Le Point Chiffon : Cersei, part.3 : au jeu des broderies, il faut vaincre ou mourir.

Maintenant que l’on a bien causé des formes et des couleurs des costumes de la reine, il est grand temps de nous attaquer à un morceau, oh, pas si gros en quantité que cela, mais qui mérite tout de même son billet à part : les broderies de la reine.

Cersei est la maîtresse incontestée d’une armée de petites mains que j’imagine travaillant terrifiées dans une cave du Donjon Rouge, devenant peu à peu aveugles à force de réaliser des ornements compliqués avec de toutes pitites perles et de tout pitis fils sur les robes de la reine.

De la saison 1 à la saison 7, les ornements des costumes de Cersei nous racontent bien des histoires, certaines attendues, pleines de lions qui buttent les petits animaux de la forêt, d’autres plus surprenantes comme le penchant certain de notre bonne reine pour les pitits oiseaux.

Difficile dans la série d’apprécier le niveau de détail et donc, le sens caché derrière ces broderies. Dans ce billet, nous allons donc enchainer les gros plans et autres photos sur mannequin, et découvrir tout ce que Michele Clapton a caché dans les costumes de Cersei.

 

Bye bye birdie.

Cela pourrait vous surprendre, mais le motif le plus récurrent chez Cersei et le plus évident au premier regard dans les premières saisons n’est pas le lion, mais l’oiseau.

On retrouve ce motif sur sa robe verte ainsi que sur sa robe rouge « Lannister as fuck ».

broderie robe rouge
broderie robe verte

Alors que l’on verrait plus volontiers la fière reine Lannister arborer des lions triomphants sur ses épaules, dans les deux cas, Cersei fait figurer en première place des oiseaux. Et pas des pygargues ou des albatros hein, non, plutôt de petits passereaux bien colorés, bien doux, bien inoffensifs.

 

broderies oiseaux

La robe verte apporte d’elle-même une solution à ce qui peut sembler de prime abord une incongruité dans le choix des motifs. Comme on l’a vu dans la première partie de ce Point Chiffon, Cersei porte cette robe dans des moments où elle se concentre sur sa famille, à savoir ses enfants, et Jaime. C’est une robe qui évoque son intimité, son cercle le plus restreint, ceux qu’elle aime vraiment (surtout ses enfants, du coup, « Love no one but your children », toussa…).

robe verte

Les oiseaux ici évoquent diverses idées, et parmi elle, il y a la douceur inhérente à son rôle de mère. Ceci peut sembler incongru lorsque l’on parle de Cersei, mais dans les faits, la série ne l’a jamais vraiment montrée dans son quotidien, avec ses enfants, surtout les deux choupis. En saison 2, ils partagent une scène de repas ensemble, et quelques épisodes plus tard, Myrcella est envoyée à Dorne un peu avant que Cersei ne tente d’empoisonner Tommen. Les circonstances, hein, jugez-pas.

Que Cersei soit une mère douce et aimante est quelque part suggérer par ce motif sur sa robe verte, montrant que malgré sa froideur et sa méchanceté, elle n’en possède pas moins une facette plus tendre.

Le motif de l’oiseau n’est pas seulement récurrent sur les costumes de Cersei, mais aussi dans son langage.

C’est en portant la robe verte aux oiseaux qu’elle se rend au chevet de Catelyn veillant Bran, pour lui offrir sa sincère (si, j’en suis sûre) sympathie. Elle livre alors à lady Stark une surprenant confession, la mort de son fils premier né, l’unique enfant qu’elle aura de Robert, né prématuré (seule explication possible au fait que Catelyn n’ait jamais entendu parler de cet enfant dont l’existence est pourtant confirmée plus tard dans la série). Elle parle de ses cheveux noirs et utilise pour le décrire l’image suivante : « a bird without feathers », un oiseau tombé du nid.

La métaphore aviaire est également de rigueur à propos de Sansa, abondement surnommée par la reine « little dove ». Petite colombe qui deviendra d’ailleurs un Mocking Bird avant de reconquérir son chez elle sous la bannière du faucon…

« Little dove » est une expression à double tranchant chez Cersei. Elle se réfère à l’évidente naïveté de Sansa, oiselle perdue dans ce nid de vautours qu’est Port Réal. Mais la présence récurrente d’oiseaux sur les costumes de Cersei tendent à me faire penser que la reine ne méprise pas du tout ce motif. Au contraire. Elle l’associe à la maternité, à ses enfants, leur fragilité, leur innocence. « Little dove » n’a pas que des accents railleurs, cela dénote également chez la reine d’une certaine compassion qu’elle éprouve envers Sansa. J’ai pas dit « affection », j’espère que vous l’avez noté.

Cersei se retrouve certainement beaucoup en Sansa. Elle aussi a rêvé d’épouser le prince. Elle aussi a rapidement déchanté face à ce que la vie maritale lui offrait. Si elle hait la naïveté de Sansa parce qu’elle l’assimile à de la faiblesse, Cersei n’en est pas moins très au fait de ce que la vie va imposer à cette enfant qu’elle jette en pâture à son fils.

 

La présence des oiseaux sur la robe rouge de Cersei tient en peu ou proue les mêmes raisons que pour sa robe verte. De fait, les deux costumes sont très similaires dans l’esprit et la forme. Seule la couleur, verte pâle contre rouge vif les distingue de façon claire en les opposant. Comme on l’a déjà vu, la robe rouge est une robe de fierté Lannister, portée pour impressionner et soutenir le parti au pouvoir.

Que viennent donc faire ici des oiseaux lorsque l’on attend des lions (présents malgré tout sur les panneaux dorés de la jupe) ?

« I would do anything for you. Anything to keep you from harm. I would burn cities to the ground. You are all that matters. You and your sister. From the moment you came into this world.

Si Cersei ne dira ceci a Tommen qu’en saison 5, il n’en demeure pas moins que le personnage a toujours été motivé par cet impératif : protéger ses enfants. Dans toute sa fierté Lannister, dans toutes les décisions qu’elle prend, dans tous les sacrifices auxquels elle consent, Cersei ne cherche qu’à protéger ses enfants.

Les oiseaux sur sa robe rouge rappellent sans doute cela. Ce but, ce programme d’une vie qui s’interrompra tragiquement le jour où Tommen décidera de pousser l’analogie un peu trop loin et se jettera par la fenêtre, sans toutefois parvenir à voler.

Mais les oiseaux ne survivront pas à l’arrivée des Tyrells à la cour. A mesure que Cersei se sent menacée, son jeu se durcit et le motifs des oiseaux, trop doux, pourrait la desservir dans sa compétition permanente avec Margaery et Olenna. Soucieuse de montrer ses atouts de puissance, la reine abandonne donc les robes aux oiseaux.

Elle n’en reportera qu’une, la rouge, deux fois en présence de Tyrion. A une première occasion lorsqu’elle lui rend visite à la fin de sa convalescence en saison 3 et une dernière, alors qu’elle se morfond avec son frère sur leurs mariages prochains. Dans ce dernier cas, comme on l’avait déjà vu, le port de cette robe rouge entérine l’acceptation du mariage avec Loras pour la gloire de la maison Lannister, un sacrifice consenti pour le bien de ses enfants, comme peuvent le suggérer les broderies aux oiseaux.

Dernier petit point, en écrivant ce billet, v’la t’y pas que j’étais sûre de chez sûre que la robe portée par Cersei lorsqu’elle se réveille au côté de Jaime et va ouvrir à sa servante en saison 7 était la robe verte aux oiseaux justement.

S’eut été probable puisque cette nuit était certainement celle de la conception du nouveau lionceau et que le retour des oiseaux aurait eut du sens.

Mais comme vous pouvez le voir sur ce GIF d’une rare splendeur, que nenni. Il s’agit d’une robe verte toute simple, ce qui nous renvoie néanmoins à cette couleur qui servait en saison 1 et 2 à évoquer l’intimité de Cersei, sa famille à elle, Jaime et leurs enfants. Ici, les oiseaux se sont littéralement envolés, il ne reste plus que l’étoffe vert pâle, nue.

 

A lion still has claws.

Bon c’est pas tout de causer des galinettes cendrées mais Cersei étant une Lannister, son côté léonin ne saurait être éternellement réprimé sous les gazouillis.

BRING ME THE FANGS, BRING ME THE CLAWS AND HEAR ME ROAR §§§§

Les lions sont, comme je l’ai déjà dit, présents sur la robe rouge, sur ces panneaux dorés. Il s’agit de lions cabrés, soit de manière très littérale l’emblème de la maison Lannister, lion cabré de gueule sur champ d’or, ça claque carrément plus en langage héraldique, essayez chez vous, vous verrez c’est marrant.

Robe étendard, la robe rouge est donc très démonstrative jusqu’au point de greffer deux foutus drapeaux aux hanches de la reine.

La robe rose dont on a vu qu’elle était sa robe Lannister soit diminuée, soit de salon, arbore évidemment elle aussi l’emblème du lion, qui est pour la première fois dans sa garde-robe présent sous la forme de broderies.

Absents des panneaux, les lions apparaissent désormais sur les manches, au niveau des coudes de la reine. Avantage majeur de ce positionnement des broderies, il permet à ces dernières de ne pas être cachées par les cheveux de la reine. Toujours visibles, démonstratives, inratables, elles reprennent l’idée de l’emblème de la maison Lannister, le lion cabré. Ici encore, nous avons donc une robe étendard.

Sur cette autre robe rose (oui, en fait, elle en a deux en saisons 3 et oui, je l’avais totalement raté et oui, j’ai honte parce que c’est tellement pas la même que s’en est gênant…), Cersei ardore des broderies encore plus spectaculaires, plus haute et plus riches.

 



Fragilisée par les Tyrells et convaincue d’être en compétition avec son frère pour entrer dans les meilleures grâces de Tywin, Cersei éprouve le besoin de s’afficher en Lannister et de montrer qu’elle est digne de suivre les traces de son père.

Ici nous n’avons pas un lion cabré, mais bien un lion, de face, rugissant (parce que non, il ne tire pas la langue comme votre chat quand vous l’interrompez durant une séance de toilettage). Cette broderie est une illustration de la manière dont Cersei se voit elle-même. C’est un ornement très déclaratif, d’autant plus qu’il n’est porté qu’en présence de membres proches de sa famille. Il montre bien la volonté de Cersei de prendre sa place aux côtés de son père et de faire comprendre à ce dernier qu’elle est le seul de ses enfants qui soit à sa hauteur.

Les robes rouleaux de moquette ne sont que rarement brodées. Cersei a suffisamment confiance en ses accessoires pour porter le message haut et clair. Cependant, lorsqu’elle veut élever un peu son jeu pour une occasion plus formelle, comme, au hasard, un mariage, la voilà qui repart faire un tour du côté de la cave des brodeuses pour leur demander de l’ornement à foison.

Comme vu la semaine passée, cette robe protectrice est également une robe de fierté Lannister. Cersei, même si l’idée lui déplait, a approuvé le plan de son père concernant son mariage avec ser Loras, car elle sait qu’il s’agit là du meilleur mouvement possible. Elle a également fomenté le mariage de son frère, auquel elle assiste dans cette robe, avec la clé du Nord. En résumé, à ce moment de la série, la maison Lannister a mis en branle un plan sans accroc (enfin, y’avait toujours un accroc en forme de Robb Stark à ce stade, mais bon…) visant recouvrir le continent avec ses ressortissants : Tyrion au Nord, Cersei au sud, et Joffrey au centre.

Pas étonnant de voir la reine affiche son emblème en très gros et en très cabré sur ses épaules. Deux lions affrontés autour de ce qui semble être le Donjon Rouge, symbolisant l’emprise de la maison Lannister sur la couronne, mais peut-être aussi deux lion affrontés et rugissant pour la symboliser elle et son frère, en passe de conclure des mariages finalement plutôt bien fichus politiquement parlant (parce que pour le reste, Cersei ne fait aucun mystère de son absence de considération pour Loras qu’elle enverra paître dans cette même robe un peu plus tard dans la journée).

J’avoue ne pas être ultra fan de cette théorie que je viens de vous pondre, et qu’elle penche du côté obscur de la surinterprétation quand il faut avant tout, je pense, voir dans ce choix des deux lions, de l’esthétisme, un symbole politique et un moyen de créer un motif très riche.

Au mariage de l’affreux Jojo, on peut noter que la tenue est dans l’ensemble un peu moins « waoouh ». Ok, c’est toujours un look qui fera tourner les têtes, mais moins. Comme j’avais eu l’occasion de le dire dans le deuxième billet, contrairement au mariage de Tyrion où elle était encore en possession d’une parcelle de pouvoir, le mariage de son fils marque la fin de son influence sur la couronne. Entre Joffrey qui ne l’écoute pas, Margaery qui a la main mise sur lui et Tywin qui tente de l’écarter, Cersei est seule, isolée et affaiblie.

Si cette robe est plus terne que la précédente, la broderie elle est nettement plus élaborée. Enfin, nettement… Elle l’est plus. Au lieu de deux lions, nous en avons ici trois. Une tête au centre de lion rugissant et surtout couronné, au milieu d’un motif évoquant, mais je peux me planter, un cœur. Ce lion est vraisemblablement Joffrey. De part et d’autre de ce motif, deux lions cabrés dans des directions opposées. Cette position donne davantage de dynamisme à la composition, ce qui peut-être la seule explication à apporter à cette posture. Après tout, la maison Lannister n’a pour emblème qu’un seul lion cabré. En mettre deux comme ornement et modifier leur orientation à sa guise n’est pas stricto sensu une manière de détourner la bannière familiale pour tenter d’en dire quelque chose de particulier.

Mais bon, venant de Michele Clapton, je me méfie, du coup, ou pourrait voir dans ces deux lions Tommen et Myrcella, ce qui serait raccord avec le chiffre trois, raccord avec l’amour de Cersei pour ses enfants. Et j’ajouterais que voir Tommen et Myrcella sous cette forme donne l’impression qu’ils cherchent à fuir le plus loin possible de Joffrey. Ce qui est raccord. Après tout, Joffrey n’a aucun rapport dans la série avec ses frère et sœur. Il assiste au départ de cette dernière sans verser une larme et Tommen révèlera à Margaery qu’il avait menacé de tuer ser Pounce, ce qui était tout sauf une menace en l’air, quand on connait Joff.

On peut aussi surinterpréter et voir en le lion couronné Tywin, celui qui tire vraiment les ficelles à Port Réal, encadré par Tyrion et Cersei, dans une posture de fuite montrant leur opposition à la politique de leur père. Mais franchement là, je pense que je vais trop loin.

 

Et puis donc Joffrey vient à mourir, et Cersei inaugure sa première robe de deuil, une très belle pièce bordée d’or dont les broderies sont juste, beh, franchement, dans la série, impossible d’y voir quoi que ce soit. Qu’elle n’a donc pas été ma surprise quand j’ai trouvé des gros plans sur elles et y ai découvert ceci.

Somptueusement macabres, ces ornements constellés de vanités dont la forme générale ne me rappelle rien en particulier, alors si vous avez des idées, je prends. Mais je pense qu’il s’agit en fait d’un simple motif en forme de motif. Pas la peine d’aller chercher autre chose. Sérieusement, alors que je n’accordais qu’une attention modérée à ces robes de deuils que je pensais interchangeables, voilà qu’en fait, je découvre des niveaux de détails ravissants.

 

Et c’est pas fini, les gars…

Dans cette robe, Cersei passera globalement toute sa saison 6. Premièrement, alors que je l’avais toujours vue noire, je découvre qu’elle est en réalité bleu marine. Très très bleu marine, mais pas noire quand même. Première surprise.

Deuxième surprise, AS-TU VU CES BRODERIES ??????

AS-TU VU ?


Sans déconner, ma petite Cersei, mais tu as tout donné sur celle-ci. La beauté de ce motif, toujours dans ce style macabre, désormais un poil dérangé. Tu t’es promenée pendant une saison entière avec ça sur le dos et je n’ai rien vu. Rien.

Cette broderie double-face rappelle à tout un chacun que Cersei est une Lannister, reprenant la tête du lion rugissant. Un lion de Schrödinger, mort et vivant à la fois, d’un côté entier, de l’autre en décomposition. Le tout enfermé dans ce qui évoque la forme d’un cœur, rappelant les broderies de la robe portée au mariage de Joffrey. Le cœur est ici plus étiré car la forme des manches sur la robe portefeuille ne permet pas de déployer le dessin comme c’était le cas avec le rouleau de moquette.

Voilà également pourquoi les deux lions cabrés autour de la tête rugissante sont renvoyés sur les épaules. Enfin, les lions cabrés, ce qu’il en reste car nous n’avons plus ici que des crânes desquels part une série de perles en forme de vertèbres.

Côté symbolique ici, on a de quoi s’amuser. Cette robe apparaissant en saison 4, il est difficile de faire endosser aux deux lions morts des épaules une quelconque identité. Comme la robe aux vanités l’a montré, Cersei a un penchant pour le macabre qui s’exprime ici à plein.

Elle est en deuil et ce genre de motif sert bien le propos sur la fragilité de la vie, Valar Morghulis, toussa, pas forcément besoin de chercher plus loin. Mais Michele Clapton peut utiliser cette robe pour diverses raisons :

  • C’est évidemment un renvoi à la robe qu’elle portait le jour de la mort de Joffrey, rappel constant de son envie de vengeance et de la mort de son fils qui la hante tout au long de cette saison.
  • Préfigurer la mort à venir de Tywin.
  • Représenter Joffrey et Myrcella en saison 6, le lion rugissant étant cette fois Tommen, entre la vie et la mort, que Cersei doit protéger.
  • Illustrer, par le lion mi-mort, mi-vivant, le glissement progressif de Cersei vers le personnage de la reine noire.
  • Ce qui ferait du twist de son manteau porté aux arènes un twist bien amené par tout ce teasing brodé.

Michele Clapton a dit qu’elle avait créé ce manteau pour que justement, lorsqu’elle se retourne, on comprenne qu’il y a « quelque chose de dérangeant chez cette femme ». Visiblement, ce trait de caractère était implémenté depuis un moment dans la garde-robe de la reine, mais la série n’y rendait pas suffisamment justice.

Quoi qu’il en soit, cette robe est celle de sa vengeance. La reprise du motif porté le jour de la mort de Joffrey est tout sauf anodine, rappel constant de sa motivation. Le visage mort-vivant du lion évoque certainement aussi tout au long de cette saison l’état dans lequel se trouve Cersei, morte à l’intérieur d’avoir perdu Joffrey et Myrcella, mais assez vivante pour abattre son bras vengeur sur ses ennemis.

Plus qu’une robe de deuil, ce costume est en réalité la première peau de la reine noire, affichant son âme torturée et blessée à la vue de tous. La menace est visible, mais le reste de la cour aura tendance à n’y voir qu’une expression de son chagrin, sans se méfier du sens pas si caché que cela que revêt le costume.

Et au final, je trouve cela franchement brillant de la part de Michele Clapton (qui n’était pas chef costumière sur cette saison, mais ce costume a bien été conçu par elle et son départ n’ayant été que provisoire, pour travailler sur la saison 1 de « The Crown », il me semble assez évident qu’elle avait laissé des consignes à sa suppléante).

 

Avec la fin de la saison 6, la reine opère un virage radical dont nous avons amplement parlé dans les billets sur les épisodes. Mais elle n’en délaisse pas pour autant ses broderies chéries, auxquelles elle donne à présent des allures plus martiales, effet obtenu en combinant une encolure haute, l’ajout d’une chaine quand ce n’est pas carrément une forme évoquant des épaulières.

On retrouve des éléments familiers, comme la tête de lion rugissant, mais on constate que l’or a disparu au profit de l’argent, mutation dont j’ai déjà eu l’occasion de parler dans d’autres billets. On remarque également que désormais, le dessin est moins réaliste, je sais, faut le dire vite, mais en tout cas qu’il donne davantage dans des lignes brutes. La tête du lion a moins de rondeurs. Elle semble se rapprocher d’une évocation, de la même manière que la couronne de Cersei en est une d’une tête de lion et de sa crinière.

Comme on l’a vu pour Daenerys et ses ornements, cette broderie apparait plus agressive que jamais, grâce à l’utilisation de … machins pointus, dis-je avec aplomb, me référant à ces perles ovales aux bords tranchants formant la crinière du lion.

C’est dans ce costume, rappelons-le, que Cersei va faire exploser le Septuaire de Baelor, accomplissant ainsi sa vengeance de la façon la plus brutale et radicale qu’il soit. C’est également dans cette robe qu’elle livrera septa Terminator en pâture à ser Gregor. La broderie reflète ainsi cette agressivité, cette violence et surtout, par son aspect très géométrique, la résolution de la reine, et sa détermination, sans rondeur aucune.

 

Pour cette autre broderie d’une tête de lion, sur la nuque cette fois, on retrouve le même style que les broderies des saisons précédentes. Il est important de préciser à ce stade que Cersei ne porte plus de lions cabrés, mais toujours des têtes de lion rugissants, ou rugissants moins mais présentés de face.

Ce changement est important puisqu’il reflète la prise de pouvoir personnel de la reine. Ses enfants morts, elle se voit comme le dernier Lannister, même si elle dira le contraire à Jaime. Un Jaime qu’elle manipule à sa guise et dans le fond, méprise de plus en plus, ne le conservant à ses côtés que pour soutenir son règne. Les broderies de la reine reflètent sa mégalomanie, la faisant apparaitre comme le dernier lion.

 


Sur ces robes armure, les lions sont protecteurs. On ne les place plus seulement au manche mais sur le cou, sur la nuque, aux endroits où l’on se sent vulnérables. Ces robes couvrantes en disent déjà long sur l’insécurité de Cersei qui maintenant que ses enfants sont morts, attend de Valonqar (si je veux, j’ai pas perdu espoir que la série le dégoupille un jour) et se prépare pour la guerre à venir.

 

La robe portée à son couronnement est de ce fait très éloquente. Cersei est prise des pieds au cou dans une robe de cuir noir seulement ornée d’épaulières, d’authentiques pièces d’armure pour le coup, où apparait le visage du lion rugissant.

 

Mais ne s’agissant pas ici à proprement parler de broderies, je terminerai par le personal best de Tasoeurlareine, j’ai nommé, la robe concrétions marines portée le jour de la condamnation à mort de Tyenne et Ellaria Sand.

A ce stade, je ne suis toujours pas sûre du sens de ces broderies, motif marin ou cosplay « je suis déguisée en Trône de Fer ». Sur le gros plan des épaules, on peut constater que le motif reproduit celui de la couronne d’argent de la reine, elle même une tête de lion stylisée lorgnant sur l’aspect général du Trône de Fer, comme l’explique Michele Clapton.

C’est là de loin la robe la plus folle et la plus agressive jamais portée par la reine. Les rouleaux de moquette étaient certes imposants, mais cette robe à paniers imitant les robes de mariées de Sansa et Margaery en impose encore plus. Les broderies de lion étaient déclaratives, impressionnantes, mais celles-ci hurlent « me touche pas ou tu vas finir empalé sur ma robe ». Pas étonnant de lui faire porter ce mix étrange et à la fois extrêmement beau pour une scène de vengeance consommée où Cersei peut enfin faire payer Ellaria pour le meurtre de sa fille. Et ce, de la plus classe des manières si je puis dire.

Lorsqu’on la voit dans pareil costume, on se dit qu’il est bien loin le temps de la robe verte aux oiseaux. Mais les oiseaux sont morts et ne reste plus que le souvenir d’une Cersei qui ne reviendra plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *