Le Point Chiffon : Daenerys, part.3 : Devenir le dragon

On revient en troisième semaine avec toujours des chiffons, toujours de la Daenerys mais cette fois, du dragon !

A ce stade, soit tu es bien réveillé et tu as compris que l’on va causer de la manière dont le symbole du dragon prend place dans ses costumes, soit je te chope au saut du lit ou pire, entre 2 et 3 heures du matin, avec les yeux qui collent et tu dois être en train de te demander à quel moment de la série :

  1. Les dragons portent des vêtements.
  2. Daenerys se déguise en dragon.

Sans attendre que tu te réveilles complètement, je te propose de te jeter, tête la première, dans le sujet de la semaine !

Devenir un dragon : kit de démarrage.

Dans cette première partie du billet, on va surtout recenser ce qui fait écho à l’emblème de la maison Targaryen chez Daenerys de manière évidente mais aussi de façon plus discrète. La seconde partie sera consacrée à la manière dont la série utilise ces références et comment elles servent la narration.

Bijoux.

Commençons par ce qui est le plus évident, les bijoux de Daenerys. S’il y en a qui l’accompagne d’un bout à l’autre de la série, ce sont ses broches et épingles au dragon tricéphale.



Un rappel somme toute basique à l’emblème de sa maison, comme on peut retrouver des dire wolves sur les gorgerins des Starks, des lions qui gambadent partout sur les Lannisters, des truites au bond sur les fermoirs de Catelyn, des andouillers sur ces andouilles de Baratheon etc, etc…

De façon très démonstrative, nous avons aussi les deux colliers dont j’ai déjà parlé, qu’elle se fait faire (ou offrir) à Meereen.


Le premier est cet imposant pectoral qu’elle porte lorsqu’elle assiste à ses premiers combats dans les arènes de Meereen, lorsqu’elle fera la connaissance de Tyrion. C’est une pièce massive, qui mérite à peine le nom de collier puisqu’elle fait partie intégrante de sa robe. C’est un collier important, et j’y reviendrai car son port dans cette scène précise à ce moment précis ne manque pas d’ironie et traduit parfaitement la fragilité de Daenerys.



Le deuxième est cette horreur (si, franchement, c’est laid), portée également dans une arène, cette fois la grande arène de Meereen lors de sa réouverture. Cette fois, la pièce n’arbore qu’un dragon, et pour cause, dans cette scène Daenerys en sans doute au plus bas question concession et estime de soi et il ne lui reste basique qu’un seul dragon, qu’une porte de sortie : Drogon.

Avant ces deux pièces énormes, Daenerys a déjà porté des colliers évoquant l’emblème de sa maison.

Ici, la khaleesi porte deux pièces à la fois. Un collier avec un triple motif évoquant des tentacules ou les rayons du soleil (en raison de l’importance de cet astre chez les Dothraki), mais qui peut tout aussi bien représenter des flammes, et s’avérer donc être un rappel à la devise de la maison Targaryen, en plus qu’un renvoi au dragon tricéphale : trois flammes, trois dragons, préfiugurant en quelque sorte la naissance des enfants de Daenerys. Une explication qui tient parfaitement la route car c’est dans cette scène, la mort de Viserys, que Daenerys comprend qu’elle est plus qu’une khaleesi, elle est le sang du dragon. Quant au deuxième, il est composé de deux griffes ou crocs.

C’est un collier dont je remarque seulement maintenant qu’elle le porte depuis longtemps dans la série, au moins depuis cette scène au Dosh Khaleen dans la saison 1 lorsqu’on lui fait manger le cœur d’un cheval.
Elle le porte aussi lors de la tentative d’assassinat et quand Drogo jure qu’il se lancera à la conquête de Westeros.

Ainsi, ce que je pensais être un collier fait de griffes de dragons, imaginant qu’eux aussi, comme les piti chats, perdent leurs griffounes et que maman Daenerys les avait ramassé pour s’en faire un collier, est peut-être en réalité tout autre chose. Soit d’authentiques, mais antiques griffes de dragon, soit des reproductions.

Quoi qu’il en soit, ce collier n’a rien à voir directement avec Drogon, Rhaegal et Viseryon comme je le croyais avant, bien qu’il référence l’emblème de la maison Targaryen.

En saison 7, Daenerys commence à porter cette bague d’argent. Le style rappelle son grand collier au dragon meereenois, et la forme d’aile peut être vue comme une référence à l’emblème de sa maison.
Je ne parle pas ici volontairement des deux autres bagues de Dany, n’étant pas reliées au thème du jour.

Enfin, la chaine de la saison 7, pensée par Michele Clapton comme un substitut à une couronne. Une très belle pièce, que vous pouvez acquérir à l’expo Game of Thrones pour la modique somme de 4000 EUROS, t’as bien lu.

First, c’est lolant, mais Daenerys est the Breaker of Chains. Du coup, ça ne doit faire rire que moi, ce choix d’accessoire. Ok.

Ensuite, la chaine reprend de manière très explicite, plus que jamais en fait, la broche au dragon tricéphale. Plus que jamais ? Vraiment ?

Ben je sais pas, mais je ne me souviens pas que cette broche ait été portée de manière aussi ostensible depuis la première saison. Lors de sa présentation à Drogo, Daenerys en arbore deux. Lors de son mariage, elle n’en porte qu’une, au centre de sa robe. Depuis… Nada.
La broche réapparait sporadiquement, dans ses cheveux, mais plus jamais sur un vêtement.

Or ici, la chaine massive interdit que quiconque rate le bijou.
La chaine elle-même mérite que l’on s’arrête sur elle. Ses maillons ne sont pas simples. Ils ont la forme de vertèbres qui entourent Daenerys. La reine affiche ici clairement ce qui soutient son pouvoir, ses trois dragons, colonne vertébrale de son règne.

Broderies.

S’il y a une référence aux dragons difficile à manquer chez Daenerys, outre sa bijouterie, ce sont bien les motifs en écaille de dragon qui parsèment ses tenues. Comme on l’a déjà vu, Daenerys a un style personnel plutôt épuré qui ira en se chargeant au fil des saisons. L’un des rares ornements de ses tenues jusqu’en saison 5 sera le motif aux écailles de dragon, déjà présent sur les costumes de Viserys, visibles sur ses cols.

Daenerys ne porte pourtant pas ce motif au début de la saison 1. De la même manière qu’elle va glisser vers les vêtements dothraki après avoir apprivoisé Drogo, elle va assumer le motif targaryen dans un contexte bien particulier.

Immédiatement après la mort de Viserys, Daenerys commence à reprendre à son compte les rêves de conquête de ce dernier. Comme on l’a vu la semaine dernière, elle a réalisé en voyant son frère périr par le feu (so to speak) que c’était elle, le dragon. J’avais alors parlé du fait que c’est à ce moment-là que commence la longue geste des épaulettes larges faites pour imiter les épines des dragons, donnant un maximum de DRAMA à sa silhouette.

Et pour aller avec les épaulettes, un petit peu d’écailles, ça vous ira ?

Daenerys porte maintenant sur elle les écailles de dragon, sur l’ensemble de son… crop top ? Crop top.

Pour autant les écailles ne reviendront sur le devant de la scène qu’à partir de la saison 3, à Astapor sur les robes bleues.

Le motif ira en se complexifiant sur la route de Meereen.

Et atteindra son paroxysme avec cette robe (que, je veux pas me la péter, mais je l’ai vue en vrai. Et elle était bien trop loin pour pouvoir en apprécier les détails et ça, c’est pas cool) :



Le motif des écailles de dragon dégringole ici tout au long de la robe, qui en est intégralement recouverte et se voit éclairée par des broderies d’or veilli. On est face à ce qui pour l’heure, est ce que Daenerys aura porté de plus beau, de plus royal.


C’est une robe qu’elle porte pour ses audiences avec les Meereenois, où elle connaitra rapidement ses premières déconvenues. Une robe qu’elle portera pour la dernière fois lorsqu’elle confrontera ser Jorah à son rôle de sous-marin.

On retrouve évidemment le motif sur ses robes blanches, mais il se fait alors bien plus rare, pour une raison qui sera expliquée dans la deuxième partie.

On ne les retrouvera dans toute leur splendeur qu’à la toute fin de la saison 6, sur le navire qui l’emmène vers Westeros.





Malgré le ton sur ton, on voit ici un net upgrade de la broderie, le motif est bien plus puissant.
More on that later.

Évidemment, sur les tenues de la saison 7, le motif perdure, pas sur tous les costumes, mais il conserve cette nouvelle puissance et richesse, tout en sachant se fondre dans la masse. Daenerys n’est pas tape à l’œil comme peut l’être Cersei, eut égard à leurs background respectifs. La première a vécue une partie de sa vie dans l’insécurité et une pauvreté relative, la deuxième le cul posé sur tout l’or de Castral Roc et dans des palais royaux.


Oh je sais. Je sais ce que tu te dis à ce stade : « ETLEMANTEAUBLANC  »

La silhouette du dragon.

Comme on l’a déjà assez largement vu, la silhouette de Daenerys tend à évoquer la forme d’un dragon. Ok, il faut le dire vite, mais globalement, on a cette idée des épaules puissantes, de la taille fine et de la queue symbolisée par ses manteaux ou robes plus longs à l’arrière qu’à l’avant. Plus la série avance, plus les tenues qu’elle porte tendent à accentuer cette silhouette caractéristique.

Ce montage moisi a été réalisé par mes soins

Et voilà. Je pense qu’à ce stade, on a tout :

  • les bijoux ;
  • les motifs ;
  • la silhouette.

Ne manque plus que ce fichu manteau blanc, pas vrai ? On y vient, on y vient… Patience, discipline, comme le disait sa majesté Sylvanas Windrunner.

Être un dragon.

S’il devait y avoir un truc à retenir de cette partie c’est que la dragonification de Daenerys est un processus allant crescendo de saison en saison.

Mais avant d’en arriver là, on va se pencher sur la manière et la raison pour laquelle ces élements sont parfois utilisés pour nous dire quelque chose.

Prenons par exemple, le motif des écailles de dragon sur les robes bleues des saisons 3 à 4.



Quand elle arrive à Astapor, Daenerys porte la toute première de ces robes. Le motif des écailles de dragon réapparait ainsi sur elle pour la première fois depuis la saison 1 et sa veste blanche dothraki. Les broderies s’étendent sur toutes ses épaules et jusque sur sa poitrine. L’ornement est ton sur ton, pas de fils d’or ou d’argent pour rehausser… Daenerys n’est pas ici en terrain conquis. Elle assume son héritage Targaryn et son sang de dragon, mais le motif, s’il est présent et inratable (enfin, si on y prête attention, parce que sinon, faut reconnaitre que c’est discret), reste modeste. Il affiche à la fois l’insécurité de Daenerys dans cette ville où elle doit jongler entre les Maîtres durs en affaire et les tentatives d’assassinat du Trône de Fer et des Non-Mourants, mais aussi son statut à ce moment du récit. Daenerys a pillé la maison de Xaro Xoan Daxos pour se payer le navire avec lequel elle a atteint Astapor. Dans la sobriété de ses tenues, il y a aussi le fait que Dany ne roule pas sur l’or. Tout ce qu’elle a gagné de son passage à Qarth est destiné à être investi dans son projet de conquête. Ainsi, pas un kopek n’est à dépenser dans un trousseau royal dispendieux.

De fait, Daenerys conservera la même robe durant tout son séjour à Astapor. Ni viendra l’agrémenter que le manteau bleu et blanc marquant sa pris de commandement sur les Immaculés. Et servant aussi un autre but face à Kraznys : lui masquer les écailles de dragon.

C’est une couverture symbolique car dans cette scène, elle cherche à faire croire au Maître qu’elle lui cède Drogon, ce qui revient à la priver d’une immense partie de son pouvoir réel et symbolique. Le port du manteau sert donc autant à se draper dans la posture du chef de guerre qu’à maintenir la ruse jusqu’au bout.

La scène, telle qu’elle est tournée, laisse d’ailleurs voir pour la première fois clairement le motif des écailles au moment où Daenerys fait sortir Drogon de sa cage. Jusqu’alors, les broderies étaient cachées par le manteau et ses cheveux. Mais tenant son dragon en laisse au dessus de sa tête, Daenerys fait glisser son vêtement en arrière de son épaule, dévoilant ainsi sa vraie nature. Soudain, et dès avant qu’on le comprenne par son discours en valyrien, on réalise que cette femme est dangereuse car elle partage le côté sauvage et imprévisible de la créature qui l’accompagne.

Puis lorsqu’elle remet Drogon à Kraznys, le motif disparait à nouveau, noyé dans l’ombre du manteau et des cheveux de Daenerys, alors qu’elle se dépossède de l’animal.
Le cadrage insiste ensuite presque exclusivement sur les épaules et le visage de Dany. Quand elle reçoit le fouet du commandement et que Kraznys lui explique qu’elle est désormais l’heureuse propriétaire d’un lot flamblant neuf d’Immaculés, la caméra insiste sur le manteau, fonction de commandement.

Et en toute logique, le cadrage sur Daenerys ne fera apparaitre les écailles qu’après qu’elle ait révélé à Kraznys parler parfaitement sa langue. Lorsqu’elle se retourne vers les Immaculés pour leur ordonner de tuer les Maîtres et de libérer les esclaves, les écailles sont donc là, le dragon se réveille et son courroux s’apprête à l’abattre.

Chef de guerre et dragon, il ne reste plus qu’à Daenerys qu’une seule chose à faire :

Dracarys

Plus tard, devant Yunkaï qui vient de se rendre, Daenerys porte une nouvelle robe. Au départ, j’ai cru qu’il s’agissait de la même, à laquelle on aurait augmenté les ornements, mais il se trouve que la robe d’Astapor reparait dans la saison 4. Il s’agit donc ici d’une autre, plus richement brodée que la précédente.




On note tout de suite la différence entre cette robe et la précédente. Encore une fois, seulement si on y regarde de près, hein, mais le fait est là. Cette robe, identique dans sa forme à la précédente, possède des broderies bien plus vastes, riches et élaborées. La raison ?

Et bien entre cette robe et la première, Dany s’est fait offrir de l’or par l’émissaire des Maîtres de Yunkaï. Elle a donc, selon les lois du lore, tout à fait eu la possibilité de s’offrir une tenue plus impressionnante, seyant mieux à sa stature de Briseuse de Chaînes.

D’un point de vue symbolique, le pouvoir de Daenerys a considérablement augmenté. Elle a libéré les esclaves d’Astapor, rançonné les Maîtres de Yunkaï, elle a trois dragons, 8000 Immaculés, des mercenaires et quelques Dothrakis. Son pouvoir, son succès, sont affichés sur elle, légèrement dissimulés par cette espèce de truc en cuir qu’on sait pas trop à quoi il sert vu qu’il ne protège pas grand-chose, mais signifie sûrement son statut de commandant en campagne.

Et puis ce costume est celui de « Mhysa ». Une scène déterminante dans le parcours de Daenerys qui va y voir la validation de sa politique et une sorte de blanc-seing de la part des peuples de la Baie des Esclaves pour continuer sa campagne d’abolition.

Ce costume, qui met en avant les écailles de dragon, souligne à la fois son pouvoir acquis, mais aussi sa nature, qu’elle assume de plus en plus. Du projet de reconquérir son trône, Daenerys va basculer sur celui d’en finir avec l’esclavage. A ce moment de sa vie, elle compte mettre son pouvoir, sa dragonitude, au service de cette noble cause. D’où le côté démonstratif du motif.

La première fois que nous revoyons Dany en saison 4, alors qu’elle papouille son Drogon, on peut remarquer qu’elle porte la première robe, la robe de modestie, disons ça comme ça.
Wachum, me demandent les plus teutons de mes lecteurs ? Et bien parce que dans cette scène, Daenerys se retrouvée confrontée à la potentielle dangerosité de ses enfants, surtout quand son fils préféré va se retourner sur elle pour lui dire d’arrêter de le déranger quand il mange. La crise d’ado, toussa.

La conversation qu’elle aura ensuite avec Jorah va d’ailleurs dans ce sens, celui qu’elle ne maîtrise pas grand-chose concernant les dragons et que par conséquent, elle ne maîtrise pas le dragon qu’elle est elle-même. Quelque part, c’est prophétique car elle va s’embourber dans le panier de crabe meereenois très peu de temps après.

Sous les murs de Meereen, c’est une fois encore la robe de modestie qui apparait sous le manteau. Autre raison à sa présence ici, que je n’ai pas évoqué plus haut : autant Yunkaï était une ville en reddition, autant Meereen est un potentiel siège, une potentielle bataille. La robe de Yunkaï n’a été portée que dans la tente de commandement et devant la ville vaincue.

La robe de modestie est une robe de voyage, une robe de tous les jours. On peut d’ailleurs noter que devant les murs de Meereen, Daenerys lui ajoute le manteau, on l’a déjà dit symbole de commandement militaire, qui ici sert aussi à lui donner plus de stature car elle sait qu’elle va être regardée de loin. Une mission que la robe bleue de Yunkaï n’aurait pas pu relever seule, mais s’avérera adaptée aux premiers jour de règne sur Meereen, quand Daenerys se remet à la porter.

Une fois en poste à Meereen, Daenerys va donc passer à des version « formal » de ses tenues « casual ». Et faire péter le high score question ornement avec cette robe, qui pourtant à l’écran semble presque simple.








Alors là, les couturières de madame Targaryen sont allées au bout du bout de leurs capacités de brodage. Toute la robe est recouverte des écailles de dragon. TOUTE. LA. ROBE.

Serious business.

Forte de sa puissance, sûre de son pouvoir, convaincue de son bon droit, Daenerys va arborer comme un symbole de tout cela à la fois le motif des écailles de dragon sur l’ensemble de sa robe. Moins discrètes, ces broderies incluent beaucoup d’éléments dorés, fait pour réfléchir la lumière et enrichir le motif. Nous ne sommes plus dans la modestie, on affiche le pouvoir et la richesse, mais dans le style simple et graphique propre à Daenerys.

Cette robe est le vêtement le plus luxueux que Daenerys a porté à ce stade de la série (saison 4). Certes les robes blanches sont plus visuellement impressionnantes, mais ici, la profusion des détails, le plissé soleil qui, rappelons-le, dans cet univers, reste quelque chose de très très cossu (Gabriel Knight, si tu nous regardes…), le fait que les broderies sont moitié en OR PUR, nan sérieux, ça claque. Ça claque même tellement que cette robe est restée jusqu’à la saison dernière ce que je considérais comme étant le personnal best de Daenerys.

Cette robe est aussi d’une terrible ironie car elle la porte pour la première fois quand elle reçoit le berger venu se plaindre de s’être fait boulotter des moutons par Drogon. Cette scène préfigure évidemment celle où un autre lui portera le corps calciné de sa fille. Daenerys se montre ici juste et généreuse, mais aussi très sûre d’elle et de ses dragons. On la voit ne pas anticiper la tragédie, penser trouver une solution facile à un problème plus complexe qu’il en a l’air. Ceci préfigure bien évidemment le drame à venir mais aussi la dégradation rapide de la situation à Meereen, où faisant preuve de justice et de générosité, Daenerys pense apporter une réponse simple à un problème complexe.

Le fait que Daenerys ne porte pas de rouge ou de noir avant la saison 6 tient aussi au fait qu’elle n’est pas, dans son cheminement personnel, digne de porter les couleurs de sa maison et de marcher dans les traces d’Aegon. Le bleu et le blanc, combinés ici, contribuent à lui donner une image douce et naïve, correspondant parfaitement à sa manière d’aborder la situation. Si elle se pare des écailles du dragon, Daenerys n’en est pas encore totalement digne. On peut aussi débattre de l’opposition naturelle des couleurs bleu/blanc, noir/rouge. Si la paire opposée blanc vs noir est évidente, le jeu entre le bleu et le rouge l’est finalement tout autant. La première est supposée être apaisante, symbole d’harmonie, de paix et de tempérance (je ne parle pas ici DU TOUT de la symbolique guerrière du bleu chez les Dothrakis, parce que je pense aussi que Michele Clapton a cherché à jouer avec la symbolique des couleurs dans notre culture), tandis que la seconde est la couleur de la passion et de la violence (pas que, je sais, mais je fais des raccourcis pour illustrer mon idée).

Dans le même ordre d’idée que la robe précédente, cette robe d’intérieur (enfin je dis ça… Je ne vois pas trop Dany porter cette robe en public, quoi…), très ornée sur le peu de tissu qu’elle possède.




Il s’agit ni plus ni moins que d’une version soirée plage de la robe précédente. On retrouve les mêmes ornements aux épaules, la présence du doré sur le torse et le ventre afin de rehausser l’ensemble, et la jupe en plissé soleil.

Dans l’unique scène où elle la porte, Daenerys est au sommet de son pouvoir. Elle règne sur Meereen, vient d’étrenner son nouveau toyboy, et pour l’heure, tout va plutôt bien dans la cité. Enfin, pas trop mal.
Et elle explique, portant cette robe, à ser Jorah, qu’elle a envoyé Daario et les Second Son’s reprendre Yunkaï et y tuer tous les Maîtres. Une politique de la main de fer dans le gant d’acier qui va avoir des conséquences facheuses car elle ne fera qu’attiser la haine de la Harpie contre elle. Les Second Son’s partis de Meereen, ne reste à Daenerys que ses Dothrakis et son armée d’Immaculés, ce qui est conséquent, on va pas se mentir, mais qui a pour fâcheuse conséquence de la dépouiller d’une partie de sa force. Or, ce dépouillement va se poursuivre bientôt avec l’enfermement des dragons dans la crypte.

SURINTERPRETATION TIIIIIIIIME §§§§§§ !!!!!!!!!!§§§§

Outre une robe destinée à nous rappeler que Daenerys est une jeune femme avec des besoins et des envies communes à une bonne partie des jeunes femmes (aka faire le sexe, pour les deux du fond qui sont trop purs et innocents pour comprendre la subtilité), qu’elle aussi elle peut chill dans sa pyramide avec des cheveux MÊME PAS COIFFÉS TAVU (première fois qu’on la voit pas coiffée depuis le pilote, je crois bien), je me demande si cette robe ne servirait pas un peu aussi à nous montrer le délitement du pouvoir de Daenerys. Cette robe reprend en effet tout les fondamentaux de la précédente, mais comme si on en aurait enlevé des bouts. Des panneaux entiers d’écailles de dragons sont manquants. Sous ses airs assurés, Daenerys ne s’en montre pas moins maladroite et en s’enfermant dans la guerre de l’Abolition, elle en oublie son objectif principal, jusqu’à se noyer jusqu’au cou dans la crise qu’elle aura elle-même créée. Nous en sommes à ce stade à l’épisode 7 et il n’en reste plus guère avant que Drogon ne tue la fille du berger. Deux épisodes avant celui où elle devra enfermer Rhaegal et Viseryon.

Dans cette robe :

Cette robe, elle l’a déjà portée avant, le soir où Daario l’a surprise en s’introduisant sans ses appartements. Pas une métaphore, il s’est vraiment introduit dans ses appartements. Et après aussi dans…. Bref. Je dois préserver les oreilles pures et innocentes des deux du fond.

Cette robe donc, mais je vous en prie, regardons quelques gros plans !!!



La forme de cette robe dérive évidemment de la robe bleue et blanche précédemment portée dans la salle du trône. J’ai déjà évoqué je crois dans le billet précédent le fait que cette tenue avait réussi à perdre au passage la forme caractéristique des épaules des tenues de Daenerys, épaulettes larges et en pointe.

Ici, on a une absence complète d’épaulettes, l’abandon du décolleté en triangle (qui est essentiel au côté agressif de la silhouette) et l’arrivée d’une encolure bateau.

Cette robe réalise en fait une habile jonction entre les tenues de conquérantes et ce que son style va devenir dans la saison suivante. Daenerys va abandonner ici la silhouette du dragon qu’elle avait commencé à se construire pour embrasser une nouvelle identité, celle de la reine de Meereen. Et par voie de conséquence, elle va aussi se dépouiller du motif en écailles de dragon qui apparait de manière marginale sur le bord des manches.

Daenerys va en effet dans cette scène se priver de la pierre angulaire de son pouvoir, d’une partie de son identité, en enfermant ses dragons dans les cryptes de Meereen.

La robe évoque donc ce renoncement de Daenerys, pour Meereen. Les écailles de dragon sont toujours présentes, mais elles sont noyées sous les strass et le motif de spirale. Si les découpes évoquent la forme des écailles, l’intention semble noyée dans un ensemble qui ne les évoque pas. Un peu comme Daenerys commence à prendre une route qui ne lui ressemble pas.

La saison suivante, la 5 si tu suis, nous envoie directement dans les robes blanches. Tac.

La nouvelle silhouette de la reine n’est pas sans évoquer le dragon, avec la récurrence des ailes qui pendent inertes de ses épaules. Cependant, cette silhouette a de manière générale tendance à sembler nettement moins dynamique que les précédentes, plus légères, avec leurs épaulettes et décolletés en V. Ici, Dany inaugure l’air du bloc, du dragon figé.

Quant aux écailles, elles vont et viennent en fonction des besoins. Lorsqu’elle se rend aux cryptes pour visiter ses dragons, évidemment, elles sont présentes. Dany se reconnecte à sa nature profonde et tente un geste de paix envers Rhaegal et Viseryon qui la reçoivent plutôt mal. Evidemment, ils ne la reconnaissent plus, elle qui a renoncé à sa nature de dragon.

Pourtant, les écailles vont être utilisées lorsqu’elle va devoir contredire sa posture de reine juste et généreuse. Lorsqu’elle condamne Mossador à mort, que pensez-vous qu’elle affiche sur sa robe blanches ?


Beaucoup moins discrètes que dans les robes précédentes, les écailles ici jouent un rôle inverse à celui de la saison précédente. Dans la saison 4, elles semblent indiquer souvent, surtout quand Daenerys règne sur Meereen, que cette dernière impose de facto son pouvoir et son autorité, alors qu’elle ne cesse de prendre des décisions sapant ces dernières.

En saison 5, les écailles semblent ressurgir lorsque Daenerys laisse parler son sang de dragon et agit selon sa nature. Par exemple, sa posture de Briseuse de Chaînes lui fait refuser de condamner Mossador. Mais sa nature (et le bon sens) imposent une sanction ferme. Les écailles sonnent ici presque comme une menace et seront par la suite presque toujours utilisées afin de montrer la double nature de Daenerys, une fille qui selon ser Davos, a un beau cul, mais faut pas trop lui marcher sur les pieds.

Par exemple, quand elle veut impressionner et faire plier les Maîtres de Meereen et qu’elle les conduit dans les cryptes pour en faire cramer un puis forcer ce pauvre Corentin à l’épouser, c’est la tenue blanche et courte aux écailles qu’elle porte, puisqu’elle laisse s’exprimer sa nature de dragon.

Et quand elle surprend Drogon sur le toit de la pyramide et qu’elle tente de reconnecter avec son fils en fugue, elle porte sa longue robe blanche à écailles évoquée plus haut.

Plus la saison avance, plus Daenerys va pourtant délaisser les écailles au profit de tissus blancs parfaitement uniformes.



Petit détail d’ailleurs, mais ces deux dernières robes sont d’une couleur dite « blanc optique », à savoir un truc plus blanc que blanc. En gros, il est difficile de faire plus flashy pour du blanc. C’est une couleur qui va bien se prêter aux looks simples parce qu’elle s’exprime toute seule et fait son effet comme une grande. Et devinez qui a choisi assez récemment pour une petite cérémonie familiale et sans prétention, de porter une robe très simple mais blanc optique parce que ça tabasse ?

THE MEG…

Oh et, fun fact…

Daenerys et Kim Kardashian avec une robe blanche similaire.

FIN DE CETTE DIGRESSION

Blague à part, on peut voir malgré tout que les robes de Daenerys en blanc optique sont les robes sans ornement, la couleur se suffisant à elle-même.

DONC, Dany délaisse de plus en plus les écailles car le pouvoir et l’autorité lui échappent. Les dragons en étaient tout autant le symbole qu’ils reflétaient sa nature. Subissant impuissante les assauts de Philippe, contrainte de se marier à un Maître et de faire rouvrir les arènes, Daenerys est moins dragon que jamais. Et donc, elle éprouve le besoin de le rappeler par d’imposantes pièces de joaillerie qui sont aussi clinquantes qu’elles sont dans le fond, ridicules. On dirait Joffrey en train de dire « Je suis le roi », sérieusement…


Mais avant d’en arriver aux évènements des arènes, Daenerys a encore eu un beau moment avec de écailles. Un moment où elle a une discussion qui révèle plus que jamais depuis longtemps sa nature et ses aspirations profondes :

Mais après ce grand moment targaryano-targaryen, Daenerys ne portera plus que des blancs solides, sans la moindre fioriture.

Il faudra attendre son retour à Meereen pour voir le retour des écailles. Pas tout de suite d’ailleurs, puisque sa première tenue sera la robe couleur de cendre, qui rappelle par sa simplicité l’idée des robes blanches droites, mais avec ce drapé qui traduit ce qu’est devenu Daenerys à Vaes Dothrak, à savoir un être sans compromission avec elle-même, assumant sa part d’ombre et sa part plus douce.

Le retour du motif aux écailles se fait à bord de son armada, dans la robe noire, dont j’ai amplement détaillé les broderies plus haut.



Plus jamais par la suite Daenerys n’utilisera de broderies aussi lourdes et démonstratives que celles de sa robe bleu et blanc de Meereen, sa robe blanche au écailles ou même sa robe bleue de Yunkaï. Les ornements se concentrent désormais sur les épaules, éventuellement le torse, et, nouveauté, sa cape rouge reprenant à son compte le motif des écailles


À noter que la cape grise, qui annonce symboliquement le reprochement avec Jon, ne reprend pas ce motif, sans doute parce qu’elle est justement un élément purement Stark et que les écailles n’y ont rien à faire (même si, dans les faits, Jon est mi-Stark, mi-Targaryen, donc ça aurait pu le faire, mais à ce stade, ni elle, ni lui ne sont au courant).

Malgré la volonté d’orner ses vêtements comme ceux d’une reine, Daenerys va garder une certaine mesure, qui correspond parfaitement à son style personnel, et elle se contentera de quelque chose de complexe, mais concis tout à la fois.




On peut voir sur ces derniers clichés par exemple, que sa tenue est faite d’un tissu qui reproduit, par un motif de chevron, le schéma de écailles, lesquelles recouvrent ainsi totalement sa tenue.
Les écailles sont désormais omniprésentes chez Daenerys, d’une façon ou d’une autre.


Sa tenue de débarquement est la plus richement ornée de toutes : épaulettes très marquées et lourdement brodées, motifs aux écailles descendant jusque sur la poitrine, ailes partant des épaules, et puis l’irruption du noir ET du rouge dans ses tenues.

Alors qu’elle rentre à Peyredragon, Daenerys se pare pour la première fois des couleurs de sa maison. Elle accomplit son voyage jusqu’à devenir celle qu’elle était supposée être et c’est en s’assumant elle ainsi que son héritage qu’elle revient sur les terres d’Aegon, dont elle s’apprête à suivre les pas.
Sa tenue porte donc haut et clair tout ce qui fait Daenerys : divers éléments hérités de ses voyages, les couleurs de sa maison, et cette silhouette « dragon » dont on a largement parlé la semaine dernière. De plus, on remarque que les ornements aux épaules sont composés en partie de pièces acérées, pointues, qui dépassent du vêtement et rappellent sans ambiguïté possible les épines des dragons.

Fun fact, ainsi vêtue de noir à subtiles touches rouges, un combo récurrent cette saison, dans ses tenues de dragon, Daenerys tend à être une version humaine de Drogon. Dans la série, il semble surtout noir mais dans les livres, il est fait mention des éclats rouges de sa robe.


Ainsi, devenue le dragon, Daenerys s’habille d’une manière rappelant à la fois sa bannière, mais aussi son dragon préféré, ce qui les lie inextricablement tous les deux.
Comme on l’a vu aussi la semaine passée, la forme des vêtements de Daenerys a tendance à devenir de plus en plus marquée, comme si cette nature draconique s’exprimait désormais totalement.

Et donc, Daenerys s’habille maintenant presque toujours un cosplay Drogon. Sauf une fois. Une seule où elle est partie sur une autre inspiration :

Ce jour où elle a porté du blanc avec un twist dans le dos d’une ligne crème et vlan, son dragon couleur crème est MORT, putain. A CAUSE DE JONSNOW. Putain.

Et je dis pas que ça passe toujours pas parce que Viseryon a toujours été mon préféré !
Alors que si c’est totalement pour ça. Il était trop MIGNON. Mais je m’égare, il est toujours en vie dans les livres et à l’allure où ça va, si ça se trouve, il est toujours en vie pour l’éternité.

Soyons honnêtes, ce qui fait le tour roxxatif de ce manteau, c’est avant tout son étrangeté. La forme générale est très seyant pour Daenerys mais ça on le sait déjà vu que c’est à un détail près la forme qu’elle porte depuis le début de la saison 6. Et l’étrangeté de ce manteau tient à la fois en sa couleur, première fois que Dany brise le code de la saison, mais aussi dans la fourrure qui le compose :

D’après ce que j’ai lu, on est pas face à de l’imitation d’un quelconque pelage (il est en fausse fourrure), mais bien en fausse fourrure travaillée de manière à obtenir ces stries si … particulières et qui font une grande partie du charme de ce manteau. Déjà parce qu’elles sont totalement pas naturelles, et ça se voit tout de suite parce que immédiatement le cerveau cogite en mode « quelle bête se balade avec ça sur le dos ? ». Et bien aucune, Daenerys est une créature hors du temps et de ce monde, toute la saison a été claire sur sa nature magique et ce manteau nous la montre dans ce qui est littéralement une « impossible fur ». Les couturières qui en font des répliques se fadent des heures d’un fastidieux labeur pour obtenir cet effet en cousant la fourrure sur elle-même.

Ensuite, le dos. Michele Clapton a bien aimé jouer avec les dos à twist cette saison (enfin, je dis ça, elle l’a fait deux fois seulement…) et celui-ci était aussi marquant que celui sur Cersei dans le dernier épisode. Cette longue ligne, d’une autre fourrure, couleur crème qui vient trancher comme une épine dorsale la fourrure blanche, c’est à la fois n’importe quoi et génial. N’importe quoi parce que c’est flagrant sur les reproductions que j’ai pu voir, si la fourrure est trop grossière, pas tout à fait de la bonne couleur, ou découpée trop large, ou pas assez, ou pas par rapport à la personne qui porte le manteau, patatra, l’empiècement devient un ajout maladroit à la limite du mauvais goût. En gros, ce dos relève du génie et Michele Clapton a réalisé un coup de maîtresse en l’imaginant et en le mettant en œuvre.

On remarque aussi que outre la couleur de l’empiècement, le travail sur la fourrure est très différent du reste du manteau. La partie blanche est travaillé de manière a créer des lignes, qui rappellent la peau des White Walkers, tandis que le dos évoque clairement le dessin du réseau des écailles des dragons. Limite si on pourrait considérer cette partie de la tenue comme un dragon stylisé à l’extrême.

Cette tenue, toute d’étrangeté, propulse Daenerys dans un univers où elle est réellement un dragon, des créatures aussi improbables que ce manteau qui pourtant existent. Le détail de l’épine dorsale tend même à faire de cette pièce une évocation explicite du dos d’un dragon, avec le jeu des épines reproduit ici par les motifs sur la fourrure. Daenerys est à ce moment un dragon plus que jamais encore elle ne l’a été.

Et le choix de la couleur est bel et bien là pour prophétiser la mort de Viseryon, uniquement pour les lecteurs et les fans observateurs de la série parce que sinon je suis pas sûre que les autres auront jamais remarqué que c’était un dragon crème avec des touches d’or.


Définitivement, dans la série, c’est Rhaegal, le vert et bronze, qui semble être le plus clair de la fratrie.

L’annonce de cette mort se fait aussi par le choix de parer Daenerys d’une fourrure dont les motifs rappellent les Autres. Motifs qui la recouvrent, et englobent une évocation de Viseryon, comme si le manteau nous racontait déjà le scénario tragique à venir.

Ce manteau est en quelque sorte l’apogée de la transformation de Daenerys en ce concept un peu flou mais très signifiant quand il s’agit des Targaryens, à savoir la notion de « devenir le dragon ». C’est un thème récurrent, entre Viserys qui prétendait l’être (« tu ne veux pas réveiller le dragon ? »), Rhaegar considéré comme le dernier d’entre eux, Daenerys qui s’approprie ce concept… Être le dragon n’est pas donné à tous les Targaryens. C’est semble t’il une sorte d’équilibre subtil entre des qualités et des défauts mouvants selon les personnalités : Rhaegar est considéré comme le dernier dragon, contrairement à son père, mais il ne semble pas avoir eu un caractère proche de celui de Daenerys, qui est sans conteste également un dragon.

Ainsi, quand elle enfile ce manteau pour voler au secours de Jon Snow, Daenerys endosse son identité véritable, assumant ce qu’elle est : une reine (la chaine) dragon (forme et matière du manteau).

Quelque part, tout le travail de Michele Clapton semble avoir abouti à cette pièce en particulier, ce manteau irréel qui traduit la nature profonde du personnage.

Saison 7.2 ?

Si on peut être sûrs d’une chose concernant les costumes de Daenerys pour l’an prochain, c’est que les chances de voir leur forme changer du tout au tout est très très mince. Dany est extrêmement fidèle à son style personnel, résultante de ses voyages et désormais totalement indissociable de son identité.

On ne sait pas ce que la fin de Game of Thrones nous réserve mais je doute, sauf cérémonie de couronnement en grande pompe qu’on la voit porter autre chose que ses uniformes de la saison 7.

Et si cérémonie en grande pompe il devait y avoir, et bien je ne la vois pas non plus opter pour quelque chose de radicalement différent. Comme à Meereen elle avait décliné une version longue de ses costumes de route, elle pourrait en faire tout autant à Port Réal ou à Winterfell. Si elle survit assez longtemps pour s’autoriser de porter à nouveau des robes longues.


Je pense que ce cliché résume très bien ce que je tente de dire depuis le début de ce billet. Clairement, on a deux dragons à l’image.

Le style de Daenerys traduit aujourd’hui parfaitement ce qu’elle est : les couleurs héraldiques enfin assumées en font une Targaryen de plein droit, ses tenues courtes la positionnent comme une femme d’action, toujours en mouvement. Ses silhouettes agressives de dragon révèlent sa nature profonde.
Quand on a trouvé son style, pourquoi en changer ?

6 commentaires Ajoutez les votres
  1. Analyse hyper-claire et intéressante… il y en a eu pour Cersei, pour Sansa. Y a-t-il un équivalent pour les tenues masculines et notamment celles de Jon Snow ?

  2. Toujours aussi instructifs vos billets ! Si on pouvait deviner l’évolution de Daenerys à travers ses différents costumes (après moult visionnage bien sûr parce que perso la première fois que j’ai vu la saison 3 et ses robes bleues, je me suis demandé d’où elles sortaient ces robes), c’est toujours plus appréciable avec un petit manuel à côté ^^.

    Ceci dit, et ça n’engage que moi, je trouve le motif du dos du manteau blanc affreux (comme celui de Cersei d’ailleurs mais la symbolique derrière le sien fait que ça devient un motif affreux normal, ‘fin c’est normal que ce soit pas beau… je suis clair ?). Nan c’est vrai la première fois que je l’ai vu, je me suis dit « ouh là c’est quoi cette horreur ? » XD. Même si la signification est lourde de sens haha.

    1. Je dois être à moitié barjo mais je suis ultra fan de l’épine dorsale dans le manteau de Cersei ^^ J’adore justement son côté malsain.

  3. Je suis vraiment impressionnée du travail de mémoire, d’observation et d’interprétation fournis dans ces points chiffons !
    J’espère qu’il y en aura pour d’autres personnages !

  4. Comme d’hab, chapeau bas pour l’article. Tu me ferais presque apprécié le personnage au détriment du roi des barbecues ! ;D

Répondre à Sheena Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *