Le Point Chiffon : Sansa, part.3 : la louve de Winterfell

Et on revient en 3e semaine une nouvelle fois avec Sansa Stark. Personnage qui, s’y j’en crois tous les sondages que je peux voir passer sur le net, est encore en saison 7 un des plus mal aimés de toute la série. Si je pouvais éventuellement comprendre l’agacement qu’elle suscitait en saison 1 de par sa naïveté et son comportement, j’ai du mal aujourd’hui à voir ce qui motive encore de nombreuses personnes à la qualifier d’horripilante et de stupide.

Reste qu’elle est constamment ramenée à une comparaison stérile avec Arya qui au contraire, remporte tous les suffrages du grand public. C’est que Arya, aux yeux de notre culture, a un immense mérite : elle a voué sa vie à être un homme. Arya est donc parée des joyaux de la respectabilité et du pouvoir. Elle est ce personnage adoubé de la « femme qui a des couilles » là où sa soeur semble, pour une raison totalement incompréhensible à nombre de nos contemporains, très attachée à ses ovaires.

 

Sansa Stark à la cour de Port Réal, allégorie.

 

Si Sansa est perçue comme ennuyeuse, faible et idiote, c’est essentiellement parce que son personnage a été dès le départ conçu comme un pur produit d’une société machiste, une femme objet qui ne se perçoit pas autrement et se berce d’illusions et de mensonges afin de tenir au mieux ce rôle qu’on lui impose.

Et alors que Sansa trouve un chemin pour s’émanciper en tant que femme et jouer des codes de la société afin de conquérir le pouvoir, utilisant son intelligence et des facultés d’adaptation qu’elle est la seule à posséder dans toute sa famille, on continue de la percevoir comme une nuisance, un personnage faible et antipathique. Dans le même temps, Arya peut devenir une psychopathe et faire preuve du sens politique d’une amibe, on continue de la louer pour sa seule capacité à savoir manier l’épée.

 

Sophie Turner, qui comprend et défend bec et ongle son personnage, avait demandé au public il y a quelques années maintenant de ne « pas détester Sansa pour sa féminité« . Une remarque lourde de sens tant en effet, la mauvaise presse de Sansa semble se concentrer sur ce défaut majeur, celui d’être une femme, façonnée par une société qui ne leur est pas favorable et conditionnée par le fait d’avoir passé une grande partie de sa vie dans le cocon de Winterfell.

 

Ce petit aparté terminé, immersion dans les saison 5 à 7, les enfants, !

 

Saison 5.

 

Malgré sa volonté de jouer elle-même au jeu des trônes, Sansa va cette saison rapidement découvrir que son soi-disant bienfaiteur souhaite se servir d’elle comme un pion. Une cruelle désillusion pour elle qui sera vendue aux Bolton en sa qualité de « clé du Nord ».

Sansa manteau noir

Mais en début de saison, bien qu’elle continue de se méfier de ces informations que Littlefinger ne lui communique pas, Sansa joue toujours aussi bien le jeu « Alayne Stone », portant un manteau identique à celui de son  « père ».

Sansa manteau noir

Sansa manteau noir

Littlefinger et elle sont en noir, une couleur sombre qui correspond à la palette de Baelish et à ses couleurs héraldiques, le noir et l’or, ce dernier ton était présent dans la doublure du manteau. Tout deux portent ainsi un épais vêtement de laine, approprié au climat des Eyriés et à leur prochain voyage vers le nord. Motif cher à Michele Clapton, nos mockingbirds arborent des ailes, tombant de leurs épaules. Ce style permet aussi de rappeler que Littlefinger est régent du Val. Chez Sansa, il sert un but similaire, mais peut aussi être vu comme la présence entravante de Littlefinger.

Là encore, on peut faire un lien logique entre ces ailes tombant des épaules de Sansa et celles tombant des épaules de Daenerys. Qu’elles soient noires ou blanches, elles représentent un symbole qui fut celui d’une émancipation, d’un instrument de survie, qui se retourne désormais contre elles.

Sansa manteau noir

Ce manteau de voyage sera donc en tout logique celui que portera Sansa quand Littlefinger lui annonce l’avoir vendue aux Bolton. Celui qu’elle prenait pour son mentor et dont elle pensait être la partenaire, trahit sa confiance en la livrant à ceux qui ont comploté contre sa famille, tué son frère et sa mère.

Les ailes du Mockingbird ne sont plus ici des fringantes épaulettes de pouvoir mais bien des lests avec lesquels Sansa va se trainer jusqu’à sa nouvelle cage.

Sansa manteau noir

Sansa manteau noir

 

Alors qu’ils font une halte à l’auberge du Poney qui Tousse, Sansa tombe le manteau pour révéler une robe que nous avons déjà vue… Elle apparait bleu foncé, tranchant avec ses robes violettes des deux saisons précédentes et c’est une Catelyn.

Sansa Catelyn bleue marine

J’ai mis du temps à la reconnaitre, mais il s’agit bel et bien de la robe qu’elle portait au mariage de Joffrey.

Sansa Catelyn bleue marine

Il semble bien que lors de son passage aux Eyriés, Sansa ait fait teindre cette robe pour lui donner une couleur bleu marine. Alors que le violet lui servait de couleur de transition entre son bleu de l’enfance et le rouge Lannister, le bleu marine permet de jeter un pont entre le bleu et le noir, couleur de prédilection de Petyr Baelish, dont l’emblème est un oiseau noir (le mocking bird) sur champ d’or (money money money…).

Quant à l’impulsion de porter une Catelyn à ce moment précis… Sansa ignore tout des plans de Littlefinger. Elle l’a vu recevoir un message qu’il a refusé de lui laisser lire et dont il veut qu’elle ignore le contenu. Elle sait qu’il a menti à lord Rhoyce au sujet de leur destination car ils ne font pas route vers les Doigts. Inquiète, elle tente d’en savoir plus et use donc d’une stratégie déjà mise en œuvre à Port Réal du temps de Joffrey : s’habiller comme la femme que son interlocuteur considère/aime le plus. A l’auberge, Sansa va même jusqu’à citer Catelyn, de manière totalement gratuite (en lui attribuant le proverbe « Dark wings, dark words« , plus bateau tu meurs), dans l’unique but de rappeler à Baelish le fantôme de sa mère et ainsi, de l’inciter à se montrer plus conciliant envers elle.

 

La robe de Mockingbird n’en est pas pour autant abandonnée, même si elle fera des apparitions plus discrètes par la suite.

Sansa Mocking Bird

Littlefinger l’a en effet enjointe à ne plus subir et à agir. Un conseil commode pour lui qui souhaite plus que tout conclure cette alliance avec les Bolton. Cherchant à persuader Sansa qu’elle a un rôle actif à jouer à Winterfell, il sert ses propres intérêts mais pas ceux de la jeune fille. Cette dernière va cependant accepter l’arrangement en conservant à l’idée qu’elle peut être en effet l’instrument de sa propre revanche sur les Bolton et l’unique moyen de restaurer le nom des Stark à Winterfell.

Ignorant tout de la nature de Ramsay, elle voit son mariage comme une manière de faire revenir les seigneurs du Nord dans leur foyer, de façon discrète, de l’intérieur. Ainsi, elle porte la robe du mocking bird lors de sa visite aux cryptes où elle rallume les chandelles sur les tombes de ses ancêtres, symbolisant le retour des Stark et montrant qu’elle n’entend pas être passive, qu’elle ne subit finalement pas cette union mais qu’elle va s’en servir pour affirme son pouvoir et que d’une manière ou d’une autre, elle travaillera à sa revanche sur les Bolton (le motif d’une femme allumant des feu dans des caves voutées reviendra une saison plus tard avec la puissance destructrice que l’on sait. En le parallèle Sansa/Cersei est toujours intéressant à faire…). Notez que je ne parle pas de vengeance. Sansa sait que sa position le lui interdit. Mais il y a d’autres moyens de porter préjudice à la famille de son époux. Par exemple en élevant ses enfants dans le culte de la maison maternelle jusqu’à leur faire endosser une identité différente de celle de son époux. Une stratégie développée avec succès par Cersei qui a fait de ses enfants, officiellement des Baratheon, des Lannisters jusqu’au bout des ongles (Sansa / Cersei, un parallèle toujours intéressant, disais-je).

Sansa Mocking Bird

La scène des cryptes exige également la robe du mocking bird puisque c’est à ce moment-là que Littlefinger dévoile son plan à Sansa, l’informant de la marche prochaine de Stannis sur Winterfell et de sa glorieuse victoire à venir. Aaaah, si seulement Littlefinger avait eu vent de l’existence des 20 good men de Ramsay…

La robe de mocking bird revient encore à un moment fort opportun lorsque Mamie Zinzin vient mettre Sansa au parfum du complot pour la faire évader, puis quand elle se rend au pied de la tour et s’y fait surprendre par Monique Oliver, aka Myranda, qui ne peut s’empêcher de faire une remarque sur sa robe. Un peu comme si l’âme damnée de Ramsay en avait compris le sens caché. Le costume se confirme donc comme la peau que Sansa revêt lorsqu’elle intrigue.

Sansa Mocking Bird

Je reviens sur sa discussion avec Myranda au pied de la tour : Monique s’y extasie des talent de coutures de Sansa qui lui explique les tenir de sa mère. Et là : « It’s good that she taught you. It was a gift. Now, every time you wear something you made, you can remember her.”

 

Ce qui a pour conséquence…

Sansa Catelyn marron

Une nouvelle Catelyn.

Cette robe reviendra très souvent dans la garde-robe de Sansa durant cette saison. D’un marron gris, elle est ce que Sansa porte de plus éloigné de ses propres couleur ou de tout ce qu’elle a pu porter jusqu’à présent. Cependant, le retour des robes inspirées de sa mère et surtout le port du col amovible brodé nous disent bien des choses.

Premièrement, que Sansa est bel et bien revenue à la maison mais qu’elle se méfie de ses nouveaux geôliers au point d’embrasser leur absence de couleurs. Les couleurs de la maison Bolton sont dans la série inexistantes. Dans les livres, elles sont le rose et le rouge, couleurs de la chair et du sang. Mais Michele Clapton a fait le choix de ne pas exploiter ce code couleur pour la série, ce qui est très dommage si vous voulez mon avis. Par conséquent, si l’on regarde un peu les Bolton depuis leur apparition dans Game of Thrones, on peut constater une persistance du noir et du marron, leurs costumes étant invariablement des vêtements pratiques. Les Stark ont créé un précédent de gens du Nord trop austères pour porter leurs couleurs même dans les grandes occasion, cependant, il aurait pu être attendu des femmes qu’elles aient un comportement différent.

Or Walda…

Walda Bolton robe verte

Walda Bolton porte du vert sur son unique robe de la série. Une couleur n’ayant aucun lien avec son époux mais qui, si l’on revient aux plans mal éclairés des Jumeaux, semble être une couleur plutôt communes chez les filles de Walder Frey.

Par conséquent, j’en suis réduite à déduire que Sansa a choisi de se faire une robe dans ces tons morts pour rappeler au mieux les vêtements de Ramsay et Roose, de couleurs brutes et d’aspect pratique.

Ramsay en marron et noir

En les opposant, on peut comparer les tenues de Walda et Sansa. Le style de la première est typique de la mode des Jumeaux où les femmes portent des encolures rondes, parfois sur une chemise plus couvrante, une ceinture de cuir avec un long pendant et la couleur verte.

Walda Bolton robe verte

Lady Frey robe haute encolure

Filles de Walder Frey

Quant à Sansa, qui aurait pu se refaire une robe dans un style original, la voilà qui joue le jeu et fait ce que l’on attend d’elle : les Bolton la veulent car elle est la clé du Nord, aussi des vêt elle comme ce qu’elle s’imagine être la dame de Winterfell. Son unique référence étant sa mère, elle retourne aux sources, afin de :

-donner aux Bolton ce qu’ils veulent voir.

-rendre hommage à sa mère en la jetant au visage de ses assassins.

-s’envelopper dans ce costume rassurant alors qu’elle est prisonnière de sa propre maison, because «every time you wear something you made, you can remember her. »

Cette notion de défi est très présente dans la scène du repas de famille durant laquelle Sansa rappelle à ses hôtes qu’ils sont des intrus chez elle. Le bras de fer avec Ramsay commence aussitôt, quand il fait paraitre Theon à table, montrant ainsi à sa fiancée ce dont il est capable.

 

Sansa Catelyn marron

Une fois mariée à Ramsay, Sansa continue de porter cette robe jusqu’à sa fuite. Le manque de variété dans ses tenues s’explique aisément par de multiples facteurs. Winterfell est au début de l’hiver et se prépare à affronter Stannis. On peut considérer qu’il y a d’autres postes de dépense que le tissu pour ses dames. Ramsay de plus, ne considère Sansa que comme la clé du Nord et la garantie, dès la naissance de son premier fils, de sa préservation dans le rôle d’héritier de la maison Bolton. Pourquoi accorder du budget vêtement à un utérus ambulant ? Sansa elle-même, victime de viols quotidiens, doit avoir d’autres sujets de préoccupation que la couture. Recluse dans sa chambre, elle semble du reste, dépourvue de visites et de toute distraction, à part les livraisons de plateau repas de Theon et les séances de tortures infligées par Ramsay.

Sansa Catelyn marron

 

Au sujet de Theon, Sansa finit par faire sienne la réflexion de Ramsay qui prétendait que le Greyjoy était ce qui se rapprochait désormais le plus d’un frère pour elle. N’ayant d’autre visite que celles de cet homme avec lequel elle a grandi (à défaut de l’avoir jamais considéré), elle tente de le convaincre de l’aider.

Il n’est pas innocent qu’elle porte lors de sa première tentative une chemise de nuit bleu glacier.

Sansa chemise de nuit bleue

Bien que du strict point de vue du personnage, on puisse considérer que ce choix soit fortuit, il faut prendre en compte les intentions de Michele Clapton quand elle choisit un costume pour un personnage. Ici, Sansa espère convaincre Ramsay de l’aider. Elle ne peut jouer que sur un seul tableau, celui de leur enfance commune. Aussi porte-t-elle la couleur signature de sa jeunesse, afin de réactiver les souvenirs de Theon et l’amadouer.

Il faut également prendre en compte un motif déjà observé chez Clapton avec Cersei (même s’il surviendra chronologiquement plus tard dans la série), consistant à faire porter comme chemise de nuit un vêtement rappelant fortement ceux de saisons précédentes, après que le personnage ait subi un important traumatisme. C’était donc le cas avec la robe portefeuille verte de Cersei, utilisée comme peignoir dans la saison 7, renvoyant la reine noire à une époque où elle était mère de trois enfants. C’est à nouveau le cas ici avec une Sansa portant une robe bleu glacier comme chemise de nuit, évoquant son enfance heureuse à Winterfell, après qu’elle ait été violée, battue et séquestrée dans sa maison d’enfance (parce que le parallèle Sansa / Cersei est toujours intéressant, bis repetita…).

Cersei robe de chambre verte portefeuille

Le recyclage de vêtements appelant une époque plus heureuse ou plus innocente ou juste moins triste et dure (this is Game of Thrones, folks) est pour Michele Clapton semble t’il un moyen de montrer le cheminement du personnage et ses évolutions, de rappeler d’où il vient et où il est devenu.

Enfin dernière chose, la représentation d’un personnage en sous-vêtements ou vêtements de nuit quand son interlocuteur est lui normalement habillé sert presque toujours à souligner la vulnérabilité du premier. On l’avait déjà observé durant la scène entre Sansa et Cersei au matin de ses premières règles.

 

Dernier point sur la vulnérabilité de Sansa avant de passer au costume que vous attendez parce que depuis au moins 3 paragraphes vous devez vous dire « et la robe de mariée ??? », on peut remarquer quelque chose d’un peu étrange la concernant lors de ses rares sorties hors de la chambre.

Sansa manteau léger

Sansa manteau léger

Sansa continue de porter le manteau donné par ser Dontos lors de sa fuite de Port Réal. On peut y voir plein de choses : premièrement que ce vêtement symbolise justement son évasion, toutes ses évasions. Port Réal, le Val, Winterfell Bolton ©. Avec sa large capuche, il peut la dissimuler et elle ne l’abandonnera qu’une fois devenue lady Stark, à son départ de Châteaunoir.

Sansa manteau à capuche

Ensuite, on peut également constater que bien qu’il ne soit guère épais, elle le porte même sous la neige.

On pourrait dès lors se dire qu’elle est une Stark, qu’elle a grandi dans le Nord et qu’elle est dure au froid. Or Ramsay, comme Roose, portent des cols de fourrure sous pareil temps. Et plus révélateur que tout, Sansa porte constamment sa capuche relevée.

Sansa en capuche sous la neige

Sansa a froid dans ce manteau trop fin pour ce début d’hiver au Nord. Mais visiblement, on ne lui donne rien d’autre pour se protéger.

Oui, elle pourrait retourner à son manteau Baelish, avec son col haut bordé de fourrure, mais cela desservirait le propos de Michele Clapton qui cherche à souligner la détresse, la misère et la vulnérabilité de Sansa au travers de ce vêtement trop fin, insuffisant contre le froid. Parce qu’elle est visuellement moins chaudement vêtue que les autres, Sansa parait plus fragile.

WELL DONE.

 

And now, la robe de mariée.

Bran :

Et donc, la deuxième robe de mariée de Sansa, dont j’aimerais dire qu’elle est la seconde, car mon rêve secret est qu’elle vive libre à jamais ou alors s’il lui faut vraiment se marier, qu’elle accepte de reprendre Tyrion pour époux parce qu’ils sont redoutablement bien assortis. Et qu’une relation nourrie de respect mutuel, dans cet univers, c’est rare.

QUE CESSE CE SHIP ICI CEANS, BACK TO BUSINESS.

Sansa robe de mariée blanche

Aller, on y va lentement et dans l’ordre.

D’abord, la silhouette générale est celle d’une robe de mariée westrienne standard. Comprendre un costume massif surtout au niveau de la jupe considérablement élargie par rapport aux autres costumes. On l’a déjà vu sur la robe de son mariage avec Tyrion, sur celle de Margaery avec Tommen et donc maintenant sur celle-ci. J’imagine que c’est un clin d’œil très classe à la fonction première du mariage à savoir légaliser la procréation, réduisant la mariée à son utérus. Fonction reproductive mise en scène dans le costume de mariée de Westeros par un élargissement des hanches, symbole de bonne poulinière.

Classe et mariage n’ont JAMAIS fait bon ménage (et épurer un mariage de tout ce qui est sexiste, c’est un sacré boulot).

Sansa robe de mariée blanche

Pour la première fois depuis l’abandon de sa robe de mocking bird, Sansa en revient aux ailes. Cette robe, comme toutes les autres, on peut imaginer qu’elle l’a réalisée elle-même. Raison sans doute du retour de ce motif associé au pouvoir. Il ne faut pas oublier que Sansa avait espoir, par ce mariage, de reprendre une parcelle de contrôle sur Winterfell et d’y restaurer les Stark. Ses illusions se sont un peu dissipées avant la cérémonie, mais la robe, elle, a été conçue dans l’intention de marquer un retour aux affaires.

Néanmoins, les ailes sont ici tombantes, ce qui indique que Sansa n’est pas, loin de là, en position de force. Elle est en effet ni plus ni moins que lestée par sa propre course au pouvoir. C’est dans son costume de mocking bird qu’elle a été instruite du plan de Littlefinger concernant les Bolton. Elle devait à ce stade s’imaginer qu’elle était alors en passe de réussir un joli coup, Baelish lui ayant fait miroiter le titre de Gardienne du Nord.

Michele Clapton réplique donc ici les ailes de la robe du mocking bird dans une version alourdie, les ambitions de Sansa ayant fini par se retourner contre elle.

On peut aussi constater que cette robe est une version plus imposante et somptueuse des Catelyn. On y retrouve les fondamentaux, la fermeture sur le devant au centre à l’aide de broches, la chemise bouffante au col et aux manches…

Sansa robe de mariée blanche

Toujours dans l’idée que c’est Sansa elle-même qui a réalisé sa robe, on peut voir combien celle-ci est une robe 100% Stark.

En effet, les couleurs de la maison au dire wolf sont le gris et le blanc et ici, Sansa est le premier personnage de toute l’histoire de la série à les porter. So long, tous ceux qui prétendent qu’elle est la moins Stark de la famille.

Sansa robe de mariée blanche, détails gris

Le tissu de la robe n’est pas un blanc ivoire uni. Soulignant les motifs de chevrons qui peuvent rappeler la crinière du loup sur la bannière des Stark, passe un trait gris clair. La robe n’est ornée que de deux épingles d’argent représentant la truite au bond des Tully (que Catelyn avait laissé à Winterfell puisqu’en saison 1, on peut voir Bran jouer avec l’une d’elle durant une séance de doléance). La raison de leur présence est double. C’est évidemment un hommage de la fille à sa mère qui lui manque plus que jamais. C’est aussi la marque de son lignage. Il semble en effet traditionnel en Westeros que les robes de mariées rappellent la maison d’origine de la promise. Margaery était déguisée en rose pour épouser Joffrey et lors de son mariage avec Tommen, sa robe était couverte de motifs végétaux.

Robes de mariée de Margaery

Lorsqu’elle épouse Tyrion, Sansa porte bel et bien le dire wolf et la truite, mais ils sont ramenés dans le bas de son dos, dominés par les lions triomphants sur sa tenue. Cette robe, étant donné son style, a de toute évidence été réalisée par les couturières de Cersei, au contraire de ce costume blanc qui affiche très haut et très fort la Starkitude de la jeune fille, qui met volontairement en avant les couleurs de sa maison et les bijoux de la mère.

Le but est également politique puisqu’aux yeux des Bolton, son rôle se résume à être une Stark dont la descendance leur assurera le contrôle du Nord. Cette robe doit donc rappeler qui elle est aux yeux de tous, d’autant qu’elle vient d’abandonner sa teinture noire afin d’assumer pleinement son identité à l’occasion de la cérémonie.

 

Saison 6.

 

Après s’être jetée du haut des remparts de Winterfell avec Theon, Sansa tombe fort opportunément sur Brienne, femme sanguinaire, qui passait par là pour meuler des Bolton dans la forêt.

Sansa Catelyn marron

Portant sa Catelyn marron, Sansa ne pouvait être habillée mieux à propos pour recevoir le serment d’allégeance de Brienne, laquelle parvenait ainsi à tenir la promesse faite à Cat.

 

Sansa pelisse de loup

Un des premiers changements notables à Châteaunoir chez Sansa est l’ajout d’une pelisse sur ses épaules. Vraisemblablement en peau de loup, cette fourrure réaffirme, si besoin en était, que Sansa est une Stark, mais surtout qu’elle est déterminée à se battre pour Winterfell et le Nord. Dans la scène où cet accessoire apparait, Sansa partage un repas avec Jon où sa silhouette semble plus imposante, plus puissante que celle de son frère. De fait, c’est Sansa qui domine l’échange en rappelant à Jon que ni lui ni elle ne seront jamais en sécurité tant qu’existera la maison de l’Ecorché.

 

Sansa coiffure Stark

On peut également constater qu’elle revient désormais aux coiffures de sa jeunesse, les tresses sur le haut de la tête se rejoignant à l’arrière. Avec les faibles moyens dont une femme peut disposer dans un temple de la merguez et des pois chiches comme Châteaunoir, Sansa reconstruit une identité visuelle personnelle. Cette coiffure a peut-être aussi pour but de rappeler à Jon Snow la Sansa des jours heureux à Winterfell, puisqu’elle espère le convaincre de l’aider à reprendre leur fief. Une stratégie du rappel à l’enfance qu’elle avait déjà appliqué avec Theon.

De plus, Sansa est contrainte de porter sa Catelyn, ce qui envoie sans doute un message négatif à Jon, qui n’a jamais eu de bons rapports avec sa belle-mère. Pour Sansa, la coiffure de petite fille est donc une stratégie fine. On verra d’ailleurs qu’elle abandonnera ce style dès après la prise de Winterfell.

Sansa en train de coudre

Sansa va donc se remettre à coudre, et la série choisir de nous le montrer. Comme pour son costume de mockingbird, cette nouvelle peau marque un tournant majeur pour Sansa qui montre là tout son talent et sa créativité. Il est loin le temps des robes portefeuille trop grandes portées à la cour. Désormais, Sansa crée des vêtements qui n’appartiennent qu’à elle. Comme la robe de mocking bird, celle verte au loup est inédite dans la série et ne ressemble à aucune autre. Comme beaucoup de personnages féminins dans cette série, Sansa opère à son tour un virage vers les robes armures, en dotant celle-ci d’un pseudo gorgerin qui s’orne de son emblème. Cette fois cependant, à part le renvoi à sa maison, la robe n’est un hommage à rien ni personne. Ni la forme, ni la couleur n’évoquent d’allégeances extérieure. Ce costume est sans doute le premier vêtement de la vie de Sansa dans lequel elle soit totalement elle-même.

Sansa robe verte

Conçue pour impressionner, la robe semble indissociable de la pelisse en loup, qui ajoute du volume et de la prestance à l’ensemble. Le velours, avec sa teinte riche et vibrante, la broderie fine et brillante lui donnent un aspect luxueux lorsqu’ils s’agit d’une coupe finalement très épurée et simple.

Sansa broderies robe verte détail

Sansa broderies robe verte détail

sansa broderies robe verte détails

Ce vêtement est destiné dans un premier temps à rallier les maisons susceptibles d’être favorables aux Stark. Le choix de Sansa de la couleur verte est très fin. Michele Clapton peut ici exprimer plusieurs idées. Premièrement le vert est associé au renouveau, au printemps. On a donc ici une teinte qui se veut porteuse d’espoir.

Les broderies renforcent cette thématique avec leurs motifs végétaux ornés de bourgeons. Sansa porte ainsi une robe qui pourrait aisément porter le nom d’un livre qui sortira peut-être un jour : « A Dream of Spring ».

Ensuite, cette teinte est appelée « vert sapin », car elle rappelle la couleur des épines de ces arbres persistants, résistant encore et toujours à l’hiver. Un choix judicieux dans le contexte du ralliement des bannerets à qui l’on veut rappeler que la maison Stark a survécu au pire.

Sansa Robe verte

Côté cheveux, comme dit plus haut, Sansa passe désormais à la tresse, coiffure moins juvénile que ses cheveux lâchés évoqués plus haut. Si elle conserve les deux tresses au sommet du crâne, emblématiques du style du Nord, elle va désormais se distancier de l’image d’enfant qu’elle cherchait jusqu’à présent à se donner aux yeux de Jon afin de la convaincre de l’aider.

Sansa robe verte

 

Sansa étrenne également un nouveau manteau, bleu nuit, qui pourrait ici nous rappeler son lien avec Littlefinger auquel elle a demandé de l’aide à l’insu de Jon. Je rappelle juste que le bleu marine est la couleur qu’elle commence à porter avec sa robe de mockingbird (dans les reflets bleutés des plumes) et avec sa Catelyn bleu marine, teinte à mi-chemin entre ce qui était sa couleur personnelle et celle de Baelish.

Sansa robe verte

Sansa manteau bleu nuit

Sansa manteau bleu nuit

C’est dans cette superbe robe que Sansa assistera à la proclamation de Jon Kiguinzenorf, une décision fort injuste si vous voulez mon avis parce que sans elle, Jon n’aurait jamais bougé son boule de Châteaunoir ni gagné la Bataille des Bâtards. Du coup, je me demande en quelle mesure la décision de couvrir la robe de Sansa avec son manteau et ses cheveux, à nouveau lâchés, n’était pas pour volontairement la mettre en retrait dans la scène, afin d’annoncer une autre mise en retrait, politique cette fois.

 

Saison 7.

 

Je vais laisser un expert résumer à ma place l’état d’esprit de la saison 7 de « Game of Thrones » :

Kaamelott, le Burgonde :

Du coup, le virage opéré par lady Sansa n’en devient que plus franc. Voici donc les 3 costumes portés par la dame de Winterfell durant cette saison.

 

Et on attaque direct par le cosplay Dagobert :

Sansa robe armure à plastron

Sansa robe à planstron

Premièrement, celui-ci, dont la forme m’évoque les armures du Roi de la Nuit. En tout cas, quoi qu’il arrive, il est résolument martial. Deux éléments sont à relever en plus de l’aspect armure de l’ensemble. Premièrement le col amovible, plus modeste que ceux portés précédemment, semble fait pour marquer subtilement le rang de Sansa. Elle a par ailleurs enrichi cet accessoire de deux têtes de loups à sa base, qui donnent in fine à ce col l’aspect d’un torque. Or, de ce que l’on sait des torques portés durant les âges du Bronze et du Fer et par les Romains, c’est qu’ils sont destinés aux guerriers, particulièrement ceux qui se sont distingués au combat. Le renvoi à cette référence souligne ici le caractère martial de ce costume et explicite aussi les intentions de Sansa, on va y revenir.

Deuxième élément marquant, la large ceinture en cuir qui renvoie aux ceintures-armures de la reine Cersei dont Sansa semble s’inspirer beaucoup cette saison, lui rendant également hommage au travers de sa coiffure.

Sansa robe à plastron et coiffure Cersei

Dans ce costume, Sansa lie à la fois son identité Stark par les loups de son col et Cersei, dont elle se méfie plus que tout mais dont elle reconnait aussi l’influence déterminante dans sa vie : « I’ve learned a great deal from her. ».

Je crois aussi que Sansa commence à porter le même style de coiffure que Cersei afin de rappeler leurs déboires respectifs. Sansa, comme Cersei, est une femme puissante qui a beaucoup apporté au roi auprès duquel elle siège (le règne de Robert aura été très largement soutenu par l’or de Castral Roc, sans parler de la prise de Port Réal, pendant la Rébellion). Elle se sent son égale en intellect, mais ce dernier rejette son conseil. Privée du pouvoir qui lui revenait de droit, Sansa se sent, comme Cersei, dépossédée et entravée par sa condition de femme (PARCE QUE LE PARALLELE SANSA / CERSEI …. complétez la suite).

C’est ce qui ressort en filigrane de la discussion qu’elle a avec Jon après leur accrochage en public au sujet des Omble et des Karstark. Jon demande à Sansa ne de pas questionner son autorité suite à quoi elle le complimente sur son talent à gouverner :

«-You are good at it. […] At ruling. You are ! You are. They respect you, they really do, but…

What did father used to say ? “Everything before the word “but” is horse shit?”

He never said that to me.

No. He never cursed in front of his girls.

Because he was trying to protect us.

Et en faire de petites ladies respectables, quitte à ne pas leur délivrer des leçons de bon sens comme celle-ci, afin de leur donner des armes utiles pour survivre.

Genre.

«-He never wanted us to see how dirty the world really is. But father can’t protect me, neither can you. Stop trying.

 

Ce costume, au détail près d’une broderie symbolique, reprend les essentiels d’un vêtement de pouvoir tel que conçu par Sansa. J’avais parlé du fait qu’il s’agissait, en gros, des mêmes éléments que sur les costumes de Daenerys, épaulettes et taille marquées. Cette fois cependant, pas de décolleté, Michele Clapton ayant expliqué que par ces vêtements couvrants et difficile à enlever, Sansa cherchait à se protéger de Littlefinger. Après avoir joué avec l’idée qu’elle l’attirait et usé de sa féminité pour lui renvoyer une image complaisante, Sansa remise ses atouts pour lui opposer un vêtement martial fermé de partout. Impossible en effet pour elle de ne pas le voir comme une menace pour son intégrité physique : il est celui qui l’a livrée à son violeur, et qui lui a volé deux baisers. Elle sait qu’il la désire et se protège donc comme elle peut.

Exactement comme Cersei se couvre de la tête au pied en réponse à sa marche de l’expiation, dégradation dont elle a été victime (#Sansa/Cersei).

Sansa robe à plastron

La forme très évocatrice de l’armure de cette robe me fait également me demander si Sansa ne la porte pas afin de concurrencer Jon sur son propre terrain. Elle lui reconnait son expertise militaire, mais ne s’étant pas elle-même illustrée sur le champ de bataille, elle n’a pas cette aura de chef de guerre. Or, cela lui fait défaut, comme la proclamation de Jon en tant que Roi du Nord le lui a montré. La robe armure et son torque sont donc un moyen de rappeler à tous qu’elle aussi a largement contribué à la victoire, ainsi que de se rapprocher visuellement des tenues de Jon. Ceci aura deux effets : montrer qu’ils sont à égalité, et afficher leur but commun qui est de préparer la guerre contre l’Hiver.

 

And now, la deuxième robe à plastron :

Sansa robe à plastron

Sansa robe à plastron grise

Sansa récidive avec une autre robe armure, sans lignes horizontales sur le panneau avant cette fois, qu’elle porte lorsque Jon annonce son départ pour Peyredragon puis que l’on retrouvera régulièrement par la suite. A part le panneau à l’avant, qui affiche désormais un décor quadrillé, ce costume possède les mêmes caractéristiques que le précédent.

Sansa robe à plastron grise

 

On constate assez vite qu’après le départ de Jon, Sansa porte des robes qui continuent d’évoquer des armures mais de manière de moins en moins déclarative, comme le montre sa troisième robe de la saison :

Sansa robe grise

Sansa robe grise

Porté avec un large col en fourrure pour renforcer la ligne des épaules, ce costume (mon préféré pour Sansa de la saison, pour le moment) n’affiche plus de panneau à motif mais décline un tissu à losange du haut en bas. Clairement, on a déjà plus à faire à une robe qu’à une armure ici. Quelque part, je me dis, hein, ça confirme ma théorie de la robe armure comme outil pour s’imposer face à Jon. Devenue dame de Winterfell en l’absence du roi, Sansa est plus à l’aise, ne craint plus personne et peut donner à sa tenue des tonalités moins martiales.

J’attire votre attention sur le fait que désormais pour Sansa, le symbole de pouvoir dans le costume ne sont plus les plumes de little bird mais bien la fourrure de loup. Un tournant important pour le personnage qui a adopté ce symbole la saison dernière déjà.

Sansa robe grise

Il me semble important de souligner que Sansa ne revient jamais cette saison au noir qui la reliait à Littlefinger en saison 5. Les tonalités de ses costumes tirent davantage vers le gris, couleur de sa maison, quand bien même elle privilégie une nuance très sombre. La plus claire de ses robes étant la dernière que je vous ai présenté, je m’attarde un peu dessus car il ne faut pas oublier que c’est dans ce costume qu’Arya la surprendre en train de se faire flatter par les bannerets qui avouent leur regret de ne pas l’avoir proclamée reine.

Est-ce que le choix d’une robe d’un gris moins profond que toutes ses autres tenues, à ce moment précis, est un hasard ? JE N’Y CROIS PAS.

Sur la bannière des Stark, le loup est gris sur champ de neige. Jon, en tant que fan de Geralt de Riv bâtard, a été surnommé le Loup Blanc, puisqu’il est de coutume que les bâtards inversent les couleurs familiales pour leur armoiries personnelles. Du reste, Jon traine avec un loup blanc depuis des années maintenant.

Mais si, vous savez, Fantôme.

Du coup, Sansa vêtue de gris pourrait quelque part chercher à rappeler aux seigneurs bannerets qu’elle est une Stark légitime, en utilisant de façon ostensible la couleur du loup sur la bannière. Ceci je le crois, moins dans le but de porter préjudice à Jon que dans celui d’affirmer son autorité et son statut de dame de Winterfell devant une assemblée de nobles pour le moins ronchons.

Il y a donc, malgré le côté simple et utilitaire des costumes de Sansa en saison 7, tout un jeu de pouvoir caché derrière, soulignant à la fois les tensions au sein de la maison Stark, mais aussi le rôle éminent que joue désormais Sansa à Winterfell, reconquise grâce à elle, et qui affrontera l’Hiver du mieux possible grâce à elle (qui se montre inflexible sur la question du stockage de grain ? C’est Sansa. Qui a l’idée de faire doubler de cuir les armures pour éviter aux soldats de trop souffrir du froid ? C’est Sansa.).

 

« I am Sansa Stark of Winterfell. This is my home and you can’t frighten me ».

 

Le tournant radical pris par Sansa en saison 7 s’avère un parfait résumé du parcours du personnage. On l’aura vue migrer des tenues naïves et bleues de son enfance vers des robes qui n’avaient rien de personnel, destinées essentiellement à la protéger, que ce soit en l’intégrant ou en la rassurant.

Sa première exploration hors de l’imitation aura été couronnée de déception et son retour tant espéré à Winterfell placé sous le sceau de l’horreur.

En guerre aussi bien contre l’Hiver que pour elle-même, Sansa va désormais adopter une silhouette aussi forte que celles de Daenerys et Cersei en saison 7, l’image de ses femmes détournant la symbolique armure masculine à leur profit, combattant avec les armes à leur dispositione et s’avérant des adversaires aussi redoutables que mortels, défiant et abattant ceux qui ne les avaient vues jusqu’alors que comme les représentants d’un sexe faible.

3 commentaires Ajoutez les votres
  1. Je vais commencer ce commentaire avant de lire l’entièreté de ce billet car j’ai envie de parler de cette introduction.
    Moi-même je ne comprends pas que Sansa soit toujours aussi mal-aimée et Arya autant adulée. Pour la bonne et simple raison que, de façon générale, je n’ai jamais été particulièrement fan des membres de la famille Stark, et ce depuis le début. Chacun était trop…je sais pas, trop, pour que je les aime autant que la planète entière semble les aimer. Ned a été victime de son honneur; Robb de sa naïveté; Sansa est certes fortement remontée dans mon estime mais je ne la considérerais quand même pas comme l’une de mes favorites; Arya est devenue une réelle psychopathe et je refuse que des petites filles la prennent comme exemple; Bran a toujours été hyper chiant; Rickon n’a jamais servi à rien; et Cat m’a toujours mise en rogne de par sa façon d’être mère surtout pour son ainé et les autres après (maintenant, je suis ouverte au débat, n’ayant jamais lu les romans).
    Jon, lui, est un peu immunisé contre cette malédiction, car au fur et à mesure, j’ai l’impression qu’il s’est affranchi de son côté Stark et se rapproche de plus en plus du dragon. Mais même là, il n’est pas mon favori.
    En fait, moi qui aime énormément les antihéros, je serais tentée de dire que mes deux personnages favoris dans la série sont Sandor et Tormund. XD Ceci étant dit, je trouve que Sansa devrait finir Warden of the North car elle fait un boulot admirable en Lady of Winterfell, et je pense que Jon Stargarsnow ne serait pas contre. 😉

    Maintenant, revenons à nos moutons et à votre article présent.
    Ma robe préférée de toute la série pour Sansa restera donc sans aucun doute la verte aux loups. Comme vous le disiez si bien, elle ne démontre aucune autre allégeance que celle faite à sa maison, et c’est dans cette robe que l’on a compris, ENFIN, à quel point ce personnage avait évolué au fil du temps. Je me souviens de cette jeune femme sur son cheval, se tenant droite et fière et, j’ai envie d’utiliser un terme anglais, « regal » dans sa posture. Quand elle menace Ramsay, elle lance également une perche immense à son frère/cousin: elle va prendre les choses en main, elle, et pas pour Jon, pas uniquement contre Ramsay, mais pour elle-même. J’ai applaudi, sans rire. 🙂

    Enfin, tout ça pour conclure ce commentaire trop long sur un: hâte de voir sur qui portera vos prochains Points Chiffons. 😀

    1. Ah, les Stark… Ils sont totalement la famille archétypale de héros, celle avec de l’AMOUR, des VALEURS et j’en passe. La série n’est pas tendre avec eux, surtout Ned, puisqu’elle le montre tel qu’il est le pauvre, à savoir inadapté à tout autre milieu que le Nord. Dans le livre, il raconte lui-même son épopée dans le sud, ce qui rend le récit de ses exploits très différent. Il y apparait comme la victime d’une capitale immorale et décadente quand en réalité… Il est la victime d’une capitale immorale et décadente pour avoir refusé de se compromettre. Une attitude louable sauf lorsqu’elle le conduit droit à sa chute. Le deal proposé par Littlefinger à la mort de Robert était, sans ambiguïté, un pacte avec le diable, mais restait encore le compromis le plus correct pour préserver la paix et la stabilité du royaume. Sauf que Ned, le compromis, il connait pas.
      Visiblement, avoir menti sur Jon toute sa vie lui pesait tellement qu’il ne pouvait envisager en faire de même pour les enfants de Cersei (avec les conséquences que l’on sait maintenant mais qu’il était tout à fait en mesure d’envisager).
      Robb dans la série n’a pas été gâté. L’arc Talisa le fait en effet passer pour un gros couillon les hormones en furie. Dans le livre, c’est très différent : il est convalescent chez une petite famille noble vassale des Lannister quand il apprend que ses petits frères ont été tué par Theon. Jeyne, la fille de la famille qui le soigne le réconforte et une chose en entrainant une autre… Robb, conscient des risques pour la jeune fille et du fait qu’il a peut-être terni à jamais sa réputation (toute petite noblesse, donc l’enjeu d’un mariage est très élevé), il décide de rattraper son erreur en l’épousant. C’est déjà plus censé que « elle est bien roulée, Docteur Quinn, je vais me la faire puis la mener en épousailles, cette petite ! ». Laquelle Talisa sort de nulle part, je veux dire qui peut vérifier son histoire de « ouiiiii je suis une noble de Volantis ! » : personne. Dans la série, Walder Frey a plus que raison de péter un fusible. Dans le livre aussi, hein, vu que Robb a clairement fichu aux orties le contrat. Mais disons que dans le livre, l’erreur Jeyne Ouestrelin est moins motivée par un coup de tête que par la volonté de Robb d’être un homme bien (genre un homme qui a conscience des contraintes qui pèsent sur les femmes dans cette société : une rareté, ce garçon).
      Catelyn…. Vaste sujet. Son plus gros souci, c’est son caractère obtus. Elle s’accroche très fort à son système de valeur a a tendance à mépriser ceux qui s’en éloignent. Et pour faire en sorte de continuer de supporter le voisinage de Ned dont elle croit qu’il l’a trompée (alors qu’il était à la guerre pendant des mois et la connaissait à peine, ‘fin je veux dire, c’est pas super, mais c’est pas non plus incongru, quoi…), reporte sa haine et son mépris sur un Jon qui ne lui a strictement rien fait… Bon après, je suis pas sport avec elle. Je me mets à sa place, je pense que je réagis de manière fort peu Charlie moi aussi. Comme Ned, Cat doit aussi supporter une sortie aux forceps du cocon de Winterfell. Après des années vécues dans la paix et la félicité conjugale dans le Nord, voilà que les intrigues de la cour lui tombe sur le nez, puis son mari s’en va pour des années à Port Réal avec ses filles (dans les livres, Bran et Rickon devaient partir aussi) ce qu’elle vit comme un déchirement, puis son fils fait une chute presque mortelle suite à laquelle on tente de l’assassiner… Catelyn est une mère louve, mais même sans ça, je pense que n’importe qui fondrait légèrement un fusible face à un démembrement aussi violent de sa famille. D’où son incapacité à réfléchir quand on lui fourni un coupable tout désigné en la personne de Tyrion. A son crédit, elle finit par se rendre compte de son erreur et bien qu’elle ait du mal à l’admettre, Cat va évoluer à partir de cette erreur. Elle va commencer à agir de manière moins épidermique et à adopter une attitude plus adaptée au climat de guerre. Là où elle pêche, c’est quand elle refuse de laisser à Robb davantage d’autonomie. Mais là encore, c’est un comportement compréhensible. Elle a souvent, et elle l’exprime d’ailleurs, du mal à voir en Robb un homme quand sous ses yeux, elle n’a que son gamin de 14 ans que hier encore elle lui changeait les couches. Et de fait, Robb est encore un gamin de 14 ans. Alors certes, il s’en sort plutôt très bien eut égard au contexte et à son manque d’expérience (le Jeune Loup c’était pas de la rigolade, en son temps), mais il a en effet besoin du conseil de sa mère et de son expérience à elle pour le pondérer. Robb, comme Cat aurait eu besoin de temps pour s’adapter à la situation et trouver ensemble une façon de fonctionner. Walder Frey ne leur en a pas laissé le temps…
      Rickon dans les livres a 4 ans et c’est le plus warg de tous les enfants Stark. Sa relation avec Shaggy Dog est vraiment très puissante mais comme ce n’est qu’un tout petit garçon de 4 ans traumatisé par les évènements (l’accident de son frère, le départ de son père, puis de sa mère, puis de Robb, puis le siège de Winterfell, l’occupation par Theon… C’est beaucoup, si jeune), il est très souvent caractériel. Concrètement, il ne « sert » pas à grand chose non plus dans les livres (enfin, si, il sert, mais bon, vous m’avez comprise…), sauf peut-être dans le prochain quand les Manderly seront bien aise de le sortir de leur manche.
      Arya… C’est un perso très attachant. Nan si. C’est le mouton noir de la famille, qui a du mal à trouver ses marques dans cet univers. Elle vit totalement son enfance dans l’ombre de Sansa. Elle n’est pas manuelle, pas jolie et elle trouve à raison que ses frères ont des vies plus cool que la sienne. Elle est donc un peu à cheval entre deux sphères, dans un espace où il est difficile d’évoluer (Brienne connait elle aussi très bien cet espace entre les visions étriquées de masculin et de féminin). Trouver sa place dans ce monde est un vrai challenge pour une fille comme Arya et quelque part, la chute de son père l’aura sauvée d’une vie sans doute peu heureuse. Je ne dis pas que sa vie actuelle est géniale, c’est même tout l’inverse, mais elle a la chance d’être ce qu’elle a toujours aspiré à être. En vivant avec les parias, elle connait la chance de pouvoir être quelqu’un en dehors des limitations imposées à son sexe. Mais la contrepartie de son environnement depuis son départ de Port Réal est qu’elle doit affronter une vie très dangereuse où le danger de mort guette réellement à chaque détour (poursuivie par les Manteaux d’Or le long de la Route Royale, puis à Harrenhall, antichambre des enfers, ensuite en fuite avec le Limier, et enfin Braavos, où elle ne connait rien ni personne et se retrouve à travailler pour les Sans Visages, pas le job le plus safe du monde). Du coup, la série nous la montre se renfermant dans une froideur capable de lui permettre d’encaisser, du haut de ses quoi… 12, 14 ans ? Je ne sais pas quel âge elle est censée avoir à ce stade de GoT… D’ailleurs, dans la série, on nous montre aussi une grande faiblesse de son caractère : aux Jumeaux, sa vengeance est implacable mais contrôlée puis qu’elle abat les hommes en épargnant les femmes. Elle se contient encore. Mais à Winterfell, face à Sansa qu’elle a toujours jalousée et enviée, elle ne parvient pas à voir plus loin que ses sentiments de rivalité avec sa soeur. Jusqu’à faire preuve d’une absence totale de jugement vis-à-vis d’un Littlefinger trop heureux d’exploiter cette faille….
      Ce n’est pas Arya elle-même qui me dérange en fait, j’aime bien ce personnage. C’est la manière dont elle est mise en opposition à Sansa pour justifier le désamour pour cette dernière. Comme je le disais en intro, c’est régulièrement que l’on voit les commentaires tourner autour du « elle est badass », « elle sait se battre », « elle est rebelle ». Parce qu’elle apprend la danse de l’eau, le tir à l’arc, s’habille comme un garçon et tue des gens. C’est oublier un peu vite que quand elle demande à Joffrey combien de temps elle doit rester regarder la tête de son père sur les remparts, Sansa est ultra badass aussi parce qu’à cet instant là, elle neutralise ce cinglé en une phrase. Arya aurait survécu deux heures en compagnie de Joffrey. Pas plus. Qu’elle se bat quand elle embrasse la lame de son fiancé en lui suggérant d’aller se battre en première ligne car c’est la seule attitude digne d’un roi. Et qu’elle est rebelle quand elle se passe de l’avis de Jon pour lever non pas une mais deux armées et reprendre Winterfell.
      Mais Sansa est une fille, qui utilise les armes que son éducation lui a donné : connaissance de l’étiquette, art de la conversation, du paraitre. Et elle maîtrise ses gammes en la matière. Le côté passif et victime de son personnage, balottée d’un mariage à l’autre, semble lui valoir un profond désamour alors qu’il n’est le résultat que de la société machiste dans laquelle elle vit. Sansa est une femme polie, jolie et conforme à ce que l’on attend d’une femme pour faire une bonne épouse. Et voir ce que cela produit agace, énerve. Sansa est objet de moquerie et de mépris quand elle se conforme aux injonctions de sa société : sois belle, polie, bien mise et ferme-là.
      Qu’elle en soit réduite à utiliser des armes très « féminines » (conversation, observation…), peu importe qu’elles soient aussi efficaces que des armes d’acier, cela agace aussi…
      Sansa n’est encore qu’une enfant, mal armée pour survivre dans un monde pareil et qui pourtant y parvient presque miraculeusement. Je ne m’ôte pas de la tête que si son personnage était plus mature, sexuellement parlant, les gens montreraient aussitôt plus d’indulgence envers elle (Margaery est globalement appréciée et pourtant, dans la série en tout cas, elle est une version plus âgée et plus aguerrie par sa grand-mère, de Sansa). Ce qui revient à dire que pour qu’une femme répondant aux normes imposées de la féminité trouve grâce aux yeux du grand public, il faut qu’elle soit sexy ? Allons, non, quand même…………
      Bref, le Sansa bashing est un phénomène triste à observer mais très révélateur du machisme ambiant…

  2. Comme vous, je ne comprends pas ce désamour de Sansa sous prétexte qu’elle est très féminine. Je le comprends d’autant moins que si je ne m’abuse, Daenerys, qui est idolâtrée (voir trop suridolâtrée à mes yeux), est restée très femme durant toute la série. Une femme qui a néanmoins droit à un bonus dragon x3 (2), ça doit jouer.
    On peut aussi pensé à Cersei mais Cersei s’est masculinisé au fil de saison (robe armure, Tywin toussa toussa) donc elle est peut-être un peu hors catégorie.
    On peut aussi citer Margaery ou Olenna qui en leur temps ont bien su utilisé leurs armes pour se faire une place. Bref, les femmes dans GoT même si elles ne tuent pas en jettent.

    Pour en revenir à Cersei et Sansa, tous ces parallèles entre les deux me fait penser aux des scènes où Cersei montre… une sorte de sympathie pour Sansa : celle où elle a ses règles et celles pendant le siège de Port-Réal. Volontairement ou pas, Cersei aura beaucoup appris à Sansa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *