la bataille de Winterfell a été éprouvante et un peu de repos ne ferait de mal à personne, le temps de panser les plaies, de refaire des armes, des provisions, bref, d’envoyer des troupes fraiches dans le sud. J’aime beaucoup le fait que Sansa ne s’avance pas concernant la durée du repos, pas avant d’en avoir parlé avec le commandement. Sansa est une dirigeante qui écoute et qui accepte de ne pas tout savoir. Elle a cette humilité qui je l’imagine, force le respect de ceux qui la servent.

-partir au plus vite donne moins de temps à Cersei pour se préparer et clairement, maintenant que les forces sont équilibrées, chaque semaine qui passe compte. Et puis si Daenerys traine trop longtemps au Nord, les armées des lords du coin vont rentrer chez mémé, c’est toujours l’hiver je vous rappelle, et pendant l’hiver, le nordiste, il s’enferme chez lui pour enchainer les tartiflettes. Et accessoirement, la motivation des troupes risque de retomber. Battons le fer tant qu’il est chaud. C’est un risque, mais il faut le prendre.

Awwwww…. On les aime ou on les aime pas ces petits moments ? Subtils déplacements de la caméra, d’Arya et de Sansa et pouf, Jon est pris au piège, littéralement dans la gueule du loup. On est ici très clairement dans un jeu de pouvoir et Jon n’est pas en position de force. Cette scène le montrant coincé par ses sœurs suivie par la scène dans le bois sacré nous disent quelque chose de fondamental le concernant : s’il pense être un Stark, en vérité, il a cessé de l’être depuis que Sam lui a dit la vérité. Raison pour laquelle il va devoir, un peu plus tard, abandonner Fantôme.

Mais en attendant, les derniers Stark pensent qu’il est grand temps d’avoir une petite discussion.

«-Jon, ceci est une intervention. C’est au sujet de Daenerys.

-Vous allez pas remettre le sujet sur le tapis…

-Commence pas avec ton tapis !

-Ok, ok ! Bon, vous allez me dire quoi ? Que je suis pas objectif, qu’elle me manipule, qu’elle a les plus beaux yeux de la terre, qu’elle est un peu comme mon âme sœur… Une âme tante…

-Euh…Ch’ai pas, mais nous ce qu’on voulait surtout te dire c’est que c’pas une Stark. Everyone who isn’t us is the enemy, Jon…

-Les meufs… Vous avez viré full Lannister ou bien ???

Exactement, Jonny. Et le pire c’est que la série semble justifier totalement ça, pas de problème. Je comprends parfaitement le réflexe protecteur qui anime désormais les Stark, je ne juge pas leur posture méfiante. Mais n’en demeure pas moins que les voir faire bloc avec autant de passion me semble largement excessif. Daenerys n’a rien fait pour justifier leur méfiance ou leur ressentiment.

A ce point, c’est juste de délit de sale gueule. C’est une étrangère, pire, elle est pas du Nord, pire elle est pas Stark. Ok, donc les chefs du Rassemblement Septentrional sont Arya et Sansa ?

Dany a exigé la soumission de Jon ? Certes, mais quand elle a décidé de l’aider dans le Nord, c’était sans contre-partie. Est-ce-que Jon a daigné dire cela à ses sœurs ? Leur expliquer que c’est lui qui a été trop neuneu pour saisir l’opportunité d’obtenir de l’aide gratuitement et d’oublier de plier son fraking genou ?

Et quand bien même, cette histoire de genou… Daenerys est reine des Sept Couronnes. Légitime. Et la souveraine légitime des Sept Couronnes se contenterait de laisser le Nord indépendant parce que, je sais pas, elle a bon cœur et du coup, elle serait reine des Six Couronnes, jusqu’à ce qu’une autre maison se déclare tentée par la grande aventure de l’indépendance ? Et du coup, comme elle est toujours gentille, reine des Cinq Couronnes ça suffit bien, oh, eh…

QUI RAISONNE COMME CA ???

Donc non, Sansa, Arya, les auteurs de la série, je ne sais plus sur qui hurler mais non, trois fois non, le Nord n’a pas plus vocation à être indépendant que les autres couronnes. Le Nord a souffert durant la guerre des Cinq Rois ? Mais pas le Conflans ? Non eux on s’en tamponne, c’est pas bien important, je suppose ?

Qu’est-ce-qui fait que vous vous accrochiez aussi fortfortfort à votre couronne ? La fierté nordienne ? Je comprends, hein, mais j’aimerais tempérer.

En vous rappelant, par exemple que Torhen Stark n’a pas accepté l’autorité de Aegon le Conquérant parce que ce dernier lui a cramé la moitié du fief avec ses dragons. Non, le roi Torhen a accepté de se soumettre. Une sage décision, puisque en effet, Aegon aurait très bien pu lui brûler la moitié du fief avec ses dragons. Mais il n’en demeure pas moins que le Nord a cédé sans subir le feu des Targaryens, par pragmatisme et en échange d’une relative indépendance.

Je sais bien que le dernier roi Targaryen n’a pas laissé un souvenir impérissable à Winterfell. Et que les mémoires sont courtes. Tous les gens en vie dans la série ont plus de chance de se souvenir de première ou de seconde main du règne d’Aerys que de celui d’Aegon V, par exemple. N’en demeure pas moins que mis à part cette pomme pourrie qui leur aura brûlé un lord et étranglé un successeur… Aerys le Fol, quoi… Le mec a un pseudo assez éloquent, non ?

Sansa… Qu’ont-ils fait de Sansa ?

C’est un personnage que l’on aura passé 7 saisons à faire évoluer d’une ado rêveuse et prétentieuse, pleine d’illusions, à une femme endurcie, prudente, calculatrice assortie d’une fine politicienne et dirigeante douée.

Tout ça pour tout envoyer bouler en un seul épisode.

Premièrement, parce que sa détestation de Daenerys n’est jamais vraiment justifiée. Pour toutes les raisons que j’ai évoquée, mais aussi parce que d’un point de vue du strict développement des personnages, cela n’a aucun sens. Sansa, l’habile manœuvrière que nous avons connue en saison 7 aurait sans doute été plus encline à jouer le jeu avec la reine dragon, en lui reconnaissant sans ambages son soutien déterminant dans la guerre de l’Hiver, sans pour autant, en coulisses, omettre ses réserves quant à la suite.

Quel besoin d’écrire un conflit ouvert et aussi frontal entre les deux femmes si ce n’est pour créer un drama artificiel entre elles, reproduire celui entre Sansa et Arya en saison 7 ou entretenir l’idée que les femmes sont ultra compétitrices entre elles et ont une tendance naturelle et fort utérine à se détester et se jalouser.

Quoi ? Je vais trop loin ? Permettez que je me pose des questions quand des gens écrivent une scène où c’est Arya qui reconnait que Jon a eu raison de jouer le jeu de Daenerys car sans elle, ils n’auraient pas pu l’emporter contre Dagobert, tandis que Sansa s’entête à considérer cette alliance comme inepte.

Je rappelle que pas plus tard que la saison dernière, Arya avait tout de même brillé par un sens politique proche de la brique, reprochant entre autre à Sansa ses qualités pour ménager les susceptibilités des uns et des autres.

Mais inverser totalement les rôles, cette année, ça ne choque personne dans le pool de scénaristes, visiblement. Ok, fort bien…

Heureusement que les dialogues nous disent que Sansa est très intelligente parce que sinon, là comme ça, perso, je m’en rends plus trop compte.

Et c’est grave, parce que ce type de bévue entretient le sentiment, déjà trop couramment répandu, que Sansa n’est qu’une courge cosmique. Son évolution au fil du récit avait du sens, celui entre autre de tromper nos attentes et d’interroger le spectateur sur la place et le rôle de la femme dans ce type de société, Sansa en ayant été un produit quasi parfait, que l’on aura brisé sur l’autel du patriarcat, et qui sera parvenue à se reconstruire jusqu’à s’imposer dans un rôle de dirigeante pour lequel elle s’avère parfaitement taillée.

L’absence totale de nuance dans le comportement de Sansa, l’oubli soudain d’une certaine forme de subtilité et de son talent inégalable pour les faux semblants la réduisent désormais à une indépendantiste vindicative sans autre réelle motivation que sa détestation viscérale pour Daenerys, qui, rappelons-le, n’a jamais rien fait pour mériter sa haine ou sa méfiance :

-elle revendique les Sept Couronnes dont le Nord fait partie, on ne va pas revenir là-dessus : si ça ne plait pas à Sansa, ce qui est fait est fait. Il faut désormais passer à autre chose et travailler à cette nouvelle situation.

-Daenerys a donné la vie d’un de ses dragons et celle de la moitié de son armée pour permettre de vaincre l’Hiver, hypothéquant ainsi ses chances de s’emparer de la couronne tout en sauvant la vie de…. De tout le continent : hmm, je sais pas, fais comme si tu lui en étais un peu reconnaissante parce que tu lui dois tout simplement la vie ?

Comment peut-on écrire un personnage aussi mal après tant d’années de développement ? Comment, quand on a pris soin, au fil du temps, de construire des personnages de femmes complexes, luttant contre le sexisme jusqu’à conquérir leur émancipation, peut-on tout envoyer bouler en les réduisant à des clichés ambulants et en les faisant tomber dans des travers qui les ont fait détester par toute une frange du public les observant par le prisme de la misogynie ordinaire ?

Histoire d’enfoncer le clou, Sansa sera même celle qui brisera sa promesse, révélant à Tyrion la vérité sur Jon, tout cela pour ???

Pour empêcher Daenerys de monter sur le trône ? Car une fois encore, rien ici ne motive Sansa à disqualifier Dany en tant que reine des Sept Couronnes. Elle ne la connait pas, n’a pas fait l’effort de se rapprocher d’elle pour la jauger, n’a reçu d’elle que de l’aide et des tentatives maladroites mais sincère d’amitié.

Révéler à Tyrion la véritable identité de Jon a d’autant moins de sens que dans le cas où ce dernier devient Aegon VI, penses-tu Sansa qu’il va forcément accorder son indépendance au Nord ? Pas gagné, pour une raison toute simple : l’unité du royaume qui s’en trouverait menacée. Et pire, en imaginant qu’il laisse le Nord à une reine Stark, cette largesse ne ferait qu’exacerber les jalousies des autres provinces sans doute peu réjouies de voir leur roi faire à ce point preuve de favoritisme.

Et puis parce que personne ne se relit dans cette série, juste avant de proposer à Tyrion le ticket Jon pour le Trône de Fer (car même si elle tente juste de mettre le bazar dans le camp de Daenerys, révéler la vérité pourrait avoir cette conséquence directe), Sansa se lamentait sur le fait que les hommes de sa famille ne supportaient pas très bien le sud, ahlala, pffff, mon payre, son frayre, mon grand payre, mon frayre, ils sont tous morts sur en région PACA.

Mais ça ne l’empêche pas de lâcher une bombe qui peut potentiellement amener son frère chérichéri à VIVRE dans ce panier crabe aussi létal que méridional qu’est Port Réal ?

Ah, j’imagine que c’était commode de mettre cette trahison dans la bouche de Sansa, de par ses liens avec Tyrion et son artificielle détestation de Daenerys, mais une fois de plus, cela n’a pas de sens, c’est gratuit, et va à l’encontre d’un personnage supposé calculer chacun de ses coups et élaborer tous les scénarios possibles.

Bravo à D&D pour cette catastrophe, vraiment.

«-Oui, on en a chié pour trouver cette idée, on était charrette ! »

Fermez-la…

Et parce que il n’y a pas que les filles à être mal servie, Jon pâti également ici d’une écriture aux fraises. Dans le bois sacré, il tente de convaincre ses soeurs que Daenerys n’est pas ce qu’elles pensent. Et pour qui, pour quoi, c’est ce moment précis qu’il choisit pour leur révéler une informations qui pourrait mettre en péril sa reine. Certes, il fait jurer le secret à Arya et Sansa, mais avouez, ce sens du timing est en adamantium.

Tagada, tsouitsouin.

«-Ahahah, mon Jaime, qu’est-ce qu’on se marre à la taverne qu’elle est toute vide mais franchement hein, ahahohoh.

-C’est vrai qu’on rigole bien Tyrion, hihihihouhouhouhou !!!!

-Par contre, je sais pas ce qu’on fout là…

-Moi non plus mais doit bien y avoir une bonne rais… ».

A WILD BRONN APPEARS !!!

Cet instant où tu visualises la tête des scénaristes du pool, dans un moment de vide glacial, vers 4h du matin, sans inspiration, à court de bière et de pizza.

« –Oh, les mecs, on a oublié Bronn ! »

Ce qui aboutit à cette scène, comment dire… surprenante et pas du tout artificielle. Déjà on colle Tyrion et Jaime dans un décor vide et isolé sans raison aucune, à part pour faciliter l’arrivée sans encombre et le face à face entre les frères et le reitre.

Ensuite, on règle la menace potentielle par une rapide négociation, qui a pour mérite de caser un élément de lore très juste, pour une fois, au sujet des origines de la maison Lannister. Voilà.

L’instant canin.

Je pense que les Internets ont du abondamment commneter ce passage, d’ailleurs, c’est la première chose que les gens m’ont demandé par MP ou presque ce lundi « t’es en colère à cause de Fantôme ? » et la réponse est donc oui et non, même si c’était d’une cruauté sans borne de la part de Jon que d’abandonner son loup après tant d’années. Le tout avec un petit regard mi-triste, mi-coupable, mi-j’m’en balek du gros beauf qui oublie son chien sur une aire d’autoroute. Une séquence que 30 Millions d’Amis peut réutiliser telle quelle dans son clip de sensibilisation pour 2019.

Sérieux, Fantôme PLEURE dans cette scène, on l’entend ! C’est affreusement triste !

Certes, Fantôme n’avait rien à faire avec Jon à Port Réal, je suis ici en phase avec lui, encore que, est-ce que la place de cet animal n’était pas auprès de son humain, avec lequel il s’est forgé au fil des ans un lien symbiotique indestruc….

Ah oui c’est vrai, non, Fantôme était le premier dire wolf intermittent du spectacle EVER.

Je pense que pour conserver la cohérence de ce départ de Fantôme, il aurait mieux valu le faire apparaitre sur l’un des bûchers. Quitte à s’en séparer, cette sortie aurait eu plus de sens, d’autant que bon, MoonMoon s’était quand même joint à la charge des Dothrakis. Une sortie honorable servie sur un plateau.

Fantôme reparti au-delà du Mur, c’est évidemment Jon qui se défait de son identité de Stark. Il ne le sait pas encore, mais avoir assumé face aux siens sa véritable origine est aussi bien une erreur qu’un choix inconscient de sa part de se positionner autrement. Et d’abandonner le rôle du Loup Blanc, endossé après la Bataille des Bâtards. Le Nord n’est plus sien, désormais.

Les grossesses étant assez présentes dans cet épisode, voilà Sam et Vère venus dire au revoir à Jon qui ne remarque l’état de cette dernière qu’en percutant son ventre dans leur accolade d’adieu. TOUT LE MONDE avait remarqué qu’elle était enceinte (enfin disons que tout le monde hésitait entre « est-ce l’actrice ou le personnage qui est enceinte ? »). Mais bref. Jon, cette andouille.

J’ai beaucoup aimé la réaction de Jon quand Vère lui annonce le nom de leur enfant si c’est un fils. C’est typiquement du Jon, qui ne comprend pas comment les autres peuvent le porter aux nues et vouloir lui rendre hommage. Jon est une sacrée Mary-Sue, si on y réfléchit bien. Mais on l’aime quand même.

Les scènes d’adieu entre Jon, Tormund et Sam sonnaient très juste, et si je pense que l’on a fait le tour de Tormund, je crois que nous reverrons encore un peu Sam avant la fin. Ne serait-ce parceque le départ de Jon se fait sur le thème de la Citadelle, ce qui pourrait nous indiquer que Sam sera bien dans le futur le rédacteur de la Chant de la Glace et du Feu.

Ce virage vers le rouge a été amorcé de manière très franche dans l’épisode 2, avec la robe grise, dont les éléments rouges des épaules et des torses étaient les plus vifs. La robe en question, plus déclarative de l’identité targaryenne de Daenerys, apparaissait également à deux moments opportuns, l’audience de Jaime où elle confrontait le Régidice au meurtre de son père, et l’entretien avec Sansa, où les dissensions profondes entre elles et Sansa ont éclaté au grand jour.

Avec la fin de la guerre de l’Hiver, plus rien ne se dresse désormais entre Daenerys et son objectif final, le trône de fer, mis à part un ennui en forme de Cersei.

L’affirmation du rouge, couleur du feu et du sang, « fire and blood », s’affirme désormais sur Daenerys, désormais tournée toute entière vers Port Réal.

Je me permets de vous caser ce screen shot de la reine vue de dos, qui est une sorte d’expression parfaite de la silhouette du dragon :

Même ses tenues d’extérieur affirment davantage le rouge de son emblème, le blanc s’effaçant de plus en plus au profit d’un gris en forme de transition vers le noir. Une sorte de pont coloré mais de plus en plus sombre entre elle et la maison Stark, dont elle n’a plus vraiment de raison désormais d’afficher les couleurs sur elle, Jon, son unique motivation à le faire, s’avérant être un Targaryen lui aussi.

L’avantage du rouge sur le noir, dont elle avait fait sa couleur en saison 7, c’est aussi d’être une teinte plus puissante, plus agressive, plus déclarative. Daenerys n’est plus la seule héritière du trône. Jon est dans la compétition et le jeu de couleur de Dany ne doit pas être vu autrement que comme un moyen pour elle de s’affirmer, visuellement, comme l’héritière de la maison Targaryen.

Dans le même ordre d’idée, Cersei nous fait un retour en force du rouge Lannister cet épisode. Le deuil s’achève donc, avec cette réplique exacte de la robe noire dans l’épisode 1, dans des tons or et bordeaux.

Entièrement caparaçonnée dans ce costume très martial, très chargé question ornement, où partout se retrouve le dérangeant motif de la colonne vertébrale, Cersei passe elle aussi en mode cocardier, puisque désormais, Daenerys menace directement son règne. Elle doit donc affirmer visuellement la puissance retrouvée de la maison Lannister et repart, comme elle a toujours su le faire dans la passé sur ses bons vieux basiques de robes étendards.

Nous avons bien ici un retour de l’affirmation de la maison Lannister, contestée par Daenerys dans son droit à gouverner. Cersei ne porte plus le deuil non pas parce qu’elle ne ressent plus de peine, mais parce que la situation l’exige.

Le fait que cette robe rouge soit l’exacte réplique de la robe noire de l’épisode 1 nous montre que la reine n’a fait que transposer les couleurs de sa maison sur un patron préexistant, sans modifier quoi que cela soit d’autre.

Cette robe répond à une nécessité, celle d’être protégée, d’être menaçante grâce au motif de l’épide dorsale qui a colonisé tout le haut de son vêtement, mais elle est aussi destinée à être vue par le plus grand nombre, par Daenerys, par Tyrion. Cette robe armure est une robe Lannister destinée à affirmer le pouvoir, la force et la légitimé de la maison au lion.

Rebelle semblant entre deux mondes, tire d’aile sanglant de quel pays ?

Entre l’Australia et la South América, dans l’océan South Pacific : l’atoll de Pom Pom Galli.

Sur l’Unique, les conseillers de la reine font ce qu’ils savent faire de mieux, à savoir que dalle et boire du vin de la Treille.

Enfin « que dalle », c’est vite dit parce que Varys se met soudain à pérorer sur le fait que pitet, vu que Jon est un Aegon, pitet qu’en fait, Daenerys… oh, hein, eh, tu m’as compris hein. Je veux dire, on peut encore changer de cheval. Elle est pas si super que ça, en fait. Obsédée par des machins en fer tout pointus sur lesquels s’asseoir, c’est pas tellement sain…

«-Ah, tu veux dire que c’est finalement gênant de la voir tenter de reconquérir le trône qu’elle tentait déjà de reconquérir quand on s’est mis à son service pour l’aider à le reconquérir ?

Exactement… »

Bon, les gars… Qui a écrit ça ? C’est aussi gratuit que stupide que sorti de nulle part. De quoi Varys a-t-il peur ? Il a vu Daenerys souffrir d’isolement à Winterfell et s’est dit que toute cette morosité allait la plonger dans la dépression ou l’hystérie ?  Hmmm ? C’est ça ?

Tyrion tente bien de lui expliquer la nature de son job, prendre soin de la reine et la conseiller et, hypothèse audacieuse, remet sur la table l’idée du mariage qui réglerait pas mal de problèmes.

Et si l’argument de Varys concernant Jon est très juste, ce dernier ayant en effet un gros blocage concernant l’inceste (normal…), la discussion qu’il aura plus tard à Peyredragon achèvera de confirmer que sa volte-face est amenée comme une brique dans une flaque d’eau.

« We do not scout ».

Nouvelle devise de la maison Targaryen. Chapeau, les mecs, les filles, les gens, chapeau à tous, bande de blaireaux magnifiques, drapé dans les oriflammes du dragon tricéphale.

Si Rhaegal est mort, c’est de VOTRE faute.

Cette grossière erreur stratégique mise à part (on a quitté la boutique en laissant les clés sur la porte y’a trois mois et on rentre aujourd’hui pour découvrir, surprise, la présence de squatters), cette mort était parfaite. Dans la grande tradition des morts de Game of Thrones : choquante, imprévisible, brutale, sans la moindre parcelle d’espoir. Elle m’a renvoyée aux expériences traumatisantes des morts de Ned, Robb, Catelyn.

J’ai couiné sur mon siège, un peu insulté Cersei au passage aussi, hop, gratuité. Mais j’ai au-delà de ma tristesse, vraiment trouvé que cette mort était un beau moment, dans le sens de son intensité dramatique. Un instant d’horreur pure, de sidération, qui après le faible de nombre de morts de l’épisode précédent, nous rappelle que ici, les gars, c’est Game of Thrones, alors il s’agirait pas d’oublier qu’ici personne n’est à l’abri. Enfin presque personne. Parce que Daenerys a un totem d’immunité, qui dévie instantanément tous les traits envoyés sur elle. Ou transforme les tireurs en stormtroopers, j’hésite.

Peu importe, la confrontation avec Euron avait quelque chose de jouissif. Déjà parce que son armada est classe, et j’adore comment l’Homme Goujon a fait customiser ses scorpions en poulpes. C’est le genre de petit détail qui me fait toujours couiner de satisfaction.

Ils sont allés jusqu’à représenter le bec au centre, c’est dire. Il faut ajouter que l’emblème du lion apparait également sur cette arme.

Adorée aussi la rage brute de Daenerys, hurlant sa douleur, sa colère et son impuissance quand elle se jette, désespérée et en fureur sur le Silence, avant de tourner bride, pour préserver sa vie et celle de Drogon.

Après l’abandon de Fantôme, il convient aussi de s’interroger deux minutes sur ce que signifie symboliquement la mort de Rhaegal. Il était devenu la monture de Jon et si la reconnaissance fut tardive, le discours de Tormund à ce sujet avait permis de remettre en valeur le caractère exceptionnel de cet acte. Rhaegal, nommé après son père, était destiné depuis le départ à devenir le dragon de Jon. Il marquait son identité de Targaryen.

Blessé durant la bataille, Jon avait préféré l’épargner, et pour son bien et pour servir les intérêts stratégiques de la campagne (Jon dirigeant le gros des troupes qui descendent la route royale). Cependant, symboliquement, Jon quitte Winterfell laissant derrière lui son loup et son dragon. Il se défait des symboles de ses deux maisons. Jon qui vient de recevoir une nouvelle remettant en cause sa vie entière et la manière dont il s’était défini ne pouvait pas agir autrement. Il lui faut assimiler ses héritages, mais sans doute aussi, les rejeter dans un premier temps afin de se connaitre lui-même. Son envie de repartir dans le Nord, le Vrai Nord, qu’il confie à Tormund est révélatrice. Il aspire aux étendues sauvages d’au-delà du Mur, à la vie au milieu du Peuple Libre, qui vit sans seigneurs et sans rois. Jon est en pleine crise d’identité, en trop plein d’intrigues et de guerres. Il aspire au repos et à la simplicité, à se retrouver avec lui-même, juste Jon.

Et dans la réflexion de Tormund sur le fait que Jon appartient au Vrai Nord, il y avait aussi l’écho d’Ygrid. C’était en effet Tormund qui avait demandé à Jon de la brûler au-delà du Mur, auquel elle appartenait.

Quelque part, même si je doute fort de pareille issue, j’aimerais assez voir Jon finir sa vie dans le Vrai Nord, dans une simplicité totale. Il y aurait quelque chose d’apaisant et de très satisfaisant à pareille conclusion.

Mais c’est Game of Thrones ici, genre Ver Gris et Missandei avaient des projets et se tenaient la main et BIM…

Big up à toi, ser Davis, si tu passes par-là

Mais laissons ces considérations pour revenir au sanglant combat nav….

Ah non. Ok. Euron Greyjoy a coulé une partie des navires de Daenerys, pourrait allègrement massacrer les naufragés sur Peyredragon en envoyant des chaloupes avec des marins-guerriers à bord, sinon des chaloupes seules c’est pas très efficace pour tuer des gens, mais ce type a tellement la classe qu’il préfère rentrer direct chez Cersei avec juste Missandei alors que s’il avait réfléchi 2 secondes, il aurait pu gagner la guerre, ou presque.

M’enfin je m’attendais à quoi dans une séquence où Daenerys ne pense pas à faire le tour de la flotte adverse pour les dracarys par derrière, là où y’a pas de scorpion pour lui tirer dessus, genre, si elle avait réfléchi deux seconde, elle aurait pu gagner la guerre, ou presque.

Moissons perdues sans rébellion.

Lorsqu’il apprend que le siège est presque mis devant Port Réal et que sa soeur pourrait potentiellement mourir alors que les nouvelles sont essentiellement mauvaises pour le camp de Daenerys, Jaime décide qu’il est tamps de quitter Brienne, de toute façon, il le lui avait dit, il ne comptait pas s’attacher.

Brienne en peignoir en train de pleurer comme une femme sanguinaire le départ de Jaime. Ben si je pensais jamais voir ça un jour…

J’ignore ce que l’avenir réserve à Jaime, mais une chose est sûre, ceette scène ne colle pas une seconde avec ce que l’on sait de Brienne. Je veux ben croire qu’elle panique à l’idée qu’il la quitte et pire encore, qu’il n’ait été qu’un numéro de plus sur la longue liste des connards qui se seront bien fout de sa gueule.

Mais perso, à ce stade, et connaissant Brienne, je pense qu’elle aurait été mieux inspirée de lui mettre une énorme droite pour sa peine.

Noire langue des vipères.

«-Alors, je résume pour le clown qui me sert de conseiller, et pour le Lannister confit dans le rhum : à la base, le plan consistait à assiéger Port Réal et à faire un blocus naval avec ma flotte et mes dragons pour tenir Euron à distance. Or, ma flotte est à moitié détruite et j’ai plus qu’un dragon, la mort du précédent ayant prouvé qu’ils sont hyper vulnérables à la nouvelle arme que Cersei a développé. Arme que nous connaissions tous déjà, on l’a vue quand on a attaqué le convoi, mais visiblement, Varys, vous qui êtes mon conseiller ascendant maître espion n’avez pas d’yeux ni d’oreilles à Port Réal pour suivre ce dossier qui pourtant neutralise un de nos atouts stratégiques. Du coup, le blocus, là, on peut se le dire, c’est tintin. Faute de mieux et parce que là, je vois pas trop comment faire, parce que je ne suis pas stratège, je propose de meuler un maximum de gueules.

Aaaaaawwwwww ouuaaaaaiiiiis mais nooooon en fait c’est pas bien… Trop de violence.

-Ouais. Largement trop de violence. Ouh, perso, j’aime mieux éviter.

-Vous êtes au courant qu’on est en guerre ?

-Oui mais c’est-à-dire que j’ai jamais bien supporté la vue du sang. Je suis homme délicat voyez-vous. Non et puis, tuer des innocents, c’est pas très Charlie.

Qu’est-ce que vous n’avez pas compris dans « c’est la guerre et notre ennemi ne reculera devant rien pour nous démolir les dents donc je vois pas pourquoi nous on devrait prendre des pincettes vu qu’à chaque fois qu’on a essayé la manière douce on s’est fait avoir ? »

-Certes oui, maaaaaaiiiiiis…

-Du coup, je suppose que vous avez une idée brillante à me proposer pour compenser mon style assez proche de celui de George W Bush ?

Alors, mon idée à moi, et lord Tyrion ne me contredira pas, c’est qu’on va aller dire de la merde sur vous en buvant des canons plutôt que de faire notre travail. »

Non mais parce que oui. La saison 7 nous l’a démontré et la 8 prend le même chemin : Cersei a toujours tiré profit des hésitations de Daenerys. Il n’y a que lorsque celle-ci a attaqué bille en tête et en mode frontal que la Lannister a été défaite. Ainsi, sa décision n’est pas dénuée de bon sens, mais la série la réduite à une lubie de tyran, comme s’empresse de la qualifier Varys.

Alors qu’en réalité, le plan proposé par Tyrion à Winterfell, et auquel Daenerys avait consenti, malgré ses réserves, n’est plus viable en l’état. Il faut donc trouver une autre solution, mais personne ne semble capable d’ouvrir une autre voie à Daenerys sur le plan stratégique.

Mais la série semble désormais résolue à nous présenter une Daenerys en mode « mad queen », ce qui est à ce stade premièrement complètement prématuré et s’avère le produit d’une écriture opportuniste et paresseuse qui rend ce prétendu basculement complètement artificiel.

Aussi, un gros faisan collera t-il dans sa bouche une ligne de dialogue encore pire que celle de la saison dernière (« je suis pas venue pour vous tuer, mais si vous êtes pas gentil, vous allez tous mourir ! ») avec cette superbe : « Je suis venue pour abattre les tyrans en massacrant leur peuple, parceque, comme disaient les Orcs, lok’tar ogar ! »

Bri.llant.

Alors moi, pour la semaine prochaine, j’ai envie que Gendry devienne un pirate, après tout, une fois, il a fait de bateau à rame, il est donc qualifié, et je voudrais aussi que Gregor Clegane découvre le sens de Noël et décide de faire la paix avec Sandor, par le pouvoir de l’amitié, car ils sont frères et the pack survives, toussa.

Parce qu’au point où la série en est de faire n’importe quoi avec le développement de ses personnages à les tordre dans tous les sens pour les faire entrer à coup de marteau dans un final rushé à l’extrême, on peut à peu près tout imaginer, hein…

S’ouvre alors la suite de la conversation tenue plus tôt dans le bateau, où Varys tente de convaincre Tyrion que Daenerys est folle, allégation qui ne repose sur rien, à part à un scnéario rushé ou un moyen de valider l’idée qu’une femme ne devrait pas détenir de pouvoir, encore moins d’exercer. Heureusement que Tyrion est là pour tenter mollement de mettre un peu de raison dans ce merdier :

De mon point de vue, c’est tout de même un peu plus nuancé enfin, je sais pas… Je veux dire, certes, certes, y’a eu des gens brûlés, mais c’était jamais gratuit ! Et certes oui certes, elle applique le régime de la main de fer dans le gant de fer, mais bon, c’est pas non plus pour ça qu’elle est une mauvaise reine. Elle a fait des erreurs dans le passé, mais elle a appris aussi. C’est une souveraine avec une vision, un sens du devoir, une capacité d’empathie, qui n’est jamais aussi bornée que l’on se plait à le dire !

-Si on réfléchit bien, moi je suis un vrai démocrate. Daenerys est une fasciste de merde. Une fasciste de merde !

Oh… J’ai connu un mec de droite une fois, il avait dix fois plus de classe.

Tyrion, on va arrêter de tourner autour du pot : l’histoire nous enseigne que Westeros s’est construite à coup de bite. »

Ecoutez, là, je jette l’éponge. Je la jette sur Varys et sur Tyrion. Les mecs, vous qui êtes si incroyablement formidables et intelligents et géniaux et qui de surcroit possédé tous deux le Saint Graal AKA une bite, comment pouvez-vous être aussi minables et inutiles ?

Vous êtes les conseillers de Daenerys, merde, pas des potes, encore moins des pots de fleurs qu’elle se trainerait depuis Meereen.

Faites votre putain de job au lieu de pleurnicher.

J’aurais pu prendre Tyrion pour taper sur Varys quand je les regardais tous les deux couiner sur « ahlala, comme elle est méchante, et cruelle et c’est un tyran ouhloulou… »

Je… Quoi ? Mais non !!!

Ouvrez grand vos oreilles tous les deux : Daenerys, dont l’objectif a toujours été de reprendre le trône de ses ancêtres, veut éliminer Cersei, qui occupe actuellement le dit trône de ses ancêtres. Jusqu’ici, ça devrait pas être un scoop pour vous. Et, croyez-le, croyez-le pas, Cersei ne lâchera pas son siège aussi facilement. Elle a même acheté une armée pour se maintenir au pouvoir. Recluse dans le Donjon Rouge, Cersei ne sera pas facile à déloger et pour atteindre la reine, il faudra d’abord prendre la cité. Là-dessus, ajoutez que votre reine à vous ne possède plus qu’une demie-armée, un seul dragon, et n’a plus grande marge de manœuvre pour parvenir à ses fins. Sa stratégie manque de finesse et menace la vie de centaines de personnes ?

Exact. Et c’est votre travail que de lui proposer des alternatives efficaces pour atteindre son but. Au lieu de cela, vous lui donnez pour tout conseil une négociation stérile, parce que lequel d’entre vous s’est imaginé que Cersei capitulerait alors qu’elle a conservé toutes ses forces et vient de remporter une victoire psychologiquement majeure en abattant Rhaegal ?

Mais au lieu de vous creuser la soupière pour trouver des solutions concrètes, vous voilà occupés à vous lamenter sur l’impétuosité de votre reine, sur le fait que la guerre, c’est bien du malheur pour les gens…

C’est quoi, le plan B ? C’est quoi le moyen de renverser Cersei sans toucher à Port Réal ? Vous y avez réfléchi ? Vous avez considéré un instant le fait que quand on se lance dans une conquête, on y laisse des plumes ?

Et puisque vous mettez le sujet sur le tapis : Daenerys aurait-elle eu un pénis, sa manière d’aborder la prise de Port Réal vous aurait-elle semblé plus acceptable ?

On en est là ? A qualifier une femme de tyran quand elle prend des décisions radicales au pied du mur ? Quand on est soi-même incapable de proposer mieux ? Mais bon, on a un pénis nous, c’est bon, on contrôle nos humeurs alors que la petite blonde là, elle baigne ras la tresse dans un flot d’œstrogène ce qui comme chacun sait affecte le jugement.

ALLEZ. MOURIR. Tous les deux. Surtout toi, Varys. C’est pas moi qui vais te pleurer.

L’un comme l’autre ne donne que des vieux conseils en mousse depuis qu’ils sont à son service. Elle a laissé la boutique aux mains du Lutin à Meereen, et  BIM quand elle revient, y’a un siège devant sa cité. Elle veut prendre les Sept Couronnes ? « Ouiiiiii mais noooooon, parce que la guerre ça tue des geeeens tu vooooooaaaa ».

Mais merde à la fin, merde vous deux, et le génie qui s’est dit « on va faire un dialogue où les deux réputés top politics et intelligents +3000 vont statuer sur le fait que Dany est folle ! » alors que le fond du problème c’est qu’elle est mal conseillée, que sa guerre n’avance pas parce que MÔssieur Tyrion était pusillanime, pas trop chaud chaud pour prendre Port Réal.

Ces crétins pensent encore qu’ils vont pouvoir mener une bataille rangée honorable avec Cersei ? Vraiment ? Mais elle ne recule devant rien, même pas de prendre en otage toute sa ville dans son château qu’elle a gavé de feu grégeois ras la gueule ! Cette saleté serait prête à y mettre le feu elle-même en cas de défaite juste pour ne pas tomber entre les mains de Dany et la faire accuser, a posteriori d’avoir incendié le donjon et la moitié de la ville, parce que c’est clairement ce que je ferais si j’étais elle et je parle Cersei LV1 !!!!!!!!

Arrêtez avec votre illusion de faire la guerre les mains propres. Aucune guerre ne l’est, et sûrement pas une avec de tels enjeux.

Et si d’aventure la mort de civils vous met les nerfs en pelote :

  1. Changez de métier.
  2. Trouvez un MEILLEUR PLAN.

Mais n’accablez pas Daenerys pour avoir envie de passer à la vitesse supérieure.

Quant à Jon, le mec est connu pour recevoir des titres dont il ne veut pas et les rejeter les uns après les autres. On le fait lord commandant ? Il meurt ce qui le libère de son serment de la Garde de Nuit (dans le genre, c’est son chef d’œuvre de démission). On le fait roi du Nord ? Il lâche sa couronne quand Daenerys n’exige plus qu’il lui prête serment d’allégeance en échange de son aide.

Ce mec a certes des qualités nombreuses, et il inspire la dévotion mais dans le même temps, c’est sans doute la personne la moins motivée et la plus accablée par la fonction que vous pourriez trouver. Même Gendry est enthousiaste à l’idée de devenir lord d’Accalmie. Jon serait capable de s’empaler sur le Trône de Fer, Maegor style, pour ne plus supporter toutes ces conneries.

Mais j’attire votre attention sur une réflexion de Varys. S’il veut Jon pour roi, c’est aussi parce qu’il le pense plus facile à manipuler. Daenerys ne se laisse pas faire, prend des décisions quand elle doit les prendre. Elle ne mange pas dans la main de ses conseillers.

Pour Varys, un mariage serait une erreur car Jon n’est pas assez fort face à Daenerys. Il rejette même l’idée selon laquelle Jon pourrait tempérer le caractère de Dany. Donc c’est bien cette dernière que l’Araignée veut écarter. Ce n’est pas tant Jon qui l’intéresse que la perspective d’avoir un roi malléable sur le trône.

Et est-ce-que cela n’est pas un peu pitoyable ?

Varys a compris, le soir du banquet, que Daenerys n’était finalement peut-être pas le bon cheval sur lequel miser. Elle n’a obtenu aucune reconnaissance pour avoir aidé le Nord, semble décalée en Westeros (ce qui est en fait normal, compte tenu de son histoire et du peu de temps écoulé depuis sur retour). Alors l’Araignée commence à se dire qu’il est temps de penser à la suite. Et quand Tyrion lui révèle la vérité sur Jon, pour lui, c’est le jackpot. Non seulement Daenerys n’est plus l’unique candidate légitime au Trône de Fer, mais l’autre potentiel s’avère être populaire et plus malléable. Il est pour Varys un pari plus sûr qu’une Daenerys.

Varys se retranche avec une constance désolante derrière le bien du royaume et du peuple mais il est désormais clair, comme lorsqu’il en parlait avec Mélisandre en saison dernière, qu’il ne sert que lui-même et sa soif de pouvoir. Tout ce que veut Varys, c’est mettre sur le trône un roi qui assurera la stabilité politique du continent afin que lui puisse régner sans risque, depuis les coulisses, le plus longtemps possible.

Varys est la pire sorte d’intriguant possible, d’autant plus que contrairement à un Littlefinger voulant le pouvoir pour lui-même, l’Araignée avance caché derrière le souverain marionnette qu’il se sera choisi et qu’il dégagera lorsque ce dernier ne le satisfera plus.

Rouges mains, rouges serres.

Hop, sans plus de suspens, virons donc sur Port Réal pour causer gaillardement de ses deux scènes du jour.

Dans la première, Cersei fait ouvrir les portes du Donjon Rouge pour le petit peuple, afin de le protéger de Daenerys, ce qui m’a fait mourir de rire, parce que : « People… You think I care ».

Alors euh déjà, si. Quand il s’agit de faire un bon peuple de Port Réal un bouclier humain, tout de suite, Cersei se découvre une conscience sociale.

Pour l’anecdote, cette scène où elle discute avec Qyburn et lui demande de laisser les portes ouvertes le plus longtemps possible sont la réplique exacte du dialogue entre Sansa et lord Yohn dans l’épisode 2. A la différence près que Sansa lui demandait de laisser ouvertes les portes de Winterfell le plus longtemps possible afin de faire entrer les gens dans l’enceinte jusqu’à la dernière minute. Afin de leur sauver la vie, pas de se planquer derrière.

La série continue habilement de tisser des parallèles entre ces deux femmes et même si Sansa est souvent mal servie cette semaine quand il s’agit de faire avancer l’histoire à grands coups de pompes dans le train, les auteurs continuent de construire son personnage en miroir de Cersei et de Daenerys pour exacerber ses qualités de dirigeante.

Car clairement, pendant que Varys complote à qui mieux mieux pour mettre Jon sur le trône, personne ne se dit que le meilleur souverain possible est sous leurs yeux depuis un bail déjà et qu’elle surpasse largement tout le reste du menu fretin : intelligente,  prévoyante, soucieuse du bien commun, humble mais capable de prendre des décisions tranchées… Sansa Stark, les gens. Notre reine à tous.

Cersei annonce ensuite à Euron qu’elle est attend un enfant et ce dernier croit qu’il est de lui. Je vais y revenir plus tard, pas d’inquiètude. Puis on découvre, sans surprise, que Missandei a été prise en otage et que la pauvre se retrouve à nouveau enchainée, ce qui est une cinglante ironie.

Tout ce joli petit monde se retrouve ensuite sur le remparts de la ville pour assiter aux pourparlers les plus inutiles de la galaxie parce qu’à quel moment Tyrion a t’il cru que Cersei capitulerait face à Daenerys ?

Dans une très subtile imitation des prémices de la bataille de Morannon dans « Le Retour du Roi », les portes de la ville s’ouvrent pour livrer passage à la Main de la Reine qui s’avance à la rencontre de l’autre Main de la Reine.

«-Bonjour… Vous êtes la Bouche de Sauron ?

-En personne. Et vous êtes ?

Moi Tyrion Lannister, vous le pire héraut de tous les temps si vous êtes pas fichu de reconnaitre le seul nain du continent qui soit frère d’une reine et conseiller d’une autre.

-J’ai jamais eu le temps de finir mes études à la Citadelle. Pas pu prendre l’option ghotta, vous m’excuserez.

-Y’a pas offense… Bon, la petite blonde derrière moi aimerait assez que la moins petite blonde derrière toi lui remette les clés de la boutique.

-La pas si petite blonde derrière moi te fait dire qu’elle aimerait assez que la toute petite blonde derrière toi lui lâche un peu la gaine.

Si je comprends bien, y’a match nul ?

-Ouaip. Prolongation, le premier qui marque a gagné.

-Dis-moi, Bouche de Sauron…

-Mon vrai nom c’est Qyburn.

On va garder Bouche de Sauron, pour ta street cred. Donc, je disais, ma reine là, derrière, a comme qui dirait un fétiche assez spécial concernant les gens qui l’escagacent. Toi vous le gros allume-gaz en forme de dragon ?

J’imagine assez bien. Et c’est marrant, parce que il se trouve que ma reine à moi, a un fétiche tout aussi spécial concernant les gens qui l’escagacent. Tu as des notions de feu grégeois ?

-Je… Mais oui bon sang ! Ok, donc si on trouve pas un truc plus soft pour les départager, type combat singulier… Elle se défend comment ma sœur dans un octogone ?

Bien mais bon, le MMA et le premier trimestre, c’est raide.

Ouaich. Un battle de rap ? Un duel de pouces ?

-Nope.

-Je tiens rhétoriquement à souligner combien il serait tragique que cette cité résonne des hurlements d’enfants à l’agonie…

Je tiens factuellement à souligner que je partage ton opinion, ça m’a fait perdre dans les aigus.

-Bon, Mestre Mengele, je crois qu’on va en rester là, je vais plutôt m’adresser directement à la principale intéressée : Youhou !!! Masoeurlareine !!!

-Si tu veux me parler, envoie-moi un… fax !

Commence pas à me briser la baloches, il parait qu’elles font de moi un être supérieur !

-Elle dit qu’elle voit pas le rapport !

Et moi je dis, penses à ton enfant, emotionne toi un peu !« 

Sauf qu’on émotionne pas Cersei Lannister aussi facilement. Et si elle est toujours incapable de tuer son frère, elle ne s’en laisse pas attendrir pour autant. Pourquoi elle devrait l’être d’abord ? Parti comme c’est, c’est elle qui a l’avantage. Pas qu’elle doive être sereine, mais pas non plus trop angoissée non plus…

J’avoue me poser quelques questions au sujet d’Euron. Enfin une surtout : est-il vraiment aussi con ?

Et par là, j’entends, pense-t-il réellement être le père de l’enfant de Cersei ?

C’est que la reine n’en est pas à son coup d’essai s’agissant de faire passer un bébé pour celui d’un autre. Elle a réussi à le faire croire par trois fois à Robert, après tout.

Euron, même s’il n’a pas de preuve de l’inceste, jouait assez lourdement avec les sentiments de Jaime la saison passée pour nous laisser entendre qu’il accorde foi aux rumeurs et n’est pas dupe des jumeaux.

Quand sur les remparts, Tyrion évoque ce fameux enfant, Euron ne devrait en théorie pas passer à côté. Si le Lutin a connaissance de l’existence de ce bébé, c’est soit qu’il a un espion chez l’obstétricien de sa sœur, soit qu’il en a été informé par elle. Et la dernière fois qu’ils se sont vus remonte à la rencontre aux arènes.

De plus, le calcul devrait être assez aisé à faire, puisqu’il s’est écoulé un temps désormais conséquent qui se compte sans doute en mois entre la conception réelle et celle supposé du lionceau tentaculaire.

En un mot comme en cent, sauf si la série décide de faire d’Euron un demeuré total, et à ce stade, autant vous dire que je m’attends à tout, l’Homme Goujon devrait avoir reniflé l’embrouille grâce à Tyrion s’il ne l’avait pas pressentie jusqu’alors.

Du coup, quel est l’intérêt d’Euron ? Cersei n’ayant pas d’autre choix que de faire passer l’enfant de Jaime pour le sien, Euron a tout intérêt à jouer le jeu jusqu’à la naissance car la reine ne peut désormais faire autrement que de l’épouser. Ensuite, il ne sera plus question que de sécuriser la lignée en lui faisant un deuxième enfant, et/ou faire place nette en se débarrassant de la reine. Ainsi, Euron devient régent, et puisque ce scénario n’existe qu’en cas de défaite de Daenerys, alors le peuple de Westeros verra en Euron un genre de sauveur qu’il lui sera très facile d’accepter comme régent et même mieux, comme roi. Enfin cela, dans les rêves les plus fous du Goujon.

Avec cette sensation désagréable de backlash qui suinte dans l’épisode, voir Cersei se faire doubler par un Euron pas si dupe la ravalant à son statut d’utérus serait tout à fait dans le ton. Raison pour laquelle je m’interroge sur ce que Euron sait vraiment ou non.

Une Cersei en danger de mort pourrait ainsi se voir abandonnée par Euron si ce dernier estime que tout espoir est perdu, parce qu’elle ne vaut rien pour lui, pas plus que l’enfant en elle qui n’est pas le sien.

Missandei est sans surprise aucune exécutée, chaines aux poigntes, ce qui est triste. Ils m’avaient bien fait rigoler, avec Ver Gris et leurs projets de cabane sur la plage il y a deux épisodes, mais dans le fond, je suis sincèrement désolée pour elle. Missandei ne méritait pas de servir de déclencheur bien commode à la fureur de Daenerys, qui vient de perdre sa dernière amie.

La scène de la mort de Missandei fait écho assez fortement avec celle de Rickon en saison 6. Tous deux sont tombés aux mains d’un ennemi implacable et prêt à tout, y compris à instrumentaliser leur mort de la manière la plus spectaculaire qu’il soit pour pousser l’adversaire à la faute. Durant la Bataille des Bâtards, Jon avait chargé en envoyant paître toute la strat ce qui avait compromis leurs minces chances de succès.

Ici, il reste à savoir comment réagira Daenerys, qui m’a tout l’air d’avoir pris les choses avec philosophie.

J’adore ce rictus de rage de la part d’Emilia Clarke. Cette perte de contrôle du masque de la reine dragon, ce pur instant de sauvagerie qu’elle contient tout juste.

Et cette dernière image n’en finira évidemment pas d’alimenter les accusations concernant la santé mentale de Daenerys. C’est vrai que les gens qui portent ce type de jugement prendraient tous avec grand détachement leur meurtre sous leurs yeux d’une personne proche, je suppose.

Avait-on traité Jon Snow de fou quand il avait chargé tout seul comme un benêt les armées de Ramsay ? Non. On le trouvait alors un peu con mais courageux.

Daenerys, dans une situation similaire, tourne les talons en affichant sa colère, et là par contre ça y est, elle est folle parce qu’elle ne peut pas contrôler l’émotion qui l’envahit ?

Il contrôlait quoi, Jon, quand il a chargé une armée avec sa bite et son couteau ? Et lui par contre non, il est pas fou ?

« Euhbleubleuhbleuh, Daenerys MadQueen euhbleuhbleuh. »

Non. Juste non. Y’a un moment où il faut regarder les choses en face. En saison 7, Daenerys expliquait à Jon n’avoir été mue toute sa vie que par sa foi en elle-même. Daenerys est boule de volonté brute, une puissance en elle qui lui permet de chevaucher la créature la plus monstrueuse existant sous le soleil.

Elle a perdu énormément pour accomplir ce qu’elle pense être son destin. Et jusqu’à présent, rien ne lui aura permis de douter. Rien.

Ce n’est pas une défaite militaire, un désaveu motivé par une cinglante erreur de sa part qui fait qu’aujourd’hui le tapis se dérobe sous ses pieds.

Daenerys est rejetée, lentement mais sûrement après avoir rassemblé la plus grande armée du monde, accepté de sacrifier en partie cette armée pour une guerre qui n’était pas la sienne. Et quand bien même le combat aura été en grande partie gagné grâce à elle, personne ne semble s’estimer redevable.

S’ajoute à cela le fait qu’au dernier moment, la providence sort de son chapeau un autre héritier, le fils caché de son frère, qui n’a jamais fait partie de son tableau et avec lequel elle doit composer.

Et puis après avoir perdu un premier fils, c’est un autre de ses enfants qui est abattu sous ses yeux, peu avant que sa conseillère lui soit arrachée.

Et après y’en a encore qui se demandent pourquoi Daenerys a la rage de tous les poutrer with fire and blood ?

A toutes fins utiles également : Aerys, quand il a sombré dans la folie, était devenu paranoïaque, après le Défi de Sombreval, durant lequel il fut pris en otage. L’évènement fut le déclencheur de sa folie, alimentée aussi par sa jalousie envers Tywin Lannister. Il avait tellement peur de l’assassinat qu’il ne se coupait plus les cheveux, ni les ongles, ne mangeait presque plus par crainte de l’empoisonnement. Il violentait sa femme, brûlait des gens pour le fun, et à la toute fin de sa vie, selon Jaime, il cherchait à boire du feu grégeois afin de renaître en dragon.

Ça, c’est être fou.

C’est un poil différent que d’être blessée, malheureuse, trahie et en colère. Daenerys a des émotions, violentes certes, mais c’est une réaction humaine normale. Y compris pour une humaine.

Juste pour en revenir à Cersei et les remparts : Daenerys est là, avec 2 micro bouts d’Immaculés, un Varys et un Tyrion, Drogon est garé à l’ombre plus loin et elle, a moult balistes pointées sur tout ce beau petit monde.

Cersei, ma meuf, ma go, BAE… Tu as assassiné ton mari avec une outre de vin et un escuyer, atomisé le pape et tes ennemis politiques Tyrells et là, tu n’as donné à personne l’ordre de tirer sur la reine dragon quand elle est largement à portée ?

Si tu avais réfléchi deux seconde, tu aurais pu gagner la guerre, ou presque.

La semaine prochaine…

Ainsi s’achève se long billet qui contient beaucoup trop d’occurences des mots « bite » et « pénis ».

Comme vous l’avez maintenant compris, je suis assez en rogne et ce à plusieurs étages concernant ceet éisode et l’évidente désinvolture de l’équipe concernant ce qu’elle avait de plus précieux, ses personnages.

Je ne vais pas revenir sur tout ce qui m’a tendu les nerfs, et me contenter de penser à l’avenir. Au FUTUR. A lundi prochain quoi, pour un épisode qui selon Emilia Clarke est carrément foufou.

« Un peu comme Daenerys !« 

Ahem, oui, je disais donc, un épisode réalisé par Miguel Sapochnik, The King in the Show, pour ce qui sera en réalité le premier chapitre du final de la série. Le tout dernier épisode, sera lui écrit et réalisé par D&D. J’en trépigne d’impatience (voix de faux cul).

Restons-en là si vous le voulez bien, et à la semaine prochaine. D’ici là, n’oubliez pas que mettre un coup de louche dans la tête des gens, parfois, ça soulage.

128 commentaires Ajoutez les votres
  1. Ce billet illustre parfaitement les biais qu’on peut avoir quand on interprète à sa sauce tout un tas d’éléments, pourris ou non, d’un scénario. De très jolis strawmans, surtout sur Dany, j’ai rien lu sur les critiques de l’épisode où les gens la considéraient comme taré ( ni meme qu’ils trouveraient illogique si de rage, elle explose Port Real)
    Là ils jouent la carte rage et pas folle.
    Son empressement d’aller à Port Real n’a rien à voir avec la folie, juste sa peur qu’on la trahisse, ce que vous admettez aussi et ce qui nous est montré avec Varys ( et aussi parce qu’il y a que 6 épisodes, sinon ils seraient allés à Accalmie réclamer la place pour Gendry, lever des troupes et se joindre aux dorniens)

    1. Ce que je préfère, après avoir passé tout mon temps libre depuis 3 jours et la journée d’aujourd’hui, à rédiger un billet exprimant MON opinion, c’est lire ce type de commentaire condescendant et méprisant m’accusant de malhonnêteté intellectuelle.

      Je suis refaite, merci !

      1. C’est fou comment les discussions internet dérapent dès lors qu’on est pas d’accord. Je ne vois pas où vous voyez de la condescendance de ma part.
        Maintenant si vous faire remarquer que vous vous battez contre un ennemi invisible dans votre billet c’est l’etre, alors je le suis en effet. Juste que je ne pense pas que les showrunners ne doivent pas s’interdire d’écrire telle ou telle chose, aussi pourrie soit-elle artistiquement parlant ( et là il y a à redire) juste parce que ça pourrait aller dans le sens de mecs qui peuvent pas saquer Sansa ou Dany pour des raisons nazes ( après il y en a qui détestent tout le monde, comme ça ça règle le problème).
        Désolé de croire que lorsque vous expliquez que si Sansa et Dany se prennent la tete, c’est une caricature de comportement de femmes, vous avez un énorme biais. C’est juste deux personnages qui se prennent la tete, leur genre n’a rien à voir là-dedans. Que derrière ça soit écrit et/ou joué avec la délicatesse d’un phacochère, soit, mais y voir autre chose me semble douteux. Je veux dire un personnage comme Tyrion qui raconte de la merde à Bran ( alors qu’il appelait Sansa Dame de Winterfell pendant trois épisodes et la complimentait), c’est juste un dialogue tout pourri pour introduire le fait que Bran il est trop déconnecté du monde, chose que l’on savait déjà puisqu’il a pas arreté de le répéter la saison dernière.
        Je finirais sur ceci, je n’ai à aucun moment parler de malhonneteté: les biais et recours à certains procédés sont très souvent, je le crois, complètement inconscients ( moi meme y étant tout autant soumis que vous) et non volontaires, bref je vous crois de bonne foi dans votre billet.
        Là ou je m’excuse par contre et c’était en effet indélicat de ma part, c’est de ne pas vous avoir remercié pour votre billet et travail, pour cela je suis en effet en tort.
        Sinon pour la semaine prochaine au vu de la preview, j’ai vraiment peur d’une redite de la Bataille des batards, surtout qu’ils ont parlé de dorne dans cette épisode

        1. Nan mais mec… Comment tu veux que ton message soit prit autrement ? T’as remarqué que t’es le seul que la Dame rembarre ? Genre en dessous y a pleins d’autres gens qui ont un point de vue différent et ça lui pose pas de problème, c’est étrange !
          La différence avec les autres c’est que toi tu donnes pas ton avis, tu l’impose en écrasant l’autre. Là où les personnes correctes expriment leurs désaccord de manière cordiale: « Ah tiens t’as vu ça comme ça, moi je vois plus ça et ça parce-que tel élément et tel autre »
          Toi tu débarque en disant  » T’es biaisée, faut arrêter d’interpréter des trucs ça te réussi pas ! Mon avis est mieux parce que parfaitement juste. » Tu donnes pas ton avis, tu cherches à écraser l’autre en ridiculisant le sien.
          Et t’as en plus l’audace de t’offusquer quand l’autrice te remet à ta place… Vraiment sur internet, les gens ne savent plus gérer la critique…
          Un peu de remise en question et d’humilité ça te ferait pas de mal. C’est bien t’as apprit trois concepts de base en zététique, tu sais dire sophisme, biais et stawman, maintenant il te reste le plus gros du travail, te remettre en question. Voir des biais chez l’autre quand on est pas d’accord c’est facile (surtout quand on pense qu’un avis différent du sien est forcément biaisé), les voir chez soit c’est plus dur… Nouveau concept pour toi « la paille et la poutre », tu verras c’est intéressant.

          PS: tu vois comme ça peut être relou la condescendance ?

  2. Cool de pouvoir lire du coup ce long billet sur un épisode globalement bien chelou !

    Avec lequel je suis d’accord et moyen d’accord, ce qui nous avance bien.

    100% d’accord sur le WTF d’or du développement de Sansa, qui se retrouve affublée du rôle bien commode de semi-traîtresse indigne de confiance, quand ÉVIDEMMENT Arya est présentée comme la droite et franche nana qui reconnait la stratégie de Jon, parce que Sansa est trop conne pour comprendre ses motivations. Comme d’hab’ depuis le début, ça m’énerve au delà des mots de faire d’Arya une figure ultra positive quand elle est complètement chaotique et bordélique, tout ça parce qu’elle est devenue un archétype de héros de shonen.

    En revanche je n’ai vraiment pas vécu de la même manière le changement de vision au sujet de Daenerys. Sans doute parce que depuis très longtemps, bien avant la série, j’ai toujours trouvé que le livre travaillait dès le départ le potentiel basculement de Daenerys côté folie, et que son aveuglement au sujet d’Aerys ménageait beaucoup le terrain à ce sujet, tout comme les nombreux rappels historiques à sa maison par le biais de Barristan.

    Pourquoi les réactions de Daenerys sont-elles beaucoup plus scrutées et source de méfiance que celles totalement débiles de Jon ? Parce qu’ils sont chacun ce qu’ils sont : c’est pas parce que c’est une meuf et un mec que les gens jugent différemment leurs réactions. C’est parce que Daenerys est une Targaryen, maison placée sous la crainte de la folie, et Jon un Stark, voir même un copycat de Ned, donc un crétin ascendant too much loyalty.

    Donc ça m’a pas choquée DU TOUT que l’entourage de Daenerys s’inquiète de ses mouvement d’humeur. Et au contraire j’ai trouvé ça cool. J’ai sincèrement toujours pensé que TOUT les Targaryen avaient ce gêne de la folie, à la fois par leurs origines et par la consanguinité crasse de leur lignage. Même les plus nobles d’entre eux ont été source de défiance toute leur vie durant, et leurs exatravagances « positives » placées sous le signe de « bon, ils sont un peu cinglés quand même, ceci explique cela », comme le roi Baelor.

    Et j’ai été ravie au contraire que cette lente bascule de Daenerys soit explorée de cette façon. Pas sous un coup de sang débile, un caprice, une bouderie, comme son personnage a quand même souvent fait l’objet, mais une vraie et juste peur, qui couplée à la perte de ses gardes fous et ses dernières sources d’affections, lèvent ses barrières.

    Et je ne vois pas Daenerys comme une complète folle furieuse, mais juste pour ce que j’estime qu’elle est : une autocrate très dure, qui est pondérée par son entourage, mais a une incapacité réelle à comprendre et gérer le compromis.

    Daenerys comprend lord de cet épisode, et j’ai trouvé tout ça très bien mis en scène, qu’on ne la comprend pas et qu’on ne la comprendra sans doute jamais. Le dialogue autour de Jon met un peu lourdement en scène cette opposition, mais je l’ai trouvé très juste, et lié à bien autre chose que le sexe de Jon et Daenerys.

    Je l’avais relevé dans pas mal de commentaires depuis l’an dernier, mais Daenerys a, a mon sens, une immense faiblesse : elle réalise tout ses exploits par le truchement de ses dragons. Ça ne lui rend pas « la vie facile », comme noté dans ce billet au sujet des critiques la ciblant, mais clairement en revanche, ça lui ôte complètement ce que Ned Stark relevait très justement : un lord doit se salir les mains pour être respecté. Mais il faut être honnête : même si son sang et sa volonté lui donne du pouvoir sur ses dragons, elle n’a jamais daigné apprendre à être une combattante, ni à rendre elle-même ses sentences. Cela l’a distancé, à mes yeux, de chaque peuple sur lequel elle a voulu régner. HORMIS, justement, les dothrakis ! Car elle a gagné seule leur respect, en prenant sur elle, en bouffant le coeur de l’étalon, en se mettant en danger. Ce qu’elle n’a plus jamais fait par la suite. Et ce fut d’autant plus criant lors du dernier épisode, où sans Drogon, elle est totalement vulnérable et décalée. Son pouvoir et son autorité ne repose pas sur son intelligence, ses exploits personnels ou sa façon de se tirer de situations périlleuses : il ne repose que sur ses dragons et sa capacité d’ignifugé.

    Jon est un héros de guerre, et c’est pour ça qu’il est respecté et que ses exploits paraissent époustouflant pour son entourage. C’est complètement biaisé par son totem d’immunité, on est d’accord, mais Jon s’est toujours sali les mains. Il a dû assassiner ses frères d’armes pour maintenir sa couverture, se plier aux coutumes des sauvageons, souffrir pour respecter ce qu’on lui demandait, a mené lui-même les exécutions en tant que commandant de la garde, a toujours été au coeur des batailles.

    Daenerys est en décalage complet avec cette réalité. Et je trouve ça logique et cohérent, à mon sens. Elle a fait le choix de se consacrer entièrement à son héritage et ses dragons, ce qui est tout à fait logique dans son histoire et son personnage. Cela lui donne cette grande force d’être une figure irréelle, imposante, magique, qui subjugue les gens. Mais son revers est que cela la fragilise également lourdement en la déconnectant totalement à la fois de son entourage et des gens dont elle pourrait gagner le respect… Et sans ses dragons, elle perd tout. On ne la respecte pas parce qu’elle s’est battue en personne pour son héritage, au côté des gens qui se battent pour elle. On la respecte parce qu’elle a des dragons.

    Et alors que tout son personnage, toute sa personne est tournée et construite vers son obsession pour son lignage et son héritage, sur son désir ardent d’être une Targaryen, et qu’en prime elle a grandit comme une marginale (sans connotation négative), en vase clos avec son frère, puis avec les dothrakis, et enfin en galérant comme reine temporaire de cité livre, comment reprocher à son entourage de la surveiller comme le lait sur le feu et s’alerter quand son caractère se durcit ?

    J’ai trouvé au contraire cette méfiance très réaliste, et d’autant plus cruelle qu’elle est, je pense, disproportionnée. C’est une ironie terrible justement qu’on commence à penser Daenerys potentiellement très instable et dangereuse (ce qui reste le cas), quand au final son évolution récente n’est pas liée à des coups de sang complètement débile comme ça a pû arriver, ou son amour déraisonné pour ses dragons, mais pour sa crainte tout à fait légitime d’être éjectée par Jon, et sa souffrance d’être écartée et mise à l’écart, conséquence de ses origines et ses choix.

    J’ai enfin trouvé que le personnage de Daenerys atteignait ce que j’ai personnellement toujours attendu, que l’aspect potentiellement TRÈS dangereux de son personnage affleure, et que cela terrifie les gens autour d’elle, car ils SAVENT ce dont est capable un Targaryen. Et pas un Aerys, mais un Aegon. Qui reste quand même un gros taré destructeur qui a été détesté une bonne partie de son règne, et ses descendants sont restés une source profonde de défiance pour les royaumes qu’ils avaient soumis. Et cela transparait chez Daenerys, qui n’est pas une femme-guerrière ou une mûre politicienne comme pouvait l’être Aegon et ses soeurs, mais bien une jeune femme qui a grandit dans le chaos, sans beaucoup de repère, et qui cherche constamment sa place. Ce qui est quand même une sacré source d’instabilité.

    Les Targaryen ont TOUJOURS eu ce rapport complexe avec leur peuple, qu’ils inspirent l’admiration et la méfiance profonde d’un possible déraillement. Barristan avait une chouette phrase à ce sujet, comme quoi à chaque naissance Targaryen, une pièce est jetée en l’air, et le monde retient son souffle en attendant de savoir si elle retombera côté grandeur ou folie. Tout comme la lucidité de Barristan sur les Targaryen était illustré par sa remarque que les Targaryen ont toujours dansé près de la démence.

    Je suis sincèrement persuadée, et depuis ma première lecture des livres il ya 14 ans, que Daenerys a toujours été écrite pour être ce personnage ambiguë, mélange de volonté pure et de courage, mais dépourvue de bon sens et profonde autocrate, que la série a très souvent loupé pour moi, destinée à être un grand personnage, mais corrompue quoi qu’il en sera par son héritage et ses choix. Daenerys a trop de caractère et a conservé une blessure trop profonde de sa vie marquée par la fuite et la peur d’être assassinée pour accepter le compromis, et que ce sera soit sa perte, soit ce qui révélera ses tendances mortellement « fire and blood », et fera le ménage autour d’elle.

    J’ai toujours aimé le personnage de Daenerys précisément pour la noirceur qui a toujours été montré de son personnage, et l’interrogation de comment son héritage et son histoire très compliquée sera gérée. Elle concentre grandeur et décadence, est très marginale à la fois par son existence et son héritage, et je ne l’ai jamais imaginée capable de s’intégrer, et la condamnera toute sa vie à s’attirer la méfiance autour d’elle.

    Et j’ai été très, très agréablement surpris par le jeu d’Emilia Clarke sur le sujet pour le coup. Je n’ai jamais aimé, personnellement, sa manière de jouer la reine. J’ai toujours eu l’impression de voir une petite fille essayer de jouer à la reine, et faire ce qu’elle imaginait être royal, que c’était très peu naturel. Et pour la première fois dans cet épisode, justement parce qu’elle est montrée plus vulnérable, inquiète, consciente des risques, au lieu de gueuler et être bornée, et qu’en réaction, elle se durcit profondément. La sobriété de son jeu, son apparent détachement dans son comportement et ses dialogues, était un régal tant cela transpirait un changement inquiétant chez Daenerys, une volonté que rien ne brisera, et surtout, qu’elle arrête de se soucier de ce qu’on pense d’elle, qu’elle arrête de se donner un genre. Elle est un pur bloc d’acier, et ce sera à prendre ou à laisser, avec les conséquences.

    Bref, tout ce trèèèèès long commentaire pour dire qu’en gros, j’ai beaucoup aimé au contraire la bascule de son personnage vers quelque chose de plus instable et dangereux, tel que j’ai toujours imaginé Daenerys, et que je n’ai pas eu du tout la même lecture quant aux réactions de son entourage. Je ne dis pas que ma lecture est la bonne au demeurant, et c’est clair que l’épisode transpirait à côté un traitement hyper maladroit et déplaisant des questions de femmes, qui m’a profondément déplu, mais dans le cas de Daenerys, pour mal écrit que soient les dialogues et motivations de Varys notamment, je trouve que son évolution suit la logique interne de son personnage, en dépit du scénario écrit à la truelle crasseuse et contrainte par « AH VITE VITE VITE ON DOIT FINIR CAY BALLOT !!!! »

    Ça me laisse inquiète toutefois qu’au vu justement de l’incapacité totale manifestement de la part des showrunners à faire preuve d’un soupçon de subtilité à présent, qu’on ait droit à une Daenerys fofolle et débile pour le combat final, ce qui ruinerait justement la maturation finale, à mon sens, de son personnage. Donc malgré ma satisfaction, je reste tristement lucide sur les capacités limités des showrunners à donner à Daenerys une conclusion digne de son personnage.

    Il est à noter que cette réflexion a été renforcée par ma lecture du leak du vieux script de A dream of spring, qui est très certainement daté et plus d’actualité, mais qui dans ses potentiels spoils révélaient des fins potentielles que j’ai trouvé très intéressante sur les personnages, et m’a d’autant plus donné la sensation que même dans les livres, la réflexion autour du caractère très particulier de Daenerys et des Targaryen, qui ne répond pas aux normes de ce monde, pourra la conduire dans des extrémités difficiles à accepter de son entourage, mais tout à fait logique en égard à son évolution et son héritage, sans qu’elle soit folle pour autant.

    Et pour le répéter aussi : ce n’est bien entendu que MA vision des choses et MA lecture du personnage, qui est certainement loin d’être la vérité absolue, mais qui a été une réelle satisfaction pour moi au milieu de ce show qui m’a toujours laissé pas mal « bleh », et dont je n’attends pas grand-chose. Mais j’ai été assez heureuse de cette partie de l’épisode, même si ma crainte de voir tout être ruiné pour cet avant-dernier épisode est assez claire, et que je sais bien également qu’une grande partie de l’écriture autour de l’évolution de Daenerys est motivé par beaucoup de mauvaise écriture qui tombe juste un peu par hasard, ce qui est bien dommage. Disons que c’est un heureux accident.

    1. On est globalement en phase sur cette vision de Daenerys 🙂
      Ce qui m’a gêné profondément ici, c’est l’idée de prendre un virage trop rapide et trop artificiel ou l’on s’interroge soudain sur elle. Et surtout le fait que ce parti-pris dessert le personnage 🙁

      1. Je pense que la semaine prochaine on aura chacune le maillot « I vote Targaryen » pour la bataille « finale » 😀

        J’arrête pas de me demander pour le coup si on aura l’épisode « final » la semaine prochaine et un gros épilogue ensuite, ça fait toujours un rythme bizarre qui me laisse une drôle d’impression, mais ça serait pas déplaisant d’avoir une VRAIE fin au moins… Pour peu que ce soit pas une hécatombe niveau cohérence et achèvement d’arc de personnages :/

    2. Un petit message pour dire que je suis tout à fait d’accord et que vous avez exprimé plein de choses que je ressentais sur Daenerys sans réussir à bien les formuler. Merci.

      1. Oh bah chouette du coup, ça me fait plaisir à lire, j’avais peur que ce soit très pénible à lire et un peu chiant vu le gros pâté haha !

  3. « quoi que tu décides de toute façon, D&D ont décidé que tu étais folle et que chacune de tes décisions sera insensée. »

    Je crois que ça résume assez l’épisode, même si je l’ai apprécié. Je comprends pourquoi ils ont fait coucher Jaime et Brienne, c’était pour intensifier le drama du départ de Jacques Lannistre vers sasoeurlareine. Par contre, je trouve la réaction de Brienne très juste, je ne l’imaginais pas une seule seconde foutre une baffe, elle est très fragile, nonobstant ses talents de guerriers.

    Le jeu de Nicolas… Machin Waldau est sublime aussi dans son ode à Cersei. On retrouve le Jaime pré-lockien.

    A propos de Locke, j’ai retrouvé un peu de son esprit dans la tirade de Bronn sur « comment une famille devient noble ». Oui, c’est un peu comme la mafia. Michael est un enculé, mais il espère que petit-fiston Corléone sera un honnête avocat d’affaire (haem).
    Cela dit, il y a du y avoir aussi des familles qui se sont retrouvé au sommet par leur force et leur courage, ne soyons pas 100% cynique.

    Bronn Ier de la Néra, warden of the south et lord of the bief, ça en jetterait quand même.

    Je passe sur les innombrables passages féministes du billet qui m’ont fait tiquer (avant de taper : cf première phrase de mon com : ich bin dakkorren with das grosso modo topo about Danny), car enfin, des personnages « avec une bite » qui sont apparus comme des connards/idiots/lâches/sadiques, il y en a eu un paquet. Et aucun mec n’est venu chouiner sur une supposé mysandrie des auteurs. Non, ils sont juste con, et pour couronner le tout, il était IMPOSSIBLE de faire quelque chose de non-caricatural en SIX épisodes. ça fait des années que je le dis.
    (le drame c’est que la saga ne sera jamais refilmée. Qui pourrait endosser le rôle de Tyrion après Dinklage ?)

    **

    Donc oui, pour la première fois depuis longtemps, je me sens assez en sympathie avec Danny, maltraitée par Varys, les scénaristes et ces chauvins de Stark. WTF Sansa ??? Enfin bon, je comprends, elle veut l’indépendance du Nord, Danny ne veut pas, d’oû, tragédie, comme l’aurait dit Bruel dans P.R.O.F.S. Mais un minimum de reconnaissance, ça t’arracherait la gueule ?

    quelques points pronos lugubres : ça sent mauvais pour Cersei (c’est « la méchante », donc ça sent toujours mauvais pour eux).
    ça sent mauvais pour Sansa, car, je crois que c’est lors de la réunion sous l’arbre, on a entendu le thème Stark façon Ramsay.
    ça sent mauvais pour John qui, symbolo-magiquement, a perdu et son loup et son dragon, que lui reste-t-il ?
    ça sent mauvais pour Danny puisque les scénaristes veulent sa peau (si GRRRM fait la même chose, je suis sûr que ce sera avec quand même plus de subtilité et plus de PAGES)
    ça sent mauvais pour Varys (oh, comme je voudrais le voir brûler par Drogon) (au passage, je crois qu’un des fils de Charlemagne se nommait Drogon…. après quoi, les carolo se sont fait nommer « le bègue », « le gros », « le simple », voir même Lothaire, brrr.)

    j’ai tellement apprécié ce retour à la politique que j’ai même pas tiqué aux erreurs stratégiques évidentes (les scorpions de Cersei qui servent à rien, Danny qui n’attaque pas par l’arrière -cela dit il y a peut-être des scorpions en poupe, et peut-être peuvent-ils tourner un peu sur eux-mêmes)

    ultime regret : ça aurait-y pas été classe que Cersei balance négligemment de la main Missandei dans le vide, en corrélation avec le « do for love » du frérot ?

    PS : adieu, Ghost, tu m’as ému cet épisode. Crétin de Jon, mais bon, Jon, comme dit dans le billet, est un coeur pur, ce qui produit parfois de belles nedstarkeries.

    PPS : allez Danny quand même !

    1. Pour Cersei, j’ai cru exactement la même chose ! Quand elle a pris le bras de Missandei, je me suis demandée si elle n’allait pas en effet la jeter dans le vide.

  4. Je me permettrais de compléter brièvement le billet de Ama en parlant du « fucking north » (pour citer un philosophe connu).
    Pour moi, si effectivement les réactions de Sansa sont amplifiées et déformées par la nécessité de faire rentrer au chausse pied les personnages dans des cases pour parvenir à la fin décidée par la production (on en parle de ce secret qu’elle diffuse à un Tyrion dont elle ne sait PLUS RIEN depuis le temps alors qu’elle pourrait le garder pour elle et jouer sa carte au moment opportun?), ses réactions sur le Nord me semblent parfaitement cohérentes.
    Alors oui, Daenerys arrive pour les sauver, avec son verredragon et ses dragons, et ses armées, mais il a fallu la convaincre, et satisfaire son caprice de « bend the knee », alors que très clairement on avait d’autres direwolves à fouetter. Ensuite les Nordiens n’ont rien à carrer du reste des 7 couronnes : ils sont loins, isolés, vivent à mille lieux de la politique du reste des royaumes, et n’ont que faire de savoir si le roi est un Targaryen, un Baratheon ou Bronn tant qu’on y est. Tout ce qu’ils savent, c’est qu’un Nordien qui va au Sud risque d’y crever, et Sansa le SAIT! Elle a vu de ses yeux vu que le Sud des 7 couronnes est un nid de serpents et qu’on ne peut rien en tirer, que tout ne sera que plotting et scheming alors que quand je regarde la série, je vois une femme qui a souffert, a découvert ses incroyables capacités, et veut surtout qu’on lui FOUTE LA PAIX, à veiller sur sa terre et ce qu’il reste de sa famille, et utiliser ses capacités pour le faire. Je ne la vois pas s’opposer par Daenerys juste parce qu’elle ne l’aime pas, mais elle s’oppose à Daenerys parce qu’elle est arrivée sans se déchausser pour se servir dans le frigo des Lords de Winterfell avec sa moue pincée de bourgeoise peroxydée, et qu’elle a « rabaissé » Sansa en essayant d’acheter son amitié avec des confidences de fille. Sansa à ce stade se fiche d’une amitié basée sur l’affection, elle veut du concret, des engagements, et Daenerys ne lui sert que du « oh vous êtes si jolie hihihi » pour tenter de lui faire accepter sa qualité de reine « légitime » (oui je rigole toujours de la fameuse légitimité Targaryen quand ils sont issus de 3 pécores qui se sont expatriés de leur terre en flamme pour aller conquérir des royaumes qui se géraient seuls sans aide.) Sansa est un peu comme Bran, et Arya au final, les derniers Starks ne sont plus totalement des humains mués par la volonté de posséder pour eux : Arya a sa mission de mort à finir, Bran est gardien du passé, et Sansa gardienne de leur terre ancestral, sans sa mission de défense des hommes contre la magie, le Nord veut se replier sur lui même et panser ses plaies. Elle voit en Daenerys une menace à cette tranquillité dans le futur, et veut la contrecarrer. La faiblesse de Daenerys par rapport à Sansa, c’est qu’elle ne comprend pas cet état d’esprit et l’assimile tout simplement à une sorte de jalousie.

    Encore une fois, ce n’est que mon humble avis.

    J’ai très envie également de faire un apparté sur Brienne et Jaime, mais j’attends de voir si D&D nous fait une Infinity War à cracher sur l’évolution des personnages xD

    1. Je ne remets pas en cause du tout les positions politiques de Sansa. Elle n’a pas tort dans le fond. Par contre, le rush final de la série n’excuse pas, je pense, le manque total de subtilité avec laquelle le personnage est traité actuellement. Et c’est ça qui coince le plus chez moi.

      1. Mais ce n’est pas la première fois que les personnages s’interrogent à propos d’elle. Tyrion est déjà inquiet à Meereen quand elle veut faire brûler la ville, il lui rappelle alors la folie grandissante de son père. Varys aussi quand elle crame les Tarly. Je ne suis pas surprise par la méfiance et la peur qu’elle inspire même si tout comme toi je pense qu’au fond Varys lui préfère Jon car il sait qu’il pourra plus le manipuler. Je suis d’ accord avec le commentaire ci-dessus, j’ai vraiment apprécié le traitement de Daenerys lors de cet épisode et ça rejoint également ma vision du personnage, héroïne aussi tragique et esseulée que potentiellement dangereuse. En revanche, comme toi, je suis étonnée de la naïveté déconcertante dont font preuve Tyrion et Varys, c’est la guerre malheureusement , bien sûr qu’il y aura des victimes et leurs conseils stratégiques ne sont pas très pertinents

  5. Bon, on a déjà échangé longuement sur cet épisode via FB, je n’ai donc pas grand chose à dire ! J’aime beaucoup ta réécriture du discours de Jon durant le bûcher, avec l’allusion à l’absence de lord Royce dans l’épisode 3 ! x)

    Rien à dire de plus sur le reste, il est grand temps que la série se termine.

      1. Alys, non ? 😉
        On l’a vu partir avec Theon et Bran, mais jamais revue depuis. Je l’aimais bien moi cette petite (bien plus que ses oncles, son père et son grand-père, MDR).

      2. Ouais j’ai cherché aussi, rien à faire pas trouvé ! Sur reddit quelqu’un a cru la voir dans le rassemblement crémaillère, mais l’actrice n’étant pas créditée au générique, et le gars n’est pas sûr, donc on peut considérer que la choupette à rejoint son poteau Ned Omble au Paradis !

        Sinon concernant Rhaegal, j’ai trouvé ce qui me gênait dans la scène. Hormis le camouflage d’invisibilité que cette andouille d’Otacon a cru bon de prêter à Euron, je me posais une question : c’est qui Rhaegal ? Et en fait je retombe sur le même soucis que la mort de Viserion. Ce dragon pour moi c’est un figurant. Je ne le connais pas. Du coup, sa mort brutal est choquante car violente, mais elle ne me donne aucune empathie malheureusement.

  6. Pour en revenir sur la moue de Sansa à l’annonce de la « lordification » de Gendry, pour moi elle lance un regard atterré à Tyrion parce que celui ci regarde Daenerys avec affection/admiration. Yavait un côté « on en a parlé l’épisode dernier, si tu es amoureux de ta reine, ça ne fonctionnera jamais toiiii et moiiii ».

  7. Mais… Mais…
    Tu y crois vraiment toi au Jaime pré season 3 montant son fidèle destrier vers son horrible soeurette pour la sauver ?
    D&D sont super cons, mais là, je pense que ce serait vraiment trop exagéré… Quoique…
    Le peu de développement de Brienne et Jaime pendant l’épisode (z’ont quand même passé plusieurs semaines en tant que co-habitant, chais po moi, aucune discussion, rien). Pour moi, D&D savent très bien que le montrer serait bien trop parlant et que, si c’était le cas, personne ne croirait à la « trahison » de mister « I have no game » Lannister. Et comme ils tiennent à leur subversion de crottes, quitte à nous faire un épisode fanfictionnesque sans s’en rendre compte (ou ptêt qu’ils n’en ont juste RAF).
    Non, vu comme c’est parti, il nous a fait un coup à la Arya vis-à-vis de Nymeria de la première saison (au lieu de jarreter des cailloux à sa wench, il s’est juste contenté de lui faire un discours sur l’horrible personne qu’il est).
    Tu le sens arriver là la scène de m… où Jaime arrive à Cersei pour la lui faire à l’envers (ouh là, le plot twist, je ne m’y attendais pas du tout les D&D). Reste plus qu’à lui faire dire un truc du genre « The things I do for love » et sa jumelle qui se dit « Oh p…, c’est plus pour moi que tu tues des gens ? Pffff ».
    Ce qui m’y fait penser :
    – NCW qui dit être content du développement de son perso. C’est la première fois qu’il est aussi catégorique, même si c’est peut-être juste parce qu’il n’en a plus rien à f*** . Vu son opinion du Jaime de la saison 7, je ne pense pas qu’il puisse être satisfait d’un Jaime qui retournerait chez Cersei la queue entre les jambes.
    – Le passage de Bronn qui prouve que si Cersei gagne, ils ne seront jamais tranquille
    – C’est d’ailleurs quand il apprend que Dany a perdu un autre dragon et une partie de sa flotte qu’il réagit (Sinon, on en parle des 10 unsullied qui protégeaient Dany & co pendant la négociation ? Sérieux, même s’il y a Drogon, Dany devrait être morte ou capturée depuis longtemps vu ce qu’il y avait comme hommes devant les remparts. On se serait cru dans les Monthy Pythons and the holy grail)
    – et je me répète mais l’absence de scènes supps, même si le nombre de zodes est super limité, ça fait vraiment cheap. Mes amis shippers et moi ne méritions pas ça.
    Puis sinon, pour complémenter encore l’écriture de D&D… J’aime beaucoup regarder les reactions aux zodes de GoT et pour la scène « Braime », j’ai halluciné sur les différentes interprétations :
    – Oh, p…, elle est vierge elle ? (ça, ça vaut presque le « On n’avait oublié d’expliquer clairement que Cersei et Jaime était frère et soeur  » du Pilote raté)
    – Oh, il couche avec par pitié (Euh… ouais, c’est tout à fait en accord avec la personnalité des deux là…)
    – Le jeu de mot du « one knight stand » (euh, les gars, plusieurs semaines, à moins que certains n’aient encore trouvé le moyen de voyager dans le temps… Comme Tormund & co qui ont « contourné » l’armée du Night King, vous savez, celle qui ne se repose ni ne s’arrête XD)
    Fin bref, c’est moche ce qu’ils en ont fait et ils ne vont pas pouvoir le réparer pour moi. Et p…, s’ils ont gardé Brienne en vie juste pour pouvoir lui faire couver un bambin Lannister, je vais vraiment péter un cable.
    Enfin, tout ça pour dire que je me suis bien marrée en lisant ton billet. C’est toujours ça de pris après ce genre de zode :-p
    Et puis, nous reste les fanfictions (très bien écrites pour certaines, bien mieux que ce zode en tout cas)

  8. « La madame elle dit beaucoup zizi quand même dans son texte »
    (Lya , 10 ans , ma nièce il parait )

    Bon oui là Gente Dame le billet a presque brûlé mon PC là , en même temps normal. Bon là c’est clair qu’autant j’ai grave aimé l’épisode précédent autant là je suis mitigé , ça va trop vite et surtout je sais pas si quelqu’un là déjà dit ma j’aurais bien voulu un Bran qui nous fasse un débrief sur le NK ou une Dany en mode  »Waaaaaagh » même si ça à permis un tir au pigeon sympa ensuite. Du coup j’ai très très peur pour les deux derniers…. Petit point sinon Arya j’aimerais bien qu’elle parte genre rejoindre la compagnie dorée après un petit régicide à la cool par ce que là je vois pas pourquoi elle voudrais soudain partir dans le lointain en sifflotant sauf si elle veut faire une attaque suicide sur Cercei….

    Breef un peu de l’avis de tout le monde , trop rushé et WTF  :/

    Du coup pour me défouler j’ai jouer à AS Odyssey et je balance des gens dans le vide avec le coup de pieds Spartiate….. (nan mais sa passe je joue Kassandra )

  9. Merci pour le billet la Dame pour ce billet, je suis toujours aussi fan de votre style d’écriture, de la finesse d’analyse, et des memes de qualité choisis aux petits oignons.
    Je suis vraiment partagée sur cet épisode, car si j’étais dedans une bonne partie grâce de bons moments (les funérailles, le banquet), certains m’ont fait tiqué pendant le visionnage. A froid, je retiens de cet épisode, une frisée de passages défiant l’incohérence pure.
    Dans le désordre :

    L’ « au revoir » de Jon à Ghost. Cela avait du sens de laisser Ghost partir vers le grand Nord symboliquement et pratiquement, mais la manière dont cela est traité est un bon résumé du traitement des direwolves par la série.
    L’emboîtement entre Brienne et Jaime. De manière générale, j’aurais préféré que leur relation reste comme elle était, platonique, bienveillante et teintée de respect mutuel. Déjà car je tique beaucoup sur la propension de la série à vouloir caser tous les personnages féminins ainsi que de faire passer toutes les pucelles à la casserole (et donc d’en faire des personnages sexualisés) avant le grand final. Mais aussi car la manière dont est traitée leur relation est exactement ce que je redoutais : on passe d’une relation subtile à du drama fort inutile (cela ne fait pas du tout avancer l’histoire de Jaime et Cersei), à part desservir Brienne.
    Un autre truc que je redoutais avec la fin du pan magique, c’est le passage à de l’intrigue politique pure et dure. Sauf que sans la bouée Martin, on se vautre allègrement dans les incohérences et les raccourcis scénaristiques pour la gloire du twist plots et du drama. Liste non exhaustive des incohérences ou autre raccourci scénaristique, on peut mentionner le fait qu’après avoir le reste des royaumes pendant plusieurs saisons, on nous sort un prince de Dorne d’un chapeau magique, et on nous pond un nouveau seigneur d’Accalmie sans regard de ce qui se passe concrètement sur le terrain.
    Je ne suis pas une tacticienne, mais n’aurait-il pas été possible à Daenerys d’attendre quelques mois histoire de commencer à laisser à ses troupes et son dragon le temps de se reposer, éventuellement de rallier quelques familles restantes contre Cersei qui en plus d’avoir certainement braqué une partie des autres royaumes, ne pourrait ni payer indéfiniment la compagnie dorée, ni garder la population indéfiniment entre les murs du donjon rouge ?
    Sur la lecture de Sansa, je plussoie complètement Amaltheren et Enelos. Je rajouterai aussi que Sansa en tant que représentante des intérêts du Nord a tout intérêt à avoir l’héroïque fessier de Jon sur le trône. Sans accorder nécessairement l’indépendance au Nord, il est beaucoup plus malléable, mou et sensible à laisser le Nord tranquille, mais également plus fiable et digne de confiance qu’une reine venue de nulle part, qu’elle ne connait pas, et qui est visiblement peu disposée à négocier. Comme cela a été souligné dans les commentaires, l’envie du Nord de déclarer leur indépendance est totalement compréhensible. La source des maux de la famille Stark a pour origine l’ordre de Robert Barathéon à Ned de devenir sa main. (Mais cela n’empêche, le traitement de son personnage est complètement con et indigne).
    Je n’ai pas non vu vécu le personnage de Daenerys de la même manière par contre (mais c’est tout à fait subjectif), je trouve justement que pour l’instance les producteurs évitent la facilité d’en faire une siphonnée du bouchon, une mad queen de bas étage qui veut tout cramer avec pour seule justification qu’elle est le fruit d’un inceste targaryen. (Pour l’instant….)

    Je suis en train de remater les saisons précédentes et je me suis rendue compte que j’avais oublié que j’appréciais honnêtement le personnage de Daenerys dans les premières saisons. La saison précédente et les premiers épisodes de cette saison ont énormément contribué à faire de Daenerys une caricature de ce qu’elle laissait pressentir comme côté sombre dans les premières. Son côté break the wheel capricieux m’agaçait fortement quand d’un côté on ne sait toujours pas en quoi elle serait source de nouveauté positive pour Westeros (pour l’instant, elle n’a a son cv que les catastrophes de Meeren et Yunkaï) et qu’elle n’avait comme réelle source de légitimité que son ascendance targaryenne et ses dragons.

    Dans cet épisode, j’ai complètement renoué et j’ai ressenti de l’empathie pour son personnage (ainsi que pour son bon cœur). Déjà car c’est l’épisode oü Emilia Clarke m’a véritablement bluffée. C’est aussi dans cet épisode que je me suis rappelée de son bon cœur par la mesure de l’amplitude des sacrifices qu’elle a fait pour une sale bande de goujats xénophobes, l’injustice qu’elle (et nous) ressent au fur et à mesure que tout ce qui faisait son pouvoir disparait et son isolement.

    Que son entourage s’inquiète est assez évident : comme vous le soulignez, Varys est un opportuniste qui considère Jon comme un cheval plus malléable donc plus intéressant. Le pénis de Jon et la folie targaryenne sont de bonnes excuses pour manipuler Tyrion. Tyrion, de son côté, est un idéaliste un peu naïf qui a du mal à imprimer que la guerre, ça tâche. Ça, plus le fait un peu fâcheux que pour l’instant Daenerys a toujours à faire ses preuves en tant que bonne dirigeante, cela peut suffire à instiller du doute en lui. (Cela dit, je ne pense pas que Jon soit le meilleur candidat à la présidence westerienne. Par certains aspects, il ressemble à Robert Barathéon je trouve, de par son aspiration aux actes héroïques, mais une non volonté à gouverner, puisqu’il n’hésite pas à déléguer dès que possible quand il peut se décharger de ses responsabilités).

    Je suis totalement d’accord avec Amaltheren sur le fait qu’il n’y a pas de fumée sans feu et qu’au vu de l’historique familial, des actes passés de Daenerys et de sa personnalité (bornée, sûre d’elle, charismatique, courageuse, capable de prendre des décisions, impulsive), on sait qu’elle est capable de grandes choses, tout aussi terribles que brillantes, et cela est réaliste que son entourage la surveille. Le problème, pour moi, est que cela a finalement été peu traité les saisons d’avant. Ce questionnement sur sa santé mentale apparait un peu comme un cheveu sur la soupe, d’autant plus que la plupart de ses actions sont justifiées dans cette saison (les stratégies proposées par Tyrion ne se sont soldés que par des échecs, sa situation est précaire et toutes les raisons qui ont déjà été énoncées ici). Et comme Amaltheren (encore), je trouve qu’on aboutit à un traitement de l’ambigüité du caractère de Daenerys qui me semble mieux traité que dans les saisons précédentes et bien plus intéressant (mais encore une fois, c’est tout à fait subjectif).

    1. C’est exactement ça, le personnage de Daenerys est ambigu, c’est clair, mais le traitement qui en est fait actuellement enfonce au tractopelle ces aspects… C’est tellement dommage…

      Et oui, Emilia Clarke explose vraiment dans cette dernière saison. Elle était impériale dans toutes ses scènes.

    1. La grande question c’est aussi de savoir s’il va finir en 2 livres ? Parce qu’il avait l’air de dire qu’il aurait fallu 4 saisons de plus à la série pour terminer au mieux…

      1. Il me semble qu’il a déjà évoqué aussi la possibilité d’un huitième ouvrage, on n’a pas fini d’attendre du coup D:

        1. Je ne vois pas comment il peut finir en 2 livres vu son style, à moins de backstaber l’hiver en mode Arya.

          Mais je n’ai plus aucune illusion sur la capacité de Georges pour finir son oeuvre..

          il est dommage que la série ait voulu respecter 1 livre/1 saison en gardant l’idée qu’il y avait 7 livres

          1. Si GRR Martin y passe , il y as un successeur pour terminer les livres à sa place ?

          2. Coucou la Dame,
            Je réagis à ce post car on parle beaucoup de Dany.
            Tout d abord je vais commencer par avouer que je déteste Dany depuis des tas de saisons déjà et que je suis déjà un peu biaisé donc je m’excuse à l’avance pour ça. Je n’ai jamais réussi à comprendre et avoir de l empathie pour elle depuis meereen je crois. Ses décisions m ont toujours semblees mauvaises et dénuées de réflexions politiques. J ai vraiment l impression qu elle n a aucun talent pour régner. De plus je ne supporte pas son arrogance, je ne comprends pas son besoin de pouvoir et je trouve sa démarche extrêmement hypocrite. Depuis deux saisons je n en peux plus de ses « bend the knee », et je sentais monter la folie déjà.
            J ai beaucoup aimé le commentaire d almatheren qui m a du coup aidé à appréhender le personnage sous un nouveau jour et je l en remercie. Mais cela me questionne. Me suis je trompée sur mon analyse de dany ? Est ce ma faute ou la manière dont la série dépeint le personnage ? Franchement je ne sais pas mais je m interroge sérieusement xD
            J ai aussi toujours eu bcp d agacement car mon entourage adore dany et déteste sansa. Dany pcq elle a des dragons… Sansa pcq elle fait rien et elle est cruche. Bref je pense que j ai érigé ses personnages en antagonistes en terme d affection haha xD

            Je suis vraiment d accord que cette saison merde complètement sur le développement des perso féminins et bah juste en général fout en l air ce qui a été mis en place pendant les 7 premières saisons. Par contre contrairement à toi je n ai pas du tout trouvé que cet épisode précisément appuyait sur la folie de dany, que du contraire. J ai justement trouvé qu elle était très lucide et a part une ou deux phrases qui clairement montre qu elle est avide de pouvoir et pas tellement soucieuse du peuple, je n ai pas du tout pris ça comme de la folie. Contrairement à quand elle crame des gens, ou s énerve quand on « lui manque de respect » dans pleins d’autres épisodes. Je trouve ça logique que ses conseillers se posent des questions, si pas sur sa folie au moins sur son intégrité, car au final est elle si differente de cersei qui veut uniquement le pouvoir pour elle même ? (chose que je ne comprends vrmnt pas de la part de dany en vrai).
            Je ne pense pas varys aussi avide de pouvoir que toi, et je l ai tjs vu comme qqu de sincère dans sa démarche, et loyal au royaume. Je n ai pas tellement d arguments pour étayer cette vision mais je n ai pas tellement non plus de raisons de douter de son honnêteté.. C est ce qu’il a toujours dit et fait au final. Je dois avouer que je suis plutôt en accord avec lui.. Doit on rester loyal à quelqu un qui clairement part en roue libre juste parce qu on a jure loyauté ? Mais je suis d accord que depuis que tyrion et varys ont rejoint dany, aucun des deux ne donnent de bons conseils et encore quand ils en donnent pcq la plupart du temps ils font même pas leur job. Et ça c est un gros gros gros problème de la série cette saison,…

            J ai aussi été très mal à l aise pendant la conversation sansa-limier. Je pense qu ils auraient pu avoir une conversation similaire sans complètement faire l apologie du viol et de la violence… Genre sansa qui répond simplement qu on ne peut pas changer ce qu il s est passé et que ça ne sert à rien de regretter mais qu il faut aller de l avant ? Quelque chose ainsi ? Très niais mais nettement moins gerbant xD

            (dsl si mon commentaire part sans tous les sens, je suis sur mon GSM et je n ai pas de vision d ensemble)
            Au final ma question principale c est pq ne faire que 6 épisodes ? Pq pas 10? Est ce vraiment une question de budget ? C est dommage parce que je pense qu en prenant son temps, la saison aurait pu être bien meilleure. Cette saison n est pas seulement rapide en terme d avancement de l histoire, on a l impression qu ils ont aussi rushé l écriture. Comment est ce possible alors qu avec autant de maillons de la chaîne pr intervenir et dire que ça n allait pas, personne n à relevé les problèmes d incoherences? Les scénaristes ne connaissent ils pas l esprit de la série, les événements et tout par cœur ? Ca me dépasse. Vu la déception globale je pense que quand les livres seront finis (on croise les doigts), d office ils vont refaire la série d’une manière ou d’une autre (comme full metal alchemist a l époque).

            Bref merci pour tes billets chaque semaine 🙂 cela fait maintenant qqs années que je te suis avec plaisir.

  10. on va commencer avec le point godwin et blague depuis lundi: Sansa est devenue le personnage préférée de Marine le Pen cette semaine avec ce traitement (il manquerait plus qu’elle perde un oeil dans une bataille quelconque tiens) A part ça, très bon billet où avec certains journalistes sur Hellboy, je n’ai pas autant ressenti la frustration et la colère derrière ces mots (et les mêmes, celui de Fantôme derrière le scorpion m’a fait rire).

    Au delà de problèmes d’écriture clairs (pourquoi ils ont accepté de boucler la série en 13 épisodes au lieu de 20 déjà? ) C’est le symbole que là encore je pique à un commentaire lu sur Internet qui est fort à propos: Fantôme c’est ni plus ni moins que Martin ou le respect de l’adaptation des romans maintenant qu’ils l’ont dépassés et comme tu as pu le souligner sur l’aspect Méta du lore des romans via la série (accalmie et l’origine des Castral Roc) c’est en effet le fantôme des romans qui se manifestent par bribes dans les scripts de la série.

    Mode bourrin sanguinaire on: Et vu que tu fais allusion à Endgame, parlons morts des personnages principaux, c’est pas que je veux un génocide pire que 300 et la horde sauvage réunis mais , ok, Dany a encore perdu un dragon et Missandei, Ok tu as l’armure de scénarium et le totem d’immunité labellisé GRR Martin favorites MAIS ça écume pas des masses depuis le dépassement des romans, je vais être méchant mais même dans Harry Potter, tu en as plus d’une dizaine défalqué, une dizaine !

    Et des principaux comme des secondaires. Ok, ils veulent suivre le modèle du seigneur des anneaux, que Miguelito refasse un bodycount comme la bataille des bâtards mais avec les persos principaux ! il reste concrètement moins de 3h pour dessouder et choquer avant de conclure. Ha et en points pas traité: on en parle des économies faites sur l’épisode? l’arrière plan de l’entrée Est de Port Réal, ouais…

    Et je voulais juste parlé de ma crainte lié à l’épisode de la semaine prochaine: Si A Long Night c’était la bataille du gouffre de helm mâtiné d’un peu de Pelennor, Là, on va forcément avoir droit à une bataille à 50% full CGI vu l’ampleur à venir (dragon + bateaux + chevaux et compagnie dorée option feu grégeois sur Port Réal) Non pas que je doute des paroles d’Emilia Clarke parce qu’elle fit son job, à savoir la promo (rappelez moi dans quoi elle a joué en juillet 2015? ) mais sincèrement GOT aurait pu dépassé en termes d’épique le seigneur des anneaux, les plans de dragons rivalisent à peine avec ceux de Smaug dans les hobbit (mais reste beau tout de même) MAIS aussi doué et chouchoutisé soit Miguel Sapochnik, ce n’est pas un Peter Jackson et pour l’ultime bataille de la dernière ligne droite, envoyez du lourd pour cacher les coutures qui craquent.

    SPOILERS!!!!! Un leak serait disponible depuis quelques jours sur le descriptif des synopsis des épisodes 4-5-6 et beaucoup ragent et tempêtent contre D&D dont des personnes qui avaient excuser la mort du Roi de La nuit.

    1. Mince ? Toute la fin de la saison a fuité ? Ou c’est des théories reddit ? J’espère que ça ne va pas trop se répandre, j’aimerais pas être spoilée (comme j’ai été accidentellement spoilée sur la mort de Viseryon la saison dernière 🙁 )

      1. Alors je suis partie enquêter, ayant décider de brûler tout mes vaisseaux sans regarder en arrière, vu ma méfiance exacerbée pour la fin de la série.

        Pour retracer, il semblerait que l’épisode 4 a leak dans la totalité de son script avec trois screenshots, suivi d’éléments majeurs des épisodes 5 et 6, avec de très gros points clés. De ce que j’ai vu concernant les sources, ce serait des hackers thaïlandais qui demandaient du fric, ainsi qu’un mec bossant aux CGI.

        Le leak des hackers était intégralement vrai de bout en bout pour le coup à postériori, ce qui semble être plutôt sérieux pour le leak des épisodes 5/6, même si j’ai pas tout à fait saisi si la source ‘était la même ou issu du mec en interne.

        Et hum. Si les leaks des épisodes 5 et 6 sont vrais… Je brûle tout. J’en attendais rien, mais si c’est ce que j’ai lu, ma frustration et ma colère sera au delà de la stratosphère.

        Je ne dirai rien de plus, parce qu’il faudra attendre de toute façon dimanche pour voir à quel point ces leaks sont réels. Je reviendrai dessus sur le prochain billet si c’est pertinent.

        1. Ouille. Internet va devenir un espace dangereux dans les prochains jours si je comprends bien. Soyons donc prudents, et merci de nous confirmer ça la semaine prochaine 🙂

          1. Les gens sont étonnamment propres je trouve pour le coup, à priori ça a leak le 5 mai, et j’ai quand même dû fouiller une petite heure pour trouver soit des tweets en parlant explicitement, soit faire le tri dans ce bordel à ciel ouvert qu’est reddit. Et même là c’était un tweet ayant eu l’amabilité de mettre lesdits leak dans un lien externe qui a finit par me donner mes réponses.

            Donc j’espère que les gens se tiendront à carreau jusqu’à dimanche. Les spoils pour l’épisode 6 sont mineurs je trouve et découlent du 5, qui lui est bien fat. Cela dit un élément m’a fait lever un sourcil parce qu’il me parait impossible techniquement parlant, j’ai donc le mince espoir qu’une partie du leak soit faux. Mais comme les contraintes de temps et d’espace, D&D se torchent un peu avec depuis l’an dernier, il est bien possible que ce qui me parait WTF soit justifiable, ce qui me chagrinerait au delà des mots.

            Donc je ferai un avant/après leak la semaine prochaine pour qu’on voit si c’est la fission nucléaire ou si on a échappé au pire !

  11. Merci pour ce billet qui m’a permis de mettre le doigt sur ce qui me dérangeait beaucoup dans cet épisode…
    Ce traitement de Daenerys… L’idée est bonne, et je me dis que c’est quand même une dictatrice en puissance depuis Mereen, mais là… Elle ne fait rien pour mériter ce statut de tyran que lui colle Varys. C’est gratuit… Avant l’arrivée de Jon dans la course le comportement de Dany lui allait bien… Ce revirement est méga artificiel et tombe comme un cheveu sur la soupe. Si encore un prémisse avait été évoqué à la saison précédente, après le barbecue Tarly, ça aurait eu du sens… Mais maintenant ? Oo
    Ma prévision pour la suite, c’est que Tyrion et Varys vont devoir faire tuer l’autre le plus vite possible pour éviter que l’autre le trahisse. En tout cas c’est ce qu’auraient fait les Varys et Tyrion de la saison 2… Ceux de maintenant, je ne sais pas… Ils jugeraient peut être que tuer c’est mal et décider de ça à pile ou face (règles à l’Aquitaine)…

    Le traitement de Sansa est une déception pour moi. Tout ce build pour ça. Ça fait deux saisons que son traitement est méga artificiel mais là… C’est encore pire que le répage de chignon avec Arya… Et ce discours imonde sur ses agressions… Je pense que c’est de la maladresse, mais c’est pas la première fois qu’il y a un discours ambigu sur le viol dans la série. (L’agression de Cercei par Jaime dans le septuaire, qui a même pas été pensée comme telle..)
    Et Brienne… Comment cette scène si attendue a pu être aussi bâclée ? Il ne s’en dégage rien. La réalisation est absente et la subtilité a dû partir boire des coups de l’autre côté du détroit !
    Cette scène méritait tellement mieux qu’un  » Oh là là il fait chaud ici… Je vais me mettre tounu parce que fiouuu » Nicolaj et Gwendoline font de leur mieux pour faire passer le truc, ils jouent très bien mais c’est tellement mal écrit que ça ne passe pas…

    Ce qui est frustrant c’est que tout les évènements de l’épisode sont vraiment bien sur le papier. Mais l’exécution est tellement rushée… Tout est expédié dans la tronche du spectateur sans ménagement. Il en résulte une artificialité qui empêche tout investissement émotionnel. Les personnages ne sont plus que des archétypes qu’on fait rentrer en forçant dans le moule…

    Je me demande vraiment le pourquoi de ce choix de réduire le nombre d’épisodes. Il est clair qu’il y avait besoin de plus de temps pour finir la série de manière satisfaisante… À ce niveau c’est plus une balle dans le pied, c’est du rocket jump… Soit D&D en ont marre de la série, soit c’est HBO qui poussé au cul pour faire des économies… Bref, je suis très triste de voir cette série que je suis depuis 7 ans devenir l’ombre de son ombre… Quelque sera la fin, je serai forcément déçue, parce que le chemin pour y arriver aura été complètement bâclé et rushé… Je finirai forcément avec le même sentiment qu’après la mort de Dagobert « C’est tout ? Tout ça pour ça ? »

    1. D’après mes souvenirs, mais je peux me tromper donc il ne faut pas hésiter à me corriger ici, ce sont D&D qui ont décidé de boucler la série sur ce rythme. HBO voulait au moins deux saisons de plus et monter jusqu’à 10, GoT étant une poule aux oeufs d’or pour eux. Mais D&D, après une décennie sur le projet, ont d’autres envies. Ce qui peut se comprendre d’ailleurs. D’où l’idée de finir en 13 épisodes.

      1. Après vue leur tendance à perdre du temps pour rien dans les Saisons 5 et 6 ( Arya chez les Sans Visages , le voyage de Sam et Vére , Le Mur qui avance lentement et bien sur Dorne ) 7 épisodes de + auraient peut étre pas changée grand chose .

        Ou alors on faisait une pause après la 4 , ou on mettait GRR Martin en Scénariste Principal , vue que de toute façon il avançais pas sur le Tome 6 .

  12. Je vous trouve un peu ……. Stanisienne dans ce bilet .

    C’ est peut-être moi qui fait pas trop attention à ça mais je le trouve pas anti féministe , la série reste fidèle à son concept moyen age à ce sujet .

    Je ne trouve pas Sansa si idiote que ça , un peu trop rapide à juger Dany , mais je comprends sa volonté d’ Independance et puis de toute façon Le Nord est trop grand pour etre contrôlée depuis Port-Real et je dirais même plus Westeros est trop gros pour etre gérée depuis Port-Real , pas avec les moyens de locomotion et d’ informations qu’ ils ont , Westeros devrait devenir une Fédération à la SERG , plus une Monarchie Absolue à la Louis XIV .

    Pour Dany même si pour la 1 ère fois depuis un moment , j’ ai ete émue par son discours à Jon , je la vois toujours comme un Bulldozer cherchant à tout changer sans penser à laisser le temps aux gens de s’ adapter , avec sa légère tendance à utiliser l’ Attaque Lance-flamme de son Dracaufeu , en + de ses prédisposition à la Tyrannie ! Vive la République !

    Parce que bon bruler Port-Real et ses millions d’ habitants me semble être un grosses ereurs qu’ elle batte Cersei ou pas après , et pour l’ Attaque ciblèe sur le donjon rouge , l’ effet de surprise est passée , il fallait le faire en debut de Saison 7 .

    C’ est pour ça que je suis d’ Accord avec Varys , bien que un peu trop honnête sur les bords ( pire que Ned à ce niveau , ou alors il aurait dit à Robert que Jon est le fils de sa sœur et de Rhaegar , je suis sur que Robert l’ aurait très bien pris ^^^ ) il est quelqu’un qu’ on envie de suivre , non parce qu’ on le doit mais par réelle conviction , la ou Dany est trop Imperial ( je suis pas une politique , je suis une Reine ) trop enfermé dans son rôle pour etre aimée par les gens .

    Et puis comme l’ as dit Tywin un Bon Roi est celui qui ecoute ses Conseillers , ce que Dany fait seulement les nuits de pleine lune les années bixetilles .

    Et il me semble que Jon est née avant , enfin je crois , oh et puis zut je suis Team Jon parce que je le trouve plus humain que Dany , et ca n’ rien à voir avec leurs attributs .

    Sinon j’ ai bien aimé la Scène ou Bronn fixe ses conditions aux 2 Lannisters pour qui il as travaillé et dans le contexte De la Série lui laisser le Bief …… Quoi les Florent , les Hightower , mais on s’ en fiche et du dernier Tarly aussi , bien que Sam n’ est sûrement pas intéressé .

    Quant à Arya elle as brisé mon Petit Cœur

    https://i.skyrock.net/0365/14980365/pics/397514504_1_2_odxZi0vF.png

    On te demande pas d’ etre une dame , juste d’ etre heureuse avec quelqu’un qui t’ aime c’ est trop te demander ? Et Jaime c’ est pareille pourquoi as tu laissé Brienne ? Pourquoi ? Pourquoi aucun histoire d’ Amour ne finit Bien dans cette série ?

    Enfin à bientôt pour la Nera 2.0 .

    1. Sur la question du backlash, ce n’est en effet pas un défaut en soi de la série, c’est un mécanisme observé souvent : après une période de crise ou d’instabilité, les femmes, qui en ont profité pour prendre plus de pouvoir, sont invitées à reprendre leur place. C’est arrivé après la Première Guerre Mondiale et après la Seconde, pour ne citer que l’histoire récente.
      Du coup, oui, la série suit cette logique, ce qui ne m’empêche pas de trouver la dite logique révoltante. C’est une thématique qui me touche énormément, raison pour laquelle j’ai eu un goût de cendre de la bouche après cet épisode.

      Sur Arya, justement, on lui demande d’être une épouse et c’est ça le problème. Ce statut représente tout ce qu’elle déteste : perte d’identité et d’indépendance. Gendry serait venu lui proposer de poursuivre leur relation sans engagement, elle aurait certainement considéré la proposition. Mais là, il ne lui offre que la soumission du mariage. Forcément, elle ne peut pas dire oui.

  13. Hello les gens,

    Bon je n’ai pas encore lu tous les com, c’est un peu long donc bis repetita placent comme dirait le roi machin dans kaamelot

    Je vais commencer par l’épisode puis le billet,

    je suis assez déçu, la série s’enfonce petit à petit dans la déception de mon point de vue depuis qu’ils conçoivent les scripts post livres de Martin. Ici j’ai vu un speed run de jeu vidéo, on profite des moindres failles pour aller droit au but sans aucun respect pour l’oeuvre.

    La scène de l’embuscade navale m’a fait sortir de l’épisode tellement c’etait ridicule à tous les points de vue (la capture, le retour à la plage … la réalisation on a l’impression d’une armada de 3 bateaux et demi)
    Serioulsly, une embuscade navale à coup de scorpions qui détruisent des bateaux en 3 tirs ?
    Tout cela pour capturer Missandei pour ajouter un élément de pétage de plomb de la dragon queen. ça ne tient pas la route été c’est clairement dû au speed rush vers le final. La mort de Rhaegal, dans mon coeur il était mort à l’épisode précédent et comme la dit Locke je crois, Rhaegal, c’est qui? personne … donc du drama pas cher, on pourrait dire pareil pour Missandei.

    Je comprends ce qu’ils veulent faire, tout cela se cristallise autour de l’arc de Dany (l’incompétence de ses conseillers aussi …) mais cela pêche dans le script et la réalisation, seule le jeu d’actrice de la dragon queen sauve l’ensemble.

    Bronn utilise aussi les portails de téléportation de la série pour une scène de négociation surréaliste sans aucune profondeur …

    Perso le craquage de Brienne ne m’a pas choqué ou paru hors personnage. Elle se laisse aller pour la première fois, elle a sans doute laissé venir des sentiments qui se sont développés trop vite et que Jaime broie en mode asshole en 30 secondes. Humainement, ça me parait possible et réaliste, je ne vois pas pourquoi Brienne aurait tarté Jaime, je pense que la colère peut arriver après mais sur l’instant sa réaction m’a paru très humaine et touchante…. Ils auraient pu faire la même avec Lord Barathéon qui vie un peu la même chose, sauf qu’Arya ne le piétine pas comme Jaime

    J’ai apprécié le retour à la real politic de l’araignée et Tyrion et les doutes qu’ils ont sur Daenerys et son héritage génétique. C’est une des rares partie que je trouve bien foutu, c’est amené sur plusieurs épisode.

    C’est un peu en vrac mais je touche déjà l’amertume promise par Martin.

    Pour le billet, ma chère Dame, je m’attendais à voir une revendication seins nues signé femen of weterosi en fin de billet. Après, Je pourrais arriver dans une taverne Westerosienne passablement éméché et sortir le matériel sur une table :
    – Alors c’est qui le roi ? regarder le tatoo les gars
    – euh my lord, il y a juste écrit « true K »
    – TG petit con, tout le monde n’est pas Pod the stallion who mount the world. Regardes, si on étire … là avec la jambe : True KING of Westeros, so who’s the boss ?
    Bref, ce plaidoyer contre le patriarcat et le traitement machiste de l’évolution des femmes de pouvoir sur la fin de la série me dépasse un peu … Concernant Varys, je n’y vois d’ailleurs nullement du machisme. Comme écrit dans le billet plus loin, Varys est un opportuniste. Et il a bien compris qu’avec Daenerys la manœuvre se sera pas aisé et il y a risque de se faire dracaryser à tout moment.

    Du coup, je ne sais pas trop si mon manque d’œstrogène m’empêche de voir tout ça après cela rejoint un billet précédent et la crainte de voir le pouvoir féminin perdue devant un retour « à la normale », ce qui va peut-être se produire …

    En dehors de ce détail 😉 , le billet et ses dialogues sont toujours aussi plaisant à lire

      1. J’ai voulu faire un trait d’humour après avoir lu le billet et titre guerrier qui m’a fait penser aux femen… un peu lourdingue sans doute. Après avoir lu les autres com et diverses choses ailleurs, je me serais abstenu de l’écrire tant j’y vois un sujet polémique et générateur de tension virtuel inutile…Factuellement j’aurai pu écrire le billet et point de vue de l’autrice est résolument féministe et je n’arrive pas à faire complètement cette lecture de la série aujourd’hui même si je ne pense pas être le pire des machos, peut être que si finalement 😉

        c’est aussi un des éléments appréciable de ce blog, avoir des lectures ou points de vue qu’on aurait pas forcément eu (je met on car j’ai le sentiment de ne pas être le seul à apprécier ce point)… autre exemple plus détendu comme sujet mais sans doute aussi girly, jamais je ne me serais intéressé aux chiffons de la série sans être passé ici.

        Nudité, lutte, liberté!  😉

        1. Juste, Rhaegal c’est qui ? c’est de moi la remarque ! ^^

          Non mais c’est vrai quoi, je suis plus inquiet du sort d’Eva Karstark qu’on a vu 5 minutes avec deux phrases à tout péter dans la série, c’est dire !!!

          1. Toutes mes confuses Melloctopus. J’ ai toujours confondu les grands auteurs. Mais ce qui est a César lui est désormais rendu

  14. MERCI ma dame !
    Le malaise que j’ai ressenti dans cet épisode … à la truelle, ils y vont, les gars. Purée mais ils ne l’ont pas appris avant-hier, le nombre d’épisodes restants !
    Je n’ai même pas apprécié les scènes avec Dany, bien jouées et cohérentes pourtant … si on arrive à croire à son amour pour Jon. Et même si clairement, c’est censé être le cas dans la série, je n’y arrive pas, ils ne me convainquent pas tous les deux.
    C’est comme la mort du dragon, si j’ai apprécié le côté spectaculaire et inattendu de l’attaque (avant d’hurler sur son inconséquence quand tout le monde se roule dans le sable sans être inquiété la scène suivante), elle ne m’a guère touchée, on a dire que ce sont les fils de Daenerys, ça ne ressent plus depuis longtemps, il me semble.
    Pour le regard de Sansa lors de l’anoblissement de Gendry, je rejoins Narildina, j’y ai davantage vu la crainte de Sansa « Ha finalement, elle peut manœuvrer et se faire aimer, la dragonne, ça n’arrange pas mes affaires ». Mais en effet, elle qui est censée être subtile et grande comédienne … ça coince. Ou alors, depuis qu’elle est chez elle avec ce qu’il reste de sa famille, elle refuse de jouer ?
    Individuellement, les décisions et parcours des femmes peuvent se justifier (même si c’est souvent mal amené) : Brienne n’a jamais fait vœu de virginité, Sansa veut l’indépendance du Nord et fait confiance à Tyrion, Daenerys est très peu et mal entourée … mais 1/ ça devient systématique, et c’est là que le bât blesse le plus , donnant l’impression d’un backlash en effet 2/ ce n’est pas montré comme tel. A aucun moment la réa, absolument pas subtile par ailleurs, ne nous montre clairement que là, les femmes sont renvoyées par un monde d’hommes à leur place traditionnelle (plus les incohérences que vous avez soulignées notamment avec le discours de Tormund).
    Bref. Vivement la fin.

    1. J’ai aussi un peu de mal avec Jonerys. La saison dernière c’était forcé à mort, et là, à part leur scène devant la cascade, ça boitille gentiment.

  15. 1-Pour Danny-le-dictateur, attention à ne pas confondre Tyran, despote et dictateur. Daenerys veut le bien du peuple, mais en passant en force sans contestation d’une opposition, espérant un soutien populaire : c’est le principe même de la dictature antique (les Gracques, Marius, César, bref, tout le PP). Exemples GOT : Daenerys. Le tyran au contraire est un dirigeant autoritaire mais plutot au service des riches (je grossis énormément le trait, mais il faut bien). Exemple GOT : Cersei. Le despote, lui, est quelque chose vu par les Grecs comme « oriental », cad une sorte de personnage considéré comme « sacré » et qui peut donc faire n’importe quelle lubie/folie. Exemple GOT : Joffrey, Ramsay.

    Le roi, lui est un monocrate « légal ». Il est soutenu généralement par l’aristocratie, mais celle-ci ne rêve que de voir affaiblir son pouvoir, le roi a donc une tendance (pas toujours respectée) à chercher un soutien populaire.

    2-c’est quoi, « ship », « shipper » ?

    3-certaines théories imaginent une fin avec Tormund ice-bluzifié, le retour des enfants de la foret, ou encore une time-travel theory. Pitié tout mais pas ça !

    4-tant mieux si GRRM décide de faire encore 3 livres. Certes, il a du mal pour le 6e, mais je pense pas qu’il prenne 8 ou 9 ans à chaque fois.

    BTW, la fin brutale de la magie et de l’enjeu du NK, ne peut-on en trouver l’idée dans…les titres des livres  : « wind of winter », c’est le combat contre la nuit, l’hiver, les gelées matinales, toussa. Et « a dream of spring », c’est APRES. Un espoir de printemps. Mais comme l’indique bien le mot « dream », ça n’est pas une garantie de printemps. D’où le doux-amer.

    Qu’en pensez-vous, folks ?

    1. Ship c’ est mettre les personnages en couple , un des sports préférés des fans de n’ importe quelque franchises ( moi j’ ai mis ensemble Arya et Tywin ……….. quoi me regardez pas comme ça , c’ est juste une idée à la con que j’ ai eu durant le visionnage de la Saison 2 , en me demandant ce qui se serait passé si Tywin était allée au bout de son raisonnement , et puis j’ ai vue de plus grosses différences d’ age dans certaines fictions , et des couples bien plus improbables comme un Ane et un Dragon ) .

      Sinon je pense que ce qui bloque GRR Matin c’ est que son univers est devenue Trop Lourd , trop de personnages à faire interagir , trop de situations et de lieux à gérer , trop de possibilités .

        1. Merci pour la réponse rapide, Maître, ça m’évite de le faire 🙂
          Pour l’anecdote, le concept serait apparu pendant la diffusion de X Files, puisque tout le monde « shippait » alors Mulder et Scully. Pour les fans d’étymologie (on est sans doute que 2 ici, mais OSEF), le terme de « ship » est le diminutif de « relationship ».

          Et un shipper, c’est une personne qui ship deux personnages de fiction. Et c’est aussi, Run, le singe de Dora, ne l’oublions pas (question : shipper Dora et Shipper, est-ce anti-spéciste ? Vous avez deux heures)

          1. Je viens d’avoir une révélation ! Ship = diminutif de relationship. Tellement évident que je me demande pourquoi je l’ai pas vu avant…

      1. moi je pense que ce qui le bloque, c’est le stress d’être à la hauteur, et la procrastinaton (je connais ces deux blocages très bien), + la pression incessante, « ALORS GEORGE, CE LIVRE C’EST POUR QUANTESSE, PREVU POUR ? »

        merci pour le ship, j’ignorais. Moi je rêvais du couple Sansa-Petyr, et Théon-la fille du capitaine^^

          1. Ah ah on a la pression du billet ? Attention les fans mécontent vont bientôt arriver ;)..

            Pour Georges, À la base il voulait reprendre le récit 10 ans plus tard il me semble et devant les flash back incessants il est revenu sur cette idée et au lieu d essayer de diriger vers une fin son histoire, il a introduit des nouvelles choses… Bref tout le monde a raison, son histoire est trop lourde, il est devenu riche célèbre, invité de partout à faire plein de trucs chouettes. Pourquoi s embêter à finir ce livre qui est presque impossible à finir et qui dit lui filer des maux de têtes.

            Ce qui ne l empêche les d’aimer son œuvre.

            Il faut juste accepter que la série donnera une fin à l œuvre

      2. Game of Thrones a ce point commun avec Shingeki no Kyojin (L’Attaque des Titans), les ships amènent souvent de grosses déconvenues à bases de morts sales, violentes et sans gloires ! XD

        1. Moi j’y crois, à la fin sur papier. Il a des assistants, c’est un cerveau, il a ses petites fifiches. A mon avis, le tome 6 est quasi terminé.
          Faut juste qu’il bouffe mieux

          (mouahahah, je tiens ma revanche, for the Right is dark and stereotypes never die, but rises again harder and stronger. :v : )

          1. Make stereotypes great again ?…. Ca m’étonne pas de toi ^^

            Des fake news que tout ça ! En un quart d’heure de vidéo, le mec ne touche même pas une frite !

  16. Merci pour ce billet, excellent comme d’habitude. J’ai beaucoup de points d’accord avec vous sur cet épisode, et je partage pas mal de doutes sur cette saison.

    Malheureusement, la conclusion doit être rushée et ça se sent. Il ne semble n’y avoir que peu d’ellipses entre les épisodes, et je me demande quels auraient été les changements s’il avait été décidé d’avoir un temps long pour cette saison. (Urgence pour le combat contre les White Walkers, mais longue planification politique entre les forces de Daenerys et de Cersei, pour avoir le temps de reforger des alliances, s’assurer le soutien de la population, etc.)

    Je suis hyper partagée pour cet épisode. On a des scènes efficaces (le bûcher, l’isolement de Daenerys lors du banquet), et d’autres complètement aux fraises. Concernant la scène entre Sansa et le Limier, j’ai d’abord pensé que le discours de Sansa était une façon très violente de refouler ce qui lui était arrivé, mais j’étais très mal à l’aise, que ce soit pour les dialogues de la dame du Nord ou du Limier. Et ces gros défauts d’écriture, ce n’est vraiment pas la première fois que ça arrive dans la saison. Je pense sincèrement que les grosses aberrations concernant le développement des personnages féminins vient du peu de femmes impliquées dans l’écriture de cette saison. Comme vous l’avez dit, l’affrontement entre Sansa et Daenerys semble parfois artificiel, et j’ai lu que les auteurs ont volontairement forcé leur opposition, parce que « Sansa se méfie de Daenerys parce qu’elle est jeune et jolie ». Oui, on en est là. Autant c’est quelque chose qui peut se comprendre avec Cersei, qui sait que sa place de reine sera toujours menacée, qui a intégré la pensée patriarcale tout en s’y opposant (elle sait qu’elle vieillit, elle a peur de la réalisation de la prophétie de Maggy)… Autant pour Sansa, c’est vraiment nul. Et puis après plusieurs saisons à montrer des femmes de pouvoir, retomber sous le joug du patriarcat, c’est nul. Patriarcat = caca.

    Déçue aussi par le traitement de Ghost, qui se fait jeter par Jon sans un câlin. Pareil, encore un symptôme de l’écriture rushée, là où Jon aurait pu prendre le temps de digérer la vérité sur son héritage (il est quand même le fils de la plus Stark des Stark), l’accepter ou le rejeter totalement (au moins, la constante durant ces 8 saisons est que Jon est bien le fils de Ned, sinon par la chair, au moins par l’esprit). Et très déçue par le traitement politique. Il se passe quoi ailleurs ? Hautjardin est sans doute occupé par les troupes Lannister, Vivesaigues aussi… Mais qu’en est-il de la campagne, des paysans, des petites villes qui ont souffert de la guerre et de l’hiver ? Et du coup, qui règne à Dorne ? Déçue aussi par la scène du conseil de guerre. Déçue par l’absence de vision militaire de Daenerys (toujours envoyer des éclaireurs), et par le grand n’importe quoi de la scène de la bataille navale (les balistes, ça ne fonctionne pas vraiment comme ça…)

    Malgré cela, je vais garder quelques commentaires positifs pour la fin. Les costumes sont toujours aussi magnifiques, et les points chiffon permettent encore mieux d’en profiter. Je suis contente de voir le visage de Varys, comme le roué de la pire espèce, qui se cache derrière le bien commun, sans que plus grand monde ne soit dupe. Je tire mon chapeau au casting de la série, qui donne tout pour cette dernière saison, et notamment à Emilia Clarke, dont je n’ai pas toujours apprécié le jeu. Dans ces derniers épisodes, elle transmet très bien la fragilité que Daenerys essaie de cacher au fond d’elle, que ce soit lorsqu’elle laisse libre cours à son chagrin lors de la mort de Jorah ou lors du bûcher, où qu’elle se sente en position de faiblesse, comme c’était le cas dans la première moitié de l’épisode.

    1. « j’ai lu que les auteurs ont volontairement forcé leur opposition, parce que « Sansa se méfie de Daenerys parce qu’elle est jeune et jolie ». Oui, on en est là.  »

      Alors il se trouve que je viens justement de voir ce passage (linké par une âme charitable à mon endroit cet aprem). Cela m’a fait 1) me facepalmer très fort, 2) rigoler parce que justement, le premier commentaire posté sur cet épisode m’accusait d’avoir un point de vue biaisé sur le conflit Sansa/Daenerys. Or il se confirme bien que leur inimitié repose en partie sur le préjugé sexiste (les femmes se jalousent, it is known).

      1. Plus sérieusement je dois avouer que j’ai tort, je m’attendais pas à un tel niveau de conneries, on l’avait déjà atteinte avec Dany qui oublie la flotte d’Euron, bon ça passait car les autres personnages oublient la moitié des trucs dans cette saison. mais là
        J’imagine que l’intrigue finale se fera sur qui bouffera le dernier Kinder Bueno…..
        Cela m’apprendra, maintenant je vais miser sur la connerie, par contre je me demande comment c’est passé dans les séances de lecture du script entre les actrices, parce que normalement ils doivent donner des indications toussa……

  17. Bon, bon passons à cet épisode 4. Ce commentaire risque d’être assez bordélique, je préviens.
    Il y a des choses sur lesquelles je suis en désaccord avec vous, m’enfin. Tous les avis sont dans la nature dit-on.

    J’ai beaucoup la scène de crémation collective. La tristesse de Daenerys et Sansa est déchirante. J’aime beaucoup le discours de Jon aussi, très fortement inspiré de la Garde de Nuit, oui mais juste et (j’ose le dire), digne d’un roi. La scène était triste aussi parce que c’est nous aussi qui disons au revoir à ces personnages. Je pense notamment à Theon et Jorah que l’on a côtoyé depuis le tout premier épisode de la série. Souvenirs, souvenirs.
    Le banquet. J’aime aussi. Il y a tout ce qu’il faut. Des moments de rire (Tormund, merci !), méta (Davos, je crains que tu n’auras pas la réponse à ta question) et même de joie avec la légitimation de Gendry. Prenez-moi pour une idiote mais j’ai eu peur pour Gendry quand Daenerys l’appelle XD. Elle avait sa tête des mauvais jours quand elle l’a appelé ! Bon finalement, c’est juste la légitimation attendu et d’un coup, on réapprend qu’il y a des fiefs autre que Winterfell et Port-Réal à Westeros.
    Pour continuer sur Gendry, j’ai éclaté de rire devant sa demande à Arya. Pauvre garçon, il s’est pris un de ces râteaux ! Et la tête d’Arya valait le coup aussi ! Dommage pour toi, Gendry, cette fille-là n’est définitivement pas pour toi.
    En revanche, l’isolement de Daenerys pendant le banquet était criant !
    Jaime/Brienne. Comme vous, la scène n’a pas fonctionné avec moi. Je sais pas pourquoi, on l’attendait pourtant mais… Ptet que j’aurais aimé que ce ça passe pas après une blague de Tyrion ou avec Jaime à moitié-ivre. Ou peut-être que tout simplement, Jaime et Brienne font partie de ces couples qui perdent tout leur relief une fois ensemble. J’ai beaucoup aimé en revanche leurs adieux. Ouais, ça fait drôle de voir Brienne à ce point défaite par le départ de Jaime mais c’est pas totalement OOC. Brienne a une expérience des hommes assez limité et Jaime est sans doute le seul avec lequel elle s’est autant livré. Littéralement. Quant à Jaime… ma ma ma. Je suis triste. Même avec une femme formidable à ses côtés qui l’a accepté tout entier, même avec le pardon du Nord et des Targaryens (on va dire qu’ils lui ont accordé vu que son cas est plus évoqué), Jaime ne peut se détacher de Cersei. Ca se comprend quelque part. Toute sa vie, Jaime l’a construit en fonction de sa soeur, tout ce qu’il a fait, c’était pour elle. Il ne peut pas juste lui tourner le dos à la toute fin. Je ne pense pas qu’il l’aime encore, en tout cas, il ne l’aime plus comme il pouvait l’aimer au début de la série, mais elle reste une part de lui. Et je crois que Jaime pense sincèrement qu’il ne mérite pas la rédemption. Quant à ce qu’il va faire à Port-Réal… no idea. Revenir au service de Cersei, nope. Tenter de la tuer discrètement why not. C’est même la fin que j’envisage depuis le début pour Jaime et Cersei.
    Jon/Daenerys : je n’ai jamais aimé ce couple et mon opinion n’a pas changé mais je dois quand même reconnaitre que cette scène chamboule vraiment. Voir Daenerys à ce point désemparée quand tout ce qu’elle a cherché lui échappe et Jon, à ce point fidèle à lui-même, est déchirant. Daenerys a compris à quel point il pouvait être un danger pour elle et c’est d’autant plus difficile qu’elle l’aime sincèrement. Que Jon parle à ses soeurs et c’en est fini de sa légitimité. Et Jon… ah Jon ! Grand naïf qui frôle la bêtise mais… c’est Jon ! On arrive pas à lui en vouloir parce que dans ce monde cruel qu’est Westeros, il reste fidèle à ses convictions même en dépit du bon sens. J’aime beaucoup aussi le fait que l’inceste soit dans les têtes, du moins dans celle de Jon, quand il la repousse légèrement alors qu’elle s’apprête à le déhsabiller. Bref, cette scène dit tout sur la tragédie de la relation entre Jon et Daenerys
    Sansa/Clegane.
    En première lecture, j’avais vu la remarque de Sansa comme un cruel constat. Oui, ce qu’elle a traversé a contribué à faire d’elle ce qu’elle, c’est-à-dire, à des années lumière du little bird de Clegane. En vous lisant, et après voir vu d’autres remarques, il peut en effet y avoir un message sous-jacent sur les victimes de viol très problématique :s.
    Conseil de guerre. Moi, j’ai rigolé pendant ce conseil. Parce qu’on pouvait presque sentir le courant d’air glacé entre Sansa et Daenerys et Jon supplié « Help ! ». Comme vous l’avez dit, les deux ont raison. Sansa a raison de souligner que les troupes ont besoin de repos mais Daenerys a aussi raison de dire qu’il faut agir vite. Le plan où Jon est piégé par ses soeurs est explicite au possible !
    Et vient la discussion sous le barral.
    Les arguments de Sansa, je les entend et je les comprends. Après deux sécessions, évidemment qu’elle ne va pas lâcher l’indépendance du Nord comme ça. Cela reste cohérent avec son objectif depuis le début de la saison, voir déjà en saison 7, à savoir le Nord avant tout. Ecrit avec les pieds sans doute mais cohérent malgré tout (mais un peu de reconnaissance ne nuirait pas, ne serait-ce que pour plaider mieux sa cause). J’ai plus de mal avec Arya par contre. « On avait besoin d’elle mais on peut pas lui faire confiance ? » Nyé ? C’est pas légèrement contradictoire ? Autant la défiance de Sansa se justifie, autant celle d’Arya j’ai plus de mal car pour le coup, ça ne repose que sur du Lannister like. Et c’est un peu con.
    Et je rage sur la révélation hors champ. Bran révèle un truc qui explose littéralement toutes les croyances des Stark et on a même pas leur réaction ?
    Dans le même thème, Sansa et Tyrion sur le rempart. J’ai tiqué moi aussi sur le dévoilement du secret de Jon, parce que oui, c’est clairement pour ne pas voir Daenerys en reine. Alors certes, avec Jon au pouvoir, le Nord a potentiellement plus de chance d’être indépendant sauf que, ça sera pas si facile et qu’en faisant ça, elle place une grosse cible dans le dos de son frère. Calcul très dangereux. Et Arya qui après l’avoir joué « familly first se carapate tranquillement vers Port-Réal en n’imaginant pas revenir vers Winterfell. Je pense vraiment qu’elle n’envisage pas de revenir, pas parce que ce qu’elle fait est très dangereux, mais parce qu’elle partira en globe trotter à travers le monde. Si un tel futur est possible avec le personnage, ça colle mal avec le côté familly first.
    Vient ensuite le tour de Jon. Je n’ai pas grand chose à dire sur la scène parce qu’elle fonctionne parfaitement. Je vois en effet mal comment on pourrait revoir Tormund maintenant qu’il repart vers le Vrai Nord donc merci Tormund d’avoir égayé les épisodes avec ta verve et tes scènes ! Sam et Vère sont tout mignons (y’aura au moins un couple heureux à Westeros) et vient les adieux à Ghost. Ok, c’est symbolique, Jon laisse son côté Stark et tout et tout mais bon, sang ce que c’était froid ! On aurait vraiment dit qu’il s’en foutait. D’ailleurs, c’est quoi ce côté très définitif aux adieux ? Jon est censé ne pas revenir ?
    J’ai beaucoup aimé l’avenir que vous imaginiez pour Jon. Dans le Vrai Nord, avec Ghost, loin des intrigues politiques, du devoir, de l’honneur, du pouvoir et en menant une vie simple. Ce serait vraiment une vie qui lui conviendrait. A Daenery aussi dans une certaine mesure. Pas dans le Nord mais ailleurs. Je pense vraiment qu’accéder au trône la rendrait malheureuse.
    Parmi les comploteurs…
    Alors autant le dire, j’ai cru à l’hypothèse Danerys Mad Queen. Jusqu’à en saison 6. Parce qu’en saison 6, Daenerys, quand elle revient à Meereen après le fiasco de Tyrion, veut cramer et raser intégralement les villes ennemies with fire and blood. Et Tyrion pour la dissuader, lui parle très justement de son père, ce qui a pour effet de réfréner d’office les pulsions destructrices de Daenerys. Là-dessus, les deux trouvent un plan moins sanglant pour mâter les ennemis et gagner la guerre et là, je m’étais dit que bien conseillée, Daenerys ne finirait pas comme son père. Puis surtout, l’épisode suivant on a Cersei qui fait sauter le septuaire et réalise un coup d’état en bonne et dû forme. Daenery, particulièrement pendant son épopée meereenienne avait un côté sanguin, destructeur, et incapacité à faire des compromis assez dérangeante quand on veut régner (une des raisons pour laquelle je ne l’aimais pas car malgré la cascade de mauvais choix qu’elle fait, on avait systématiquement « vous serez une bonne reine », bref). mais s’est retenu de faire un barbecue géant avec tous les maitres de Meeren. Donc entre les deux, Cersei fait plus mad queen.
    Et une fois à Westeros, si on excepte le barbecue Tarly, elle a plutôt fait preuve de mesure. Je rejoins Amaltheren. Vu les antécédents Targaryens, c’est pas idiot de s’inquiéter de son état mental mais là, ça sort vraiment de nul part ! On vient de lui tuer son dragon et de kidnapper son amie, évidemment qu’elle veut foncer crier vengeance !
    Autant Varys, ça ne me surprend pas. Il était écrit que dès qu’il connaitrait l’ascendance de Jon, il retournerait sa veste mais Tyrion… Il est passé où le Tyrion de la saison 2 qui ne prenait pas au mot ce que disait Varys ? Ou qui se méfiait de sa soeur ? (Ceci dit je remercie Varys d’avoir mis les pieds dans le plat sur l’inceste et merci Tyrion d’avoir évoqué le mariage. Compromis tellement arrangeant que je me demande pourquoi il a pas été sorti plus tôt). C’est surtout la grande naîveté de Tyrion qui me dérange parce que là, il a clairement enfoncé Daenerys. Ok, c’est pas bien de cramer le petit peuple et tout mais bon sang, Daenerys a besoin d’attaquer et vite et si y’en a bien un qui est censé savoir que Cersei est jusqu’auboutiste, c’est Tyrion. Donc le plan des négociations étaient bidons de A à Z.
    J’en viens à la mort de Missandei. Pour la petite histoire, lundi matin, je me connecte sur youtube pour regarder quelques vidéos avant de partir. Et je vois dans mes suggestions, une vidéo intitulée « Missandei death on GoT 8×04 ». Bien sûr, je n’avais pas encore vu l’épisode. Si même youtube n’est plus un lieu sûr…
    Je pense que si on avait fait des paris sur Missandei et Ver Gris, 99% des gens auraient voté sur la mort de Ver Gris parce que première ligne combattant toussa. C’est donc une « surprise » que Missandei trinque. Les plans de Ver Gris auront bien porté la poisse mais à sa chérie.

    Pour finir, il apparait de plus en plus évident que 13 épisodes c’était trop peu. Et c’est franchement dommage. L’opposition Sansa/Daenerys, l’ascendance de Jon, ou même Daenerys mad queen, c’est pas de mauvais axes mais il nécessite du temps pour être traité et c’est pas le cas.
    Et au final, je me demande si la fin douce amère ne sera pas juste un retour à la « normal ». Une guerre civile, une armée de mort, une autre guerre civile pour revenir à ce qui était avant. Parce que l’histoire est un éternel recommencement.

    1. Pour la fin, la fin du trone et la mort ou la fuite des Dragons ( dans tous les sens possibles) seraient assez logique avec le fait que la série évacue toute la magie de Westeros ( symbolisé la semaine dernière avec l’évaporation de Mélisandre)…….Et ça serait bien amère qu’on finisse dans le meme cas qu’il y a 3 siècles, avant la conquete par Aegon, ça donnerait pour le coup un gros sens à  » Tout ça pour ça »….. Mais en meme temps j’arrive pas à voir comment ils arriveraient à conclure cela convenablement d’un point de vue du lore, meme si Westeros est incroyablement vide dans la série, faudrait qu’ils en touchent deux mots du devenir des royaumes restants.

      1. Convenablement, vu le peu de temps qu »il reste et le rushage extrême des intrigues, ça me parait fortement compromis.
        L’idée était davantage à un retour à ce qui était au début de la série mais avant la Conquête d’Aegon est un bon point de retour aussi.
        Pour les maisons restantes, rien n’empêche de discret caméo à la fin. Gendry à Accalmie, Bronn à Hautjardin (lol !), Tyrion à Castral Roc etc.

        1. Cela dépend s’ils bouclent toutes les intrigues dans le prochain épisode et se gardent le dernier pour un long au revoir à cet univers ( avant de lancer les spin off, faut pas déconner la soupe est bonne lol), il y aura le temps de faire des petits clins d’œil. J’ai lu je sais plus où qu’il y avait l’acteur d’Edmure crédité au casting de la saison.
          Je me demande qui est Prince de Dorne surtout et si on le verra au moins furtivement avant la fin ( ça serait bien une fin positive avec Dorne vu la catastrophe industrielle que ce fut dans la série)

    2. @sheena : la réponse à la question de Davos est…que c’est logique. Les dieux agissent face à un problème d’ordre occulte. Ils s’en battent les couilles, du trône de fer. Mélisandre l’a souvent dit à Stannis. Je vois pas pourquoi, une fois le Mal terrassé, ils devraient apparaître pour…pour quoi d’ailleurs ? Expliquer « bon, folks, on a fait intervenir la magie, parce que ça commençait « à puer du cul, mais puissant », maintenant, nous apparaissons en pleine gloire, et aprouvont la motion visant à limiter l’importation de grain Pentoshi de 10%, ah, et ausssi, nous soutenons les réformes démocratiques du parti Tyrioniste ».

      Non, ils font leur taf (au fait, bravo le Dieu 7-en-1, bravo pour ton inefficacité :/ ) puis s’en vont.

      Vous trouvez pas ça très logique ?

  18. Bon, je crois que c’est le moment de jouer au jeu des pronostics « Qui peut finir sur le trône ? », les amis. Je vous propose une trame avec les principaux personnages, uniquement ceux qui appartiennent aux familles d’influence par contre, sinon on n’a pas fini.
    Je rajoute une catégorie libre « les outsiders », pour y mettre qui vous voulez.
    Le but, proposer vos pronostics pour leur fin de la série, et leurs chances de terminer sur le Trône de Fer.

    Maison Stark.

    Arya : elle ne tuera pas Cersei parce qu’elle a déjà tué le Roi de la Nuit, alors ça va bien, hein. Si elle survit, chose que j’estime plus que probable, je la vois assez se mettre au service du nouveau pouvoir en place si ce dernier lui agrée.
    Chances de finir sur le trône : 0%

    Bran : A part le laisser fixer le vide d’un air absent, je ne vois pas trop à quoi il pourrait servir, à part si quelqu’un réalise qu’en fait ce mec est un genre de gros ordinateur. T’as une décision capitale à prendre ? Viens voir Pinpin qui te donnera la meilleure option à suivre.
    Chances de finir sur le trône : 0%
    Chances de finir derrière dans la salle des serveurs : 70%

    Jon : comme tout le monde s’attend à le voir sur le Trône de Fer en lieu et place de Daenerys et que la série, ben elle a décidé qu’elle allait surprendre, je souhaite à Jon ce que j’écrivais dans le billet, à savoir prendre une retraite anticipée et alors retrouver Tormund et Fantôme au-delà du Mur.
    Chances de finir sur le trône : 40%

    Sansa : elle a beau ne pas être très bien servie en ce moment, la série a tout de même passé un temps conséquent à nous faire comprendre qu’elle était une excellente dirigeante, nous l’opposant régulièrement aux styles de Cersei et de Daenerys. Et clairement, si je devais choisir entre elles trois pour souveraine, je n’hésiterais pas une seconde. Sansa est intelligente, avisée, ouverte, humble et soucieuse de ses sujets. Alors est-ce-que toute cette mise en place est destinée à nous préparer à la voir monter sur le trône ? Après cette guerre, les cartes pourraient entre suffisamment rabattues pour ouvrir le Trône de Fer à une autre dynastie que les Targaryens. En tout cas, dans mon scénario idéal, elle reste a minima la dame de Winterfell. Et elle trouve l’amour auprès de Tyrion, désolée, je peux pas m’empêcher de me dire qu’ils s’enrichissent mutuellement.
    Chances de finir sur le trône : 45% (mais teamSansa4ever)

    Maison Lannister.

    Cersei : ne survivra pas à la guerre. Soit parce qu’elle se fait tuer, soit parce qu’elle se suicide avant que Daenerys ne lui mette les mains dessus. Les probabilités de la voir mourir dans les bras de Jaime sont extrêmement hautes.
    Chances de finir sur le trône : 0%

    Jaime : ne survivra pas non plus. Il veut mourir dans les bras de la femme qu’il aime. Ben vas-y, je te retiens pas.
    Chances de finir sur le trône : 0%

    Tyrion : s’en sortir de justesse est une seconde nature chez lui. Jaime mort, il hérite de Castral Roc et refonde la maison Lannister. Ou devient Premier Homme du Nord, ce que j’aimerais parce que mince, lui et Sansa ont eu un beau moment dans la crypte. Et je l’ai déjà dit, s’il faut que Daenerys meurt pour que ça arrive : SO BE IT.
    Chances de finir sur le trône : 35%

    Maison Targaryen.

    Daenerys : désolée pour toi, Dany, mais cette fois je crois que c’est terminé. Tout conspire à te donner un destin tragique maintenant.
    Chances de finir sur le trône : 5%

    Les outsiders.

    Gendry Baratheon : parce qu’il est le plus proche parent des Targaryens et qu’il s’inscrirait dans la succession de Robert. Si vraiment la place est nette, il devient roi des Sept Couronnes.
    Chances de finir sur le trône : 20%

    Hot Pie : Parce que je crois en lui.
    Chances de finir sur le trône : 0,4%

    En résumé de ce classement extrêmement objectif, virent en tête : Sansa, Jon et Tyrion. Avec Arya en maîtresse espionne / assassine et Pinpin le Pangolin en Main, visez un peu la machine de guerre. Surtout si Sansa et/ou Tyrion sont assis sur le trône.

    1. Autre option le trône est malencontreusement brulé lors de l’assaut sur Port-Réal et il faut tout reconstruire !

      Plus sérieusement (même si je pense que mon option n’est pas si idiote que ça). Je ne vois ni Jon ni Daenerys sur le trône, ensemble ou séparément, soit parce qu’ils seront morts ou parce qu’ils y auront renoncé because drama.
      Cersei et Jaime : dead.
      Sansa, elle ferait une bonne reine sans aucun doute. Après, vu que pour elle, c’est le Nord avant tout et que pour le moment, elle est quand même assez éloignée du trône et je suis même pas sûre qu’elle y pense elle-même. Mais ça reste une option.
      Tyrion y’a plus de chance. Il est déjà plus proche du trône que Sansa.
      Gendry : « On veut Robert » « Hop ! Voici le bâtard de Robert Baratheon légitimé ! » Bah quoi, sur un malentendu.
      Arya, Bran : trop déconnecté.

      Tout ça pour dire que j’ai une bonne idée de qui n’y sera pas mais qui y sera par contre, les paris sont ouverts !

      1. Je pense que sa sera Sansa et Tyrion sur le Trone de Fer , que Jaime tuera Cersei par étranglement ( il y as encore le temps de placer le Valonquar en flash back ) mais survivra et epousera Brienne , Gendry finira quand même avec Arya .

        Bronn aura son Château , Pinpin se retira à la Citadelle avec Sam , Un Homme fera un Cameo , on sera ce qui s’ est passée à Mereen ( je pense que Dario est mort ) , et Jon se tuera avec Dany , et Drogon se barrera pour pondre des œufs on ne sait ou .

        1. Moi je vous une fin tragique pour Arya, genre plan à 3 avec les frères Clegane dans le prochain épisode.

          Pinpin, je ne sais pas trop à quoi il sert, il l a dit lui même. Il vit dans le passé. Suicide ?

          Effectivement , jaime étranglant Cersei après que celle ci est trouvé un moyen de se débarrasser de Daenerys alors qu’elle était sur le point de vaincre … Ça semble presque trop attendu pour eux, vu que les auteurs veulent surprendre à tout prix.

          John en mode plein le c… Part rejoindre Ghost au fin fond du Nord pour vivre de la chasse de caribou.

          Reste Sansa et Tyrion sur le trône ?

          Ou pinpin meurt, se réincarne en NK et détruit définitivement les 7 couronnes parcequ il devient assez froid

          La fin de Sheena me paraît aussi possible…

    2. Je pense que ça sera Gendry. Retour à la case départ, toussa. D’un roi incompétent à un autre (je veux pas être médisant, mais bon, je doute qu’un forgeron puisse résister aux requins de la cour, même si je sais que Suger, septon Barth, etc., mais bon, là, je parle probabilité).

      Et on aura donc encore ce putain de cerf tournoyant au générique à KL. Rhaaaa !

  19. Première fois que je commente l’un de tes billets. Je dois dire que je suis toute chose.
    Tout d’abord : merci La Dame. Tu as explicité ce qui m’agitait confusément. Cet épisode m’a effectivement gênée à plusieurs reprises sans que je ne parvienne vraiment à théoriser ce ressenti.
    La façon dont Daenerys et Sansa se querellent me semble tout à fait représentative d’un crêpage de chignon en règle, fidèle aux clichés misogynes. Envisagerait-on de représenter deux hommes s’opposant de cette manière ? Non.
    Par ailleurs, lorsque Tyrion révèle l’identité de Jon à Varys, il a fallu que la personne qui regardait l’épisode à mes côtés me corrige : j’étais persuadée que Tyrion tenait cette information de Bran tant il me semblait incohérent que Sansa elle-même trahisse son cousin de frère. Oui, je sais, je n’ai guère été vive d’esprit sur ce coup…
    Sandor discutant entre deux cruches de pinard de la nuit de noces de Sansa et des violences qu’elle a subies… Certes, le Limier n’est pas l’homme le plus délicat du pays, mais tout de même… Quelle écriture déplorable.
    Varys et les zizis… ? Mais WTF ? Décidément, tout est hâté, tout est gâté.
    Cependant… Je ne peux me résoudre à l’ultime trahison. Comme écrit précédemment dans un autre commentaire, je ne PEUX concevoir que Jaime s’en retourne à Port-Réal pour les beaux yeux de Cersei. J’espère naïvement qu’il a quitté Brienne avec ces mots pour qu’elle le déteste et que le bruit de sa désertion coure, afin de poignarder plus aisément sa jumelle de sœur, de retour à ses côtés. Pitié pitié.
    Enfin, dernier cri du cœur (ce sujet a peut-être déjà été évoqué les saisons précédentes…) Mais :
    QUAND EST-CE QU’ON FORGE UNE P*TAIN D’ARMURE POUR LE DRAGON ? C’est pas possible d’être aussi négligente !!!

    Merci pour ton travail La Dame ! GOT me manquera aussi pour ça… Plus de beaux billets bien émotionnants à lire pour prolonger le (dé)plaisir !

    1. Merci pour ce premier commentaire !
      Concernant Drogon et l’éventualité d’une protection, c’est compliqué. Les dragons grandissent encore et il faudrait constamment adapter l’armure à la taille du bestiau.
      Et puis, normalement, les écailles des dragons sont assez épaisses pour les rendre quasi invincibles. Quand ils sont adultes du moins. Et je ne sais pas du tout si on peut considérer que les dragons de Daenerys le sont… Visiblement non, vu que deux sont morts.

  20. Arya: 0% soit elle meurt écrasée par la Montagne en s’attaquant à Cersei, soit elle part faire le tour du monde,
    Cersei et Jaime: 0%: ils sont venus au monde ensemble, ils partiront ensemble,
    Bran: 0%: il n’y a plus personne,
    Gendry: 5%: une petite ascendante Barathéon de derrière les fageots, ça peut se négocier, si les Targaryens disparaissent, mais j’y crois peu.
    Tyrion et /ou Sansa: 30%: car ils feraient un super duo de dirigeants et que c’est un des rares couples de la série auquel je crois (Jeanerys, c’est sur vous que je crache) et que je trouve parfaitement assorti. Mais je pense que Sansa est vouée à rester la dame du Nord. Tyrion, je n’y crois pas, car je le vois davantage dans le rôle de conseiller qu’au premier plan,
    -Jon Snow: 40%: parce qu’il est le plus prévisible, mais je ne le vois pas endôsser la fonction. Je le vois davantage (et je le lui souhaite) rejoindre le Nord avec Moon Moon (pour enfin lui faire des papouilles dignes de ce nom ) et Tormund ( aussi pour lui papouiller la barbichette),
    Daenerys: 50%: car elle nous a montré à plusieurs reprises qu’elle est capable de renaître de ses cendres, même quand tout est perdu. Par contre, elle a intérêt à s’assagir et a arrêté de menacer de sortir le barbecue à ,chaque opposition (ça lui sera plus dur vous me direz sans dragon…),
    La progéniture maléfique de Jeanerys: 60%: Je prends un pari ultra risqué, mais on nous a bien trop hypé sur l’éventuelle fertilité de Daenerys (et l’enfant étalon qui montera le monde. On sait ce que la série fait des prophéties, mais à tenter…), et ce serait la solution la plus suisse de la série. (Si les deux parents y passent, je vois bien Tyrion dans le rôle de la nounou).

    1. Il y a deux ans, quand la saison 7 s’est achevée, un leak (foireux) est sorti, dans lequel en gros ça finissait comme ça, avec la fille de Jon et Daenerys sur le trône encadrée par Tyrion et Missandei. Bon on sait maintenant qu’une partie ne se produira pas !

  21. Moi, il y a une question que je me pose.

    On est tous d’accord pour dire que ça n’a servi à rien le stage de Sam à la Citadelle ? Et son vol de bouquin à la BU ?
    Bon, par-delà ce point pas si anodin, c’est le problème de l’accélération du rythme de la série qui est posé. On bâcle des arcs, on expédie des questions (coucou le délire artistique des Marcheurs blancs et tout le contexte autour) et on caricature des personnages.

    Dans le fond, ce que je craignais est un peu arrivé. Je n’arrive pas à m’emballer pour ce court retour au train-train quotidien le temps de trois épisodes. Même si y’a eu des trucs cools dans l’épisode quand même.

    1. Bah c’est le truc un peu bizarre. On nous a seriné Sam et ses bouquins qu’il a volé mais au final la révélation de Jon est arrivé vite….

      1. Je pense que malheureusement les bouquins volés sont simplement une excuse pour que Sam ait emmené avec lui le bouquin servant de preuve pour l’annulation du premier mariage et confirmant donc la légitimité de Jon. (Pinpin le Margoulin a vu le mariage, mais pas l’annulation du mariage précédent).

        Avec l’accélération du rythme, il y a aussi le problème des connaissances: qui sait quoi. En plus de rendre certaines scènes incohérentes, ou de carrément laisser certaines intrigues sur l’autoroute avec Ghost, cela peut aussi embrouiller le spectateur. Je pense notamment à pendant le discours de Tyrion à sa soeur quand il parle de son enfant à venir, autant je pensais que ça sentait le roussi pour Cersei, autant mon conjoint était persuadé qu’it is known maintenant de tout le royaume qu’elle est enceinte (annonce à Euron et donc annonce officielle).

        1. En plus, en parlant de prouver l’ascendance de Jon, la saison 6 nous a un peu teasé le rôle d’Howland Reed en le présentant via les flashback de Bran. Or, les Reed ont totalement disparu de la série. Ils ne sont même pas venus porter assistance à Winterfell durant la bataille contre Dagobert (sinon, on aurait au moins revu Meera). Or Howland sait tout. Il connait l’identité de Jon puisqu’il était avec Ned à la Tour de la Joie. Et il est le seul témoin vivant pouvant attester de la véracité de ses origines.
          Donc ça me conduit à penser deux choses :

          -soit D&D ont abandonné les Reed sur une aire d’autoroute, avec Fantôme, et la révélation de l’existence d’Aegon passera comme une lettre à la poste, validée par son meilleur ami et son cousin chelou, ce qui est très faible et très contestable, mais au point où en est la série, hein, ça pourrait passer.

          -soit l’existence d’Howland et son rôle de témoin clé ont été abandonnés parce que la série n’en aura jamais besoin, tout simplement car Jon ne sera jamais appelé à régner ou n’aura jamais le temps de se retrouver en position de prendre le trône. Soit parce qu’il meurt, soit autre chose. Du coup, Howland Reed a été mis à la poubelle car il n’est plus nécessaire à la fin de l’histoire.

          1. Je vote pour l’option 2. Il me semble d’ailleurs que c’est un adieu que dit Bran à meera quand elle part de Winterfell en saison 7.

    2. Ah ben vous faites bien d’en parler, Pinpin, j’avais totalement oublié l’existence de ces livres, moi !! En effet, c’est dommage, Sam ne sert à rien cette saison… Après, qui sait, peut-être que les livres vont refaire surface. Sam, je n’y ai pas pensé, mais si on l’associe à Pinpin (pas vous, le Pangolin),ça donne un binôme assez puissant. Avec un peu de chance on va le revoir en train d’écrire des livres d’histoire sous la dictée du Bran à Trois Yeux. Illimited knowledge = illimited power.

  22. Bonsoir la Dame,

    J’ai été très surprise par cet épisode, plutôt en mal, et justement sur la question des femmes. Pour une série où l’on trouve des figures féminines fortes, complexes, nuancées ; où ces femmes occupent et/ou détiennent la réalité du pouvoir… J’ai été très déçue pour les torsions de l’écriture pour les faire entrer dans un moule dont elles se sont toutes extraites depuis longtemps. De façon générale, je trouve que certaines scènes étaient nécessaires et vraiment, vraiment très mal écrites.

    Je n’ai pas aimé le traitement infligé à Daenerys. Mais sans avoir lu les livres, je me retrouve néanmoins pas mal dans les propos d’Amaltheren, sur le basculement potentiel de Daenerys, et dans les vôtres, qui plaident en faveur d’une certaine humanité. J’ai tout de même apprécié le passage de la mort de Rhaegal, inattendu et donc choquant, et le cri de rage, d’impuissance et de souffrance de Daenerys. Ca fait du bien d’entendre ce cri, après plusieurs épisodes où l’on se demande comment elle parvient à garder son sang froid sans rendre coup sur coup. Elle manifeste quelque chose de tellement humain. Et quand on pensait qu’il ne pourrait pas y avoir pire, schouink Missandei. Comment lui en vouloir d’éprouver tout le panel d’émotions qu’Emilia Clarke parvient enfin à rendre ?

    Mais pour revenir aux personnages féminins en général… Dans cet épisode, j’ai moi aussi trouvé un véritable « bashing ». Ces personnages forts se trouvent désormais réduits à des caricatures… même pas d’elles-mêmes. C’est triste de voir de tels personnages faire « des trucs de fille » : se crêper le chignon, bigophoner les copines avec les derniers ragots parce qu’on n’aime pas Machin, pleurer un connard fini en peignoir dans la cour du château, devenir hystérique « pour un rien » (grosses grosses énormes guillemets). On se croirait dans un des nombreux siècles qui nous précèdent et où c’est bien connu, une meuf avec du caractère, c’est tout juste bon à enfermer la pôôôvre.

    Le passage que j’ai vraiment détesté, c’est le départ de Jaime. Comme mon premier visionnage était entrecoupé de nombreux freezes, sur le coup je me suis demandée si je n’avais pas loupé un truc. Mais non. Si au début, j’ai eu envie de gifler Tyrion et son total manque de tact, puis pleins de petits cœurs dans les yeux, j’aurais finalement préféré de pas avoir cette scène de pré-coït si derrière, c’était pour avoir cet adieu infâmant. Avec le recul, j’ai du mal à voir la scène de pré-coït comme autre chose que du fanservice. Et avec le recul aussi, je vois plus le départ de Jaime comme une espèce de « je ne suis pas digne de Brienne, je n’ai pas la force de rester clean, donc je vais aller me rouler dans l’ordure et l’étrangler un bon coup ». Mais pourquoi ? Pourquoi autant de cruauté envers Brienne ? Etait-il vraiment nécessaire de l’humilier ? Une femme que Jaime prétend admirer et aimer ? Cet échange dans la cour m’a paru d’une telle gratuité. Alors j’espère qu’il y aura un rattrapage, quelque chose. Parce que tout le long de mon second visionnage, je lançais des éclairs à chaque apparition de Jaime.

    Et évidemment comme vous et tant d’autres, je me suis crue sur une autre planète en entendant Sansa pérorer sur son viol qui a fait d’elle autre chose qu’un petit oiseau. Comme pour pas mal de scènes, l’intention est « bonne » mais l’écriture… l’écriture est désastreuse.

    Et Gendry qui n’a toujours rien compris d’Arya. C’est pourtant pas faute de lui avoir expliqué et d’en avoir fait la démonstration. Pour le coup il n’a pas volé sa lordzone.

    Voilà voilà, désolée pour ce commentaire pas très construit, peut-être pas très constructif non plus. Je suis loin d’avoir votre connaissance de l’univers et je me demande régulièrement comment je fais pour louper certaines choses!

    Quant au jeu des pronostics !

    Chez les Stark : je ne vois que Jon et Sansa en lice. Mais j’ai du mal à envisager l’un ou l’autre sur le trône. Comme quelqu’un l’a dit plus haut, Jon a un côté vaguement Robert Barathéon et je le vois plus chercher à recouvrer sa liberté qu’à se contraindre toute sa vie pour le bien commain. Encore qu’il en est probablement capable. Quant à Sansa, je préfère la laisser au Nord. Port-Réal ne lui a jamais apporté que des malheurs. Et si elle n’a pas de ces coucougnettes qui desservent tant les mâles Stark à la capitale, je ne l’imagine pas retourner dans ce panier de crabes.

    Chez les Lannister : personnellement je trouverais extrêmement drôle que Cersei parvienne à se maintenir sur le trône. Si elle survit à la série, elle ne survivra probablement pas tellement plus longtemps au trône, rapport au fait qu’elle est un peu zinzin. Mais ce serait tellement beau, tellement vicieux… Pour Tyrion je ne le vois pas en première ligne mais en fin de compte, c’est un tandem Tyrion-Sansa qui me paraîtrait le plus équilibré. Quelque chose comme ça.

    Enfin, je n’en sais rien. Ca valait le coup que je pronostique !

    1. Que Jaime quitte Brienne pour aller sauver Cersei, c’est déjà un peu surprenant parce que théoriquement, tout son développement a consisté à le faire se détacher de sa jumelle. Mais la série semble aussi nous dire, avec les reculades de Cersei quand elle a par deux fois l’occasion de tuer Tyrion, et les hésitations de ce dernier à détruire Port Réal parce qu’il a peur pour sa soeur, que la fratrie Lannister est étrangement plus soudée qu’elle n’en a l’air. C’est un trio disfonctionnel AF. Donc que face à la perspective de la mort de sa soeur, Jaime soit tenté de la rejoindre, finalement, ce n’est pas si étonnant, même si surprenant.

      Mais Brienne en femme éplorée, non. Triste et déçue, oui, trahie, évidemment, mais la voir mise en scène éperdue dans son peignoir noir, non. Elle aurait au moins pu lui balancer un truc du style « en fait, tu es comme tous les autres », ce qui aurait été un revers du « There’s no one like me, only me » de Jaime en saison 2. Mais pas la laisser aussi passive.

  23. (j ai posté mon commentaire n importe comment et n importe où. Je m’excuse d avance xD vraiment désolée)

  24. Mais
    Mais
    Maaaaaais
    C’est génial ! Merci d’avoir écrit un tel article (je découvre ton blog et tes analyses d’épisodes du même coup), désomrais pour tenter de justifier cet épisode, l’injustice dont est victime Dany et plein d’autres trucs je me contenterais de partager ton lien et des screens (oups j’ai peut-être déjà commencé à spoiler mon entourage avec).

    Je suis tellement.tellement.tellement d’accord, tu mets les mots que j’avais du mal à trouver pour parler au gens du traitement tristement décevant des femmes dans cet épisode après des progressions et des développements très pertinents. J’ai aussi reconsidéré des points que je n’avais pas creusé tant que ça, voir pas même considéré du tout (#pointchiffon), c’était très instructif, et même rafraîchissant. GoT déchaîne beaucoup les passions pour cette dernière saison, et arrivant deux ans après la précédente les gens (moi y compris) ont un peu tendance à réagir avec les émotions plutôt qu’en considérant raisonnablement les personnages, avec leurs backgrounds, leurs évolutions et ce qu’ils traversent, plutôt qu’en appliquant simplement leurs moules de #toigentil.le #toiméchant.e (casse-dédi à Dany qui se prend des #madqueen dans la tronche alors que non, tellement non ;^;)

    AH et aussi j’aime beaucoup tes petites références (je ne les ai pas toutes) à Kaamelott ou La classe américaine, je me sens toute jouaille avec l’impression de trouver des easter eggs ^

    Bref, bonne continuation ; je partage cet article plutôt 34534567 fois qu’une o/

  25. @sheena : la réponse à la question de Davos est…que c’est logique. Les dieux agissent face à un problème d’ordre occulte. Ils s’en battent les couilles, du trône de fer. Mélisandre l’a souvent dit à Stannis. Je vois pas pourquoi, une fois le Mal terrassé, ils devraient apparaître pour…pour quoi d’ailleurs ? Expliquer « bon, folks, on a fait intervenir la magie, parce que ça commençait « à puer du cul, mais puissant », maintenant, nous apparaissons en pleine gloire, et aprouvont la motion visant à limiter l’importation de grain Pentoshi de 10%, ah, et ausssi, nous soutenons les réformes démocratiques du parti Tyrioniste ».

    Non, ils font leur taf (au fait, bravo le Dieu 7-en-1, bravo pour ton inefficacité :/ ) puis s’en vont.

    Vous trouvez pas ça très logique ?

    1. Ben dans un sens, tu n’as pas tort. Les dieux dans ce genre d’univers ne répondent que quand ça les arrange. Mais je disais surtout ça parce que, en tuant Dagobert, la série a aussi un peu mis de côté tout le côté mystique. Donc R’hllor, les prêtres rouges toussa toussa, on oublie.

  26. Bonjour à toutes et à tous
    ceci est mon 1er message, merci la Dame pour tous ces billets !
    Je tenais à corriger une petit erreur mais qui a une importance phénoménale :
    Le copain de Dora (le Singe) s’appelle Babouche
    Chipeur c’est le Renard qui lui vole ses affaires de temps à autres (Chipeur arrête de chiper)

    Voilà c’est tout 🙂
    Vivement lundi

    1. Merci pour ce premier message !
      Et pour cette précision très utile. J’ai toute une culture à refaire !

  27. Ah le jeu des pronostics !

    Les Starks :

    Vu la manière avec laquelle la série semble vouloir nous la « vendre » depuis le début de cette saison je dirais Sansa à 50% ! Elle a maintenant à peu près tout pour elle, et semble tiré un trait sur ses traumatismes pour regarder vers l’avenir, et si les hommes de la famille Stark ne réussissent pas bien à KL, elle ne dit rien des femmes…
    Jon : 10%, je n’y crois plus, si, comme je le pense, (et comme on nous le suggère aussi très fortement), Daenerys va virer mad queen et terminer, d’une façon ou d’une autre sa carrière, je pense qu’il ira retrouver la chaleureuse camaraderie rustaude des gens du grand nord, et son toutou-loup, qu’à mon avis il n’a pas du tout abandonné mais plutôt protégé en le confiant à Tormund.
    Arya : ce n’est ni une Lady, ni une Queen, peut être fondera t’elle une annexe de son ordre, peut être aussi est elle morte depuis longtemps, et verra t’on bientôt son vrai visage…

    Lannisters :

    Cersei s’est condamnée en exécutant Missandei, et a, par là même, condamné Euron : 0%
    Jaime s’est condamné en allant rejoindre sa sœur clairement pour tenter de lui épargner l’exécution promise.
    Tyrion est à la rue depuis deux saisons, et il mise sur le mauvais cheval : 5%, je le vois même faire une grosse bêtise (peut être en voulant lui aussi sauver la vie de sa sœur) et le payer de sa vie, ce qui entrainerait de facto l’extinction de la maison Lannister.

    Daenerys :
    Elle est en train de sombrer… ce n’est pas tout à fait la première fois mais à 3 épisodes de la fin je ne la vois plus remonter la pente : 10%

    Un outsider : 0% Je n’en vois pas un seul, ou une seule capable d’assumer un rôle de quasi empereur à part les « gros » personnages cités ci-dessus.

    No-one : 50%, en y réfléchissant bien, et en me souvenant de la vision de Daenerys dans la maison des immortels, je me dis qu’une des hypothèse les plus probables serait peut être finalement que personne ne monte sur le trône après Cersei, les 7 couronnes éclatant en autant de royaumes indépendants gouvernés par les personnalités restantes : Sansa à Winterfell, Qyburn (qui aura peut être trahi et même tué Cersei au dernier moment) à King’s Landing, Jon dans le grand Nord, Asha dans les Iron Island, etc…

    1. Pardon… deux épisodes de la fin…
      Sinon je n’ai pas évoqué Bran parce que je ne le vois absolument pas devenir roi, mais plutôt comme, en quelque sorte, le dépositaire final de l’aspect magique et religieux de la mémoire de Westeros, Samwell Tarly devenant le dépositaire de son aspect scientifique et historique !

      1. J’espère vraiment que d’ici la fin de la série, quelqu’un pense en effet à se servir de toute cette connaissance. J’aimerais comme vous voir Sam et lui collaborer, mais il ferait aussi un super conseiller politique. La Corneille a accumulé assez de sagesse au fil de millénaires pour être un atout majeur pour n’importe quel dirigeant. Encore faudrait-il qu’il soit d’accord pour être utilisé de la sorte…
        Mais à ce stade, je ne pige toujours pas pourquoi personne ne pense jamais à lui demander des infos. Rien que pour éliminer Cersei, en lui et ses visions et Arya avec son skill… Mais non, on le pose dans un coin, comme un ficus.
        S’ils décident d’écrire à un moment Sansa comme la digne élève de Littlefinger, je trouverais assez logique qu’elle aille dans cette direction, ne serait-ce que pour diriger le Nord (si elle s’en contente, ce qui reste assez probable).

  28. Du coup comme je suis spoiler aux leaks je ne ferai pas de pronostics 😀

    Je pleurerai juste à larmes rageuses et amères si lesdits leaks sont réels quant à l’identité du gagnant du Trône.

    Mais toujours selon les leaks, s’ils sont vrais, le gagnant a déjà été cité plus haut en tout cas. Je ne dirai rien d’autres.

    RENCART DANS 2 JOURS BOYS AND GIRLS

    Et avec tout ça j’aurai grave envie de faire un café IRL la Dame entre lecteurs et auguste actrice après tout ça franchement 😀

    1. J’allais écrire un truc très bête : « Aaaaannnh bah dites-nous au moins qui a trouvé alors », mais en fait c’est stupide, ça vendrait la mèche…

      Alors une IRL, j’adorerais aussi, ça serait super de pouvoir discuter de vive voix de la série, des livres ! Mais ça ne serait pas facile à organiser. Je suis dans les Terres de l’Ouest, et je passe sur Paris fin juillet, ce qui pourrait arranger plus de gens (mais c’est plus un passage éclair :/). Mais si y’a moyen d’organiser ça, oui !

      1. Vous avez été plusieurs à le/la citer, comme ça pas de risques que vous deviniez qui a trouvé 😀

        Et ça serait super chouette ! J’habitais encore à Nantes l’an dernier mais je suis désormais à Paris, comme Enelos (qui est d’ailleurs ma BFF for life et partenaire de bingewatch/bingeread sur la série depuis plus de 10 ans), donc s’il y a besoin de trianguler l’organisation pour filer rencard à du monde sur Paris sur quelques heures de débriefing sympa autour d’un vin de la treille en terrasse, je réponds présente !

      1. Oui c’est vraiment très très très mauvais, et je pèse lourdement mes mots. Si c’est ce que j’ai lu, c’est pas seulement paresseux et idiot : c’est irrespectueux, stupide, à côté de la plaque et gratuitement subversif pour essayer de surprendre à tout prix, au point de faire un scénario pathétique et misérable, insultant même à mes yeux, indigne d’une telle histoire.

        Je choisis des mots d’autant plus durs que j’estime hélas que je ne serai pas surprise que ce soit la fin prévue, et ça couronnerait le fait que D&D ont écrit cette fin comme deux raclures de gamins mal élevés ayant joué à construire un château en lego pour ensuite arracher la tête de leurs jouets juste pour faire chier les gosses jouant avec eux. Puérile, irrespectueux et stupide. C’est dire la confiance qu’on peut accorder à ces gens désormais vu leur absence totale de compréhension de l’univers, au point que j’en vienne à croire les leaks que j’ai lu.

        Bien entendu il est également tout à fait probable que tout ça soit du faux, ce que j’espère de TOUT MON COEUR. Auquel cas je me serai fait une grosse frayeur et je serai ravie de partager ce à quoi on a échappé, au moins ça fera bien rigoler !

        J’ai donc encore l’espérance que les leaks soient des faux, je les prends quand même avec des pincettes, mais il faut avouer qu’après ceux de l’épisode 4 qui se sont avérés vrais de bouts en bouts, je garde l’hypothèse que ce soit de façon non négligeable ce qu’on verra dimanche, et tristement, la qualité épouvantable de ces deux dernières saisons ne me font même pas dire que naaaaan, quand même, faut pas exagérer. Bah si, on en est là.

        Au moins si les leaks sont faux, j’aurai une surprise et je pourrai faire le avant/après dans le prochain billet, s’ils sont vrais, je serai folle de rage, mais au moins je serai un peu prête psychologiquement 🙁

        PRAY WITH ME QUE CE SOIT DU TOUT FAUX

    1. C’est LA vidéo qu’on voit partout en ce moment. Et je me souviens de l’avoir vue à l’époque, mais comme quoi, on a la mémoire courte, j’avais totalement zappé la tête des trois loulous. Parce que si les sourcils d’Emilia sont éloquents (et ne mentent jamais), la tête de Natalie Emmanuel vaut aussi de l’or.
      En plus, ils venaient juste de terminer le tournage, tout était encore frais pour eux. Les pauvres…

      Ca m’a fait me souvenir qu’en interview, l’an passé, Sophie Turner avait dit, à propos de la dernière scène de Sansa, qu’elle en avait un sentiment assez mitigé de penser que ce serait la dernière image que le public aurait de son personnage. Je n’ai plus le souvenir exact des mots, mais elle exprimait vraiment l’idée d’une gêne.

      Bref, soyons prêts à tout !

  29. Après tout le travail entrepris depuis le début de la série pour amener les femmes à une position de puissance et de légitimité, je réduis le building d’HBO en cendres à grands coups de zippo si ce n’est pas l’une d’elles qui grimpe sur le trône !
    Or, si l’oracle d’Amaltheren s’avère exact, les espoirs pour une telle issue semblent réduits à néant (TREMBLE HBO !)
    Affrontons la réalité avec courage, comme dirait ma petite colombe préférée : qui reste-t-il dans la team ovarienne ?

    Daenerys. Elle a la puissance, on peut ergoter sur sa légitimité, mais tout son arc tend vers ce but. Si elle l’accomplit, ce ne be serait en aucun cas une trahison de l’histoire et Amaltheren ne serait pas choquée. On l’élimine.

    Sansa. Même si elle ne semble pas candidate au poste, la série a tout fait pour la doter des qualités requises. Et qui sait ce qui pourrait se passer si tous les autres candidats s’étranglent avec un os de poulet, hein ? Là encore, rien qui puisse dégoûter notre amie Amaltheren. Adieu Sansa, reste donc au Nord, la raclette, c’est si bon.

    Cersei. Là, c’est vrai, on aurait une sacrée surprise, mais c’est Game of Thrones, ce ne serait pas la première. Et accessoirement, c’est son cul à elle qui cire le trône jusqu’à preuve du contraire. Je ne crois pas qu’Amaltheren baverait de rage si elle devait y rester. Je n’y crois pas trop, ceci dit, parce que de la fin douce/amère qui fut promise, il ne resterait que l’amertume. D&D n’oseront pas. Ils sont attendus au tournant par une fraction significative de la population terrestre et on en a lynché pour moins que ça. Alors, non, pas toi non plus, Cersei, t’as eu ton tour, game over.

    Arya ??? Là, OK, ce serait du grand nawak et si ça se produit, Amaltheren, je te prête mon zippo (mais il s’appelle reviens) Mais il ne reste que 2 épisodes, pour réussir à nous faire gober un truc aussi ouf, dont un probablement rempli de fire and blood, donc peu propice aux développements politiques complexes et autres revirements psychologiques à 180 degrés. Probabilité proche du néant.

    On oublie Gilly, d’accord ?

    Allez, plus que quelques heures à serrer les fesses. Je suis presque dévasté à l’avance.
    I wish you good fortune in the war to come.

  30. Je renoue avec les commentaires, chère Dame, que j’avais laissés il y a une paire d’années, sous un autre pseudo.
    Merci pour ces moments de rire et ta plume acérée !
    Je plussoie à tout ton billet, notamment à tout ce qui concerne le traitement réservé aux personnages féminins et notamment à Daenerys.
    Je ne vais pas reformuler en moins bien tout ce qui a déjà été dit.
    Quelle bonne idée d’avoir employé comme intertitres les paroles du « soleil est noir » des Tri Yann (an Naoned)
    Et puisque ça va chier des bulles carrées à Port-Réal d’ici quelques heures, je termine par du Tri Yann inspiré par le Barzaz Breiz !
    Tan! tan! dir o dir,
    tan, tan, dir ha tann, tann, tann!
    feu, feu, acier ô acier etc..

  31. bonjour,
    c’est toujours agréable de vous lire, merci pour votre passion et de votre investissement. Vous faites les seules analyses que je trouve vraiment intéressantes sur cette série, par ce qu’elles sont minutieuses, qu’elles me rendent attentif à plein de truc que je serais bien incapable de remarquer tout seul ,comme la position de Jon par rapport à la cheminée, et par ce que c’est les seules analyses que je lis de toute façon.

    je ne suis d’accord sur rien.

    Sauf peut-être sur le fait que Sansa serait la mieux qualifiée pour diriger.

    Sur la scène avec le limier vous pointez la responsabilité que prendraient les auteurs.
    Je pense au contraire que les artistes et les auteurs, les créateurs de fiction, n’ont pas à se sentir lié par cette responsabilité que vous mettez à leur charge.
    Ils doivent être libre en revanche de suivre leur inspiration, leurs idées, ce qu’ils veulent exprimer sans se soucier de comment elles seront reçues ou des conséquences en ce qu’elles seraient susceptible de déplaire ou de heurter, même violement, la sensibilité de la société, ou d’une partie du public, sur certains sujets.

    J’ai beaucoup aimé la scène par ce que le limier est une formidable incarnation du cynisme ; les cyniques voulaient vivre comme des chiens et le limier imite très bien le chien ; il est le seul à continuer à manger pendant le discours de la reine, comme le ferait un chien, il veut la paix des chiens, lorsqu’on l’importune il grogne comme un chien, il parle à Sansa crument par ce que ,comme tout cynique, il méprise les conventions et les règles de bienséance ( Diogène se masturbait sur les places publiques et il a craché au visage d’un de ses hôtes fortuné par ce que, lui a-t-il répondu, c’est le seul endroit qu’il y avait de sale).

    Après Sansa s’aligne sur le célèbre aphorisme « ce qui ne te tue pas te rend plus fort », elle ne vise pas spécifiquement le viol, par ce qu’ elle n’a pas seulement été violé ,elle encore été forcé à vivre constamment assiéger par des périls ignobles, milles violences, milles sévices, milles humiliations pouvaient lui être imposé à chaque instant.
    Peut-être qu’elle serait devenu la même en restant faire la couture à Winterfell ou en ayant vécu paisiblement auprès d’un mari aimant, mais peut être aussi qu’en étant mise dans le cas de subir ces souffrances, elle a été obligé de se conquérir elle-même, de développer des dispositions qui, sans cela, seraient restées à l’état de simples potentialités.
    Peut-être que le mal est parfois la condition d’un plus grand bien ou d’un progrès. C’est une position critiquable mais c’est aussi une attitude qui peut parfaitement se défendre et qui ne me semble pas scandaleuse.

    « Les hommes entre eux sont naturellement indifférent ; les femmes sont par nature ennemies » disait joliment Schopenhauer dans son essai sur les femmes, sans doute le point culminant de la misogynie ( mais c’est bien quand même).
    Mais je ne crois pas que les crispations entre Sansa et Dany s’expliquent par ce type de préjugés. La cause des griefs de Sansa contre Dany est expliqué il me semble, il est essentiellement politique et il porte sur la question de la souveraineté du Nord.
    Là-dessus s’ajoute une dimension privé par ce qu’au Moyen Age la politique est une affaire de famille et que l’intérêt public et l’intérêt privé sont imbriqués ; Sansa se méfie de Dany( il me semble pas qu’elle exprime de la détestation, mais plutôt de l’irritabilité, de l’agacement, une hostilité froide, mais pas brutale, outrancière ou extrême) par ce qu’elle pense que son influence brouille le jugement de son frère, qu’en ployant le genou il a agi au-delà des pouvoir qui lui ont été confié pour exercer la souveraineté du Nord, autrement dit son indépendance, et non pour y renoncer, qu’il s’en suit qu’il a violé le contrat qui le liait à ceux qu’il l’on fait roi et qu’il l’a fait en raisons de ses sentiments pour Dany plutôt que pour des causes objectives(elle pose clairement cette question à l’épisode 1).

    Elle pense donc que son frère ne se ressemble plus et que Dany menace autant l’unité de sa famille que les intérêts que sa famille à la charge et le devoir de défendre, par conséquent, elle s’y oppose.

    Elle le fait publiquement et frontalement par ce que les bannerets ont exprimé une volonté d’indépendance, ils attendent de celle qui les dirige qu’elle incarne et qu’elle défende cette souveraineté, elle perdrait leur estime et leur respect si elle choisissait de se montrer servile.
    Par ailleurs c’est une Stark, elle ne concède à la fourberie et à la dissimulation que ce qui est strictement nécessaire.

    Dany est agacé en retour par ce que Sansa s’oppose à elle, elle nie son autorité et ca ne peut que lui déplaire.

    Il me semble qu’il y a là autre chose qu’une rivalité futile de deux amours propres féminins exacerbés.

    Ensuite je ne suis pas d’accord non plus sur Arya, elle n’est pas inhumaine, elle a peur pour Dondarion, elle crie comme une gosse quand il se fait planter, elle tente de le sauver et elle est triste quand il meurt.
    Elle refuse de suivre Gendry, mais elle le fait avec beaucoup de tact et de tendresse. Je n’ai pas vu non plus pas les relents xénophobes que vous semblez lui prêter.
    On lui a appris que pendant l’hiver la meute doit rester groupé, elle fait donc primer la solidarité familiale sur les autres considération, elle n’est pas hostile à Dany par ce que c’est une étrangère mais par ce que, dans ce contexte, elle introduit un conflit de loyauté qu’elle tranche en faveur de sa famille.
    Elle admet, comme Sansa ,qui ne me semble pas avoir l’attitude ingrate que vous lui prêtez , qu’on doit à Dany reconnaissance, aide, conseil, soutien, mais que tout ceci ne signifie pas la soumission.

    Pourquoi le Nord aurait plus de droit à l’indépendance que les autres royaumes ? Simplement par ce que, contrairement aux autres, il veut être indépendant et qu’il s’est trouvé des souvrains qui lui semblent plus légitime que le roi de la capitale.

    Sansa est surprise par ce que dit Arya par ce dans un premier elle pense qu’elle s’aligne sur la position de Jon, pas parce qu’elle pense et qu’elle soutient qu’elle n’a pas à être redevable à Dany.

    Désaccord encore sur Varys.

    La série nous le montre plusieurs foi soucieux de la continuité de l’Etat et de l’intérêt du peuple ; il reconnaît les qualités humaines et de gouvernance de Tyrion, par ce qu’il lui reconnait ces mérites il tente de le protéger en essayant d’éloigner SHAE.
    Ensuite il prend des risques en l’aidant à s’évader, et il essaye de le convaincre de se mettre au service de Dany par ce qu’il reconnaît en elle un souverain éclairé.
    C’est en tout cas les intentions qu’il manifeste et je n’ai pas le souvenir d’un élément qui inciterait à douter de sa sincérité ou à mettre en évidence sa duplicité sur ses questions.

    Après je ne trouve pas son discours gerbant.

    Il est clinique Varys, il constate que Dany n’est pas légitime en vertu des règles de succession qu’elle revendique elle-même.
    Ce qui n’est pas tout à fait rien parce que dans une monarchie héréditaire les règles de successions sont assimilées à des lois fondamentale, elle ont un peu la valeur constitutionnelle dans le droit actuel en ce qu’elles régissent les critères de la dévolution du pouvoir. Louis XIV, tout roi soleil qu’il était, n’a pas pu s’affranchir de ces règles. Lorsqu’il a voulu rendre légitime à la succession un de ses enfant adultérins par l’Edit de juillet 1714, le texte a été « annulé » parce que contraire aux « lois fondamentale du royaume » , toujours est il qu’il n’a pas pu imposé sa volonté.

    Elle n’est pas écarté pas parce qu’elle est une femme mais par ce que la couronne était dans le patrimoine de son frère Rhaegar et qu’elle était ,par conséquent , susceptible d’être transmise à ses enfants légitime. Si Jon avait été une fille il serait encore devant Dany dans l’ordre de succession.
    Le pénis de Jon à son importance au regard de sa légitimité charismatique, les seigneurs, voir le peuple, préfèrent un homme, par ce qu’ils conçoivent le roi comme un chef militaire (comme le souligne la bataille de la Néra et l’enjeux de l’engagement de Joffrey dans les combats) et que les hommes sont perçues comme de meilleurs combattant, c’est aussi ce qui explique l’acclamation de Jon au détriment de Sansa, c’est avant tout un peuple en arme qui le fait roi, pour sa capacité à mener les hommes à la guerre.

    Il y a aussi l’enjeu de la stabilité politique. Les familles sont patrilinéaire, ce qui impliquerait la fin de la maison Targaryen dans l’hypothèse d’un règne de Dany. Or la fin d’une dynastie signifie une légitimité amoindrie pour son successeur qui ne pourra plus se rattacher à une longue lignée de souverain ni à un nom dont le prestige aura été polie par les siècles.

    Ce qui fragilise Dany c’est aussi qu’elle prétend agir au nom du Bien et qu’elle a constitué ses alliances, et son entourage sur cette valeur.
    Le problème selon ce cher léo ferré, c’est que la morale c’est toujours la morale des autres et qu’il est très difficile de s’entendre sur une définition du bien.

    Les victimes collatéral peuvent se justifier pour Dany et ce risque se concilie très bien dans son esprit avec la finalité de briser la roue ou de mettre fin à la tyrannie et à la cruauté. Sa position peut s’argumenter, Cersei ne recule devant rien, on ne peut pas la combattre avec des bons sentiments.
    Seulement son entourage et ses alliés ont une conception différente de l’éthique et elle les a laissé se convaincre ou espérer qu’elle pouvait sinon la partager au moins en tenir compte pour tempérer une brutalité qui leur semble à eux intolérable mais à elle parfaitement légitime dans certaine situation.

    Il s’en suit qu’elle n’est pas en adéquation avec eux sur ces questions ,que c’est une faiblesse que ces adversaires n’ont pas, et dont ils ont voulu profiter.
    C’est ce que fait Cersei quand elle laisse entrer le peuple au donjon rouge et ce que fait Sansa quand elle vend la mèche à Tyrion.
    Dés lors la question pour eux ,à cause du problème de succession et des décisions de Dany, la question n’est plus de savoir comment aider Dany mais si il doivent seulement la servir ou l’aider.

    Sur ce sujet je ne vois pas l’attitude de Sansa comme une trahison envers Jon, par ce que avant de savoir si le serment est violé encore faut il se demander si le serment est légitime.
    Je ne mens pas si je ne dis pas la vérité sur une question sur laquelle je ne dois pas la vérité. Et je peux me soustraire à une obligation qu’on avait pas le droit de m’imposer. Or la question se pose de savoir si Jon était fondé à exiger le silence sur un tel problème qui concerne les intérêts fondamentaux du royaume.

    Quand bien même elle payé pour voir qu’une rectitude excessive peut avoir des conséquences désastreuses.

    Je ne reviens pas sur le basculement de Dany qui n’est pas, pour moi, si mal traité, mais ça a été très bien dit dans les commentaires , ni sur Brienne pour les mêmes raisons

    Sur les pronostics pour le trône :

    Sansa : oui (pour le trône)
    Arya : non , mais vivante
    Bran : non, vivant aussi
    Jon : non, vivant je sais pas
    Cersei : non, morte
    Jame : non, mort aussi
    Tyrion : non, mort
    La montagne : non, mort
    Le limier : non, mort
    Dany : non, morte
    Varys : non, mort

    1. Je me permets de revenir sur le cas Sansa vs Dany. Les raisons de leurs désaccords sont évidemment, comme vous le dites très bien, politiques. Sur ça, il n’y a pas d’équivoque. Mais quelque chose me gênait malgré tout dans cette affaire, qui m’a conduit à interpréter qu’une partie de leur désaccord avait été écrit sur le trope des « femmes qui se jalousent ». Et malheureusement, comme cela a été dit dans un commentaire plus haut, c’est bien ainsi qu’une partie de cet arc a été imaginé. Benioff a évoqué la jalousie de Sansa envers Daenerys et il y a aussi Dave Hill, l’auteur de l’épisode 1, qui utilise cet argument pour justifier une partie de leur inimitié.

      Quant au sujet des viols de Sansa et la manière dont les auteurs ont pu choquer/déranger une partie du public, j’ai vraiment du mal pour le coup, à les excuser avec leur liberté artistique.
      Faire dire à Sansa que ses viols et tout le reste aussi, ont fait d’elle une femme forte, c’est premièrement montrer que l’on a pas bien compris le personnage. Ensuite, c’est entretenir un cliché typiquement masculin au sujet du traumatisme revenant à dire, soit tu le surmontes et tu appartiens au club des survivants, des vainqueurs, des puissants, soit tu n’arrives pas à le surmonter auquel cas tu es un perdant, un fragile, une loque.
      En mettant dans la bouche de Sansa une réplique pareille, cela renvoie à toutes celles qui ont dans leur vie été victimes de violences sexuelles qu’elles devraient avoir fait de ces sévices une armure. Qu’elles devraient être capables de dépasser ce qu’elles ont vécu pour en quelque sorte se sublimer. C’est induire que l’acte inqualifiable d’avoir usé de leur corps sans leur consentement leur a été un marche pied pour s’élever.
      Il y avait d’autres manières de faire revenir Sansa sur ce qu’elle a vécu, sans lui faire emprunter ce chemin glissant revenant à lui faire dire que le viol aura été pour elle une expérience formatrice.
      Et même si elle n’évoque pas que les violences sexuelles quand elle revient sur son expérience avec Littlefinger, Ramsay, Joffrey et Cersei, l’ouverture de ce dialogue se fait bien sur la question sexuelle. C’est ce point précis que choisit le Limier pour évoquer les changements qu’il constate chez elle. Lui, un homme qui du reste, se croyant près de mourir, disait à Arya qu’il aurait mieux fait de violer Sansa quand il en a eu l’occasion, parce que ça lui aurait au moins fait un joli souvenir.
      Donc le viol est bien le pivot de leur échange et la pénétration est ici bien utilisée pour justifier le changement de personnalité de Sansa. Pénétration non consentie qui plus est.
      Quand on sait que c’est tout de même une femme sur trois qui a été, est ou sera victime de violences sexuelles, il me semble logique que ce dialogue ait choqué ou a minima interpelé.
      Le viol n’est pas un outil universel de renforcement ou d’empouvoirement de la femme. Toute femme violée ne devient pas automatiquement une chose brisée ou une valkyrie. La réalité est bien plus complexe, bien plus crue que toutes les représentations largement fantasmées des violences sexuelles et de leurs conséquences que l’on peut voir dans les médias. Le viol c’est sale. C’est la négation de ton être, la volonté de le souiller dans tout ce qu’il est, et ton corps, et ton esprit.
      Et que cela soit traité dans une série mainstream comme un instrument de construction d’un personnage est dérangeant.
      A t’on par exemple réservé le même traitement à Theon, pourtant lui aussi victime de très lourds sévices ? Non, on a reconnu son traumatisme et on l’a fait évoluer autour, sans pour autant que le dit traumatisme devienne un tremplin de badassitude. On lui a reconnu le droit d’en être affecté, d’en être marqué et de ne pas avoir réussi à le dépasser tout à fait. Theon a eu le droit de se retrouver au terme de son parcours et de ses souffrances, alors que Sansa a été accomplies par ces dernières, si on en croit le dialogue avec le Limier. Et ça, c’est un double standard.

      1. Sansa jalouse de Dany ,ok,elle baisse aussi dans mon estime alors.

        Mais faut être indulgent, après tout on est tous assez primaire,personne n’échappe à l’enfer de l’amour propre, à ce besoin de se comparer, d’être préférer, d’en tirer de la vanité etc…, les passions tristes quoi.

        Double standard? Maintenant que vous le dites, peut être. Mais si les situations avaient été inversées peut être aurait aussi entendu qu’on valorisait un homme dans sa capacité à surmonter ses souffrance pendant qu’on confinait une femme dans une position victimaire.

        Et Bran a quand même l’air de l’absoudre en lui disant que tout ce qu’il a fait l’a mené ici alors qu’il quand même cramé 2 gosses, ce qui ne m’empêche d’être en empathie avec le personnage et d’avoir la gorge serrée lorsqu’il retrouve Sansa et c’est ce que je trouve formidable avec cette série.

        Khal Drogo n’y allait pas de main morte non plus, au début, avec Dany, pourtant elle en tombe très amoureuse, ça pourrait aussi déranger, choquer, sans doute à juste titre, mais c’est aussi une manière d’explorer une facette de l’expérience humaine, de montrer la complexité de la sexualité, faut il y renoncer par ce que l’idée qu’on puisse aimer son violeur et vouloir, plus que tout, porter son enfant est insoutenable pour certaines victime?

        Ben je crois qu’on ne peut pas faire autrement que d’admettre que les fictions doivent pouvoir envisagées toutes les éventualités, après je comprends bien la triste banalité des agression sexuelles, la spécificité de l’atteinte au corp et à la personnalité qu’elles représentent, malgrés tout, je n’arrive pas à considérer que certaines choses ne doivent pas être montrées ou dites pour la seul raison qu’elles pourraient blesser ou même qu’elle pourraient être instrumentalisées pour conforter certaines attitudes qui amoindrissent la portée du viol, qui culpabilisent les femmes etc…

        1. Justement, Drogo et Daenerys c’est tout aussi emblématique de la façon qu’ont les auteurs et showrunners de voir le viol.
          Dans les livres, durant leur première nuit ensemble, Drogo ne viole pas Daenerys. Il est doux et patient avec elle et attend son consentement, qu’elle lui donne. Après, malheureusement, il prend ce consentement d’une fois pour acquis et la viole.

          Dans la série, parce qu’ils pensaient que montrer la scène telle qu’elle n’aurait pas permis au public de comprendre de quoi Dany se plaint après, parce qu’après tout, la première fois, il a été gentil (la notion de viol conjugal est trop souvent encore bien obscure…), ils ont pris le parti de montrer un viol.
          Ce qui, du coup, change pas mal l’arc de Daenerys et Drogo entre les deux supports. Dans le premier, on a une toute jeune femme a qui son mari a montré qu’il n’était pas qu’un sauvage et qu’elle éduque, parce qu’elle a déjà vu en lui, une fois, quelque chose d’autre qu’un violeur.
          Dans la série, on a le cliché machiste de la femme qui tombe amoureuse de son violeur

          Pour revenir sur la liberté artistique, je ne la nie pas à D&D. Je peux néanmoins leur reprocher d’exposer des clichés rétrogrades quand il y avait possibilité de faire autrement. Parce qu’il n’est pas anodin de faire dire ce genre de chose à un personnage. Cela traduit une façon de voir les femmes et d’aborder leur condition et leurs expériences qui en dit très long.
          Et ce n’est pas non plus comme si D&D n’étaient pas déjà sensibilisés à la question du sexisme dans leur manière de représenter les femmes.
          La série a été fustigée dans ses premières saisons pour ses libertés artistiques sexistes, à cause de sa trop grande complaisance à montrer la nudité de façon gratuite. Et elle a été capable, à mi-parcours, d’évoluer vers autre chose, montrant que l’équipe avait pris conscience que c’était un problème. C’est très bien, mais avec cette seule réplique de Sansa, on constate qu’entre moins de nudité gratuite et une réflexion en profondeur sur la manière dont les femmes sont représentées dans la fiction, il y a un pas qui n’a visiblement été que partiellement franchi.

          Sur la manière de dépeindre Theon et Sansa face à leur traumatisme, je ne crois pas que le faire de la même manière aurait été amoindrir Sansa. Elle a tout de même donné Ramsay a bouffer à ses chiens. Le fait de vivre avec un trauma ne fait pas forcément de soi une victime. Et là encore, la série aurait pu le traiter sans pour autant présenter Sansa comme faible, parce que la série la montre depuis la fin de la saison 1 comme un personnage fort.

          1. Je pense qu’il faut aussi voir d’autres éléments comme le démarrage de la série et la chaine sur laquelle elle est diffusée. Il y avait une espèce de réputation HBO qui montrait des séries avec du « du sexe et du sang » (c’est peut être moins vrai aujourd’hui pour HBO). GOT s’est juste parfaitement inséré dans ce cadre de la chaine (plus ou moins volontairement, je ne sais pas). … Il faut donc prendre en considération que le public visé était sans doute un peu Nerdy et donc à tendance masculine en majorité. Ce n’est pas une excuse mais c’est malgré tout le fonctionnement de notre monde, on donne aux gens ce qu’ils veulent voir …. L’évolution vers moins de sexe gratuit est devenu un problème suite au succès grandissant de la série qui a touché un public plus large que ce qui était visé au début et donc ajusté, même si ils se sont un peu fait plaisir avec la scène de Bronn dernièrement…. (selon moi l’adaptation s’est fait par obligation et non par changement de point de vue de la production)

  32. Bonsoir La Dame.

    Au sujet de Sansa,, il y a quand même un léger point que vous semblez occulter : c’est que pour ce qui concerne ses tortionnaires, elle s’est faite justice elle même pour deux d’entre eux, et pour Ramsay quand même en le faisant déchirer vivant par ses chiens, excusez du peu ! Et puis, même si elle n’y était directement pour rien, sauf à l’avoir qualifié de monstre devant Lady Olena si je ne m’abuse, elle a quand même pu avoir la satisfaction de voir Jeoffrey expirer dans la souffrance…

    Elle peut donc légitimement considérer que cela ne sert plus à rien de cultiver ses traumatismes largement vengés, et qu’il est temps pour elle de montrer sa force ne serait ce que pour éliminer, ou au moins contribuer à éliminer sa dernière ennemie : Cersei, qu’elle condamne d’ailleurs aussi à mort en parlant de son exécution.

    Pour ce qui concerne Daenerys, il y a un plan saisissant sur Sansa quand elle se proclame une fois de plus « rightfull queen, etc… », où on a l’impression qu’elle se dit, « si Jon a abdiqué pour cette blonde, alors c’est à moi de prendre mes responsabilités ».

    Et pour finir, concernant la trahison de son serment, il me semble qu’elle met juste en pratique l’enseignement de Littlefinger en semant sciemment le chaos, qui comme chacun sait, est une échelle…

    1. Sur le fait que Sansa se soit vengée, c’est là aussi un cliché classique de rape and revenge. Le fait de se faire justice n’efface pas le préjudice. Comme si, par exemple, la mort de Joffrey avait rendu la vie à Ned. Sansa peut avoir la satisfaction d’avoir fait payer son bourreau, mais cela n’efface pas ce qu’il lui a fait.
      Vivre avec un traumatisme ce n’est pas le cultiver. Je renvoie là encore au traitement de Theon.

      Quant au fait qu’elle divulgue la vérité à Tyrion, oui, c’est une manoeuvre. Qui aurait eu davantage de sens si elle n’avait pas déploré le départ de Jon pour le Sud deux secondes avant de lancer une vérité qui peut le condamner à vivre dans le dit-Sud.

  33. Un ami m’a fait parvenir le lien vers vos billets sur la série, et je les découvre doucement mais sûrement les uns après les autres – il faut le temps de la lecture ! Franchement, je crois que je n’ai rien lu de tel, qui propose un niveau d’analyse si riche et si fouillé. Votre travail de réflexion sur les costumes, les décors, les choix de mise en scène, toujours au service d’une compréhension plus approfondie des personnages, est un bonheur !

    Sur l’épisode j’ai bien certains désaccords de fond, qui tournent essentiellement autour de Daenerys, qui se répercutent en bonne partie en divergences d’interprétation sur Sansa, aussi sur Tyrion, plus secondairement sur Varys. Il me semble que ce que la série est en train d’accomplir autour de l’effondrement de Daenerys – qui bien sûr culmine dans le cinquième épisode, avec pour point d’orgue ce moment affreux où les rôles s’inversent, où un soldat Lannister nous apparaît comme un bon essayant de mettre des innocents à l’abri pendant que les héros que nous suivons et aimons depuis huit ans se transforment en bourreaux – est un immense geste de narration, dont l’audace restera pour longtemps dans les mémoires. Mais plus que cela, je crois que c’est un geste qui nous dit quelque chose de juste et de tragique sur la nature corruptrice de la force. Le fait que jamais la force n’est pure, quelles que soient les mains entre lesquelles on la place. Le fait qu’à la guerre, le mal n’est dans aucun camp, parce que tout le monde – le vainqueur, le vaincu, l’idéaliste, le cynique, le juste ou le tyran – devient un pantin de la force, et en dernier lieu sa victime. Puis cela parle de notre tendance elle-même corrompue, à nous aussi, à glorifier la force en admirant le charisme.

    Le fait est qu’ils ont décidé de tenir ce propos via la démolition du personnage de Daenerys.
    Et une vertu de votre analyse, je trouve, est de pointer combien cette démolition est INJUSTE. Car oui, elle l’est ! On a affaire à une jeune femme idéaliste, au sens à la fois le plus noble et le plus dangereux du terme : capable de préférer anéantir le réel plutôt que de tolérer qu’il ne se conforme pas à son idéal, mais capable aussi de tout risquer pour se donner les moyens de correspondre à l’idéal – demeurer paralysée des années dans une cité qui n’a jamais été son but afin de ne pas abandonner les opprimés qui s’y trouvent, consentir à d’immenses sacrifices pour aller secourir le Nord face aux morts… et en contrepartie, elle se voit gratifiée d’une méfiance glaciale de la part de ce même Nord, d’une série de deuils dévastateurs, d’une révélation sur le lignage de Jon qui la laisse délégitimée et anxieuse, d’une solitude et d’un désamour croissants…

    La série n’avait pas tari en signes précurseurs sur les tendances sadiques ou tyranniques de Daenerys – de Miri Maz Duur brûlée vive à l’exécution de prisonniers de guerre vaincus, en passant par les exécutions sans procès, les crucifixions, les maîtres donnés en pâture aux dragons, etc. Mais jamais elle n’avait dirigé ces tendances contre des personnes ouvertement innocents. Le fait que ce point de non-retour soit finalement franchi à cause d’une succession circonstancielle de blessures qui, en l’espace de quelques jours, la laissent trois fois endeuillée, abandonnée, trahie, privée d’appétit et de sommeil, chargée d’une rancœur qu’elle se met désespérément à retourner contre le monde entier – quand elle va jusqu’à blâmer les habitants de Port-Réal de ne pas se soulever d’eux-mêmes contre Cersei – en effet, c’est injuste, c’est abrupt, c’est un gâchis affreux. Bref, c’est de la tragédie à l’état pur.

    Mais dans le même temps, ce que cela dit est juste. Prenez un.e idéaliste, mettez-lui une arme de destruction massive entre les mains et laissez faire le malheur des circonstances : tôt ou tard vous obtiendrez un massacre. Parce que la nature de la force est d’enivrer. Quand elle entend ces cloches, son visage exprime la violence de son conflit intérieur : elle n’est pas folle, elle sait que ce qu’elle s’apprête à faire est la négation de tout ce qu’elle a toujours porté, elle en sanglote de rage. Mais la victoire a été trop facile, trop rapide ; l’idée d’avoir à accepter une reddition si indolore sans avoir eu l’occasion de venger le mal qui lui a été fait et la perte des siens lui est trop intolérable. Et puisqu’elle dispose à sa main d’une puissance telle, qui lui permettrait de purger cette douleur d’un simple geste de sa volonté et que, l’ivresse aidant, cette masse d’innocents puisse le temps de cette catharsis ne plus lui apparaître que comme une fourmilière abstraite coupable de compromission, qu’y a-t-il encore d’assez sérieux à cet instant pour la retenir de passer à l’acte ? Disposer d’une puissance telle est le gage pour quiconque de devenir un jour un monstre.

    J’en viens donc au cœur de mon désaccord avec votre analyse.
    La méfiance de Sansa à l’égard de Daenerys n’est pas de la bêtise mais de la lucidité. Depuis le début de cette saison, Sansa m’apparaît nettement comme celle qui voit le plus clair dans ce qui est en train de se produire. Jon lui ne voit rien du tout : comme d’habitude he kneuws neuthin’, pauvre bonhomme… lorsqu’il est dépassé par les événements dans l’épisode 5, c’était à briser le cœur. Mais Sansa observe Daenerys de près, et il y a depuis le début de la saison tout un jeu de piste très précis d’échanges de regards et d’expressions fugaces, rehaussé par le jeu magnifique d’Emilia Clarke et de Sophie Turner, qui pointe chez Daenerys une aspiration au pouvoir sans partage. Et ce que Sansa voit, donc, c’est une femme dont les principaux traits caractéristiques sont le charisme, l’ambition, et le fait de disposer via ses dragons d’une puissance physique hors de proportion pour une personne humaine. Sansa est la seule à comprendre le danger que cela représente. Lorsque les dragons survolent Winterfell au cours du premier épisode, tout le monde les regarde soit avec admiration, soit avec sidération… Sansa les regarde avec une inquiétude froide. Elle, et personne d’autre.

    Là où vient ricaner la fatalité, c’est qu’en fin de compte, en essayant de miner Daenerys, Sansa précipite très exactement le cataclysme que celle-ci lui faisait visiblement craindre et dont elle espérait se prémunir en œuvrant à placer Jon sur le trône. Mais la défiance de Sansa à l’égard de Daenerys ne me paraît ni du ressort de l’écriture idiote, ni moins encore de l’envie de représenter des filles qui se crêpent le chignon… mais tout au contraire, du fait que Sansa est, plus que quiconque, celle qui essaie d’identifier les dangers en présence, d’être prévoyante et d’ériger des défenses.

    Quant à Tyrion, ses conseils sont très clairement et très délibérément illustrés par la série comme une succession d’échecs. Mais pour une raison que vous sous-estimez grandement, je crois : il veut éviter que Daenerys ne tue sa sœur ! Il veut sauver Cersei ! Tyrion aspire désespérément à trouver une issue dont tout le monde sortirait en vie, et cela le paralyse, le rend impuissant et l’accule à des gestes perdus d’avance. Le discours qu’il adresse à Cersei – profondément émouvant, à mes yeux – n’est pas une négociation de reddition… c’est une supplique ! Depuis qu’il essaie de mener pour Daenerys une stratégie de prise de pouvoir pacifique et que toutes ses tentatives se vautrent les unes après les autres, je crois qu’il est attendu de nous, pour que nous puissions comprendre proprement Tyrion, que nous le regardions comme un cœur trop doux – celui-là même qui était incapable de comprendre pourquoi le cousin Orson se délectait d’écraser des scarabées – coincé dans une situation inextricable, à essayer de retenir la violence de tout le monde, parce qu’il est terrorisé à l’idée de ce qui se produira quand elle va s’abattre.

    Varys est tout à fait, je crois, ce que vous décrivez quand vous pointez qu’il veut un roi malléable parce qu’il veut conserver le pouvoir depuis l’ombre. Mais ça ne me paraît pas du tout devoir être contradictoire avec le fait qu’il veuille sincèrement dans le même temps défendre les intérêts de la population, qu’il a contracté le dégoût de voir écrasée au sol sous les ambitions des puissants. Le fait qu’il attende sa mort et aille au-devant d’elle dans le cinquième épisode plaide pour un personnage aux motifs désintéressés, qui poursuivait lui-même le pouvoir parce qu’il était convaincu que, à travers un souverain suffisamment malléable, il en ferait l’usage le plus conforme aux intérêts des gens. En un sens, Varys jusque dans sa trahison à l’égard de Daenerys a été tout à fait réglo avec elle : il lui avait annoncé que si un jour elle menaçait d’écraser des innocents il ne la récompenserait pas par une loyauté aveugle ; elle lui a demandé, si ce jour venait, de la regarder droit dans les yeux et de lui dire en quoi elle faisait erreur, et c’est ce qu’il a fait. Sa méfiance à l’encontre de Daenerys n’émerge pas de nulle part. Elle naît très nettement lorsque, la scrutant pendant le banquet, il lit sur son visage la solitude et la rancœur, et lorsque le lendemain en conseil de guerre, elle déclare vouloir une attaque frontale sur Port-Réal. Lui aussi la sait de plus en plus isolée et excédée – ce qui enfin est un problème parce qu’il la sait surtout bien trop puissante.

    La grande tragédie là-dedans, c’est d’être face à une somme de personnages qui à peu près tous, ont voulu sincèrement bien agir, qui aucun ne méritaient les tourments qui s’apprêtaient à s’abattre sur eux, mais qui par l’addition de leurs failles et d’une série de circonstances, ont fini précipités dans la position des bourreaux. À mes yeux cela fait, à tout le moins, un grand poème sur l’essence de la guerre.

    En tout cas merci encore pour cette lecture, j’attends la prochaine avec impatience ! 🙂

    1. J’ai pris le temps de lire votre commentaire maintenant que le nouveau billet est publié. Très belle analyse ! Merci d’avoir partager votre point de vue 🙂

Répondre à Maître Xehanort Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *