Never wanted to leave

Eeeeeet ça y est. Nous y voilà, au dernier carré, la dernière nuit avant la tempête, à regarder l’ultime ligne des survivants de Game of Thrones se préparer à l’affrontement le plus important qu’il soit. Dès la semaine prochaine, au terme d’une heure vingt d’épisode, il se sera produit ce pourquoi nous nous préparons depuis le prologue de la série. Et rien, après cela, ne sera plus jamais comme avant.

Alors cette semaine, notre regard erre dans Winterfell, au milieu de ces potentiels morts en sursis qui, s’ils survivent ou non à la bataille, nous quitteront sans faute dans un mois. Une séparation à laquelle nous nous refusons d’autant plus que la série s’est débrouillée pour nous rappeler dans cet épisode combien nous tenions à eux. Même alors que la fin est proche, que les trames narratives sont épuisées, sommes nous vraiment prêt à leur dire adieu ?

Dans un mois, ne serons-nous pas tous comme Jenny, dansant avec des fantômes qu’elle se refuse à quitter ?

Après un épisode de reprise caracolant la semaine dernière, «A Knight of the Seven Kingdoms »  va prendre son temps, laisser les personnages se poser, se parler, se retrouver afin de nous vriller le ventre autour de cette insupportable attente jusqu’à nous laisser sur la fin d’épisode la moins cliffangeresque ever, mais la plus haletante de l’histoire de la série.

Cette semaine aussi, nous avons assisté à la fin d’une transformation : puisque le Mur est tombé, Winterfell est devenue le dernier rempart de l’humanité. La Garde de Nuit se compose de chaque humain souhaitant se battre contre la mort. L’épisode sera ponctué par la sonnerie du cor, dont le code nous est familier : un coup pour la Garde, deux pour les Sauvageons, et trois…

Au regard de la construction de cet épisode, passant d’une pièce à l’autre de Winterfell, nous aurons une construction de billet aussi sautillante que la semaine dernière. Multiples lieux, multiples émotions et puis et puis et puis, ce retour triomphal qui m’a fait pousser un tel cri que mon Sun and Stars s’est pointé en mode :

«-OHMAGAD QUI EST MORT ??? 

-No spoil, my sweet summer child… Mais IL est là. IL nous est revenu

Et vous pensez bien que cette simple et fugace apparition aura illico fait naître ici un montage vidéo d’un amateurisme aussi décomplexé que sa musique d’accompagnement est pompière.

Mais sans plus attendre, rendons-nous gaiment, esquissant un pas de danse guilleret, vers le grand hall de Winterfell.

Le Grand Hall de Winterfell : How to get away with murder.

“-Jaime Lannister… Je vous propose d’entamer cet épisode in medias res, par moi vous accusant vous d’avoir tué mon payre.

-C’me semble pas volé, votre Grâce.

-Même si à l’instant T, ce qui me chagrine le plus, c’est que votre présence esseulée m’informe que votresoeurlareine n’a pas tenu sa promesse. »

BAM, vous reprendrez bien une louchette de pragmatisme ? Sa majesté du Typhon vous l’offre bien volontiers. Oui, l’idée du régicide ne lui plait pas, mais clairement, ce qui la met ici hors d’elle, c’est la trahison de Cersei.

Meet Dany… C’est la fille d’un type que Jaime a assassiné alors qu’il avait juré devant les dieux de le protéger. Elle vient d’apprendre que cet homme, en qui elle n’a aucune raison de faire confiance, est venu seul à son aide parce que sa sœur jumelle a décidé de la leur faire tous à l’envers. La même femme qui a attendu que tous ses ennemis soient réunis au même endroit pour les faire exploser à coup de feu grégeois (et c’est en écrivant cette phrase que je me demande soudain si elle oserait attaquer Winterfell maintenant… Les forces des vivants prises en tenaille entre le Roi et la Reine de la Nuit. MON. DIEU…).

Est-ce-que, si j’étais Dany, je n’aurais pas moi aussi très envie de mettre dehors ce parjure ?

Si.

Et même Sansa est d’accord avec elle pour dire que Jaime et son unique main gauche seraient mieux à cultiver des engelures un peu plus loin et de préférence hors des remparts, merci bien.

Aucune des deux femmes ne connait vraiment Jaime Lannister. Son identité se résume à celle du Régicide. Un briseur de serment qui a fait du tort à leurs deux pères. Elles ne savent pas ce qu’Aerys fomentait ni ce qu’il avait demandé à Jaime de faire (tuer Tywin), pas plus qu’elles n’ont conscience du cheminement qui a été le sien sur ces dernières années.

Alors pour la première fois depuis l’arrivée de Daenerys, elles trouvent un terrain d’entente.  

Face à cette union inattendue, Jaime oppose une défense plutôt solide et intelligente, ne se repentant pas pour ce qu’il a pu faire dans le passé mais affirmant avoir pris conscience des enjeux transcendants les querelles de maisons et les ressentiments personnels. « Fuck loyalty », lui avait dit Brienne dans les arènes la saison dernière, une explosion qui l’avait laissé interdit à l’époque mais qu’il a fini par faire sienne.

Je viens de qualifier plus haut d’intelligente la défense de Jaime, j’ai parlé un peu vite parce que le type est tout de même en train de dire que non, rien de rien, non, il ne regrette rien vu qu’il a tout fait pour protéger sa famille et que c’est bien normal je vous ferais dire et là, t’as Pinpin le Pangolin qui lui colle un uppercut « The things we do for love » => malaaaaaise…, tout en en restant là. Car comme on pouvait s’y attendre, Pinpin s’en tamponne les essieux avec une babouche de la défenestration de Bran Stark. Enfin disons plutôt qu’il a su en tirer le positif. Et qu’on a pas le temps avec ces conneries…

Avec un Bran qui ne fait rien contre lui, deux impitoyables reines résolues à le renvoyer par Chronopost chez Cersei, Tyrion qui ne vaut plus rien aux yeux de Dany et se retrouve donc impuissant à le sauver, il faut toute la hauteur et la sincérité de Brienne pour faire pencher la balance en faveur de Jaime. Et avec cela, toute la confiance que Sansa en elle.

Cette scène est pour Daenerys une série de camouflets et j’imagine aisément son bouillonnement intérieur. Lorsque Sansa dit « we should let him stay », son ton est tellement affirmatif que Daenerys ne peut pas s’empêcher de lui jeter un regard de stupeur mêlé de fureur. « WTF meuf ! On est peut-être chez toi mais c’est moi qui commande, ici ! OH ! »

Yep, un point pour Dany parce que Sansa clairement ici passe par-dessus sa tête. Elle aurait dû réserver son jugement à la demande de Daenerys qui aurait alors tranché en faveur ou en défaveur d Jaime. Mais ici, elle donne son avis sans attendre que sa reine le sollicite. Ce n’est même plus une faute d’étiquette, là, c’est une insulte.

Alors je sais pas vous mais moi, quand Daenerys demande son opinion à Jon, j’ai presque été surprise de le trouver là aussi, alors qu’on le voit tout de même à plusieurs reprises durant la scène. Tellement effacé le Jonny, parce qu’il a sans doute déjà arrêté son avis sur Jaime, qu’il en est encore à digérer le fait qu’il est un dragon et pas un loup ou alors c’est la raclette du midi qui passe mal. Difficile à dire, mais en tout cas, le Gouverneur du Nord sait qu’il n’y a pas de bras inutiles dans l’affrontement qui vient, alors on embarque le manchot.

S’il n’y avait eu qu’elle, Daenerys aurait mis Jaime aux fers, l’aurait fichu dehors ou autre joyeusetés. Mais ses deux alliés votant en faveur du Régicide, elle ne peut que se ranger à leur avis et accepte donc de le garder. Elle ne peut pas savoir combien sa décision est bonne, elle qui ne connait pas Jaime, n’a plus confiance en le jugement de Tyrion, particulièrement lorsque cela concerne sa famille, et ne peut se reposer sur l’avis de Brienne.

Une nouvelle pomme de discorde entre elle et les Stark, qui n’attendent même pas qu’elle leur donne congé pour se tirer de la grande table.

Ok, Daenerys s’était levée, mais le départ de Sansa en mode « no care, j’ai des trucs IMPORTANTS à faire » est une marque de défiance de plus.

Et Jon d’en rajouter une couche en se barrant au petit trot, toujours rapport à la raclette qui ne passe pas, à moins que ça ne soit encore cette histoire d’Aegon Targaryen.

Oh, et regardez bien les gardes dans le fond :

Les gardes n’attendent même pas que Jon bouge. Dans l’ordre, Dany devrait se lever la première, puis, Jon, ses gardes et bannerets à leurs tour et enfin Sansa. C’est qui la patronne déjà ?

Oh et, j’en ai parlé sur Facebook, mais vous n’y êtes pas tous ici alors j’en profite pour vous partager une info de première bourre.

La semaine dernière, dans les commentaires, Sheena me signalait que dans l’épisode où le Limier est jugé par le Confrérie sans Bannière, on lui reproche la mort des enfants de Rhaegar (qui est du fait de son frère). Et à cette occasion, devinez quoi, leurs noms sont donnés : Aegon et Rhaenys (l’extrait ici).

So long l’explication du vrai nom de Jon Snow qui sera en fait logique vu que le premier prince n’aurait jamais été nommé dans la série.

Jon est donc officiellement Aegon2 Targaryen.

En fait, c’est peut-être ça qui passe mal ?

Daenerys ayant passé de fort déplaisantes minutes à se faire cracher à la gueule, la voici qui retrouver dans un couloir étroit avec Tyrion qu’elle plaque métaphoriquement contre lui mur pour lui demander « mais à quoi tu sers putain ??? ». Une question que l’on se pose tous.

Je ne sais pas ce qui est arrivé à Tyrion depuis la saison 4-5 mais on peine à reconnaitre l’homme qui avait si brillamment préparé Port Réal à l’arrivée de Stannis. Son deuxième job en tant que Main n’est qu’une succession de bévues. Premièrement, quand Daenerys était coincée avec les Dothrakis, il s’est laissé abuser par les Maîtres. Et depuis qu’il est en Westeros, ses conseils débouchent le plus souvent sur de l’eau de boudin.

Il faut donc reconnaitre que depuis qu’il est au service de Daenerys, il n’a pas été brillant et pire, il ne l’a pas été au moment où elle avait le plus besoin de lui.

A la décharge de Tyrion, lui non plus n’a pas été épargné au cours de la série. L’homme de la saison 2 éait nanti de l’improbable patronnage de son père qui l’avait fait Main par interim, une grâce par défaut certes, mais une grâce qui l’avait flatté au-delà de tout. A cette époque, Tyrion était encore dans une certaine insouciance, le fils cadet d’une riche famille, dont l’intelligence était enfin mise à profit. Cet élan qui était alors le sien s’est brisé une première fois devant les murs de Port Réal d’un grand coup d’épée dans la tête. Affaibli tant physiquement que par le retour de Tywin, il s’est trouvé ravalé rapidement au rang de pion, dépourvu de son pouvoir. Et à partir de là, la moindre occasion pour se débarrasser de lui aura été saisie. Voir son père et sa sœur souhaiter sa mort, voir la cour entière trépigner d’impatience à l’idée d’assister à sa décapitation, voir Shae le trahir… Tyrion est en pièces quand il atteint Essos, après avoir assassiné son père et la femme qu’il aimait. Personne ne sort indemne de cela. Et s’en est suivie la grande geste du Tyrion ivre mort sur la route de Meereen, jusqu’à sa rencontre avec Daenerys.

Non, définitivement, le Tyrion de cette saison 7.2 est un homme diminué, qui a perdu de son assurance initiale, et souffre de fêlures anciennes qui ne se refermeront jamais. Lui aussi est aveuglé par l’amour. Car s’il ne l’aime pas vraiment, il a de l’affection, au moins une certaine forme d’empathie pour Cersei, sa sœur, son sang. Et c’est cela qui l’a empêché d’imaginer qu’elle puisse le trahir.

Or, Daenerys attendait ce genre de précaution de sa part.

Oh, mais, ne serait-ce pas déjà l’heure ? L’heure de quoi ?

Roooh, eh, hein, avouez, vous l’attendiez, celui-là, non ? Si, AVOUEZ §§§

Adonc, mes bons, chiffonons sec, c’est pas qu’on a du pain sur la planche, mais la pente est rude, même si la route est droit OH BON SANG JE SUIS POSSEDEE PAR L’ESPRIT DE JEAN-PIERRE RAFFARIN WIN THE YES NEED TH……

C’est étrange comme je me sens mieux soudain…

Aller, sans plus d’attente, ni de cérémonie, commençons avec la petite blonde énervée, j’ai nommée Daenerys et son IMPRESSIONNANTE collection de manteaux blancs.

Il y a deux ans en effet, Michele Clapton avait meuler tout le monde dans l’épisode 9 avec ceci :

Si beau, si fabuleux que voilà pas qu’elle s’est dit, la mère Michele (wait, wat ?) : « Et si je le déclinais A L’INFINI ? »

Proceed, Michele, proceed.

Après tout, comme on l’avait vu dans le Point Chiffon, article 3, alinéa 24 , ce costume était un peu l’achèvement d’un processus pour Daenerys, visant à l’assimiler totalement au dragon, l’emblème de sa maison et la clé de voute de son pouvoir (réellement et symboliquement).

Il est donc logique de voir la reine entrer dans Winterfell enveloppée dans une variation de sa tenue de vol de la saison dernière. Ceci pour répondre à deux impératifs majeurs :

-se faire identifier dans cette silhouette du dragon qui est la sienne.

-et avoir chaud dans son petit corps.

Changement notable, la couleur. Le premier manteau, celui avec le dos crème, possédait un effet nervuré obtenu en cousant la fourrure sur elle-même afin de former des bandes grises :

Ce nouveau manteau semble avoir une deuxième fourrure, rouge cette fois, qui en fine ligne, sert à bourrer les interstices entre les bandes de fourrure blanche.

Résultats, le manteau est plus épais et semble aussi plus lourd. Il parait également moins ajusté à la taille sur certains plans, tout simplement en raison de son épaisseur. C’est assez flagrant sur le duo de photos suivantes, au sujet desquelles je vous demande également de noter la différence assez marquée au niveau du col.

Ce foulard, bon sang… Pas la meilleure idée de l’année de Michele Clapton. Je sais pas si c’est un hommage à la cravate en jean de ser Jorah, mais bon sang, que c’est moche. Moche mais fonctionnel car le manteau porté à Winterfell ayant un col plus large et plus bas, il faut bien protéger la gorge de la khaleesi. Comment tu cries « dracarys » sur tes ennemis avec une laryngite, toi ?

Enfin, dernière différence majeure entre le manteau de la saison 7 et celui-ci, les ornements. Qui sont au nombre de 3 (dont 2 sont des accessoires, ce qui veut dire que mon annonce sur les ornements ne veut strictement rien dire…).

First, les broderies : détail discret parce que perdu dans la masse de fourrure blanche, mais néanmoins présent, des perles en forme d’écaille sont cousues aux épaules du manteau.

Elles nous renvoient aux broderies sur les costumes de la reine la saison dernière et donc, aux écailles des dragons, ce qui est logique sur un costume qui est supposé figurer un dragon.

Et donc, les accessoires, à savoir la cape et l’écharpe de fourrure qui ne sert pas à grand-chose jetée sur l’épaule comme ça, sauf Dany a spécifiquement froid à l’omoplate droite.

Concernant la cape, je devrais dire le pillau parce que honnêtement, c’est pas le truc le plus capesque qu’il m’est été donné de voir. Mais il rappelle les capes rouges et grises de la saison 7 donc on va dire que c’est dans l’esprit.

Le tissu rouge, une simple bande élargie à sa base, semble passer en travers de son dos, passant sous l’écharpe de fourrure et étant très certaine reliée à cette dernière, ainsi qu’à la chaine en argent au dragon tricéphale.

A noter aussi que le manteau est doublé du même tissu rouge un peu brillant qui sert de foulard à Daenerys. Et qu’elle a aussi des gants rouges.

Enfin, dernier élément, le pan central dans le dos est non plus crème mais gris clair, et que l’arrière du vêtement est ouvert.

Et maintenant que l’on a fait le tour, qu’est-ce que l’on peut dire de cela ?

Le tout premier manteau blanc, celui de la saison 7, était un manteau de vol, bâti sur le modèle de celui porté durant l’attaque du convoi. C’est la raison pour laquelle le col était plus haut afin de protéger Daenerys du vent et du froid.

Ce manteau ci en est une version prévue pour un tout autre emploi que faire du dragon dans le grand Chnord. Ici, nous avons une tenue d’apparat, faite pour une entrée royale. Le manteau a donc un aspect moins pratique, moins net. Il est plus chargé, avec cette double ligne de fourrure, son aspect tricolore, son foulard et ses broderies. C’est un manteau digne d’une entrée de reine, à la fois imposant, luxueux mais aussi, parce que c’est Daenerys et qu’on ne se refait pas, fonctionnel. La preuve, elle peut aller faire du dragon avec.

D’ailleurs, l’étrange coupe à l’arrière, ouvrant le manteau en deux, répond à un objectif bien précis : le cheval. Daenerys porte ce manteau en entrant à Winterfell. Le fait d’en séparer l’arrière en deux pans permet un meilleur tombé du vêtement.

Mêler apparat, fonctionnalité, le tout dans la silhouette du dragon, c’est du Daenerys tout craché. Mais attendez un peu, c’est pas fini…

Les couleurs, on en a pas parlé, des couleurs ! Depuis la saison dernière, le rouge fait une entrée discrète dans la garde-robe de Dany. Opposé au bleu, du moins dans le répertoire symbolique le plus courant et actuel (ok, on peut faire la même avec le vert, je sais, mais chipotez pas, vous m’avez suivi), il pourrait être en passe de devenir une des couleurs cardinales (lol) de Daenerys. Le rouge est bien évidemment une des deux couleurs de la maison Targaryen, avec le noir. Le noir qui était devenu la saison dernière la nouvelle couleur de conquête de Daenerys. S’en retourne t’elle vers le blanc porté à Meereen maintenant qu’elle a fait plier genou à un gros vassal ? C’est une possibilité à ne pas écarter. Surtout lorsque le vassal en question est dans votre lit et que ses couleurs sont commodément le gris, comme l’arrière du manteau, et le blanc…

Ainsi, en plus d’être un manteau d’apparat, la tenue de Daenerys se veut certainement aussi comme un symbole de l’alliance entre les maisons Stark et Targaryen, leurs couleurs héraldiques y étant représentées.

Fun fact : la semaine dernière, dans la scène de l’arrivée de Daenerys à Winterfell, on pouvait admirer un faux raccord grossier, mais vraiment. Tellement que je ne l’ai pas vu, même pas en préparant le Point Chiffon alors que j’ai pourtant été jusqu’à faire une capture d’écran de cette scène. L’erreur se situe au niveau des cheveux de Daenerys. Toujours plus tressé, le capillariat de la khaleesi a été rassemblé à l’occasion de son entrée royale dans un chignon de nattes très épais. Une coiffure qu’elle a déjà portée l’an passé, mais qui est désormais nettement plus opulente.

Ainsi, lorsqu’elle arrive à Winterfell, Daenerys porte t’elle cette coiffure, très élaborée et sans doute aussi inconfortable et longue à réaliser. Encore une fois, nous sommes dans l’idée de l’apparat. Daenerys utilise ses cheveux comme d’autres une couronne et ses tresses alambiquées sont pour elle un témoignage de ses victoires. Une coiffure parfaitement appropriée à l’entrée d’une reine, donc (par contre, il faut me donner le secret de l’épaississement de ses cheveux de saison en saison, c’est prodigieux…).

Et pourtant, alors qu’elle passe devant les Nordiens farouches et fiers et que Jon lui explique qu’ils aiment pas bien les étrangers mais t’inquiète, après une tartiflette ou deux, ils sont nettement plus sympa…

Oh bah, c’est quoi ça ? Quelqu’un s’est planté de perruque ! Sur cette image on voit clairement que le chignon a disparu au profit d’un assemblage plus plat des tresses. Et pourtant, deux plans et deux secondes plus tard…

Et c’est la perruque au chignon que Daenerys conservera jusqu’à la fin de ces premières scènes à  Winterfell. Ce qui est logique compte tenu du caractère d’apparat de l’ensemble de sa mise.

Du coup, la perruque « plate » ? Qu’est-ce-qu’elle vient faire ici ? Et bien elle réapparait dans les scènes suivantes de Daenerys, lorsque celle-ci part voler avec Jon, puis quand elle rencontre Sam dans la bibliothèque.

Ce jour-là, Daenerys est supposée s’occuper de la guerre à venir, faire de l’intendance, bref, des trucs quotidiens de dirigeant. Et puis accessoirement, elle va faire un tour à dos de dragon aussi. Il lui faut donc une coiffure plus simple, plus facile à porter (nécessitant non pas 8 mais juste 6 petites heures de tressage, j’imagine…).

Bien, vous en avez eu assez ? Comment ça, « tu parles d’un costume qu’elle porte moins de deux minutes dans l’épisode du jour !!! Remboursay !!! »

Ah mais c’est que le hors d’oeuvre, là. Y’en a d’autre

Aller, c’était le premier Point Chiffon du billet, et de la saison.

La forge…. Chaleeeeuuur…

Planquée derrière un poteau, Arya matte sans vergogne les muscles ruisselant de sueur de Gendry. Pas la première fois me direz-vous, encore que ce coup-ci, c’est SÛR, elle pense à des choses sales.

Et c’est donc parti pour une scène pré-coït très chargée question subtilité :

«-Mais qu’est-ce-que vous faites donc là, cachée derrière un pan de mur à me regarder plonger de longues tiges brûlantes dans des pots humides ?

-Je t’avais passé commande d’un objet turgescent. J’attends toujours.

-C’est que j’ai beaucoup, beaucoup de travail. Je suis un forgeron extrêmement demandé. Tu vois cette grosse lame ? C’est moi qui l’ai faite.

-Oui, mais c’est un peu fragile, non ? Je préfère quand c’est bien dur.

-Tu vas voir si c’est mou. SCHLING ! Le taux de pénétration est maximaaal… »

Sérieux c’est dégueulasse, j’ai l’impression de voir ma petite sœur de 14 ans se rouler dans le stupre avec un mec de 25… ET J’AI MEME PAS DE PETITE SŒUR !!!§§§§

Après avoir bien préparé le terrain pour la débauche, Arya et Gendry se mette à avoir cette discussion qu’à peu près tout le monde va avoir à un moment où un autre dans l’épisode : tu seras où pendant la bataille du Gouffre de Helm ? Plutôt sur les remparts avec le roi Théoden ou plus dans les cavernes scintillantes avec Eowyn ?

Ce qui nous conduit direct à faire dire à Gendry qu’Arya et ses ovaires seraient bien plus à leur aise à la cave pendant que les vrais hommes armés de leurs PUISSANTES testicules défendent la vie, le royaume et le patriarcat en surface. Alors que l’ex roi du Nord a statué en faveur de la conscription de tous les humains valides, et que donc Gendry a dû voir défilé quelques gonzesses dans son atelier depuis qu’il est revenu.

J’imagine que c’est mignon parce qu’il est un peu namoureux de vouloir protéger Arya. Mais toi spectateur tu sais que quoi qu’il arrive, c’est lui qui aura vraiment besoin de protection. Phrase à double sens.

D’ailleurs à ses inquiétudes, Arya fait une réponse creepy as ever en mode : « je connais le dieu de la mort, stabstabstab le poteau, Arya OUT ».

Pendant ce temps-là, dans le Bois Sacré…

«-Approche Jaime… Pinpin t’attendait.

-C’est qui Pinpin ?

-Je suis Pinpin.

-Non, tu es Bran.

-Opportunément pour toi, non.

-Tu lui ressembles pourtant vachement. En moins mobile.

-Pinpin perçoit le sarcasme. Mais il n’en a cure.

-Pinpin me pardonne alors ?

-Pinpin a eu son quota de drama pour la semaine avec. Maintenant, je contemple les répercutions et c’est mieux qu’une télénovela. D’ailleurs, casse-toi, mon programme préféré va reprendre.

-Bon ben, on en reparlera plus tard alors ?

-PINPIN NE VOIT PAS PLUS TARD. »

En saison 1, le rôle de l’enfant prophète qui en réalité te spoilait allègrement toute la série était dévolu à Rickon Stark. Et bien en cette fin de série, il semblerait que cela soit Bran qui reprenne le flambeau. Avec une ambiguité majeure ceci dit : pas d’après pour qui ?

Comme tout bon medium qui se respecte, Bran balance une punchline suffisamment dans le contexte pour mettre les glandes au client, mais assez large pour concerner à peu près tout et n’importe quoi.

Non parce que si on veut jouer avec cette phrase de notre apprenti Nostradamus, elle pourrait signifier qu’ils vont tous mourir, auquel cas à partir de l’épisode 4, on va passer notre temps à Port Réal à regarder Cersei se déchirer au gros rouge de la Treille en attendant l’arrivée de Dagobert, soit que c’est Jaime qui va mourir, soit que c’est Bran qui va y passer. Raison pour laquelle ils n’auront plus d’occasion après d’évoquer la tentative de meurtre.

Attendez, j’entends comme un bruit, un bruit de ciseau et de fil qui passe dans le chas d’une aiguille. J’entends

J’en avais brièvement parlé sur Facebook mais le costume de Jaime cette saison (oui, « LE » costume. Et toi aussi, tu as compris ce que ça pourrait bien signifier) est le même que son tout dernier en saison 7, déjà, mais surtout, il s’agit d’un costume très particulier, très symbolique

Ce costume est en effet très similaire à celui de Podrick, la tenue d’une écuyer Lannister.

Pour faire simple, plus qu’une tenue commode de voyage, c’est avant tout un costume qui nous renvoie à la chevalerie et à son plus bas niveau, celui de l’apprenti. Les écuyers doivent aider les chevaliers qu’ils servent, accomplir des tâches parfois indignes de leur rang en échange de quoi le chevalier qu’ils servent leur transmettre une partie de son savoir. L’écuyer est là pour apprendre l’humilité, afin de ne pas l’oublié une fois que les titres et les honneurs commencent à s’accumuler.

Jaime, comme il le dit dans l’épisode, est venue pour la première fois comme un lion doré.

Son retour se place sous le signe de l’humilité, au terme d’un chemin vers la rédemption et la reconquête progressive des valeurs de chevalerie qu’il avait peu à peu délaissées, sous le poids de sa réputation de Régicide (et de l’inceste aussi). Celui qui avait été le plus jeune chevalier de sa génération retourne désormais aux sources, bouclant ainsi entièrement son arc. RIP, ser Jaime.

Il ne s’agit pas ici d’une tenue différente, mais très certainement de ce qu’il y a sous l’armure de cuir, qui reporte très vite par la suite pour le reste de l’épisode jusqu’à la veille de la bataille.

Oui, Tywin aurait sans doute faite une drôle de tête de voir son fils sa bataille prêt à mourir pour Winterfell, dans l’armure de celui qui lui fit mordre la poussière au Bois-aux-Murmures à tout juste 15 ans. Décidément, le voyage de Jaime était celui vers l’humilité.

Au même moment, dans la cour de Winterfell.

Cette semaine, Tyrion est en total mode

Ce qui n’est pas sport, « The Sound of Silence » c’est la bande originale de la vie de Jon Snow (true fact, folks, sans second degré).

Mais tout accompagné qu’il soit par Simon et Garfunkel, tels deux bardes fantomatiques posés sur ses épaules, Tyrion n’en tombe pas moins sur son frère, qui a l’air de prendre plutôt bien les promesses de mort de Pinpin, tout bien considéré.

Cette petite traversée de la cour est l’occasion de faire remarquer que Winterfell s’est couverte de verredragon : hérissons en bois plantés d’obsidienne (je sais que le terme technique n’est pas hérisson mais rien à faire, ça m’échappe donc si vous l’avez, je vous en serai très reconnaissante), remparts hérissés de pierre noire, je me demande quand quelqu’un aura l’idée d’en mettre aussi sur les armures. Beh quoi, ça serait lourd, mais ça serait aussi très cool, non ? Ok, y’a que moi qui me fait des films avec des armures en verredragon, je vois, je vois…

Bon, passons au dialogue maintenant, parce que là, je … Ben je sais trop quoi penser, en fait. tout commence par cette remarque méta de Tyrion qui en voyant des Stark leur cracher dessus, déclare ironiquement que les masses se réjouissent de voir les frères Lannisters à nouveau réunis.

Ce qui est vrai, en tout cas pour ma part.

Ce qui me réjouit moins, c’est ce qui suit : « Les Nordiens se souviennent de la dernière fois où les Targaryens ont amené des dragons dans le Nord »…

Ben dans mes souvenirs à moi, c’était plutôt sympa, en fait, la dernière fois que des dragons sont venus à Winterfell. C’était pendant la Danse, si je ne m’abuse, quand je ne sais plus quel fils de Rhaenyra est venu demander de l’aide au seigneur de Winterfell. Le dragon a séjourné sur place avec son maître et puis… et puis après c’est tout ?

Donc déjà, vu que ça se passait y’a quelque chose comme 200 ans, je ne vois pas qui pourrait en avoir un souvenir et surtout, je ne vois pas comment ce souvenir aurait pu être déplaisant (la visite de la reine Alysanne avait également laissé un bon souvenir). Or c’est ce que la phrase de Tyrion suggère, puis qu’il parle du fait que les Nordiens doivent encore s’adapter à la présence de Daenerys.

La phrase est sans doute maladroite. J’imagine qu’il entendait par là que les rapports du Nord avec les derniers Targaryens n’ont pas été des plus cordiaux, entre Rhaegar qui kidnappe Lyanna et Aerys qui assassine lord Rickard et son héritier Brandon…

Ce qui suffit à expliquer la défiance des locaux envers Daenerys qui est tout de même proche parente de ces deux-là…

Alors pourquoi faire mention des dragons comme si les Targaryens en avaient un jour fait usage contre les Nordiens (ce qui n’est jamais arrivé, ou alors j’ai zappé un truc de taille, ce qui est possible).

En tout cas, même si il n’est plus en odeur de sainteté auprès de la reine, Tyrion continue de plaider en sa faveur, soutenant à Jaime qu’elle n’est pas comme Aerys. Et c’est très important de rassurer Jaime sur ce point car je le vois mal servir avec diligence une digne fille de l’homme qu’il a dû abattre car dans un accès de folie, il a tenté de massacrer un demi-million de personnes. D’ailleurs, l’épisode va gentiment nous rappeler qu’en effet, Daenerys n’est pas une fofolle bouchée à l’émeri. Merci bien.

Et puisqu’on parle de foufou bouché à l’émeri, Tyrion en profite pour faire remarquer à Jaime qu’ils se sont bien fait avoir tous les deux par Cersei, qui a utilisé avec un talent indéniable un fœtus pour faire diversion, le désormais célèbre prestidigitabébé, le poupon derrière lequel on fait disparaitre des armées entières, hop.

Tous deux se sont trouvés piégés par l’idée communément admise que la grossesse adoucit les femmes. Ce qui 1) n’a aucun sens 2) surtout pas avec quelqu’un comme Cersei , 3) les mecs…

« J’ai fait une erreur classique des gens intelligents : j’ai sous-estimé mon adversaire ».

Tyrion, une perle de sagesse de la part de papounet :

Après, tu n’as pas été à la Master School of Plotting and Scheming de Littlefinger, sinon comme Sansa, tu aurais pris soin d’élaborer le pire scénario possible et de t’y préparer… Ça, ça aurait été intelligent.

Du haut de la muraille, Tyrion se met à s’auto-citer en saison 1, ce qui visiblement fait suer Jaime, plus intéressé par le bon cœur de Lady Brienne, 15 mètres plus bas. Du coup, son petit frère se met à délirer tout seul sur sa future carrière de mort-vivant. Plus personne n’en a rien à faire de lui, on lui pique ses punchlines on ne l’écoute même plus quand il parle, c’est triste…

Il lui faudrait sans doute une astuce en scénarium moulée en forme de ser Jorah pour le sortir de ce mauvais pas…

Sur le devant de Winterfell…

Jaime s’empresse donc de rejoindre Brienne of fuckin’ Tarth sur les pâtis du chââââteau, ce qui nous donne l’occasion de contempler le piège le plus inutile de tous les temps, supervisé par Ver Gris.

Nan mais allo les ingénieurs !!! Si je saisis parfaitement l’idée d’un faux pont qui s’écroule en son milieu pour surprendre les adversaires tenté de l’emprunter vu que c’est le seul passage au-delà du fossé qu’on a vu dans le générique, est-ce que vous pourriez m’expliquer l’intérêt de faire s’effondrer le dit pont d’un truc comme 20 centimètres ? Je vois très bien les problèmes que cela peut poser à une armée normale mais ici vous affrontez des mort-vivants, des milliers et des milliers de créatures qui ne sentent pas la douleur, n’auront aucun mal à se benner sur votre « obsctacle » histoire de créer un pont praticable pour leurs semblables et ainsi, vous rire au nez. Même en fichant le feu à votre fossé, je conserve de gros doutes… Hâte de voir ce piège en action, vraiment…

Je râle, je râle, je sais aussi que c’est en fait pas du tout inefficace, pas si con ni rien, mieux que rien et que les grosses piques derrière en empaleront plus d’un au passage, ce qui est toujours ça de gagné me direz-vous. Mais c’est plus fort que moi, tout ce qu’ils ont à leur disposition me semble dérisoire. Je n’ai même plus confiance en le feu des dragons maintenant…

Mais pendant que l’on s’interroge sur les pièges de Ver Gris, Podrick Payne, the Stallion Who Mounts the World, botte des culs d’escuyers avec un talent qui donnerait presque envie aux gens de le payer pour le regarder faire.

Pod, le meilleur parti de tout Westeros : amant extraordinaire, fin bretteur, chanteur à la voix suave, doux garçon pétri de qualités et des valeurs cardinales qui font les hommes bons et en plus il lave super bien le linge. Il faut juste éviter de le laisser à portée des enfants.

Fière comme un bar tabac, Brienne regarde ce diamant brut qu’elle a tant contribué à polir à coup de claques dans la tête, lorsque Jaime vient la saluer

«-Bien le bonjour, Ô, dame Brienne.

-Bien le bonjour aussi…

-Quel fin chevalier fera ce Pod grâce à vous !

-Hmmhmm, ouaaaaiiiis……. ??

-J’ai ouï dire, par le plus grand des hasards que la fortune nous avait nanti de votre commandement à nul autre pareil sur le fla…

-Vas-y, traite moi de vieux thon !!!

-Mais, j…

-Allez Jaime, parle-moi mal !!!

-Mais j’en ai pas du tout l’intention !

-C’est malsain sinon ! Je sais pas gérer une conversation avec vous qui soit pas sur un mode passif-caustique ! Quand vous le faites pas, ça met de la tension sexuelle de partout et j’ai pas besoin de toute cette tension, là, maintenant ! »

Nous si, Brienne. Nous ça fait DES SAISONS qu’on attend de vous la voir rouler, cette galoche alors, mince à la fin, l’apocalypse est sur vous, faites quelque chose ! Sinon on va avoir droit à une scène avec Maisie Williams toute nue en train de grimper sur Gendry. ET ON VEUT PAS VOIR CA.

«-Ok alors, et si pour dissiper la tension, je vous proposais de combattre à vos côtés parce que je vous admire plus que quiconque jamais ever, afin que je puisse, comme annoncé dans la saison je sais plus combien, mourir dans les bras de la femme que j’aime ?

-MAIS CA DISSIPE RIEN DU TOOOOOUUUUT ! »

Dans la chambrine du DRAGON.

Pendant que ça fume dans les cœurs et dans les slips de la moitié du château, Daenerys, elle, contemple le vide de son existence maintenant que son Jon fait rien qu’à lui faire la gueule même pas qu’elle sait pourquoicommentpourquoi.

Heureusement, s’il y en a un qui sait toujours la faire sourire, c’est lord Friendzone.

De deux choses l’une : soit la série n’a plus le temps avec ces conneries et a décidé d’arrêter de jouer avec les sentiments de Jorah pour Dany, soit ce dernier reconnaissant Jon comme un digne partenaire pour sa Khaleesi, y a trouvé une forme d’apaisement que j’aime beaucoup voir chez lui.

D’ailleurs, je pense sincèrement que c’est la deuxième solution qui s’impose. Jorah a toujours su que lui et Daenerys n’avaient aucun avenir amoureux. Ce qui ne l’a jamais empêché de lui rester dévoué, ses sentiments étant plus vrais et plus purs qu’un simple entichement.

Il voit sans doute en Jon un homme aussi digne de sa Khaleesi que pouvait l’être Drogo (qu’il appréciait beaucoup et vice versa) ce qui lui permet d’accepter ce qu’il se passe entre eux, et mieux encore, et là, c’est la classe le mec, de s’en réjouir sincèrement.

Mais il n’est pas question de Jon ici mais bien de Tyrion. Jorah encourage Daenerys à lui donner une seconde chance. Il sait qu’elle l’écoutera et il sait aussi qu’elle agira. C’est qu’il la connait comme s’il l’avait faite et si Daenerys est prompte à s’enflammer (sans mauvais jeu de mot. En fait, si…), il sait aussi qu’elle peut entendre raison.

Ce n’est pas n’importe qui qui pourrait s’adresser ainsi au DRAGON pour lui demander de mettre de l’eau dans son vin et accessoirement, de ravaler un peu sa fierté pour tendre le rameau d’oliver à Sansa.

Parce que c’est là aussi que le bât blesse. Sansa et Daenerys sont fières et protègent chacune leurs intérêts. Aucune ne daignera faire le premier pas pour l’autre et tenter de trouver un terrain d’entente plutôt que de subir cette cohabitation forcée. Il faut donc toute la persuasion en douceur de ser Jorah pour convaincre Daenerys d’aller au-devant de la dame de Winterfell et d’ouvrir le dialogue.

Il approche, glissant sur le vent porté par ses grandes ailes de cuir…

Quand je vous disait que Michele Clapton déclinait à l’infini le manteau blanc de Daenerys, je blaguais pas, hein. Cette semaine, Daenerys aura préféré une tenue d’intérieur à son manteau blanc et roug, porté en toute fin d’épisode, alors que la bataille se profile.

Sa robe du jour est du pur fashion ADN de Daenerys. Silhouette du dragon, avec répétition du motif de l’épine dorsale dans son dos, motif de lignes rappelant les crêtes écailleuse de ses enfants. Côté couleur, du gris (peut-être du beige en réalité, pas toujours facile de savoir dans GoT pour ce genre de couleurs imprécises, cf sa robe de mariée en saison 1 qui en réalité est beige et non grise comme elle le parait à l’écran) et du rouge.

Cette robe est particulièrement intéressante en ce qu’elle reprend le patron de tenues plus anciennes.

Ces tenues de la saison 3, où le bleu dothraki dominait alors, possédaient les mêmes éléments à quelques détailes près. On y retrouvait les références visuels aux dragons, la silhouette éponyme, ainsi que ce croisement sur la poitrine, qui se faisait et avec les broderies, et avec, comme on le voit sur cette dernière photo un accessoire en cuir.

La robe de cette semaine n’est finalement qu’une variation adaptée aux grands froids des tenues de conquérantes de la reine. Et paradoxalement, une sorte de vœu muet pour se faire apprécier un peu plus des gens du coin. En effet, la dernière fois que Daenerys a porté ce genre de vêtements, elle menait la guerre de l’abolition et se faisait proclamer Mhysa par les foules. Elle luttait pour la liberté du plus grand nombre, mettant en suspend ses projets personnels, comme elle le fait aujourd’hui, luttant pour les vivants au risque de compromettre sa conquêt du trône. Mais pour son acte d’altruisme, elle ne reçoit que défiance et mépris. C’est comme si elle cherchait par cette forme qui l’embrasse, à se rassurer, à se protéger.

Et le fait que cette période d’incertitude survienne alors qu’elle a à nouveau élu le blanc/couleurs claires pour teinte de prédilection est assez symbolique aussi. Il nous renvoie directement à l’impasse de Meereen. Dont elle ne s’était sortie qu’en embrassant totalement sa nature de dragon. Ici, que lui reste t’elle à devenir de plus ?

L’octogone La bibliothèque.

Daenerys surprend donc Sansa en train de sauver des paysans dans le futur avec lord Rhoyce (dans une très brève mais éloquente leçon de management). Lequel lord Rhoyce sert de ces bitch faces cette saison, mazette, s’il tente un concours avec Cersei, je suis sûre qu’il a ses chances. Comment ce mec peut saluer avec autant de mépris, ça me dépasse.

Observons donc le feu, Dany, tenter de briser la glace qui entoure Sansa. Y’a du boulot, les filles, alors faites un effort toutes les deux, merci.

Et ça commence plutôt bien. Sans se mettre d’accord sur rien, les deux femmes au moins, se parlent, et échangent leurs arguments et concernant Jaime, et concernant Tyrion. Et les deux ont raison, chacune de son côté.

Ce que j’aime dans cette conversation, c’est la manière dont Daenerys aborde Sansa avec une vraie sincérité dans la démarche. Elle est là pour tisser un pont entre elle, dans l’intérêt de tous. Et à chaque fois que l’on sent Sansa touchée par la reine, dans la fraction de seconde qui suit, son sourire se crispe.

Sansa ne se laisse jamais atteindre. Chaque déclaration d’amitié et de paix de Daenerys est retournée comme une crêpe et étudiée sous l’angle du possible enfumage. Rien ne passe.

«-Vous voyez, lady Sansa, y’a pas de raisons pour qu’on soit pas copines vous et moi !

-Y’en a pas non plus tellement pour qu’on le soit…

-Allons, nous avons au moins un point commun, Jon Snow !

-Ce qui m’ennuie, c’est que vous le fassiez marcher à la braguette.

-On dit « baguette », lady Sansa.

-Je sais ce que j’ai dit… »

Ainsi donc, Sansa est partie du principe que sur Peyredragon, Jon avait essentiellement pensé avec sa bite. Ce qui n’est pas une hypothèse si farfelue.

Puis Dany va comettre une erreur en voulant se la jouer sista avec Sansa : lui dire que toutes deux savent que ce n’est pas facile de faire accepter un pouvoir féminin et qu’elles y sont parvenues toutes les deux. Ce silence de Sansa… Cette fille a été mise de côté au moment de l’acclamation de Jon, parce qu’elle avait une paire d’ovaires. Et ce par une petite fille de 10 ans. Mais ensuite, très vite, elle a imposé son autorité sur le Nord. Sans que personne ne vienne lui mettre de bâton dans les roues, au point que certains en viennent à regretter publiquement de ne pas l’avoir choisie. Parce qu’elle les comprend, par ce qu’elle se soucie d’eux, parce qu’elle est loyale, parce qu’elle incarne toute les valeurs que les Nordiens veulent retrouver dans un bon dirigeant. Et qu’en fait, ils ont réalisé s’en tamponner de savoir si le-dit dirigeant avait ou non un pénis. Sansa n’a pas besoin qu’on lui dise qu’elle a fait un super job. Elle le sait, et elle le fait. Comme Daenerys, elle a une haute opinion de sa valeur et le ton de la reine, entre condescendance et complicité lui montre, nous montre, que Dany ne la cerne pas, même pas au tiers.

Et j’aime beaucoup la suite de ce dialogue parce que, mayrde, à un moment, il fallait que quelqu’un le dise franchement. Dommage que cela sorte de la bouche de Daenerys parce qu’on va encore l’accuser de raconter des boniments de bonimentrice de bonne femme.

«-Ecoute-moi bien biquette, avec tes deux oreilles et ton volant de Twingo: j’aurais pu aller peigner le cul de Cersei Lannister avec mes ARMEES et mes DRAGONS. Mes 3 putains de dragons. Au lieu de faire ce pourquoi je me prépare depuis approximativement mes 14 ans selon le comput des bouquins, à savoir m’emparer du Trône de Fer, j’ai préféré sacrifier un fils et engager mes forces, TOUTES MES FORCES, dans un affrontement titanesque qui va me laisser à genoux et sérieusement compromettre mes chances de succès contre tabellesoeurlareine lorsque le moment sera enfin venu de lui rendre la monnaie de sa pièce. Alors viens pas me raconter que j’ai manipulé ton idiot de frère. »

Et Sansa (Ô, Sansa, est-ce-que je peux devenir papesse de ton culte, st’eu plait ?) a cette intelligence de faire mine de céder sur ce point (cet unique point), parce qu’il n’y a en effet pas grand-chose à contester ici. Oui, l’aide de Daenerys est gratuite. Même si Sansa ne sait pas que Jon a laisser tomber sa couronne après que Dany lui ai promis son aide. Oui, son intervention dans le Nord a toutes les chances d’entre déterminante dans la bataille qui s’annonce. Et oui, elle a commis l’erreur de ne pas intégrer ce paramètre lorsque Daenerys est arrivée, ne se focalisant que sur ce qu’elle peut lui reprocher, comme par exemple, sa volonté de conserver des Sept Couronnes intactes.

Ainsi, elle trompe un peu la vigilance de Daenerys, pour mieux la ramener vers le seul terrain qui l’intéresse vraiment, la politique. L’après. Et quand elle accule la reine à répondre, patatra…

C’est l’unique point où les deux femmes ne peuvent plus s’entendre. Daenerys a commis l’erreur de croire que Sansa se défiait d’elle à cause de Jon quand les vraies raisons de la méfiance de Sansa concernent le Nord, et uniquement le Nord. Point sur lequel il leur est impossible de s’accorder.

Jeu de main : lorsque Sansa se penche vers Daenerys, mains sur la table, elle le fait en signe d’ouverture et d’apaisement. Elle crée une proximité entre elle. Par contre, elle n’avait pas prévu que Daenerys irait poser sa main sur la sienne. Un geste qui la surprend. Personne ne touche Sansa. Elle tient ça de son mariage avec Ramsay, mais ce qui est drôle, c’est qu’une fois de  plus, cela nous renvoie à nulle autre que Cersei Lannister, grande détestatrice de contacts humains devant l’Eternel. En revanche, Sansa ne se soustrait pas au contact de Daenerys. C’est bien cette dernière qui retire sa main lorsque la dame de Winterfell lui explique, poliment mais fermement, que le Nord est comme le Pays de Galles : indépendant.

Sorti des blagues sur la petite taille de Jon, dès qu’on revient sur le plan politique, rien ne va plus. Et on est à deux doigts d’assister à une baston verbale en règle, quand soudain !

Mestre …. Mestre le mestre !!!  (j’ai oublié le nom de ce pauvre monsieur) déboule au PIRE MOMENT pour annoncer le retour du prince de Winterfell, j’ai nommé Theon Greyjoy, qui va nous offrir la première scène de l’épisode OU QUE J’AI PLEURE §§§§

Tellement prévisible ce retour, cet engagement pour sa famille adoptive, pour honorer la mémoire de ceux qui l’ont élevé et aimé.

Mais bon sang, cela fonctionnait si bien, si parfaitement. C’était juste, à tous les niveaux. L’émotion de Sansa qui sait tout ce par quoi Theon est passé, qui partage avec lui d’avoir été une victime de Ramsay, qui sait qui il est devenu, celle de Theon, incertain à son arrivée de l’accueil qu’il recevra des Stark et qui en une étreinte, se retrouve pardonné, et au milieu de tout ça, Daenerys, dépassée par ces sentiments viscéraux dont elle est privée. Jamais Dany n’a semblé aussi seule qu’à ce moment précis.  Elle ne se bat pour personne et personne ne se bat pour elle. Theon, son allié déclaré, n’est pas revenu pour elle, mais pour Sansa, pour le Nord, pour Winterfell, pour son foyer. Ces liens là, la force de ces attaches, Daenerys n’en possède aucune. Et pire, elle n’a même pas ce soutien des petites gens qu’elle croyait acquis. Les petites gens, c’est Sansa qui les sauve, en laissant les portes de Winterfell ouvertes le plus longtemps possible, et c’est Sansa, qui descend manger dans la cour qu’ils aiment.

Quant à Sansa, quel épisode pour elle… Un épisode dans lequel elle pardonne à Jaime Lannister alors qu’elle avait la possibilité de se venger de lui et de ce qu’il avait fait à Ned, accueille à bras ouvert Theon dans ce qui la plus belle réception à la mason que le pauvre a jamais eu de sa vie, lui offrant également un pardon total de la maison Stark (leur petite scène de repas était également très touchante), teint tête à Daenerys en contrôlant l’échange de bout en bout, jusqu’à amener son adversaire à se révéler. Qu’est-ce-qu’il faut faire pour la mettre sur le Trône de Fer, sérieusement ?

Quoi, tu penserais vraiment que j’oublierais la dame de Winterfell ?

Depuis la saison dernière Sansa ne porte que des armures. Il ne s’agit bien sûr pas de vraies armures, de toute façon, Sansa ne sait pas se battre, cela ne lui servirait donc à rien. Cependant, pour se protéger elle-même de Littlefinger et pour se crédibiliser dans le contexte guerrier de Winterfelldepuis la saison dernière, Sansa revêt des simulacre d’armures, ayant été à bonne école chez Cersei.

La semaine dernière, rien de nouveau sous le soleil, elle portait une robe datant de la saison dernière, celle qui faisait d’ailleurs la moins armure de toutes. Je remarque seulement maintenant, ou est-ce un rajout, la présence d’épaulettes très marquées.

Pour cette saison, Michele Clapton et Sophie Turner avaient annoncé que cette fois, Sansa porterait une « vraie » armure. Une pièce de cuir noir qui a fait beaucoup jaser avant que quiconque ne la voit d’ailleurs, Sophie Turner ayant qualifié ce costume de celui de la « guerrière de Winterfell », titre usurpé selon beaucoup, parce qu’il reviendrait de droit à Arya.

Perso, je vois pas Arya se battre beaucoup pour préserver l’indépendance politique du Nord, mais je dis ça, je dis rien.

Voici donc la fameuse armure, portée durant l’audience de Jaime puis tout au long de l’épisode. Clairement, ce costume s’oppose à celui de Daenerys, aussi sombre que le sien est clair, aussi pragmatique que l’autre est démonstratif, aussi simple que l’autre est complexe. Et, pourtant l’exploit n’est pas mince, il réussit à rendre Sansa plus menaçante et plus impressionnante que Daenerys dans sa silhouette de dragon.

Ce costume est aussi défensif qu’il est agressif, tout en lignes pures, d’une apparente simplicité.

Cette armure nous dit que Sansa est prête à défendre le Nord sur tous les fronts et par tous les moyens dont elle dispose. C’est une expression de son état d’esprit, une mise en garde, mais aussi la matérialisation de ce qu’elle est devenue pour Winterfell et tous les Nordiens : leur rempart.

La cantoche de Winterfell.

Après toutes ces émotions, quoi de mieux qu’un bon repas équilibré, alors rejoignons tout de suite ser Davos dans son nouveau rôle.

Ser Davos fait désormais parti de ce corps puissant des dames de la cantine. Celles qui disposent du pouvoir de vous glisser du rab si votre tête leur revient mais qui, si d’aventure vous n’êtes pas dans leurs petits papiers, retireront avec froideur l’entrée en trop que vous aviez prise. Personne ne gruge une dame de la cantine. Personne.

 Même pas Bernard et Jean-Guy, en train de faire la queue en devisant au sujet de la bataille prochaine et tentant mutuellement de se rassurer :

«-Tu sais Bernard, si ça se trouve, la devise là, « Winter is Coming »… On l’a totalement mal interprétée.

-Comment ça ?

-Je veux dire, on part tous du principe que ça va être le merdier, mais si ça se trouve en fait, c’est « Ophélie Winter is coming ». Et là, on va avoir un concert, plutôt qu’une bataille contre une armée de mort-vivants.

-ET EN QUOI C’EST SUPPOSE ME RASSURER ???? »

Ben écoute, Bernard, il a pas tort ton pote. Quelque part, le Roi de la Nuit conduirait ses armées en ponctuant chacune de ses phrases par des « Hinhin, baby, hinhin », tout de suite, ça aurait un autre relief.

Mais du coup, Bernard ne veut plus faire la guerre. Plutôt mourir que mourir en écoutant « Dieu m’a donné la foi ».

Mais voici que s’avance un autre client pour ser Davos.

«-Bonjour chef !

-Bonjour petite fille au visage opportunément à moitié défiguré ! Comment tu t’appelles ?

-Euh, Sharon ?

-Ah ben ça alors c’est marrant ! Mais que viens-tu faire ici, adorable doppleganger de ma princesse Shoren bien-aimée ?

-Alors déjà, je viens pour avoir des boulettes. Ensuite, je viens pour montrer un visage fier et fort de la nouvelle génération. Une génération qui n’a peur de rien. Tu peux mourir tranquille ser Davos, la relève est là. Même si elle est haute comme la moitié de Tyrion. Et si d’aventure je devenais un zombie, parole, je te dévore vivant, histoire de faire un incroyable drama.

-Voilà tes boulettes, petite. »

Il manque quelqu’un à Winterfell non ? Ah si, je sais qui c’est : DAME SUBTILITE.

La mort de Dame Subtilité, une oeuvre de David Benioff et D.B. Weiss

Mais pendant que je m’active dans la cour à retourner tous les cailloux en espérant y trouver une trace de la dame en question, voici que résonne dans l’air froid, piquant et re froid par derrière, un unique coup de tutut.

Ce qui signifie, en langage de la Garde de Nuit, « Garde de Nuit ». Commode.

Et c’est le triomphal retour des héros d’Eastwatch by the Sea, ce groupe d’hommes volants qui ont vraisemblablement plané sur un courant d’air tandis que le Mur s’effondrait sous leurs pieds pour venir se poser sur la neige, comme un bouquet de marguerites.

Tout le monde s’embrasse, on se fait de l’accolade de bienvenue, Tormund roule un pelle à Jon Snow, bref, ça respire la camaraderie du régiment. Quand je pense qu’il y a 3 saisons à peine la moitié de ces personnages se tapait avec l’autre moitié…

«-Alors comment vous vous en êtes sortis ?

-Attend, Jon, on va plutôt te raconter comment on s’est retrouvé à Âtre-les-Confins.

-Mais je m’en fous de ça, je veux savoir comm…

-ÂTRE-LES-CONFINS… J’ai une bonne et deux mauvaises nouvelles.

-La bonne ?

-En fait y’en a pas. J’ai dit ça pour la forme.

-Bon ben la première mauvaise alors.

-Les Omble, c’est fini.

-Comme Capri ?

-Exactement.

-Oh ben zut alors. C’était si inattendu…

-Et c’était assez atroce… Le môme était cloué au mur, avec des bras qui faisaient comme une roue autour et après il s’est réveillé en hurlant, zarma, il m’a fait perdre dans les aigus du coup Béric a dû y foutre le feu. Et c’est là qu’on s’est rendu compte qu’une fois allumé, ça faisait une applique plutôt stylée.

-Ok, et vous êtes SÛRS que c’étaient les White Walkers, pas un groupe de rôlistes satanistes qui serait devenu créatif pendant une partie de « L’Appel de Chtulu » ?

-Non mais si, le petit avait les yeux bleus. Le jeu de rôle, ça donne plutôt les yeux rouges, surtout sur les coups de 4 heures du matin.

-Bien, prions alors pour l’âme du petit lord Omble. Joignez-vous à moi pour l’oraison funèbre de la vibes : Ououuuuh, yeeeaaaaah, enfant de lumière aux yeux de pluie que l’on profane, petit être de chair que la vie condamne…

-C’est quoi cette connerie, Jon ?

-J’ai entendu des mecs dans la cour dire qu’il y avait une chance pour qu’Ophélie Winter soit en fait le Roi de la Nuit. Je me dis que si on commence à réciter ses textes, ça pourrait l’amadouer… Aller, on reprend : Oohohoh, baby, cherche dans les étoiles un chemin imaginaiaiaiai…

-PITIE JON TAIS-TOI T’AS PAS ENCORE ENTENDU LA DEUXIEME MAUVAISE NOUVELLE.

-J’aime pas bien être interrompu pendant mes oraisons funèbres.

-Jon, y’a plus rien à interrompre là. Dagobert sera ici demain matin.

-Vers quelle heure ? Parce qu’il faut que je règle mon réveil pour avoir le temps de prendre un petit déjeuner. »

Salle de conf, Winterfell.

Sur une musique qui se voudrait digne de l’immortelle « Anvil of Crom » de Basil Poledouris sauf que c’est du Ramin Djawadi donc c’est à peu près aussi épique que la fête d’anniversaire de ton grand-père en EHPAD, voici que vient le moment TANTATENDU du grand discours de motivation de Jon Snow, gouverneur du Nord, Targaryen les jours de faible précipitation, le Loup Blanc mais pas celui que vous croyez, l’autre, le moins connu, le Ressucité, notre Jésus à nous, Man Bun first of his name, le Sachant de rien du tout, ex-intendant de la Garde de Nuit, ex-lord commandant de la Garde de Nuit, ex-Roi du Nord…

«-Ex de Daenerys du Typhon si tu te remues pas un peu le colon pour commencer le topo !

-Ahem, ok, pardon de vous avoir déranger, toussa… Le topo donc. Alors, on a fait des pleins de trous autour de la maison, ça c’est bien. Au printemps on comblera avec du terreau, ça fera des parterres jolis comme tout.

-Jon ?

-Oui, donc, les parterr… les fosses, les piéges ! Puissants ! Nous avons aussi tous les ost disponibles classés dans la catégorie vivant-vivants. Le tout armé de verredragon : épée en verredragon, lances en verredragon, flèches en verredragon, poignard en verredragon, couteaux à huitre en verredragon, FAMAS en verredrag….

-Jon… !

-On a tout plein de verredragon. Mais vous savez le plus drôle ? C’est que tout ça ne sert à rien. Ils sont trouzmille fois plus nombreux que nous, ils ne mangent pas, ne dorment pas, ne ressentent pas la douleur, ne fatiguent pas, quand y’en a d’entre nous qui meurent ils viennent grossir leurs rangs. Et à cause de moi, ils ont un wyrm de givre, ce qui est tour à tour terrifiant et stylé. Bref, comme le disait le penseur de Montmirail, Jacquouille le Gueux : on va tous y mourir.

-…

-…

-…

-…

-…

-A ce compte-là, j’aurais pt’être du rester chez moi attendre tranquillement la mort…

-Moi aussi.

-Moi aussi.

-Moi aussi, ‘tain, comment je regrette. En plus la cantine est dégueulasse ici ! Sauf votre respect, ser Davos.

-Y’a pas de mal, j’ai vu ce qu’ils mettent dans les boulettes. Et non, vous voulez pas savoir.

-Bon sinon, vu qu’on est coincés tous ensemble ici, on pourrait mettre ce temps à profit pour faire trois choses au choix : se bourrer tous la gueule façon Cersei, faire un Monopoly ou réfléchir à un plan B.

-Moi je vote pour la partie avec de l’alcool.

-N’écoutez pas lord Tyrion et expliquez-moi ce que vous entendez par plan B ?

-Ben moi, j’en sais rien. Jon ?

-Pourquoi moi ?

-Hmmm… Parce que vous avez affronté deux fois le Roi de la Nuit ?

-Affrontez, c’est un grand mot. La première fois j’ai fui à la rame et la deuxième, j’ai fui en dragon. Après lui en avoir offert un, d’ailleurs.

-C’est toujours mieux que rien.

-Comme je le dis toujours, il faut savoir se satisfaire des petites choses.

-Dany… Je suis pas bien l’aise que tu parles de notre vie sexuelle devant tout le monde.

-… Je parlais de notre situation militaire.

-Ah ? Oh. Bon, euh alors… Le Roi de la Nuit. Pas si grand. Des pics sur la tête. Des traits partout sur le visage.

-C’est Darth Maul que tu nous décris, là.

-Dagobert c’est son cousin de Dunkerque. Qu’est-ce-que je sais d’autre… Très fort au javelot. Mais genre, trèstrès fort.

-Vas-y, retourne le couteau dans la plaie.

-Euh, sinon quoi d’autre quoi d’autre… AH, si !!!

-Quoiquoiquoi ???

-Quand il lève les bras, les morts se relèvent. Ce qui veut peut-être dire que sa puissance se concentre sous ses aisselles, dans les glandes sudoripares.

-Je m’en fous, moi je rentre à Karhold en traversant l’armée des morts s’il le faut. J’en peux plus, la vérité…

-Lady Karstark, laissez-lui encore une chance…

-Allez, Jon…

-Bon, y’a bien un autre truc, mais je suis pas sûr. Non, c’est tellement con que c’est pas possible que ça puisse marcher comme ça…

-Balance, gamin.

-Et bien, il faut penser à Dagobert comme une grosse abeille.

-Pardon ???

-Une grosse abeille toute bleue avec des pics sur la tête.

-Ok, j’avais prévenu, je plie les gaules.

-Attendez tous ! J’ai pas fini. Les mort-vivants, ils ont l’esprit de la ruche.

-Genre, ils vomissent du miel ?

-Genre ils sont tous liés à Dagobert. Si on le tue, ça fera pouf.

-Pouf ?

-Pouf. Parole d’homme. »

Je reste sur mon idée de la saison dernière. Dans tous les trucs de fantasy un peu à la con, un peu à la mord-moi le nœud, quand d’aventure le créateur de l’univers en question te pond une menace trop balaaaaaiiiiise et insurmontable et qu’il n’a pas la moindre idée de comment il va sortir ses héros de cedtte galère, PAF, il colle un bouton stop dessus. Sur la menace, hein, pas sur les héros.

Et ben là c’est pareil.

Dagobert c’est un gros interrupteur trèstrès doué au javelot. Avec des pics sur la tête.

Alors que tout le monde réfléchit fortfortfort sur comment qu’on va faire pour faire sortir la reine de la ruche, intervient Pinpin le Pangolin :

«-Dagobert viendra.

-On est au courant, merci.

-Il viendra pour Pinpin. Je l’ai invité. Personnellement. Ici.

-Je… TU AS FAIT QUOI ???

-Regarde le bras de ce qui était Bran Stark, Jon. Vois cette marque. C’est comme une balise GPS.

Genre comme dans une James Bond où qu’on se demande mais comment le méchant il fait pour toujours trouver le héros alors qu’en fait il lui a mis une puce sur la chaussure droite au tout début du film et quand on s’en rend compte, il es trop tard  ET LE ROI DE LA NUIT EST A NOS PORTES ALORS QUE QUAND JE PENSE QUE SI ON T’AVAIT BALANCER AU MILIEU DU DETROIT, A L’HEURE QU’IL EST DAGOBERT ET TOUTE SON ARMEE SERAIENT EN TRAIN DE FAIRE DES BULLES PAR 1000 METRES DE FOND ???

-Alors, déjà, euh, c’est très  simpliste comme raisonnement.  Ensuite, je veux pas me contredire moi-même mais si j’étais le Roi de la Nuit, j’enverrais mes sbires me choper pour me mener à lui et là, je me tuerais. J’irais pas prendre des risques à entrer dans Winterfell. Mais on va faire comme si on faisait tout pour rendre notre victoire la plus facile possible. Donc Dagobert est un gros interrupteur et il est assez con pour venir me chercher en personne. Je l’attendrai dans le Bois Sacré, là où c’est ouvert aux quatre vents et où un dragon peut venir me cracher du feu depuis le dessus. Plan en béton, Pinpin le Pangolin, out ! * drop mic

-Et pour protéger Pinpin, on va mettre un équipage de 15 Vikings dont un Theon Greyjoy, seigneur de la Lose. »

Et c’est après que Bran explique enfin les motivations, pas surprenantes non plus, du Roi de la Nuit. Il veut la mort, l’oblitération totale. La fin des vivants, l’oubli.

Bran n’est que le dernier réceptacle de cette mémoire, l’ultime backup. Et il n’y a personne pour sauvegarder les données si jamais Dagobert parvenait à le tuer. Est-ce-qu’il pourrait tout stocker sur le réseau, via un barral en attendant le jour hypothétique où quelqu’un reprendrait le flambeau d’une manière ou d’une autre ?

J’imagine que non.

En tout cas, ça fait bien flipper.

Petit détail que j’aime beaucoup sur la carte : les jetons représentant l’armée des morts reprennent le visuel de ceux dans le générique. Voilà c’est tout.

Et dernier truc qui me WWWWWWAAAAAAAATTTTT ??????? Jon, qui balance avec désinvolture que pendant le combat, il chevauchera Rhaegal. Et tout le monde est là en mode « louloulou, okayokay, sympa la réunion, bisous à demain matin… »

???

Ok, ces gens sont tellement blasés…

Et il faut nous résoudre à comprendre que Jon sur Rhaegal est un non-évènement.

Du coup c’est déjà la fin de la réunion, nouvelle occasion pour Daenerys de se faire renvoyer paître par Jon avec la sécheresse du Sirocco.

«-Bon, Bran… Pinpin, peu importe, nous voilà tous les deux…

-En effet, Tyrion.

-Tu veux de l’aide pour descendre les 15 étages en colimaçon, traverser la cour pleine de nids de poules puis rouler dans la neige jusqu’au barral dans ta chaise roulante ?

-Non t’inquiète, je gère.

-… Bon ben si c’est ça, je te propose de me raconter des histoires pendant que je bois jusqu’à m’évanouir, ça te va ?

Nickel. »

Fin d’après-midi, cour de Winterfell : émotionnance.

Cela fait pourtant quelques temps qu’ils sont là à les protéger mais rien à faire, les Nordiens regardent toujours les noirs de l’armée de Daenerys de travers. Ce qui est hyper vexant pour tous ces gens qui n’ont rien demandé à personne et qui vont vraisemblablement mourir pour eux dans la journée de demain.

Mais ça, le Nordien, il s’en fout, tout ce qu’il voit c’est rien que des étrangers qui viennent voler son pain et puis qu’ils ont pas la même couleur ni les mêmes mœurs que nous, moi, si j’étais gouverneur du Nord, je les remettrai dans leurs bateaux et fissa ! Le Nord aux Nordiens, BORDAYL.

Du coup, Ver Gris n’envisage pas de rester dans ce pays de gros racistes et commence à rêver tout un tas de trucs du type construire son propre catamaran, partir avec Missandei à Naath, marcher sur la plage avec elle, mettre des fleurs d’hibiscus dans ses cheveux, manger des poissons grillés avec de la merguez et des pois chiches devant le soleil couchant, et le soir se reposer dans une cabane en bois clair qui sent le sable chaud…

RIP Ver Gris. C’était sympa de te connaitre.

Et/ou

RIP à toi Missandei, je t’aimais bien aussi.

Avec la scène dans le grand hall qui va suivre, ceci était sûrement le passage le plus drôle de tout l’épisode.

High on the battlement of the kings who are gone, Jonny watches with his Ghost”.

C’est à ce moment précis que j’ai poussé ce cri qui a fait fuir mes chats et affolé le reste des habitants de l’appartement.

Moonmoon le Magnifique

Tout ça pour qu’il meurt dans l’épisode prochain, franchement…

Notez comment Jon n’en a strictement rien à foutre, de son loup.

Et donc, la dernière garde commence. Après cette bataille, ce qu’il reste de la Garde de Nuit sera soit mort, soit au chômage.

Sam qui place au même niveau le fait de tuer un White Walker et de voler des livres à la Citadelle me semble tout de même bien sûr de lui concernant sa capacité à se battre. Sam est un garçon courageux, y’a pas de lézards, et il l’a prouvé à maintes reprises. Mais il n’est pas un guerrier et il est vrai que sa présence sur le front pourrait ne pas être très utile. Je lui fais confiance cependant pour trouver un moyen de briller, comme il sait si bien le faire.

Nous entrons donc ici de plain-pied dans ce long tunnel de séquence avec des gens qui attendent que ça soit la bagarre et qui donc nous disent en quelque sorte adieu.

C’est toujours attendu, mais dans l’ensemble, bien exécuté, ça, rien à dire. A l’image de cette scène entre Jon, Sam et Edd, qui rappelait efficacement les liens unissant ces trois-là, et tout ce qu’ils ont pu traverser, seuls ou ensemble.

Et pendant ce temps, à l’extérieur…

Sandor Clegane aimerait bien passer un peu de temps tranquille et seul, mais Arya Stark aussi. Du coup, nos deux loners vont partager deux secondes de silence réflexif avant que Sandor n’en puisse plus et se mette à râler.

Comme on l’a vu la semaine dernière, la relation entre ces deux-là est compliquée parce qu’ils ne peuvent pas franchement se supporter, mais ils s’apprécient.

Béric surgit, faisant s’exclamer Sandor « on dirait un putain de mariage » et là j’avoue, j’ai pas trop compris.

Peu importe, entre le Limier et le ressurecté, Arya a sa dose et décide d’aller rendre hommage à la saison 1 en tirant quelques flèches dans une cible, quand soudain… :

«-Tu sais, ce truc turgescent que tu m’avais demandé…

-Tu l’as sur toi ?

-Bam, surprise ! C’est une belle lance, hein ? Double lame en obsidienne, tu peux faire woutch woutch avec, raaah, je suis fier de mon travail de forgeron !

-… Euh ouais. Non mais c’est bien aussi, une lance avec deux lames en verredragon. Bien équilibrée et tout.

-Je sais, c’est que j’ai passé des heures a bien polir le manche en pensant à toi et…

-Bon, tout ce langage à double sens me fatigue vu qu’il y a que moi qui ai l’air de pigé le double sens en question. Gendry : toi, moi, à poil.

-Pour quoi faire ? Chuis d’un humble fils bâtard du bon roi Robert, apprenti forgeron à mes heures perdues, j’ai pas mérité de me faire dépouiller de mes vêtements par une petite fille de 14 ans !

J’en ai 22 selon ma fiche IMDB ! Sur le dos, et arrête de parler, fils de… Attends, t’as dit quoi ?

-Fils de Robert Baratheon. Tu savais pas ?

-Non. Et de toute façon, la seule chose qui m’intéresse, c’est ton royal chibre. »

Et c’est ainsi que le sosie officiel de Lyanna Stark et le sosie officiel de Robert quand il était jeune s’emboitèrent dans les écuries de Winterfell, non sans que tu aies dû voir les meules de ta petite sœur en full screen. Merci, HBO.

La buvette.

Ironie, ironie… La dernière fois qu’ils ont partagé un repas ensemble dans cette salle à Winterfell, c’était au petit déjeuner. Jaime venait la veille de pousser Bran du haut de la tour et Tyrion avait déjà quelques soupçons concernant la participation de son frère et de sa sœur à l’accident.

Les revoici, the kingslayers brothers, le verre à la main, devant le feu, meilleur endroit possible pour attendre que les hostilités commencent.

A nouveau réuni, les frangins Lannisters profitent d’un peu de temps à tuer pour évoquer leur plus beaux souvenirs de famille, style quand l’aîné couchait avec sa sœur jumelle. Jarnidieu mais c’est pas croyable comment il est devenu tout chill question inceste Jaime. Et que j’évoque ça avec le sourire, de toute façon tout le monde est au courant alors hein, oh, eh, bon…

Non, NON !

Ok, tout le monde le sait. Enfin, disons qu’un nombre conséquent de personnage sait que c’est vrai. Et par nombre conséquent, ici à Winterfell, j’entends Tyrion. Pour les autres, ce ne sont que des rumeurs. Ok, j’ai pas compté Pinpin le Pangolin, mais bon, compte-t-il vraiment ?

Mais même en admettant que Tyrion soit au courant, cela fait-il mieux passer l’inceste ? Enfin cela reste tout de même, sauf si tu es un Targaryen, un tantinet dégueulasse. Qui, même sachant l’autre au courant, irait parler de ses coucheries avec sa jumelle devant son petit frère ?

Je trouve que les gens traitent cette histoire d’inceste avec bien trop de légèreté décidément.

Le reste de cette scène… Tout fonctionne. Chaque personnage qui s’ajoute aux autres est lié à ceux-ci par des liens anciens, complexes. Les divergences et conflits sont mis de côté, les statuts sociaux aussi. Les échanges entre eux, sont simples, horizontaux. Tormund vole évidemment la vedette à tout le monde avec son histoire du malaaaaiiiiise, avant que Podrick ne la lui ravisse avec la chanson de Jenny de Vieilles Pierres.

Opportunité de lancer un montage où ressort bien une des inspirations de l’équipe pour cette bataille de Winterfell, la Bataille du Gouffre de Helm.

Mais le grand moment reste l’adoubement de Brienne, conclusion de tout son arc avec Jaime, aboutissement d’une processus d’apprivoisement, de reconnaissance, de confiance mutuelle. Comme Tormund le dit, s’il y a quelqu’un qui honore le statut de chevalier, c’est bien elle. Et qui de mieux pour l’adouber que celui qu’elle a aidé à retrouver le sens originel de ses vœux.

Et pourtant Brienne hésite. Elle croit à une mauvaise blague et son manque d’assurance dans le fait qu’elle mérite cet adoubement est à la fois révéléteur de son approche de la chevalerie comme de ses blessures profondes. Brienne a été humilée par des hommes toute sa jeunesse. Raillée, dupée, Brienne la Belle a cessé de faire confiance quand on lui offre quelque chose de vraiment incroyable dont elle a pu avoir plus ou moins rêvé toute sa vie.

Comme il lui avait jadis confié Féale, Jaime, armée d’une épée sœur de la sienne, lui transmet ici un flambeau, qui pourrait certes ne pas briller très longtemps mais peu importe. Enfin, ses valeurs de combattante, sa loyauté, sa franchise, bref, enfin Brienne est reconnue pour ce qu’elle est. Elle n’a jamais voulu être chevalier, mais elle le devient, sous les vivats d’un groupe d’hommes dans en d’autres lieux et d’autres temps n’auraient pas hésité à la railler et à la mépriser quand bien même elle vaut dix fois chacun d’entre eux.

Chevalierisée, les larmes aux yeux et sous les applaudissements de la foule, Brienne de Torth se relève, sous le regard ému de Jaime et bon sang, là Sandor, là, on aurait dit un putain de mariage.

Instant culture : Mais dis-moi la Dame, c’est quoi cette chanson de Jenny de Vieilles Pierres?

Connue sous le titre de « La Chanson de Jenny », cette balade triste comme tout est connue au travers d’un de ses fragments, le début de la chanson que vous avez entendu Podrick interpréter. GRR Martin n’en a pas écrit davantage. Cette chanson apparait dans le roman dans un chapite d’Arya, lorsqu’elle rencontre le fantôme de Noblecoeur, une très vieille femme, naine et albinos, reconnue pour être un oracle dans le Conflans. Le fantôme ne partage ses visions qu’en échange de « La Chanson de Jenny ». On raconte que c’est pour Jenny de Vieilles Pierres que Duncan Targaryen, le Prince des Libellules, renonça à son droit au trône. Duncan serait mort durant la tragédie de Lestival, la résidence d’été des Targaryens qui fut le théâtre d’un feu dévastateur qui emporta aussi son père le roi Aegon V. On ignore encore ce qui a été à l’origine de l’accident, peut-être une tentative de faire éclore des oeufs de dragons… Mais à deux pas du brasier, la princesse Rhaella, épouse d’Aerys, futur roi des Sept Couronnes, donnait naissance à son premier né, Rhaegar. Jenny elle, serait restée brisée par le chagrin, errant parmis les ruines, si on en croit sa chanson.

Fun facts en masse, cette chanson possède des liens direct avec quelques personnages :

-Jon et Daenerys : comme je l’ai dit plus haut, c’est la nuit de la mort du prince Duncan, amant de Jenny, qu’est né le frère de Daenerys et le père de Jon. Et à l’existence de Rhaegar, Jenny n’est pas étrangère puisque lors de sa présentation à la cour, elle vient accompagnée d’une petite bonne femme, vraisemblablement devenue par la suite celle que l’on connait sous le nom de fantôme de Noblecoeur. Celle qui se dit Enfant de la Forêt prophétise que le Prince qui fut Promis naîtrait de la lignée du prince Jaehaerys. Raison pour laquelle il marie ensemble ses enfants, Aerys et Rhaella. Laquelle Rhaella donnera naissance à Rhaegar et Daenerys. Jenny de Vieillepierre a donc eu une influence déterminante sur les derniers rois Targaryens. C’est par amour pour elle que le prince Duncan renonce au trône au profit de son frère Jaehaerys. Et c’est à cause de la prophétie de la « naine » que les enfants de ce dernier seront mariés. Vraisemblablement aussi, c’est en découvrant l’existence de cette prophétie que le prince Rhaegar, jusqu’alors plutôt du genre littéraire/poète maudit/cheveux longs et jumbé, décide qu’il est temps de prendre son destin en main et commence sérieusement à se former au métier des armes, persuadé qu’il était, à un moment, d’être le Prince qui Fut Promis.

-Sansa : c’est une vieille interview de Michele Clapton qui me l’a appris mais si dans les livres, Sansa est obsédée par l’histoire de Jonquil et Florian, une histoire d’amour légendaire, dans la série, Michele est partie du principe que Sansa était inspirée par la romance entre Jenny et le prince Duncan. Son surnom, le prince aux Libellules, qui lui a été attribué après qu’il est renoncé au trône, inspire la bijouterie de Sansa dans les premières saisons. Son collier de prédilection y était un effet une fine libellule qu’elle a peu à peu abandonné par la suite. Cette libellule, symbole de l’amour plus fort que tout aux yeux de la jeune fille, était aussi la marque d’un regard naïf porté sur le monde, celui de qui croit que le monde est une chanson (et qu’avoir ses règles c’est féérique : citation quasi originale de Sansa Stark, étonnée de ne pas découvrir des pailettes dans sa culotte). Cette idée résonne très bien avec le thème de la chanson, l’innocence perdue, le souvenir des jours heureux.

La chanson de Jenny est donc bien plus qu’une mélancolique parenthèse. Parce qu’elle renvoie à l’histoire mais aussi aux expériences humaines de nombre de personnages de par son évocation du deuil, elle lie entre eux les différents protagonistes de l’intrigue, et surtout, elle fait le travail évoqué un peu plus tôt par Sam : elle condense un fragment d’humanité, mêlant l’évènementiel, l’émotionnel, le trivial et le viscéral. Elle est un témoignage d’humanité.

La fosse aux ours.

Jorah et Lyanna Mormont, qui ne s’étaient pas calculés de tout le premier épisode, ont une dispute pas très cordiale sur le sujet de « est-ce-que ma toute petite cousine doit vraiment aller jouer avec des épées dans le froid dehors ? » ce qui ne plait pas trop trop à Lyanna, rapport au fait qu’elle est faiseuse de roi, mayrde et qu’elle en a sa claque que des vieux mecs lui disent quoi faire de sa vie alors qu’elle gère l’Île aux Ours toute seule comme une pro depuis que sa mère est morte aux Noces Pourpres donc elle voit pas bien quelle différence ça fait d’avoir 11 ans.

Ben oui mon Jorah, tu le sais pourtant que la devise des Mormont c’est « Here we stand ». Donc here she stands, bonhomme.

Sam interrompt vaguement ce qui aurait pu être une joute verbale si Jorah avait eu la moindre chance, pour lui offrir Corvenin. Nice touch, Sam. C’est vrai que l’an passé, Jorah avait refusé de reprendre Grand-Griffe à Jon. Et qu’une belle lame en acier valyrien comme Corvenin serait gâchée si elle restait au fourreau durant une bataille pareille.

Du coup, l’épée de Randyll Tarly appartient désormais à ser Jorah Mormont, conseiller et ami proche de Daenerys Targaryen qui a fait brûler vif le dit Randyll Tarly… Je sais pas si ça veut dire quelque chose mais si c’est le cas, c’est le moyen le plus tordu EVER pour dire à quelqu’un de façon détournée qu’on lui pardonne d’avoir tué la moitié de sa famille.

Et tiens, tant que j’y pense… Jon Snow, viens par ici mon grand. Tu étais bien pressé de remettre Grand-Griffe à ser Jorah l’an passé. Mais on ne t’a jamais vu la proposer à Lyanna Mormont alors pourtant qu’il s’agit de l’épée de sa famille. Alors évidemment, elle l’aurait refusée parce qu’elle est trop petite encore pour une épée pareille et qu’un cadeau c’est un cadeau, mais tout de même quoi… C’est pas très très classe, monsieur Snow…

«-C’est Targaryen d’abord ! »

Toi t’es pressé de revendiquer ton héritage quand ça t’arrange… 

Et puisqu’on en parle…

Les caves.

Alors il parait que ce sont les grands préparatifs avant la bataille et que tout ce qui ne combat pas doit aller se cacher dans les cryptes, sauf que quand Daenerys s’y rend, ben c’est bizarre, les cryptes sont vides… Les cryptes, un endroit rempli de gens morts où l’ont veut mettre des gens vivants à l’abri d’autres gens morts. Je me demande vraiment ce qu’il pourrait bien se passer de grave…

«-Bon sang Jon, mais je cours dans tout le château pour te mettre la main dessus depuis que tu as parler d’aller se reposer *winkwink. J’avais pas compris que tu entendais par là faire la sieste sur des meules de Comté.

-C’est une crypte ici, Daenerys, pas une cave d’affinage.

-Ah ? Je me disais aussi, ils sont bizarre dans le Nord à sculpter le fromage en forme de gens. C’est qui elle ?

-CAY MA MAYRE. »

‘tain la tête que fait Jon quand Daenerys approche de lui dans la crypte on dirait qu’il va vomir sur ses bottes et c’est du reste probablement ce qu’il ressent.

C’est Dany qui sans le vouloir initie le mouvement de la révélation. En surprenant Jon au chevet de sa mère et en l’interrogeant, elle n’a pas d’autre choix que de déterrer l’histoire de rapt de Lyanna. J’apprécie qu’elle ne cherche pas à excuser son frère d’avoir été un salopard de violeur d’ailleurs. Et j’apprécie le fait que c’est sans doute la première fois de sa vie que Jon entend dire que Rhaegar qu’il était gentil. Cet échange nous permet de mesurer le gouffre entre les deux familles concernant cette affaire. Le gouffre qui séparait les Sept Couronnes. Le gouffre créé par Ned, Robert, Rhaegar et Lyanna. Toute sa vie, Daenerys a vécu avec les récits à la gloire de son frère, seulement entachés par cette sombre affaire de rapt et de viol. Toute sa vie Jon a vécu dans les récits de détestation de Rhaegar et du sort de la malheureuse Lyanna.

Il est donc temps de franchir le gouffre et de le faire avec un pont en vérité.

Jon n’en a rien à foutre. Demain, c’est le grand jour et il pourrait ne pas survivre. Foutu pour foutu, il faut que la vérité sorte. Et à qui la raconter à part Daenerys ? Même s’il a mis de la distance avec elle, il tient à elle. Et avec lui, elle est la personne la plus directement concernée par ce récit.

Autant la semaine dernière, Kit Harington jouait sa scène en mode KO technique, autant cette fois, la révélation semble mieux passer du côté d’Emilia Clarke. L’évolution de son visage, qui passe de la surprise à la curiosité inquiète lorsqu’elle commence à comprendre ce qui se profile, jusqu’à recevoir la confirmation de ce qu’elle a compris quasiment depuis le début (dès que Jon mentionne l’existence d’un fils)… Elle en a le souffle court de prendre en pleine tête tout ce qu’implique cette révélation.

Et comme je l’aurais fait à sa place, elle se met aussitôt à douter. Contrairement à Jon qui la semaine dernière ne pouvait qu’accepter la vérité, elle s’y refuse, flairant un potentiel complot. Ce en quoi, elle n’a pas tort, même si elle a livré la semaine dernière sur un plateau d’argent, la preuve que Jon est bien un Targaryen.

Enfin, ça aurait été une preuve si la série avait décidé qu’un mec qui monte sur un dragon pour voler dessus, c’était un truc important…

Aucun des deux ne mentionne le problème d’inceste. Mais c’est évident qu’ils y pensent. Raison pour laquelle Jon évite Daenerys depuis qu’il sait. Raison pour laquelle il lui dit la vérité, parce qu’il la lui doit. Et Daenerys ne peut elle-même l’ignorer, même si comme Jon la semaine dernière tout se télescope dans sa tête.

Et si pour Jon il s’agissait de gagner une couronne dont il ne veut pas, pour Daenerys, il s’agit de perdre celle à laquelle elle a consacré sa vie. Une bien grosse pilule à avaler, si vous voulez mon avis…

Non mais ça va pas bien les scénaristes ? Vous vous êtes cru où là ? Ca fait deux fois que vous nous faites le coup de caser LA révélation la plus importante EVER pour Jon comme pour Daenerys en fin d’épisode et au moment où ça commence à devenir intéressant COITUS INTERUPTUS.

Trois coups de tutut qui viennent rappeler à tous nos Targaryens préférés qu’en fait, vos histoires de légitimité là, on s’en balek.

Alors ok, cette coupe grossière sur ce moment où tu te dis que Jon va dire à Dany « mais de toute façon, je veux pas du trône, Bébé », c’est tout sauf sport, mais bon, à un moment aussi, il fallait remettre de l’ordre dans les priorités. En attendant de se maraver à coup de légitimité, tante et neveu s’envolent dans le ciel pour faire pleuvoir des tombereaux de feu sur les morts, au nom de la vie toussa.

Et alors que Bernard et Jean-Guy tentent vainement de tendre l’oreille pour savoir si l’on distingue ou non les premières notes de « Je marche l’envers », toute une ligne de White Walkers se positionne face à Winterfell, tellement nombreux qu’ils sont impossibles à dénombrer.

Du haut des rempards, Sam s’écrit alors : « Eh Vère, t’as vu, y’a tous tes frères qui sont venus nous voir !

La semaine prochaine…

Après quelques jours de digestion et surtout de temps de cerveau à consacrer VRAIMENT à cet épisode (et un petit revisionnage aussi, ça aide bien), j’ai pris conscience d’un truc que je n’avais pas vu au départ. Cet épisode est celui de la femme.

Les femmes ont pris, en ces temps de crise, une importance dont elles n’auraient pu rêver avant la mort de roi Robert. De la Cersei éteinte de la saison 1 nous sommes passés à First of Her Name. De la Sansa vendue à Joffrey, nous en sommes aujourd’hui à la Dame de Winterfell. Mais au-delà de ces femmes de pouvoir, « A Knight of the Seven Kingdoms » nous montre combien les femmes jouent désormais dans la même cour que les hommes, au point que leur rôles puissent être indifférenciés. Et pour preuve, le titre, désignant un chevalier qui est en réalité une chevalière. Brienne, en se faisant adouber, crée un précédent, mais gagne son titre parce qu’autour d’elle, des hommes ont identifié et réparé une injustice dont ils étaient, il y a quelques années encore, les artisans.

La plus importante discussion politique de la semaine a été tenue par deux femmes, conscientes des enjeux autour de l’indépendance du Nord et prêtes pour l’après Dagobert. A leur côté, un homme, pourtant essentiel à cette histoire, mais complètement effacé.

Dans la cour, l’échange entre Davos, Sharon et Vère montrait une petite fille incarnant une posture de courage qui dans le système de valeur patriacale, aurait dû être endossée par l’homme qui la précédait. Désarmé par la volonté de l’enfant, Davos est supplanté par Vère, qui trouve les mots justes pour mettre l’enfant à l’abri sans pour autant lui nier ses aspirations.

Dans le grand hall, ce sont deux femmes qui sauvent en les personnes de Brienne, défendant Jaime face à Sansa et Daenerys, puis Sansa elle-même accordant le pardon et la reconnaissance pleine et entière à Theon.

Devant les remparts, c’est au service d’une femme qui Jaime vient se mettre, ne cachant pas son admiration pour la guerrière qu’elle est. C’est en reconnaissance de son courage, de ses valeurs et de ses qualités qu’il va, sans se poser de question, lui proposer son épée.

Dans la cour, c’est Arya qui décide et prend les devants. Son attitude est entreprenante, dominatrice, mais pas castratrice, simplement en contrôle.

Dans la cour encore, Lyanna Mormont impose à son cousin sa volonté de se battre, avec ses troupes, pour ses troupes.

Dans les cryptes enfin, la vérité éclate parce qu’une femme a posé une question sur une autre. Et ce qui me terrifie dans la scène qui suit c’est qu’après une mise en place tout l’épisode durant sur l’égalité sinon acquise au moins acceptée par les protagonistes de l’épisode, on nous claque le visage avec un retour de l’ordre patriarcal.

Le visage de Daenerys et sa réaction lorsqu’elle réalise que le simple fait que Jon soit né homme la disqualifie pour s’assoeir sur un trône pour lequel elle s’est battue toute sa vie peut être lu aussi comme la prise de conscience d’un backlash à venir, un retour post crise de l’ordre ancien, d’une négation des progrès et des ouvertures que l’on qualifiera alors de mesures de nécessité pendant les périls.

Ce que l’on a potentiellement retiré à Daenerys cette semaine, on peut potentiellement le retirer à toutes dans les semaines à venir. Brienne pourrait ne jamais passer à la postérité si son adoubement n’est consigné nul part et si l’on décide de commodément l’oublier. Sansa ou Lyanna sont potentiellement condamnées au mariage, ce qui, si elles restent à la tête de leurs maisons respectives, posera la question de l’exercice réel de l’autorité. Quel homme de la noblesse, dans une société patriarcale, accepte de passer au second plan, après sa femme ? Ils existent, oui, mais ils sont rares.

Les femmes de Westeros et d’Essos sont parties de très loin, d’un univers où elles n’étaient que des pions ou des marchandises. Mais pour la plupart, quand se sont présentées des opportunités de s’extraire de cette condition et de faire valoir ce qu’elles sont fondamentalement, elles ont su les saisir, jusqu’à démontrer leur légitimité à occuper des postes, rôles ou attitudes perçues avant comme masculines. « A Knight of the Seven Kingdoms » nous a montré l’aboutissement de cette évolution, avec des rapports hommes-femmes bien plus sains que dans le passé et cette idée que désormais, les femmes ne sont plus des joueurs d’arrière-cour, à égalité avec les hommes (je sais bien que l’on a pas atteint une parfaite égalité sociale ou de droit, mais si l’on compare d’où l’on vient et où l’on est à présent, on ne peut que constater les immenses progrès dans la manière dont les femmes sont regardées et perçus par l’ensemble des personnages de la série).

Et ma plus grande crainte serait de voir retirer à ces femmes tout cela. Malheureusement, l’histoire nous a montré que c’est ce qu’il se produit le plus souvent.

Sansa transition, comme la semaine dernière, un résume de l’épisode du jour sans contexte :

Si l’épisode semblait lent, j’ai malgré tout éprouvé à un moment le besoin de me rassurer en vérifiant combien de temps il restait encore, parce que je n’avais pas envie que ça s’arrête trop tôt. La semaine prochaine, rien ne serai plus comme avant. Après cette bataille, tout ne sera plus qu’un long épiloge destiné à régler les derniers comptes et mettre quelqu’un sur le trône.

Malgré son apparente lenteur, l’épisode persiste avec certains défauts de la semaine passée qui seront les défauts de cette saison comme ils étaient déjà eux de la précédente. Tout est compressé, au point que le moindre rebondissement ait l’air d’une facilité. Tyrion par exemple cette semaine, est sauvé moins par Jorah que par le scénario et le fait que l’on a pas le temps de le voir refaire ses preuves devant Daenerys.

Daenerys elle aussi se voit nantie d’une obsession pour l’unité des Sept Couronnes qui si elle est naturelle la conduit à s’enfermer dans une attitude rigide concernant le Nord, là où le personnage qui avait été construit quelques saisons plus tôt avait justement appris à faire des compromis et à s’adapter. Ici par manque de temps, on se contente de capitaliser sur son caractère sanguin pour faire fonctionner cet arc.

Même remarque concernant Sansa, propulsée « personne la plus intelligente du monde » par une fusée en scénarium, même si l’épisode de jour nous a donné bien des choses à méditer sur son sujet.

La désagréable impression que j’ai c’est de voir désormais les auteurs et show runners tordent les personnages afin de les faire entrer au chausse pied dans le récit qu’il ont prévu de narrer en seulement 6 épisodes. Alors tant pîs s’ils semblent incapables d’évoluer, n’ont pas le temps de dire ou faire des choses déterminantes, seule compte la conclusion, qui arrive à pas de géants.

Je n’ai même pas envie de faire de pari sur qui survivra à cette bataille ou non. A ce stade, je n’ai envie de perdre personne, même pas ce suicidaire de VerGris, qui sait pas qu’on ne fait jamais de projet d’avenir avan une bataille décisive, surtout pas dans Game of Thrones, le fou !

La semaine prochaine sera le premier épisode de 80 minutes de cette ultime saison. Et si vous avez vu le trailer, vous avez constatez que sur une heure et demie de film, ils ont réussi l’exploit de ne presque rien mettre. Habile.

Alors, mes Sauvageons, à la prochaine semaine, la fleur au fusil et le menton… Je sais pas pourquoi j’ai commencé à parler de menton, mais en tout cas, je vous encourage à vous équiper de votre plus belle armure en verredragon ainsi que d’une boite de Kleenex en acier valyriens.

Et d’ici là, n’oubliez pas :

49 commentaires Ajoutez les votres
  1. Je suis d’ accord avec La Dame , La Série rush a 200 KM sur son Final parce que elle as perdu trop de temps sur les 6 premières Saisons sur des détails ou de mauvaises adaptations ( SLT Dorne ) .

    Je pense que au moins soit Dany ou Jon vas y passer , peut être même les 2 ça déragerait la place pour Sansa .

    Je pense aussi que même si Dany survit elle est trop obtus pour faire une bonne dirigeante , et si Jon pouvait se barrer au Groenland il le ferait .

    Sinon en ce qui concerne Jaime , ça m’ étonne qu’ il n’ ait pas mentionnée le coup de Aerys qui voulait faire cramer Port Réal , je me disais que ça serait le truc qui lui sauverait la peau , il me semblait aussi que Tyrion l’ avait dit à Dany .

    Arya se ……… et c’ est bien , la meilleure scène pour l’ instant .

    Bon maintenant on vas avoir ce qu’ on nous teaser depuis 8 ANS ! La Bataille contre les MORTS , et elle sera épique , c’ est obligé , ils ont jamais rater les batailles .

    Et pour finir , Jaime , Brienne , Gendry , Arya , Davos , ( Pas Tyrion , il as un collier d’ immunité ) ne mourrez pas , pitié !

    1. Dany n’est pas si obtuse que cela. Elle a tendance à réagir au quart de tour, mais elle est aussi capable de reconnaitre ses erreurs et d’écouter ceux qui l’entourent, en qui elle a toute confiance. La perte de Jorah serait une catastrophe pour elle. Cette semaine, il était assez clair qu’il est le dernier de ses conseillers qui soient un vrai atout pour elle. Elle n’a plus confiance en Tyrion qui est devenu un poids mort, Varys fait de la figuration et le connaissant, la minute où il découvre que Jon est Aegon, il retourne sa veste en sa faveur, Missandei ne pense qu’à partir avec Ver Gris pour quitter son service.
      Le décalage cette semaine de Dany la solitaire avec la meute Stark était énorme et si elle perd son entourage, Daenerys aura du mal en en reconstituer un.

      J’espère un peu follement aussi que beaucoup de collier d’immunité ont été caché dans Winterfell et surtout, trouvés. Jon, Dany et Tyrion ont toujours leurs totems, jusqu’à la fin de la saison au moins je pense.

  2. Superbe billet encore une fois. Je rejoins tout ce que tu as dit. Moi qui a longtemps reproché à Brienne d’avoir tué Stannis, son adoubement était une très belle scène très émotionnante. J’ai fait un bingo pour ma part sur les personnes qui vont mourir, je te donnerai ça demain en MP sur Facebook. Beaucoup de scènes émotionnantes = beaucoup de morts !

    Sinon, même si elle ne fait que de la figuration, je trouve Alys Karstark très mignonne avec ses faux airs d’Eva Green. (j’ai bien rigolé sur ses lignes de dialogues que tu lui as inventé).

    Bon sinon….Ophélie Winter ? Sérieusement ? Je veux dire, on se fout déjà de la gueule des marcheurs blancs pour leur côté artistique et leur sens d’orientation déplorable qui fait qu’ils mettent 8 saisons à arriver, mais là tu leurs donnes le coup de grâce ! Entre ça et Pinpin le Pangolin, tu m’as fait rajeunir de 10 ans ! Merci bien, j’avais besoin de rire ! 😉

    1. Oh oui ! Un bingo !!!
      J’avais pas remarqué qu’Alys Karstark ressemblait un peu à Eva Green mais c’est carrément vrai !
      Je sais que j’ai pas été sport avec le Roi de la Nuit sur ce coup-là mais il va en falloir des compensations pour encaisser toutes les morts de la semaine prochaine…

      1. Voici ma Valar Morghuliste pour l’épisode qui arrive :

        Ceux dont je suis sûr :

        -Theon
        – Bran
        – Beric Dondarrion
        – Vert Gris
        – Jaime Lannister
        – Ghost
        – Yohn Royce
        – Rhaegal
        – Viserion
        – Le Night King
        – Sharon
        – Bernard et Jean-Guy
        – Robett Glover (on aura surement une mention que le Night King a fait un petit crocher par Deepwood Motte)

        Ceux dont j’hésite :

        Varys
        Jon Snow (oui oui, je tente ce paris)
        Tormund
        Lyanna Mormont

        Le paradoxe : Brienne. Elle a eu la plus belle scène de la saison (voir de la série depuis un bon moment), mais je la vois survivre.

        Ceux que je ne veux pas voir mourir : Davos, Alys Karstark, Jorah Mormont, Edd-la-Douleur.

        La bande à Jean-Pierre François (car je te survivrai) : Arya, Sansa, Daenerys, Gendry, Drogon, Sam, Gilly, Little Sam, Tyrion, Missandei.

        Quid : Wyman Manderly ? Là, pas là ? Le gars a disparu de la circulation ! XD

        1. Il manque Mélisandre qui a disparu des radars aujourd’hui. elle a clairement dit qu’elle devrait mourir sur ce continent … et il me semble qu’elle sous entend que Varys aussi mais c’était peut être pour lui faire peur

          1. Yep, mais là je ne cible que les morts que j’envisage durant la bataille contre le Night King. Si je prends en compte les épisodes restants, je rajoute Daenerys, Cersei, Euron, Le Limier, Qyburn, La Montagne, Drogon, Qhal Qhono !

  3. Quand je pense que j’ai lu des commentaires comme quoi c’était un épisode devant lequel des gens se sont endormi (oui, c’est un épisode ou absolument personne ne meurt ou n’est révélé mort mais mairdheu…)

    Bien bien. Il est sans doute temps de placer ses haricots sur la grille de bingo du Dieu Rouge le prochain épisode coupera sans aucun doute dans le budget du cachet des acteurs mais quel destin pour qui. Je donne ici mes propres pronostics.
    Survie quasi certaine : Sansa, Samwel, Tyrion.
    Survie probable : (ser)Brienne, Daennerys, Arya (il reste deux noms sur la Valarmoghulist), petit Sam, Bran, Sharon, Lyanna Mormont, Mysandei.
    Honnêtement j’en sais rien : Jon, Sandor.
    Mort probable : Tormund, Gendry (avec la possibilité d’avoir laissé de quoi perpétué la lignée des Baratheon dans le tiroir d’Arya), Pod, Vère, Jorah, Varys, Lady Karstark, lord Rhoyce.
    Mort quasi certaine : Jaimie, Fantôme, Vers Gris, Davos, Theon.
    Au delà de tout espoir de survie : Beric.

    1. En parlant de Dieu Rouge, ça serait pas méga classe que Mélisandre et une armée de R’hllor déboule toute soutane écarlate au vent pour contrefeinter Dagobert pendant la bataille ?

      1. J’y avais pensé, mais je vois mal les cavaliers de Rohan, mais il serai possible qu’elle soit déjà là, dans les cryptes, dans son apparence de vieille femme… Elle est bien sensée mourir en Westeros et revoir Arya et je la voit mal s’occuper de l’affaire Cersei (peut être de la Montagne mais, bon, question de priorité, c’est pas ça) et de la Compagnie Dorée.

  4. Tout d’abord , All Hail les points chiffons , ça me manquait , deuxio je rejoins Wits je n’ai pas trop compris pas mal de messages de gens en mode haters aux arguments les plus stupides les uns que les autres…Bordel internet est devenu un twitter géant c’est ça ? Tss … Pas grand chose à rajouter un épisode très fort niveau émotion tellement dans un sentiment pré apocalypse/assaut avant siège que c’était beau. Bien que je rejoins La Dame sur le coup de ce qu’est devenu Tyrion , vidé de son génie après les premières saison c’est vraiment dommage pour ce qui était le perso préféré de pas mal de monde. Triste. Et enfin vite fait :

    Jaime : J’adore rien à dire.

    Sansa : Cette armure , je crois que je suis amoureux , et on dirait bien que le Nord à compris depuis un moment que c’est bien mieux géré et protégé avec elle.

    Arya : Mais pourquoi grandissent ils si vite ? sniff

    Voila voila.

    1. Je ne suis pas tombée sur ce genre de remarques encore (ceci dit, j’ai moyenmoyen eu le temps de lire entre lundi et aujourd’hui, je m’en vais rattraper ça), mais c’est vrai que c’est assez incompréhensible. Après, y’a des gens qui ne regardent GoT que parce que c’est hype et qui se fichent du reste, alors les derniers adieux…

  5. Plop la Dame !
    Et voici le dernier épisode « normal » de GoT avant la grand changement. J’avais un sentiment très étrange pendant l’épisode. Un truc en forme de « Oui maiiiiiiiiis…  » et « sniiiiif bouhouhou ». On retrouve les ambiances de pré-bataille tellement angoissantes et satisfaisantes mais aussi des petits trucs qui font grimacer.

    (Rien à voir mais la semaine dernière, j’ai vu le post FB où vous me citiez à la pause du cours. « Tiens, la Dame partage ce que je lui ai dit. Wait, la Dame me cite vraiment ? ». Aussi idiot que cela puisse paraitre, j’en était toute émue XD).

    Bref. Pavé’s coming.

    How to get with murder :
    C’est peut-être la séquence qui m’a le plus déçue de l’épisode. Je m’attendais à ce que Jaime se prenne bien plus dans la tronche, que Sansa et Daenerys conjointes l’assomment de tous ces crimes et qu’en définitive, ils ne doivent sa survie qu’à Brienne et Bran, lui donnant le titre de héros parce qu’il a empêché Aerys II de brûler la moitié de la ville. J’en attendais peut-être trop alors que maintenant faut condenser le truc. L’intervention de Brienne est quand même quand on sait qu’elle n’est pas une oratrice. Elle exprime l’air de rien en quelque mot, tout le cheminement que Jaime a fait depuis son emprisonnement et la perte de sa main.
    J’ai été vraiment très surprise de voir Sansa et Daenerys cédé aussi facilement. Mais genre vraiment (voir ce que je disais plus haut sur mes attentes). Et même la confiance que Sansa a en Brienne ne suffit par justifier le pardon si facilement accordé. On va mettre ça sur l’urgence de la situation hein (facilité scénaristique).
    Je n’avais absolument pas remarqué le fuck du protocole XD. J’ai trouvé Daenerys plus supportable que dans l’épisode précédent, en me disant que pour une fois, elle avait le comportement qu’il fallait. Mais faut croire que même là encore, elle doit se prendre dans la face la défiance du Nord.
    Quant à Jon, haha. On pouvait entendre à 10km « j’ai pas envie d’être ici, j’ai pas envie d’être roi, j’ai pas envie qu’on perde du tout sur ces conneries ». Absolument pas concerné. Si jamais Jon devait monter sur le trône de fer, qu’il s’entoure d’une armée de conseiller hyper efficace.
    Pour le point chiffon, je crois que je n’aime pas quand Daenerys porte ces tenues claires à fourrures. Je trouve que ces tenues cendre-rouges de la saison 7 étaient ô combien plus belles et plus Targaryen. Simple de question de goût, cela va de soi. Pour l’analyse, je ne suis pas aussi connaisseuse pour pinailler donc je vais vous croire sur parole !

    La forge.
    Jesus Christ comme disent les Anglo-saxons. Celle-là je m’y attendais pas. Je ship Gendry et Arya depuis la saison 3 parce que je trouve ça mignon, sauf que c’était pas un truc que je voulais absolument voir parce que y’a plus intéressant. Donc j’avais pas forcément envie de voir Arya sauter sur Gendry pour sa dernière nuit sur terre. En plus, c’est vrai ça fait bizarre de la voir découvrir le seks alors qu’on la connu toute gamine (si ça pouvait vous rassurer, ce n’est pas Maisie Williams qui se déshabille mais une doublure).
    J’ai eu envie de crier à Gendry « Fuis pauvre fou ! » à chacune des répliques d’Arya. Sérieusement, il sait pas dans quoi il s’engage. C’est opportuniste de révéler à la fille d’un grand seigneur, soeur de la Lady of Winterell, cousine/soeur d’un prétendant au trône de fer qui veut pas le réclamer. Très pratique, si on veut ressuciter la maison Baratheon grâce au pouvoir magique du scénario.

    Le Bois Sacré.
    Ouh la phrase qui fait peur. Mais genre vachement peur. « Qui vous dit qu’il y aura un après ? ». Non Jaime Lannister, je t’interdis de mourir à Winterfell ! Tu n’en as pas le droit, pas tant que tu n’as pas ta déclaration à Brienne ! ». Ouais parce que sur le coup, je l’ai vachement comprise comme adressé à Jaime. Et vu que Jaime semble arriver au bout de son cheminement, ça tombe carrément bien. Sauf qu’après réflexion, c’est tellement gros que ça pourrait être une sorte de bluff. « Je te dis ça à toi mais c’est pas forcément à toi que ça s’adresse ». Et vu le plan foireux qui consiste à faire de Bran l’appât et qui ressemble vachement à un plan foireux qui va foirer, bah je miserais pas beaucoup sur Bran aussi.

    La cour de Winterfell.
    Tyrion est passé à deux doigts de la correctionnelle et comme vous, je note un amenuisement du personnage. Moins malin, moins clairvoyant, plus limité. Mettons ça sur le compte de ses péripéties qui l’ont quand même bien démolie.

    Sur le devant de Winterfell.
    « Prenez une chambre ! » Comme dirait une amie. C’est vrai qui ça résoudrait pas mal de truc XD. Les dialogues entre Jaime et Brienne sont toujours plaisant à écouter. On sent tout le respect et l’affection qu’ils ont l’un pour l’autre, sans jamais réussir à l’exprimer correctement.
    Je pense que l’on peut « classer » Jaime comme faisant partie de ces hommes qui ont besoin d’une femme à leur côté. Cela a été Cersei pendant très longtemps et là, c’est Brienne. Il se fiche bien de la domination virile ou autre truc du genre, du moment qu’il peut être à ses côtés.
    (En dehors de ça, cette scène m’a fait me rendre compte que Podrick avait vachement grandi OO).

    Dans la chambrine du Dragon.
    Je vote pour l’option 2 aussi.
    Je trouve le personnage de Jorah beau et triste à la fois. Alors oui, on se moque de lui parce qu’il est méchamment friendzoné et que c’est drôle quelque part mais c’est surtout beau et triste. Il n’a aucun intérêt personnel à défendre Tyrion et à pousser sa reine à faire ami-ami avec Sansa mais il le fait parce qu’il croit en elle. Depuis toujours, il lui est dévoué corps et âme, à un point que si elle lui demandait de se trancher la gorge là tout de suite, il le ferait j’en suis sûre. Il veut la voir régner et devenir la meilleure reine que Westeros ait connu parce qu’il pense qu’elle le sera et il la conseille dans ce sens. Pour revenir à ce que vous disiez sur Daenerys isolée, Jorah est peut-être le seul à se battre réellement pour elle et pas pour quelqu’un d’autre.
    D’ailleurs, j’anticipe un peu mais pourquoi Daenerys est-elle si isolée ? Mettons de côté le barbecue humain, l’invasion copyright Aegon de Westeros et le champ de feu 2.0. Elle a quand même un parcours qui peut séduire : des dragons, une ascension fulgurante, la fin d’un système esclavagiste et une foule de gens qui la suivent parce qu’elle les a libéré, ainsi qu’un programme « break the wheel » qui à défaut de recueillir l’adhésion des puissants peut au moins plaire aux petits. Est-ce à cause de son côté étrangère (sans doute un peu) ? Ou bien est-ce parce que à vouloir assumer pleinement et théâtralement sa royauté, elle s’est tellement enfermé dans ce rôle qu’elle en est coupé du reste du monde ?

    La bibliothèque.
    Je disais plus haut que Daenarys m’avait semblé plus maligne que dans l’épisode précédent. J’ai toujours envie de lui arracher son petit sourire cajoleur mais ça je crois que c’est physique, on n’y peut rien. La discussion avec Sansa, pour moi chacune met de l’eau dans son vin. Sansa reconnait que l’aide de Daenerys est ô combien appréciable et Daenerys met les points sur le I sur sa présence au Nord. Par delà les lignes, on peut voir une forme de ressemblance entre les deux. Ce sont des femmes de pouvoir qui se sont construite dans la douleur et la violence (surtout Sansa). Bon ok, le coup féminisme patriarcat de Daenerys, c’était nul. En dehors du couronnement de Jon, Sansa n’a jamais été dans la position de l’objet qui l’on relègue à l’arrière en raison de son sexe (j’exclue bien sûr son passage à Port-Réal).
    Et vient la Pomme de discorde. Sansa ne veut pas que le Nord qui s’est brexit à deux reprises redevienne une couronne et Daenerys n’imagine pas autrement son royaume qu’avec le Nord. J’avoue que je me demande encore comment Daenerys a pu pensé qu’un simple sourire suffirait à amadouer Sansa.

    Le retour de Theon. Comme vous je l’ai trouvé émouvant à en pleurer. Parce que tout est dit en quelque geste. Et j’extrapole sans doute un peu mais il serait pas en train de se passer un truc entre Sansa et Theon ? Ca rapproche de s’échapper d’un psychopathe, c’est fou !

    La cantoche.
    Vous venez de ruiner encore le Night King XD. Sérieusement, mon amie me demande encore pourquoi Dagobert et ça ruine tout le sérieux de nos conversations dès lors que je l’appelle comme ça XD.
    Plus sérieusement, je suis bizarrement pas inquiète pour Davos. C’est le seul « vieux » des personnages si je puis dire. Et s’il a survécu jusque-là c’est pas pour mourir à cause d’un zombie en forme de fillette sosie de Shôren (je ne conçois pas me planter totalement).
    Les retrouvailles entre Jon, Sam, Tormund et Edd, efficace. Ouais, y’a trois saisons tout ce beau monde se tapait sur la gueule. Que du chemin parcourut !

    La salle de conf.
    J’avoue que j’ai à moitié compris le plan. A part le plan foireux de Bran de servir d’appât. Dans les faits, même si Dagobert est un interrupteur géant, la tâche parait sacrément difficile. Quand on voit le plan de table (nan pas de mariage) avec les petits carrés représentant les maisons et genre 50x fois plus de carrés pour les zombautre, ça donne quand même le tournis. A la limite, si Dagobert n’est pas con, il a juste à attendre que son armée tue tous les vivants et à aller cueillir Bran quand y’a plus personne.


    Oh God, Dagobert sera con au point de ne pas attendre ?
    BTW, on connait son objectif. Tuer tout le monde. Merci. Mais surtout tuer la Corneille, la mémoire des vivants. J’aime bien. Simpliste peut-être mais ça rejoint un peu ce que je pense : la mémoire maintient en vie et l’oubli c’est la mort.
    C’est quelque part beau aussi que Theon se dévoue à protéger Bran. Quelques saisons plus tôt, il attaquait Winterell avec Bran comme lord. Aujourd’hui il va se battre pour les défendre tous les deux (et je miserais pas beaucoup sur sa survie à lui aussi).

    Cour de WInterfell : séquence émotion.
    Bye bye Vers Gris.
    Lui c’est clairement celui qui a le panneau « je vais mourir » le plus visible. Il sait pas qu’on fait jamais de plan pour l’avenir avant une bataille ? Ca porte malheur.
    Missandei va survivre par contre. Parce que si Vers Gris meurt, faut bien qu’il y ait quelqu’un pour aller à Naath se rappeler de cette discussion porte-malheur et pleurer. Sinon, c’est pas drôle.
    Sur les remparts.
    Coucou Ghost ! En mode statue. Boarf, tellement de déception dans cette sous-exploitation des loups.
    Les trois amis de la Garde de Nuit se rappelle du temps où ils étaient the watchers on the wall. Et ils le sont toujours en quelque sorte vu que Winterfell est le dernier rempart humain.
    Drôle et efficace, comme on aime.

    Ailleurs sur les remparts.
    Clegane ne meurt pas, tes répliques me manqueraient trop.
    J’aime beaucoup comme il rappelle à Arya qu’il s’est battu pour elle. Là aussi rappelle de ce qu’il était il y a quelques saisons. Béric vient en rajouter une couche et reste aussi drôle avec Clegane. Mais je suis sûre qu’il passera pas la nuit.

    La buvette.
    Souvenir d’un ancien temps. Tywin en effet ferait une drôle de tête en voyant ses fils se battre pour les Stark (‘fin pas qu’eux) à Winterfell.
    Le reste, j’aime, j’aime. Tormund réussit l’exploit d’être gênant, lourd et drôle à la fois. Le pseudo concours de kiki avec Jaime l’est tout autant.
    L’adoubement de Brienne.
    Ah. Awesome. Je sais même pas quoi dire tellement j’ai aimé. Brienne enfin reconnue à sa juste valeur, par des hommes qui la respectent pour ce qu’elle est et qui connaissent. Adoubée par l »homme qu’elle a sauvé et qui représente tellement pour elle. Le premier depuis Renly sans doute à savoir ce qu’elle est à l’aimer pour ça. Sa réaction est tellement compréhensible. Comment ne pas douter quand on a été brimé toute sa vie, même quand c’est proposé par l’homme dont vous êtes le plus proche. Le doute, puis l’incrédulité et enfin, la joie. Je trouve le sourire de Gwendoline Christie magnifique à ce moment-là. On a juste envie de sauter dans l’écran pour l’applaudir tellement on est heureux.
    Et ça, ça vaut tous les mariages, les chambres ou les déclarations du monde. Par contre, je retire ce que j’ai dit : Jaime Lannister, tu n’as pas le droit de mourir avant d’avoir tuer ta soeur ! Et Brienne aussi.

    Quant à la chanson de Jenny. My God, cette chanson ! Tellement triste et belle à la fois, qu’elle me donne envie de me rouler en boule dans mon lit et de pleurer toutes les larmes de mon corps. Bravo à Ramin Djawadi, c’est magnifique. La lyric-video sortie est aussi une perle dans son genre.

    La fosse aux ours.
    Complètement useless mais j’étais contente d’avoir cette petite scène entre Lyanna et Jorah.
    Sam fait don de Corvenin à Jorah. Peut-être un moyen détourné d’absoudre Daenerys, moi je vois surtout un énième homme au Lord Commandant Mormont qui a sans doute la figure la plus paternelle pour Sam.

    Les caves.
    Un truc.
    C’est raisonnable de cacher tout le monde dans les cryptes ? Parce que bon si les morts gagnent y’a rien pour s’échapper. Bon d’un autre côté, je suis pas sûre que s’échapper serve à grand chose.
    Donc voilà, la grand révélation.
    Je me suis longtemps demandé comment Jon allait l’annoncer à Daenerys. Attendre le passage de Dagobert ou bien dire tout avant. Bon finalement, grâce à Daenerys, il a dû faire le joie rapidement.
    La réaction de Daenerys est tout à fait logique. Un héritier à Rhaegar qui sort par magie. Confirmé par le frère adoptif et le meilleur ami dont elle a justement brûlé vif le père et le frère, du dit héritier. Je pense que n’importe qui de sain d’esprit aurait la même réaction.
    Et elle ne perd pas le nord (sans mauvais jeu de mot). Elle capte de suite que Jon peut être une menace. Evidemment, nous on sait que Jon ne réclamera jamais le trône à moins d’y être contraint et forcé et archi contraint. Daenerys le sait peut-être aussi. Reste que là, elle retourne à son instinct primitif. On menace ce qu’il lui appartient de droit, elle se méfie.
    J’ai été étonné que l’un et l’autre n’évoque pas l’inceste. Comme si ça ne comptait pas. Je m’étais dit que peut-être c’était tellement impensable qu’ils préféraient ne pas y penser. Je préfère votre interprétation.
    De toute façon, Dagobert arrive donc on n’a pas le temps pour le bla bla politique.

    Et donc la semaine prochaine… ben y’aura ce qui aura. Honnêtement, je sais pas si je prête à voir un tel épisode compte tenu de ce qu’il va apporter : une roue brisée. (oui je reste sur mon idée, Dabobert le vrai briseur de la roue). Donc advienne que pourra, hein ! On créera une cellule de soutien psychologique après.

    1. Sur l’isolement de Daenerys, c’est lié à son parcours. Les gens qui l’accompagnent sont des conseillers. A part Jorah, qui a vraiment le statut d’ami auprès d’elle, tous les autres sont basiquement des employés. Elle est leur patronne, leur reine et s’ils l’admirent, la respectent, ils n’ont pas forcément de liens d’affection profonde avec elle, comme Sansa peut en avoir avec ses frères et soeur. De plus, elle a une incarnation très régalienne du pouvoir, contrairement à Sansa qui est dame de Winterfell. Le statut de Daenerys crée de la distance et sa manière de régner aussi.
      Si les gens plus communs ne semblent pas l’apprécier, c’est normal. Dans le Nord, elle représente une autorité supérieure dont ils ne veulent plus parce qu’ils y ont laissé déjà deux seigneurs, un roi et un lot conséquent de leur famille. Le Trône de Fer a apporté la guerre civile dans le Nord et pour eux, Lannister, Baratheon ou Targaryen, ça ne fait aucune différence.
      Quant à Daenerys spécifiquement, contrairement aux esclaves auxquels elle apportait un vrai et profond changement ainsi que de l’espoir, elle n’apporte aux yeux des Westriens que de la continuité. Son idée de briser la roue, personne (moi la première) ne comprend ce que c’est. De plus, elle pâtit de la désastreuse réputation des derniers Targaryens, entre Aerys le roi fou et Rhaegar le prince violeur.
      Personne ne la connait sur Westeros. Elle a beau en être originaire, elle n’y est que depuis quelques mois, qui plus est accompagnée d’une puissance militaire d’Essos.
      Je pense qu’elle commence à réaliser qu’elle est perçue comme un corps étranger sur ce continent et qu’elle a un sacré boulot à faire pour commencer à mériter sa couronne. Elle a je pense toujours cru aux délires de Viserys concernant les petites gens qui buvaient des toasts à leur santé en secret et attendaient leur retour. Parce que c’était pour elle la promesse de ce retour chaleureux dans un foyer aimant, ce qui lui a toujours et plus que tout manqué. Depuis qu’elle est arrivée, elle ne fait que déchanter et ses espoirs de trouver une famille à Winterfell auprès de Jon se sont fracassés. C’était sans doute un peu naïf de sa part d’avoir espéré mais on a tous en nous un côté enfantin qui soupire après ses rêves de gosses. Et le rêve de Daenerys, ça a toujours été un foyer.

      D’ailleurs, comme tu le dis, sa manière d’aborder Sansa… Là on sent que Dany n’a pas l’habitude de gérer des drama personnels et familiaux. Enfin, qu’elle croyait parce qu’en réalité, le problème était profondément politique et idéologique. Le Nord ne veut plus de la tutelle de Port Réal et pi c’est tout.

      1. Ca rend le truc beaucoup plus triste et met en perspective, que, même si elle accédait au trône, ça ne serait pas une victoire car au final, à quoi bon s’acharner à rester dans un endroit où personne ne vous veut ? Daario avait pas tort en lui demandant si elle était sûre que le trône de fer la rendrait heureuse. La réponse est clairement non. Elle aura atteint son but mais sera isolé de tous.

        Vu que tout le monde en fait une, je dresse ma valar morghuliste :
        Ceux qui n’ont aucune chance de survie :
        – Vers Gris (fallait pas faire des plans)
        – Béric
        – Edd.
        Ceux qui ont 90% de chance de mourir :
        – Theon
        – Bran
        – Ghost
        Ceux dont je suis dans le déni total :
        – Jaime.
        Ceux qui ont une grosse menace donc il faut qu’ils fassent gaffe.
        – Jorah
        – Podrick
        – Tormund
        Ceux qui ont une bonne chance de survie.
        – Brienne
        – Davos
        – Sandor
        Ceux qui vont survivre dans tous les cas.
        – Arya,
        – Sansa
        – Sam
        – Vère
        – Tyrion
        – Varys

        Les joker : Jon et Daenerys et les dragonns.
        Je suis ptet un peu trop optimiste…

      2. Pour en remettre une couche sur le fait que Daenerys est isolée et étrangère au continent de Westeros, je rajouterais ses vêtements. Alors oui, Daenerys est reine, porte des vêtements de reine et de dragon pour faire une entrée de reine, parce qu’il faut qu’on la remarque, les fringues royales sont faites pour ça. Mais du coup, elle jure au milieu de tous ces Nordien.ne.s tous en gris ou noir.
        Quant à l’armure de Sansa, je trouve que ces bandes entrecroisées, ça fait un peu côtes de squelette. J’espère qu’il ne faut pas y voir là un signe.

  6. Merci pour la célérité de ce billet !

    Une petite chose à propos de chiffons : j’avais vu le col rouge de Daenerys non pas comme une écharpe mais comme le haut caractéristique (et caractéristiquement hideux) des chemisiers du Nord (ceux que portent les filles Stark en S1, le truc surmoche à goitre là), avec modification d’étoffe (quelque chose comme de la soie moirée) et de couleur (non plus beigeasse mais bordeaux), ce qui me semblait précisément être un signe de bonne volonté envers le Nord tout en affichant, littéralement, sa couleur et sa puissance de reine targaryenne.
    Mais si ça se trouve je me trompe et c’est une écharpe hein.

    Autre chose : le passage sur les remparts avec nos punks à iench (cas de le dire) préférés : Sandor et Arya, suivi de l’autre clodo qui vient leur taxer la 8.6. J’ai tout de suite pensé à la « contre-soirée des gens trop edgy pour le mainstream » comme Daria et Jane un peu, bref, le truc qu’on a à toutes les fêtes et typiquement les mariages. Donc la remarque du burner m’a fait rire.

  7. Salut salut ! Tout le monde bugg sur le boule d’Arya mais ça ne choque personne que Tormund, Ed et leurs potes ont contourné l’armée des morts, finger in the nose ? (un peu comme Gilly en rentrant de la Mole vers Castelblack sous le nez des sauvageons, mais puissance 3000)
    Ya quand même 100 000 tagazous walking dead en randonnée dans les champs, commandés par des cavaliers de l’Apocalypse et leur Grand Schtroumpf qui supervise à dos de dragon, et genre les mecs ils les dépassent en faisant coucou on vous attend là-bas !! Ou alors ils ont pris le tunnel magique dont Mestre Luwin avait parlé à Theon.. Mettons.

    Le nombre de phrases qui laissent supposer qu’ils vont tous y passer est assez impressionnant. J’ai fait comme toi, regarder régulièrement combien de minutes il restait, de peur que ça finisse trop vite 🙂

    Truc à part, l’interprète de Gilly a l’air très enceinte, mais rien n’a été confirmé sur le net.

    J’ai a-do-ré comme Sansa avait mouché Daenerys dans sa tentative de copiner comme une vilaine petite hypocrite. Et oui Méméééé t’es bien mouchéeeeeee !!! Je trouve la blondinette très agaçante (faudrait mettre un bonnet Frey pour le coup, merci Karadoc) depuis un moment déjà, surtout depuis qu’elle a foutu les pieds à Westeros. Elle est trop dans le « c’est moi la reineuuuu faites comme je dis sinon vous êtes tous des cons ». Nul. Moche. Deux. Autant Sansa que je ne supportais pas, a su tirer des leçons et intelligence de ses souffrances, autant Daenerys semble très butée, une enfant gâtée qui grogne après tout le monde au lieu de chercher à les faire adhérer d’une manière plus diplomatique et réfléchie.

    Ah oui pour Sandor qui dit qu’on dirait un fucking wedding, je pense que c’est parce que tout le monde est regroupé ici en fait.

    Et petite mention pour notre Brienne qui nous a enfin gratifié de son premier vrai sourire. Ca faisait trop plaisir de la voir heureuse <3 …misère ils vont tous nous les enlever… je suis pour la cellule de soutien psycho.

    1. Daenerys a commis une grosse erreur dans son approche de Westeros. Elle a cru qu’elle y trouverait le foyer après lequel elle a courru toute sa vie. Elle le dit à Tyrion en S7 « je croyais que ce serait un retour à la maison, mais ça n’y ressemble pas ». Elle a choisi de croire en les fables de Viserys sur les gens qui espéraient leur retour en secret parce que c’est tout ce à quoi elle pouvait espérer se raccrocher. Mais elle est restée isolée par la force des choses sur Pyerdragon, ce qui symboliquement montrait bien son aspect à part, pas intégrée aux Sept Couronnes.
      Pourtant, elle essaye, mais on lui renvoie constamment au visage que l’on ne sait pas qui elle est, qu’on n’a pas besoin d’elle.
      Dany n’a pas d’amis à part Jorah, pas de famille, pas de maison. Et à la fin de cet épisode, elle n’a même plus de couronne légitime. C’est une dégringolade pour elle.

      Merci pour l’explication de texte de Sandor, c’est en effet très certainement ça !

  8. PS : je pense à un truc très con et de très mauvais goût (même pour moi), la crypte où tout les non-combattants doivent se réfugier, c’est le caveau des Starks avec tous leurs morts chéris ?
    (non parce que s’il y a une scène avec tout l’arbre généalogique Stark zombifié, sous les yeux des vivants horrifiés, j’arrête la série !)

    1. Ouioui, et c’est précisément ce qui est hyper foireux dans leur plan : se réfugier dans un endroit plein de morts quand on est attaqué par un mec qui les relève… #genious.
      Bon, après, ils ne sont plus frais frais, les Stark. A part Rickon… Cat n’est pas là, Ned, dans la série, il n’a jamais été avéré que ses restes sont un jour arrivés à Winterfell (dans les livres, je n’en suis pas sûre non plus, d’ailleurs), Brandon et Lyanna sont les morts les plus récents après le punk à chien. Mais ils ne sont plus de première fraicheur non plus…
      Mais si d’aventure le froid qui règne dans les cryptes a bien conservé les corps, ça pourrait être mortellement drôle de voir le bon peuple du Nord se faire dévorer la goule par les restes zombifiés de leurs suzerains.

  9. Hello people,

    merde alors, je n’ai pas vu Ghost, je me suis habitué à sa disparition. j’ai du cliner des yeux à ce moment là, il est toujours blanc vous êtes sur? ou il était camouflé sur la neige?

    Sinon bon épisode, plein d’émotions, on sent monter la tension avant la bataille et que chacun se prépare à la mort en trouvant une dernière activité sur terre, se saouler, perdre son pucelage … A partir du moment ou Arya a commencé à dégommer tout ce qui bouge, je ne l’ai plus vu comme une enfant perso…. une psychopathe

    Sinon le plan de bataille de Bran et les vikings est un peu WTF pour moi, serioulsy? la motivation de Dagobert on dirait celle d’un méchant de DBZ (dragon ball z) dernière génération … je veux bien croire qu’il veut tout effacer pour régner sur un monde de silence?…. mais … il ne supporte pas le bruit en fait, c’est un hyper sensible. De là à se précipiter sur Bran dans une embuscade , cela n’a aucun sens. Le seule raison crédible serait que Bran pourrait le détruire en allant chercher un détail du passé qu’il n’a pas encore vu. ça me parait plus crédible que de se précipiter dans un piège pour l’effacer en premier. Je ne suis pas encore convaincu que Bran ait tout dit sur ce sujet mais j’espère que ce n’est pas la raison qu’il a donné là…

    je trouve aussi un peu amère, le côté gros bouton rouge qui désactive tout , mais c’est déjà le cas dans le SDA, l’unique est ce bouton. C’est assez subtil au final, plus que de tuer le vilain méchant tout bleu avec des pointes, vous êtes sur que ce n’est pas un vilain de dragon ball?

    ça me laisse aussi perplexe de faire monter la tension sur le nord et winter is coming pour tout régler en 1h20 ..6,5 saisons pour ça …j’ai un peu peur d’avoir l’impression du toussapoursa

    1. Dans le SDA de Peter Jackson, oui. Dans le livre de Tolkien, la destruction de l’Unique ne fait qu’abattre Sauron et les Nazguls qui sont liés à son pouvoir. Il y aura des guerres pendant des années encore entre le Gondor et le Mordor pour pacifier la région infestée par divers bandes d’orcs. La bataille de Morannon est gagnée parce que quand l’Unique est détruit, l’armée de Sauron se désorganise faute de chef et sous le coup de la panique après l’effondrement de la Porte Noire. Ce qui permet aux armées alliées autour du Gondor de l’emporter. Les combats durent encore quelques heures après la mort de Sauron puisque ses alliés orientaux refusent pour partie de se rendre et combattent jusqu’au bout.

      Je suis un peu comme toi concernant cette idée que la série va résoudre son intrigue principale en une heure vingt la semaine prochaine. Il y a intérêt à ce que cela soit grandiose, vraiment, et lourd de sens. Ensuite, il restera tout de même quasi 4 heures et demi pour conclure et régler l’intrigue secondaire kikinirasurletrone. Ce qui promet encore de la baston et de la politique. En espérant que les personnages aient été capable de tirer des leçons de ce qu’il vient de leur arriver…

  10. Je me retrouve pour beaucoup dans vos commentaires, la Dame! C’est mon premier commentaire ici depuis que j’ai découvert vos chroniques avec un véritable ravissement. Et vous avez tellement œuvré à me faire aimer Sansa. C’est donc avec une pointe de déférence que je viens poser un petit pavé.

    L’épisode m’a beaucoup touché, merci Brienne et Podrick, et pas mal fait jubiler aussi, merci Sansa.

    Comme vous j’ai trouvé Daenerys particulièrement esseulée cette semaine. Je n’aime pas beaucoup le personnage mais ça m’a fait un petit pincement au cœur.

    Surtout après sa joute verbale contre Sansa, quand elle voit celle-ci dans une disposition d’esprit toute différente vis-à-vis de Théon. Très jolie scène de retrouvailles, avec ce sentiment assez intense de reconnaissance (gratitude, acceptation, pardon) qui, pour le coup, ne peut appartenir qu’à eux, si on excepte la Corneille stalkeuse. Et cela faisait un moment que Sansa ne s’était pas accordée un tel lâcher-prise.

    Le fossé qui la sépare de Daenerys n’en est que plus flagrant. Dany est venue par conviction et par amour avec ses poneys, ses dragons et ses Immaculés mais personne, absolument personne, ne s’effusionne pour elle comme Sansa et Théon. Si elle avait encore un doute sur la question, je pense que cette scène lui démontre magistralement à quel point elle est seule. D’un point de vue humain, en dehors de toute considération politique.

    Avec un coup de grâce asséné par Jean Neige. Si c’était déjà vaguement douloureux de le voir faire trois pas de côté tout le long de l’épisode, elle n’aura même pas eu droit à son moment de réconfort avant la bataille – et c’est pratiquement la seule dans ce cas-là. Je ne pense pas que Jon ait eu vraiment le choix, la discussion ne pouvait mener qu’à la révélation de son ascendance.

    Mais pour Dany, il n’y a vraiment plus rien qui tient debout. Comme elle le souligne, n’importe qui se poserait légitimement des questions sur l’objectivité d’un meilleur ami et d’un frère. Mais la parole de ceux-ci a suffisamment de poids pour l’exclure, elle. On lui retire sa légitimité, on lui retire son Jon, et elle n’a plus aucune épaule sur laquelle s’épancher d’égal à égal. Pas même Jorah, trop de « Your Grace » dans l’équation pour se permettre une telle familiarité.

    A telle enseigne que je me suis demandée si, quitte à n’avoir plus rien à perdre en se demandant ce qu’elle fout là, elle n’allait pas faire pif pouf à Jon discrétos entre deux Marcheurs Blancs, un accident est si vite arrivé, hein. Je ne pense pas que Daenerys en arrive là mais tout de même, ça m’a traversé l’esprit.

    Quant à Tyrion, je me pose tout un tas de questions pour la suite. Bran, tout le monde a l’air de trouver normal qu’il lance des punchlines malaisantes en se présentant comme rien de moins que la cible du Night King. Et c’est rassurant de voir ENFIN quelqu’un s’arrêter deux secondes sur la question et s’intéresser à son parcours. Il y a sans doute – j’espère – eu d’autres explications avec les membres de la famille, mais c’est la première fois que ça apparaît à l’écran. C’est pour cela que je m’interroge sur les espérances de survie que Tyrion manifeste devant la cheminée. Qu’a-t-il conclu de sa discussion avec Bran ?

    Sinon j’avais complètement zappé la mort idéale selon Jaime. Et du coup, pas merci, je vais vivre un enfer jusqu’à la semaine prochaine ! Quelle est la probabilité pour que Brienne ET Jaime s’en sortent ? Gnuuuuuh. Après cette fabuleuse scène de l’adoubement, parfaite et juste de bout en bout, j’ai tellement envie que ces deux-là vivent happily ever after. Mais ça n’arrivera jamais, j’imagine.

    1. Curieux tous ces lecteurs (lectrices) assidus qui laissent des commentaires pour la première fois pour la dernière saison …

      ça sent le sapin, on a l’impression d’être un peu à un enterrement, chacun vient déposer sa petite couronne de fleur. snif …

      c’est juste une remarque aucunement une critique 🙂

    2. Merci pour ce premier commentaire 🙂 Et contente de vous avoir faire rejoindre la teamSansa !

      Je ne vois pas non plus Daenerys se montrer aussi malfaisante. Ce serait le style de Cersei, ça, et Dany, malgré son caractère sanguin, n’est pas une mauvaise personne. Juste une fille qui s’énerve facilement :p

      Je n’ai pas l’impression que Bran ait divulguer l’avenir à Tyrion. Je crois que Pinpin est très prudent concernant cela. Déjà que ses voyages dans le passé peuvent le modifier, alors révéler aux autres ce que l’avenir leur réserve… C’est dangereux. Je pense juste qu’il a raconté son voyage à Tyrion, et qu’il lui a expliqué ce qu’il est. Désormais par contre, Tyrion en a sans doute une conscience plus claire et le fait de savoir que cet érudit comprendre mieux ce système étrange de mémoire collective du temps pourrait être intéressant pour la suite.

      Jaime, j’en suis persuadée, ne sera pas parmi nous pour l’épisode 4. Quant à Brienne, cela m’attristerait au plus haut point. J’aime tellement ce personnage et je ne suis pas prête à lui dire adieu.

      1. @Run : Ahah, je reconnais volontiers l’odeur de sapin ! Je ne le prends pas du tout comme une critique 😉

        @La Dame : Oui mes idées de croche-patte malencontreux s’accordent mal avec Daenerys. Sanguine mais juste et capable de faire la part des choses la plupart du temps. Mais ça a dû être un tel maelstrom dans sa tête. Vraiment elle m’a fait peine à voir dans cette épisode. Je pense de toute façon que mon désamour pour le personnage a beaucoup (tout?) à voir avec la performance d’Emilia Clarke – même si c’est bien mieux cette saison.

        Concernant l’échange entre Tyrion et Pinpin, je ne pensais pas à des révélations sur l’avenir ni même sur le passé, mais effectivement juste à son voyage en Hodor-traineau. Au-delà de ce que ça pourrait impliquer pour la suite, le récit va peut-être contribuer à sauver des gens là maintenant puisque Pinpin a croisé plusieurs fois des zombies et Dagobert, en vrai et/ou en virtuel. Si la situation dans les cryptes s’avère aussi pourrie qu’on l’imagine pendant la bataille, ça peut avoir une utilité immédiate pour un Tyrion pris au piège. (comment, je ne sais pas, mais on n’est pas à l’abri d’une surprise)

  11. Bien le bonjour madame…

    -Sur la continuité de certains personnages, je suis pas totalement d’accord avec vous. Pour Jorah, il est clair qu’une scène avec Tyrion aurait été bienvenue dans l’épisode précédent, histoire de préparer son intervention. Pour Sansa, si on excepte l’intrigue pourrie de la saison passée qui lui rend pas hommage, elle est intelligente, après il est vrai que l’emphase sur le fait qu’elle soit la plus intelligente du monde est digne de la subtilité de la série, mais rien de choquant. Quant à Dany et son obsession, pour le coup je trouve ça complètement logique, tu reconquiers un trone, c’est pour tout avoir, pas juste une partie. Et vu qu’elle n’a jamais été un modèle de diplomatie et de transigeance elle-même depuis la saison 6, c’est relativement logique.
    – Pour Dany, j’aime assez le boulot de la série sur elle depuis 3 saisons, que ça soit l’ambiguité sur sa tyrannie voir supposée folie destructrice, mais aussi sur sa difficulté à s’imposer dans un monde qui lui est étranger ( et qui le restera). Je pense pas que Dany est spécialement une incarnation plus régalienne qu’un Tywin par exemple, la différence surtout c’est la nature: Dany est une incarnation divine de son autorité, c’est comme ça qu’elle soumet les Dothrakis, comme ça qu’elle est perçue par les esclaves ou les immaculés, elle est vue comme quelque chose de distant. Elle est aimée, révérée, mais une reine-déesse ne peut pas avoir d’ami vu qu’elle est au-dessus d’eux. Alors que Westeros est une société féodale, une société de pairs, une société où la relation d’homme à homme prime sur le reste et dicte les relations publiques. Cela veut pas dire que tout le monde est copain, loin de là, mais la nature du pouvoir et de la société fait qu’un suzerain ou un roi peut etre proche de ses vassaux ( jusqu’à une certaine limite)
    En tout cas elle est mal Dany, les immaculés qui vont se tirer, les Dothrakis qui resteront pas dans un pays qu’ils ne peuvent pas piller, ses alliés sont neutralisés, meme si elle arrive sur le trone, elle sera seule. C’est presque tragique comme réflexion, tout donner pour atteindre cette objectif qui la définit et qui est en elle littéralement depuis 9 ans pour au final etre seul, dans un monde d’étranger. Papa Tarly avait raison et je vois pas comment les choses changeront dans Westeros, surtout si elle continue avec son approche ( son ancetre avait été plus fin, se soumettant à pas mal de coutumes locales pour montrer une continuité dans la nouveauté de son pouvoir).
    – Alfie je t’aime, quel acteur. Sansa je t’aime aussi, si tu finis pas sur le trone, je comprends plus rien. Puis autant Sophie Turner est une actrice moyenne d’ordre général ( sur les films où on la voit), autant elle maitrise totalement son personnage, se permettant d’etre charismatique. Non mais regardez moi comment elle en impose sans rien dire, à l’inverse de Dany qui gueule que c’est la reine. Que disait Tywin déjà?
    – Trop d’émotions dans cette épisode, entre la réunion des traumatisés, la chanson, l’adoubement ( Nikola, tu roxxes trop du poney). Puis l’acteur de Pod il est vraiment bon, le regard qu’il lance à Brienne quand elle dit qu’elle s’en fiche d’etre chevalier
    – Comme tout le monde je me suis senti mal à l’aise pour Arya. Je comprends le délire, on va crever, autant bien baiser avant.
    -Le nombre de flags levés dans l’épisode lol
    – Je trouve l’objectif du Roi de la nuit bien méta, détruire l’histoire, la retranscription de ce qui se passe, c’est pour le coup bien trouvé ( surtout avec ce que dit sam derrière). Bon le plan est foireux et il va échouer, après dans l’absolu ils ont pas tellement d’autres choix pour se battre contre des morts-vivants en infériorité numérique.
    – je sens venir gros comme une maison la défaite dans le prochain épisode et la compagnie dorée qui va trahir pour la première fois sa promesse pour combattre les marcheurs. Si en plus ils sortent des éléphants pour écrabouiller des morts-vivants haaaaaaaaaaaaaan.
    – Nyméria et sa meute, je veux y croire, ça serait stylé.
    – Les scénaristes vont arreter avec leur Gouverneur du Nord? Les Starks sont suzerains du nord, le Gouvernement c’est juste un titre militaire, ça désigne pas la relation de suzerain à vassaux qu’il y a entre les starks et les autres.
    – En VF ( honte à moi) Sandor parle de « réunion familiale ».

    Plus que 4 billets, sniff……

    1. Je suis d’accord avec toi sauf sur la compagnie dorée. A 4 épisodes de la fin de la série, il n’y a plus le temps pour un revirement de la compagnie dorée. Surtout que les origines Feunoyr ont totalement été passées à la trappe avec les personnages de Jon Connington et Gryff Junior !

    2. -l’obsession de Dany est logique, ce n’est pas la question. Elle n’a pas tant sacrifié pour 6 couronnes, le royaume de ses ancêtres, l’oeuvre d’Aegon, ce sont les 7. Ce que je reproche à la série, ce n’est pas le fait qu’elle s’accroche à l’unité du royaume, c’est que la série n’a justement plus de temps à consacrer à d’éventuelles tractations entre elle et le Nord au sujet de cette indépendance. Elle ne peut exprimer son envie de conserver cette province de manière frontale. Les auteurs n’ont pas le temps de la faire négocier, argumenter face à Sansa. Dans l’intérêt de l’intrigue, il faut du conflit et le caractère emporté de Daenerys la dessert à l’écriture parce qu’ils n’ont que cela à mettre en avant quand il faudrait sans doute traiter une sous-intrigue politique pour laquelle on a plus d’espace. Du coup, elle ressemble à un tractopelle argumentant à coup de wreck ball. C’est pas la subtilitay…. Or, elle avait montré à Meereen qu’elle était capable de trouver des compromis et d’apaiser des tensions fortes. Des qualités qui ne sont plus explorées par les auteurs, malheureusement.

      -entièrement d’accord concernant Dany et le décalage entre son incarnation du pouvoir la société westrienne. Les premiers Targaryens ont eu aussi dû lutter pour imposer leur étrangeté, mais ils avaient alors des atouts dont Dany ne dispose pas. Elle est isolée, personnellement, politiquement, et bientôt, militairement. C’est très triste pour elle, qui a sincèrement fait tout, toute sa vie, pour retrouver son foyer, qu’elle a fini par assimiler à Westeros et au trône.

      -l’opposition Sansa/Daenerys c’est vraiment la glace et le feu.

      -ce regard de Pod. Ce regard qui dit à Brienne  » ce n’est pas une mauvaise blague, tu le mérites, plus que quiconque dans cette pièce ne l’a jamais mérité, alors vas-y, fais nous confiance, c’est ton moment. » C’était tellement beau…

      -moi aussi j’aime bien le plan du Roi de la Nuit. Il est très simple en apparence, presque décevant de prime abord, mais oui, il est terrifiant de simplicité : tout oblitérer, tout annihiler. Et il ne restera que le silence et la mort. Le néant.

      -la Compagnie Dorée qui retourne sa veste après que Cersei les ai envoyé prendre le Nord à revers ? J’aimerais tellement !

      -Nyméria et sa meute, j’y avais pas pensé. Je veux pas. Je veux que le dernier dire wolf des enfants Stark vivent une longue et belle vie en liberté auprès des siens. Pas qu’elle meurt comme un gland sur le champ de bataille comme Fantôme ne manquera pas de le faire.

      -Gouverneur du Nord, c’est le titre que Daenerys peut donner à Jon vu qu’il le gouverne en son nom à elle. C’est juste que l’on a pas eu trop l’habitude dans la série d’avoir ce terme employé parce qu’avant qu’elle n’arrive, il allait de soit pour tout le monde que les Stark étaient gouverneurs du Nord, au point que le nom de famille en était devenu synonyme (comme les noms des autres grandes maisons dans leurs provinces respectives). C’est pour cela que Roose l’utilisait beaucoup, ce terme, d’ailleurs. Parce qu’il fallait asseoir sa légitimité de siéger à Winterfell sans porter le nom de Stark.

      -c’est pour ça que jamay je regarde en VF. J’évite même de lire les sous-titres. Pas plus tard que dans le dernier épisode, quand Tyrion parle des dragons à Jaime, y’avait également assez grosse liberté de traduction dans les sous-titres que j’ai lue et qui m’a fait tiquer. Pas quelque chose qui change le sens profond, mais suffisamment éloigné pour ce ça ne retranscrive pas ce qu’il voulait dire.

      Et oui, plus que 4… Mais bon, hein, on va se retrouver une autre série après, faut pas s’inquiéter (may rien ne sera plus jamay paraaaayyyyyl 🙁 )

      1. Dis-moi La Dame, t’ais-je déjà parlé de la série The Tunnel mettant en scène Stephen Dillane ?

        Bon ok, je sais où est la sortie (ceci-dit la série est très bien, je te la conseille, et elle est courte) !

  12. J’ai vraiment aimé l’épisode à plein plein de niveaux, et c’était agréable d’avoir toute cette ambiance « the last drink before hell » (littéralement), et un beau moment pour dire vraiment au revoir à tout le monde. (Même si je fais un déni MASSIF)

    Je me demande aussi si on ne va pas avoir un bro moove de la part de Bronn, qui aux dernières nouvelles était en route vers le Nord pour déboîter les frères Lannister s’ils survivaient. Du coup va-t-il arriver pendant la bataille ? Si non, quelle scène va-t-on avoir ensuite ? Funéraille d’un des Lannister, conversation avec les survivants ? ça m’intrigue pas mal, parce que cette surprise d’envoyer Bronn en éclaireur va forcément servir à quelque chose.

    Je continue de penser que Jaime va survivre à cette bataille parce que son arc n’est pas complètement conclu (à mon sens) sans la fin de celui de Cersei. C’est un peu attendu, mais je pense quand même qu’il est bien le Valonqar censé achever Cersei. Comme la prophétie ne parle pas seulement de sa mort, mais du fait que ce sera par étranglement (ce qui dénote quand même plus de proximité qu’un simple coup de lame en travers de la couenne, ou un égorgement, Arya style), et que Cersei ne sait pas se battre, l’étrangler est quand même un geste passionnel. Du moins si on suit la prophétie jusqu’au bout. Je ne vois pas qui d’autres que Jaime avoir ce geste envers elle.

    Ce qui d’ailleurs me fait me questionner si Cersei est censé être le boss de fin de niveau après la bataille contre le roi de la nuit ?

    Elle est la seule qui détient encore une armée entière. On nous as montré et dénombré son armée, qui se compose des mille navires d’Euron, la compagnie dorée, et ses 20 000 soldats royaux. Cette armée va FORCÉMENT servir. Mais contre qui ?

    Ça me pose pleins de questions et ça me laisse pas trop satisfaite si ça se dirige vers ça. Comme il reste encore quand même trois épisodes, ça veut dire que soit :
    – Le roi de la nuit est tué, l’armée des morts est défaite, les trois épisodes restant serviront à lécher les plaies et régler la question du trône de fer. Je serai vraiment très déçue si c’est le cas, car je trouve que la tension s’effondre, tant le Roi de la nuit est un ennemi beaucoup plus fort (symboliquement et physiquement) et emblématique que Cersei… même si la question du trône est important, elle est censée devenir justement secondaire face à cette menace de fin des temps. On revient à des considérations pragmatiques après une telle bataille, ça me laisserai un goût très bizarre.
    – La bataille est gagnée, mais le roi de la nuit n’est pas mort. Il faudra bien qu’en trois épisodes on le butte. Cersei va-t-ell enfin aider ?
    – La bataille est perdue et tout le monde fuit la queue entre les jambes vers le sud. Ça me surprendrait, mais après tout… et là bim boum il ne reste que l’armée de Cersei pour butter tout ce petit monde.
    – SURPRISE MOTHERFUCKER, l’armée du sud débarque pendant/après la bataille à Winterfell. Ça me surprendrait pas non plus, mais à priori comme Cersei a envoyé Bronn, elle ne compte pas aller dans le Nord.

    Je pense que les hypothèses les plus probables sont soit un combat final à Port Réal (ce qui me laisserait bien deg), soit une retraite vers le sud. Parce qu’à mon sens Cersei ne va pas bouger (cf l’histoire avec Bronn), donc les personnages seront obligé d’aller au devant d’elle, et ça sera forcément soit pour le trône, soit pour défoncer Dagobert.

    Ou on aura une surprise, mais putain j’espère une vraie grande bataille épique contre la fin du monde, et pas contre Cersei. Quelle retombée ça serait après la conclusion de THE putain d’arc que tout le monde attends, la confrontation avec le Roi de la nuit ! Je serai vraiment hyper deg qu’on termine la série sur du concours de kiki entre Daenerys et Cersei. (Et Jon dans le lointain)

    Même si tout ce qui m’intéresse à ce stade c’est voir Jaime et Brienne NOW KISS. (Même si je me suis faites la même remarque pour le « In the arms of the woman I love », ET JE TRANSPIRE)

    Pour le reste, mon petit bingo personnel de la bataille ->
    Dead : Ver Gris, Jorah, Davos, Ghost, Tormund, Beric, Theon
    Maybe dead : Brienne (NOOO), Pod (PLZ NOOO), Gendry (nONONONO), Rhaegal, Sandor, Edd
    Safe : Tyrion, Bran, Drogon, Daenerys, Jon, Sansa, Arya, Jaime, Sam

    JE COMPTE LES JOURS BORDEL AVEC BEAUCOUP DE MOITEUR ET D’ANGOISSE. (Tant pour les morts que pour la conclusion de la série et la direction qu’elle va prendre…)

    1. Bronn ne pourra pas arriver pendant la bataille, vu que les alentours de Winterfell sont bourrés ras-la-gueule de zombies. C’est pour l’après bataille qu’il faut s’inquiéter.

      Concernant la suite des évènements, j’ai tellement de mal à imaginer comment vont se présenter les tractations pour le trône que je vais me laisser porter par la suite des évènements là :/

      Je ne suis aussi que moiteur et angoisse….

  13. Ok, vous m’avez donné envie de jouer à la Valar Morghuliste.
    Je vous préviens, je ne vais pas y mettre tout le monde parce que je n’ai vraiment aucune idée pour certains. Si j’ai une illumination, je deviendrai Azor Ahaï et j’éditerai mon commentaire, privilège d’administrateur, clergé de R’hllor, tu peux pas me teste, woooshwoooosh.

    Les catégories vont de la plus mortelle des morts létales et meurtrières à la survie la plus totale :

    Dead men walking :
    -Theon : son parcours vers la rédemption est bouclé.
    -Jaime : idem.
    -Ver Gris : fallait pas faire des projets d’avenir et t’émotionner avant la bataille, gros malin.

    Un pied dans la tombe :
    -Jorah : je ne souhaite pas sa mort, mais dans l’état actuel des choses pour Daenerys, cette perte serait irréparable et cela contribuerait encore plus à l’isoler et à la priver de l’intimité qu’elle recherche et dont elle a besoin pour son équilibre personnel.
    -Béric : Mélisandre a promis qu’elle reviendrait mourir en Westeros. Béric et un cortège de prêtres rouges pour un dernier barout d’honneur.

    Fifty-fifty :
    -Brienne : ça serait du gâchis, mais elle sera tellement exposée pendant la bataille…
    -Gendry : ce qui me ferait le plus suer s’il mourait, serait que l’on utilise opportunément l’utérus d’Arya comme boite à bébé, ce qui serait faire insulte à son personnage. S’ils font ça, sérieux, je hurle.
    -Lyanna : je sais que je devrais écouter la raison et la mettre avec son cousin, mais elle a onze ans, bordel.
    -Davos : parce que quand les scénaristes te promeuvent à la cantoche, c’est qu’ils leur reste assez peu d’idée pour faire quelque chose avec ton personnage.
    -Bran : parce que ça mettrait un coup de pression à tout le monde et que son plan est en mousse. Et parce que ça donnerait une mission de vie à Sam et que j’aimerais assez voir notre apprenti mestre décidé de reprendre la suite de la Corneille sans l’aide de la magie. Ça serait une manière assez élégante et méta de gérer cet aspect de l’histoire.
    -Tormund : je n’ai pas envie qu’il lui arrive le moindre mal.

    Colliers d’immunité :
    -Sam : l’historien. C’est très probablement lui l’auteur de « A Song of Ice and Fire », une œuvre destinée à conserver la mémoire de l’humanité. Maxification de l’effet si Bran meurt et que Sam décide de reprendre le flambeau avec ses moyens.
    -Sansa : le Nord a besoin de sa dame. Et on ne l’a toujours pas vu dans sa goddamn robe des photos promos.
    -Sandor : et mon Clegane Bowl ?

    Totems d’immunité :
    -Jon
    -Daenerys
    -Tyrion

  14. Comme pas mal de lectrices et lecteurs ici, et même si je ne commente que très rarement, j’attends chaque billet avec autant d’impatience que les épisodes qu’ils analysent. Merci la Dame.
    Pour le prochain épisode, je suis partagée entre l’envie d’être surprise par de ‘grosses morts’, tant je trouve que la série usurpe sa réputation de ‘série où il ne faut s’attacher à personne, tout le monde est sur le grill’ depuis la mort de Joffrey voire avant (s’attacher à Joffrey, faut dire …), et la tendresse pour la plupart des persos restants.
    Je propose donc : tout le monde doit fuir maison s’en sort, sauf Cersei qui décède des suites d’un coma éthylique. Voilà qui serait surprenant. Et vraie bataille contre les morts au dernier épisode.
    Bon, je n’y crois évidemment pas, mais que j’aimerais être surprise !

  15. Je suis assez d’accord avec le risque de soufflé qui retombe. Si la bataille contre les Morts est gagnée, franchement, comment réinsérer de la tension pour trois épisodes de 80 minutes chacun ? Peut-on vraiment terminer sur une « banale » guerre des trônes politico-politique ? C’est ce qu’on vit depuis le début. Cela ressemblerait à un anti-climax. D’une certaine façon, savoir qui remporte le trône, who cares ? Peu importe, ce n’est pas ça l’important. Si l’on considère l’univers de Game of Thrones, la seule chose qui importe, c’est effectivement la bataille contre les Morts. Donc le climax, ce devrait être celui-ci. Dans un autre ordre d’idées, dans SdA, le couronnement d’Aragorn est secondaire et dépend de LA guerre contre Sauron. Evidemment, dans SdA, l’aspect politique n’existe pas donc GoT devra développer un minimum la question du Trône mais de là à séparer aussi drastiquement les deux intrigues ? Ce serait une erreur selon moi.

    1. ça me parait assez juste comme analyse, je ne vois pas non plus 3 épisodes pour démêler le problème de Cersei. Il faut que les 2 intrigues sans que cela soit trop tiré par les cheveux vu que Cersei joue le tout pour le tout, ça ne parait pas simple … sauf, si elle disparaît

  16. Bonjour La Dame, vos commentaires sont à chaque fois des petits chefs d’œuvre où l’humour se conjugue à la profondeur, et j’ai eu un immense plaisir à les retrouver pour cette ultime saison.

    Je fais aussi parti de ceux qui ont adoré cet épisode crépusculaire, et pour Arya et Gendry je m’y attendais depuis 6 saisons mais surtout depuis l’épisode 0108 !

    Pour le coup je voudrais mettre en évidence un détail qui ne me semble pas avoir été abordé : il y a , dans le camp des vivants, littéralement, deux morts vivants : Jon et Beric, on ne sait toujours pas pourquoi R’hllor les a gardé en vie; se pourrait-ce que ce soit parce qu’ils ont un rôle décisif à jouer face aux WW et au King of the night ?

    Cette bataille ne pourrait elle pas prendre une dimension métaphysique ? Le combat de R’hllor dieu du feu contre le dieu sombre, celui de la glace avec Bran comme arbitre wargué on ne sait où et l’éventuelle réapparition de Mélissandre arrivée incognito à Winterfell sous une apparence de femme âgée ?

    Mon intuition, qui vaut ce qu’elle vaut, c’est que Jon a un devenir christique et qu’il va commencer à se réaliser dans le prochain épisode…

    Après pour savoir qui va survivre ou pas… je ferais juste remarquer qu’étrangler quelqu’un avec la main gauche ce ne doit pas être super facile surtout si c’est Cersei…

    Je me risque quand même à penser que Daenerys, Sensa, Arya, Tyrion, Sam, Clegane et mème Jorah (pourquoi aurait il été sauvé ?) sont à peu près sûrs de passer l’épisode…

    Les autres je ne me risquerai pas, sauf Grey Worm tellement sa mort est téléphonée, peut être même trop !

    Et je crains beaucoup pour Vère et little Sam dans la crypte…

  17. Bonjour La Dame, j’ai découvert et parcouru vos billet et ca m’a beaucoup plu, j’ai rarement autant ri , parce que plein de verve, et d’idées pétillantes, avec même des trucs diabolique comme l’image du chat cosmique sensé figurer l’etat d’impatience et d’excitation avant le début d’une saison;

    j’ai aimé l’épisode aussi, par ce qu’il se concentre sur les nœuds de sentiment qui nous attachent aux autres et qui font qu’en même temps que nous sommes une création de la pensée des autres nous nous construisons mutuellement dans leurs regards et ce qu’ils dans nous renvoient de nous.

    Sur ce sujet la série capitalise habilement sur les 2 relations qu’elle a su, à mon sens, développer le mieux, celles entre Sansa/Théon et celle de Brienne/Jamie.

    Les deux relations sont ambivalentes elles partent de la haine, du mépris, du dégout pour s’épanouir vers des réalités sublimes comme le sacrifice et l’oubli de soi, le sens de l’honneur et l’admiration, la reconnaissance sincère, et l’émotion d’avoir la certitude de reconnaître leur expression dans les yeux de l’autre.

    Par ce que, au début, Jamie et Brienne sont des ennemies, pour Brienne Jamie est l’antithèse de ce qu’elle tient comme vrai et grand, c’est la défintion de tout ce qui est vil est bas, un parjure, un homme qui couche avec sa sœur (il l’avoue à Lady Starck), une ordure sans scrupule parfaitement à l’aise avec l’assassinat de son cousin qu’il tue froidement en jouant de l’admiration qu’il lui porte et ,avec tout cela, odieux, arrogant, imbu du pouvoir que lui procure l’argent de papa;

    Jamie méprise les serments, et les codes de la chevaleries, pour lui ce ne sont que des tartufferies que l’on brandi pour dissimuler ses saloperies, quand bien même on leur accorderait quelque prix, ils trouvent leur limites dans les situations extrême, ils ne nous disent rien sur les dilemmes du fils à qui l’on demande la tête de son père ou de l’honnête homme forcé de consentir aux meurtres de masse, par conséquent, les serments sont inutiles voir dangereux, c’est seulement une convention sociale que l’on doit admettre sans en être dupe, il s’assoie dessus, satisfait de lui.

    Il a construit une position nihiliste qui lui permet de balancer un gosse par la fenêtre, comme une envie de pisser,la conscience tranquille. Mais le problème c’est que ça ne colle pas avec Brienne.

    Au début c’est rien Brienne, une conne à moitié demeuré, laide en plus, écoeurante, il guette l’occasion de la tuer d’une manière ou d’une autre.
    Mais petit à petit elle change de visage, elle lui apparaît honnête, elle refuse son argent, honorable, elle le traite rudement mais sans rigueur excessive, elle est viscéralement attaché à sa cause sans rien céder à la violence arbitraire pour l’accomplir, c’est une femme mais elle a des a dons très exceptionnels pour combattre et tuer dont elle n’en abuse pourtant jamais pour obtenir plus que son droit ou pour se sentir supérieur.

    Brienne se met à incarner cet idéal de chevalerie avec lequel il a des affinités profondes mais qu’il a décidé de neutraliser par le masque du cynisme, pour se simplifier la vie.

    Lorsque Brienne est menacé d’être violé il n’arrive pas à y consentir, il est contraint de se révolter contre les artifices qu’il a crée pour vivre paisiblement sa vie de salopard, le masque tombe par ce que ,en reconnaissant dans l’autre ce qu’il portait de meilleur en lui même et qu’il voulait nier, il a été ému par sa faiblesse et il a pas pu faire autrement que de la défendre.

    Sa reconnaissance pour Jamie et le fait qu’il se retrouve lui même en situation de vulnérabilité par sa mutilation, conduisent, en retour, Brienne à le regarder autrement.
    Ca, et le fait de partager son sort de prisonnier, la conduisent à se confier sur ses humiliation les plus intimes pour expliquer son attachement à Renly.

    Dés lors il se créent entre eux des liens très particuliers en ce qu’ils ont surmonté leur hostilité réciproque en laissant voir à l’autre ce qu’ils n’avaient montré à personne. Chacun possédant des acquis qui sont un manque pour l’autre, coté Jamie honorabilité, côté Brienne assurance et amour de soi, il vont s’aider mutuellement à les combler.

    Ce qui se prolonge idéalement dans les scènes de l’épisode.
    Le procès où Brienne se porte garante des intentions de Jamie, dans un dialogue très réussi avec Sansa je trouve, filmé de profil, la solennité et le poids des engagement de Brienne nous sont rendu sensible.
    Sansa ,par ce qu’elle est sait qu’avec Brienne elle à son service le maximum de loyauté que l’on peut exiger d’un humain, accepte de faire confiance à Jamie. Même si ,mine de rien, Brienne ment

    Jamie ,par l’adoubement, permet à Brienne de dépasser sa peur de l’humiliation, d’être la conne du diner de con, pour s’autoriser à recevoir et à assumer publiquement les honneurs et la reconnaissance qu’elle mérite. La boucle est bouclée.

    Pour Sansa/Théon c’est encore pire, c’est pour moi la relation la plus émouvante de la série. Sansa a vu Théon subir la misère la plus ignoble avant de devenir elle même le jouet d’un sadique.

    Théon avait depuis longtemps renoncer à lutter pour lui mais le viol de Sansa crée un traumatisme qui le réintroduit dans l’humanité en lui donnant une raison de se révolter par pour lui pour Sansa, comme plus tard pour sa sœur.

    Ces deux être sont unis par des liens d’une profondeur exceptionnelle par ce qu’ils ont souffert et qu’ils ont été contraint d’assister au spéctacle de la souffrance de l’autre qu’ils peuvent parfaitement se représenter parce qu’ils en ont chacun la marque atroce dans leur chair;
    personne d’autres qu’eux même ne peut avoir l’idée de ce que l’autre à vécu et, par conséquent, c’était boulversant de voir Sansa dépasser sa répulsion et son ressentiment pour se blottir contre Théon pour se réchauffer lorsqu’ils étaient acculé et ça serrait vraiment la gorge de les voir s’embrasser dans l’épisode, par ce qu’à ce moment ils étaient seul au monde et, parce que nous connaissions leur histoire, un simple échange de regard , très bien rendu par les acteurs,suffisait à nous le faire comprendre, de même que le sourire brillant de Brienne ne pouvait que nous remuer.

    Le regard de Dany ,en soulignant ce que ces élans d’affection peuvent avoir d’étrange et d’insolite, renforce notre connivence avec les personnages.

    J’ai pas envie de voir ces relations dégénérées dans des relations amoureuses classiques, elles perdraient ce charme qui est le corolaires de leurs singularité et de leur complexité. Mais bon y’a pas de risque par ce que y’aura surement trop de mort pour que ca se fasse.

    J’ai apprécié Sansa dans cette épisode, elle respecte les formes de la préséance qu’elle doit à Dany mais elle se saisie des moindres interstice que lui laisse ces règles pour être insolente et imposer sa propre autorité. Le procès et la scène du dialogue avec Dany sont réussis, je trouve.

    Dany pas vraiment à son avantage, pleine de contradiction; elle a libéré les esclaves mais elle veut nier les aspiration du nord à l’autonomie, elle revendique sa souveraineté sur les 7 couronnes mais elle oublie que , dans l’ordre féodal, le pouvoir royal comme celui de tout suzerain, a pour contrepartie l’obligation de protection de ses sujets, et que,par conséquent, cette guerre n’est pas seulement celle de Snow et que sa participation est un devoir autant qu’une concession.

    Elle réussie l’exploit d’être à la foi trop sur d’elle et trop influencable, de vouloir être obei et de nier sa propre responsabilité dans ses décisions en menacent Tyrion sans se remettre elle même en question, comme l’a justement souligner Sansa (d’ailleurs il y a un énorme contresens dans la VF qui lui fait dire que, elle, Sansa n’aurait pas du faire confiance à Tyrion alors que c’est un reproche qu’elle fait à Dany, plus largement la VF est vraiment d’une qualité médiocre, elle ne rend pas non plus compte du conditionnel quand Sansa prend position sur Jamie, c’est lamentable).

    Je la trouve en effet isolé, j’ai été surpris de voir que lors qu’elle n’était pas au centre au conseil, elle est relégué sur le côté comme un vulgaire Théon alors qu’on aurait s’attendre à la voir au centre flanqué de Sansa et Snow.

    Ca souligne en contraste la solidarité de la meute qui s’exprime lorsque Bran envisage de s’exposer, tous les Starks disent leur crainte et leur volonté de le protéger( je ne reviens pas sur la stupidité du plan) et Téhon retrouve symboliquement sa place dans la meute en se dévouant.

    Ca souligne aussi je trouve, que Dany se place en retrait dans l’élaboration de la décision stratégique, comme si elle admettait au fond qu’elle n’avait qu’une faible valeur ajouté à apporter en la matière, dans la serie ou la voit souvent versatile et dépendante de ses conseillers.

    Ensuite il me semble clair que la distance mise par Snow signifie, pour lui, leur rupture sentimentale et que la révélation à la fin de l’épisode et le point de bascule de cette relation.

    Le dépucelage d’Arya est traumatisant mais ce traumatisme révèle que justement le personnage est fort, qu’il est vivant, et qu’on a l’illusion de s’y attacher comme à une personne

    Sinon je trouve que ça lui ressemble, Arya a grandi dans la rue et dans la forêt, elle a conservé son attachement à la famille mais c’est un éléctron libre qui ne sent pas trop contrainte par les conventions sociales.

    Gendry toujours dépassé par les évènements.

    Après je vois Snow et Dany survivre par ce qu’ils ont des rapports complexe et potentiellement conflictuel a développer, je vois mal l’intrigue s’en priver;

    Sansa aussi la serie se plait à nous montrer son épanouissement dans l’exercice du pouvoir, je la vois mal la stopper dans cet élan

    Arya je suis convaincu qu’elle a l’immunité, et qu’elle n’a pas tout dit à Sendor qui devrait lui aussi s’en tirer parcqu’il a été trop absent dans les 2 premiers épisodes.

    Sam est trop gentil pour mourir, sa meuf je sais pas.

    Jamie peut encore servir pour l’opposer à Cersei,

    Tyrion je sais pas, ses dialogues sont baclés, on ne retrouve plus l’esprit brillant et drôle des permier épisode, mais je pense qu’il peut encore servir aussi, comme Varys, la serie nous fait miroiter un mystère avec la dame rouge

    Théon, Brienne se sont pleinement accompli, je les vois mal s’en tirer, comme vert gris qui ne s’est pas vraiment accomplie mais tant pis, Tormund aussi, mort, les autres je sais pas.

  18. ruined orgasm : deux fois, ils me font le coup.

    -la discussion sur le Nord (pardon, les Hauts de Westeros pour les gros nuls en géo genre X.Bertrand), interrompue par l’annonce de l’arrivée de Théon. Genre ça pouvait pas attendre deux minutes, grrr.

    -la discussion sur le trône entre Aegon VI et Daenerys Ière. Bon, là, je comprends l’interruption mais ça me frustre.

    Disons-le cruement : je m’en branle des dragons, des loups géants, des zombies, des night kings et des enfants de la forêt (au passage, vu l’horreur qu’ils sont en train de causer sur le continent, je les nommerais plutot « les petits animaux de la forêt » (les vrais savent wink Stan Marsh). Ohhhh, je comprends qu’il y en a que ça passionne, mais simplement moi non. Je rêve d’un ASOIAF qui soit une saga rebaptisée GOF, full politics, 0% magic.

    Je veux savoir qui va occuper le trône, avec quels ministres, et quelles provinces vont constituer le royaume.

    Deux raisons à ce jemenfoutisme  : primo, ça prends du temps sur la politique, et sec…et deuxièmement, je suis certain que les vilains zombies vont perdre (et par le lamentable moyen du « il suffit de viser le coeur du réacteur de l’étoile noire », pfff.

    Mais encore une fois, ne le prenez pas pour vous, amis de la fantasy, des dragons, de la résurrection et des loups géants, je comprends votre passion. Souffrez que je ne la partage pas.

    (et je prie pour que Jacques Lanestre s’en sorte sain et sauf)

  19. Ô quel bel épisode ! Sans doute un des plus prenants, la dernière marche avant la fin et comme un premier adieu à tous ces personnages. Le point culminant pour moi de l’épisode est l’adoubement de Brienne et son grand sourire. C’est d’autant plus douloureux qu’on redoute ce que l’avenir lui réserve, et ce dès l’épisode suivant… Sinon j’ai aimé toutes les scènes, tous les dialogues : Tormund hilarant, Arya bien flippante quand elle veut être prise au sérieux, etc. J’ai aimé qu’on nous montre encore un peu des préparatifs  : bon, le dragonglass partout, y compris sur les créneaux, ça m’a fait sourire ; je n’ai pas tiqué sur les 20cm du fossé avec le pont qui s’ouvre mais ton observation m’a bien fait rire… Evidemment, la petite fille faisant penser à Shôren, ça n’était pas très subtil, mais cette scène avait aussi l’intérêt de nous montrer des gens du peuple ce qui est finalement assez rare dans la série et d’insister une fois de plus sur les cryptes. Mais que va-t-il diable s’y passer ? Nous verrons bien dans quelques jours (je compte chaque minute). Pas du tout choqué par Arya qui découvre les joies du sexe, c’est très logique dans le contexte, elle a l’âge pour ça et ça la rend plus humaine.

    Pour moi l’épisode 3 sera celui de la défaite et de la progression inexorable de la Mort qui engloutit le monde, de nombreux personnages mourront (Brienne, mon cœur est déjà brisé). L’épisode 4 (réal. David Nutter) sera celui de la débâcle et de la retraite désespérée (vers les îles de Fer ? and what about la Tully family ?) pendant que Cersei peaufine son plan. C’est l’épisode 5 qui nous réservera la bataille ultime (réal. Sapochnik !!!), la destruction du Donjon Rouge (tel que vu par Dany chez les non-mourants), l’arrivée en renfort des disciples de R’hlorr et la défaite du Roi de la Nuit tandis que l’épisode 6 (réal. D&D) sera un long épilogue et une conclusion digne de la série.

    Je ne pense pas que Bran survive, il est peut-être la dernière corneille à trois yeux. Après lui il n’y en aura plus. Comme il n’y a plus d’enfants de la forêt. Comme il n’y a plus de mur (impossible de le reconstruire avec l’aide de la magie des Enfants cette fois-ci). Comme il n’y aura plus de dragons (je pense qu’ils mourront tous et quand bien même je ne vois pas comment ils pourraient se reproduire). Comme il n’y aura peut-être plus de Roi de la Nuit (c’est le seul point qui me chiffonne : ce dernier ayant déjà été vaincu à l’issue de la Longue Nuit il est quand même revenu, so what ?). En gros ce que j’essaie de dire c’est qu’il s’agit peut-être tout simplement de la fin d’un monde, plus rien ne sera jamais comme avant. Et en dernier plan je vois bien un vieux Samwell à la Citadelle (Mestre célibataire, Gilly et petit Sam sont décédés dans les cryptes de Winterfell) en train d’apposer le titre de son ouvrage « A Song of Ice and Fire » avant de refermer le livre. Dans la scène du conseil de l’ép. 2 il intervient à la suite de Bran et parle de la mémoire des hommes, je pense que ça n’est pas innocent et que ça nous montre tout simplement le rôle qu’il jouera, il prendra la suite de Bran.

  20. Merci la dame pour ce billet de qualité !

    En vrac :

    Je n’ai même pas vu Moon Moon, je devais cligner des yeux à ce moment-là. Je suis un peu dégoûtée car la prochaine et dernière fois que je le verrais ce sera quand il sera embroché par un zombie. (Rip à toi, tu étais si mignon)
    Autant la scène entre Arya et Gendry qui s’emboitent me laissait de marbre, autant j’aurais préféré ne pas avoir de free butt de Maisie Williams (l’actrice a confirmé que ce n’était pas une doublure). C’est un peu comme si on avait le droit à une scène de nue d’Emma Watson au dernier film alors qu’on la suivait dans les films depuis toute petite. Petit malaise quand même.
    Dagobert la grosse reine de la ruche et la chasse au pinpin. Je suis honnêtement partagée quant au plan final de Dagobert. D’un côté il me parait clair, simple et efficace et a un certain charme. Mais d’un autre côté, je m’attendais à un plan recherché à la Martin qui nous retourne le cerveau en nous rappelant le lore. Quant au côté grosse reine de la ruche de Dagobert, je sens qu’on va nous mettre la dose pour un combat de qualitay mais que la résolution va me décevoir (à la Jackson avec la destruction de l’Unique et de toutes ses armées en même temps). Si le roi de la nuit est suffisamment bêta pour aller lui-même choper pinpin, je préviens, je hurle à la facilité scénaristique (je me demande si la scène avec Arya courant paniquée ne serait pas un piège pour le détourner de pinpin afin d’aller lui régler son compte dans les cryptes ?)
    Je suis passée des rires aux larmes une bonne partie de l’épisode. J’attends avec fébrilité et une certaine impatience la semaine prochaine (bon sang, je ne suis pas prête).
    La scène avec Sansa et Daenerys. Je crois que c’est le seul point oü je ne suis pas d’accord avec vous la Dame. Autant Sansa a pokévolvé en mastermind de manière trop rapide (avec un arc décevant de la saison précédente), autant Daenerys me parait fort juste dans cet épisode. A Meereen, elle a montré être capable de faire des compromis et des concessions mais après s’être imposée comme reine et avoir bannis l’esclavage. Je pense qu’elle fera ou pensait faire pareil à Westeros. D’abord reprendre son trône et ensuite entamer des négociations avec les royaumes (si la série laisse du temps pour cela). La série met l’accent ici sur le fait que Daenerys, bercée par les récits de Viserys du Westeros d’antan et des récits de ses ancêtres, n’a pas réellement compris l’actualité politique westerosienne et donc n’a clairement pas vue l’ampleur de la difficulté qu’elle aura à s’implanter dans Westeros (et depuis son arrivée au nord, elle a clairement d’autres chats à fouetter). A mon avis son plan s’arrêtait simplement à la conquête de Westeros en affrontant Cersei comme l’ennemi principal et en réinstallant une nouvelle dynastie targaryenne forte qui gouverne féodalement les autres royaumes. (Du coup, paye ton cassage de roue, j’ai connue plus sexy et novateur, mais peut-être que le cassage de roue se fera d’une autre manière, qui sait ?). Je suis persuadée que Daenerys (ou sa jongéniture) fera de Westeros le foyer qu’elle recherche tant. Mais on ne lui facilite pas la tâche.
    De même pour la gratuité de son acte. C’est vrai que rien ne la forçait à aller aider le Nord contre la longue nuit. Mais comme cela a déjà été évoqué dans les commentaires, c’est quelque part son devoir si elle veut se prouver digne de diriger Westeros. Similairement, cela était stratégiquement intéressant pour elle. Le Nord est actuellement un des royaumes les plus importants et les moins affaiblis de Westeros. Venir en Superman à leur aide, c’est aussi une manière de les rendre redevable et donc de s’assurer leur soutien et leur royauté pour son règne à venir, ainsi que par extension tous ceux à qui elle sauvera les miches, soit toute la population westerosienne survivante. Une nouvelle corde de légitimité en tant que reine de Westeros à poser à son arc.
    Question sans doute bête : mais comment se fait-ce qu’il y ait autant de morts dans l’armée du roi de la nuit. De mémoire, au-delà du mur, les conditions de vie sont suffisamment rudes pour s’assurer que les wildlings soient en petit nombre seulement. Est-ce que cela veut dire que la grosse abeille Dagobert collecte des morts depuis des années et des années ? (Et donc, on en revient à la question des cryptes : après tout, des zombies squelettes, ça s’envisage).

    Ma Valar Morghulis :
    – J’irais pleurer sur vos tombes : Jaime à cette bataille ou plus tard (car Arya prendra son visage pour aller étrangler Cersei), Tormund, Ed la Douleur (parce qu’ils sont secondaires et sympathiques), Jorah (pour isoler encore plus Daenerys), Davos (on a trop insisté que c’est un survivant. Je parie aussi sur sa mort par zombie fake Shoren), Ghost (car la série prend un malin plaisir à les buter #jenevouslepardonneraisjamay), au minimum un dragon, Théon

    Les chats de Shrödinger : Podrick (il a trop de qualités ce gamin pour en faire un rosbeef), Brienne, l’enfant de Vère (car son destin est quand même de devenir un des cavaliers de l’apocalypse), ainsi que Vère.
    Les totems d’immunité : Daenerys, Jon Snow, Sansa, Arya, Bran, Sam, Varys (je lui prédis une morte future au barbecue pour vouloir trahir Daenerys en faveur de Jon).

  21. Juste une note sur le piège tout pourri de Ver Gris qui se casse en deux :
    Je ne pense pas que ce soit fait pour ployer au moment où les morts passent dessus, mais plutôt juste avant, pour un empalement frontal, non ?

  22. Petit correctif à mon commentaire de ci dessus : plus j’y pense et plus je me dis que si Mélisandre est à Winterfell, c’est plutôt la petite fille défigurée qu’une vieille dame…

  23. FOULALA, avant de me coucher je m’en viens déposer ma bafouille ici (sans spoiler) pour dire que j’ai terriblement hâte de lire le debrief et qu’on se tape tous dans le dos dans les commentaires !

    (Par contre éloignez les enfants du poste pour cette dernière phrase, qui elle spoile si on a lu mes précédents commentaires, mais j’ai besoin de la hurler quelque part)

    AH TOUT LE MONDE SANS EXCEPTION DONNAIT MON BÉBÉ MORT DANS SA VALAR MORGHULISTE MAIS J’Y AI CRU !!!! FAITH HABE BEEN REWARDED AAAAAHHHHH

Répondre à Elotine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *