“« … Assemble » <=mais dis-le !!!”

Ah !!!
Aah !
Aaahaaah !!!

C’est pas vrai, ah !

A l’heure où j’écris ces lignes, je suis toute verte, en train de hurler de rage dans mon salon, déchirant des mouchoirs en papier !
C’est dire l’ampleur de mon courroux !

Les « Avengers » reviennent sur grand écran et avec Joss Whedon ! Supayr ! Et on leur a tellement déroulé des tapis de platine de plusieurs dizaine de trillions de dollars pour flagrant délit d’awesomeness qu’ils se contentent juste d’un come back en plus friqué mais toujours aussi incapable d’être autre chose qu’une sitcom en collants.
Aller, c’est parti…

Une franchise qu’elle n’a son pareil que chez Mickael Bay.

La franchise « Avengers » a atteint ce point de maturité (il faut le dire super vite) qui me permet maintenant de la regarder avec une certaine sérénité.
Je n’en attends plus rien. Ni éclat, ni intelligence, ni profondeur, ni coup de génie, ni même un scénario proprement torché. J’ai encore de l’espoir avec la série des « Captain America » qui sort singulièrement du lot, voui, y compris « The Winter Soldier », qui tout bien considéré n’était pas si mal.

En fait, « Avengers » est devenu une grosse franchise qui ne trouve son équivalent que chez « Transformers ». Toutes deux se caractérisent par une hypertrophie visuelle au détriment de la narration, des personnages très… bref, des personnages, et une capacité à engloutir les trillions de dollars dans une succession de money shots ne servant aucun autre but que d’en mettre plein la tête au public.

Ne me méprenez pas sur ce qui va suivre, je considère le divertissement comme un genre noble et surtout comme un genre très difficile à porter à son top niveau. Il faut de très grandes qualités artistiques et techniques pour trouver le juste équilibre simplicité et complexité, entre amusement et action, entre l’histoire et les personnages. Tu peux les compter sur les doigts d’une main ceux qui parviennent à cette harmonie Spielberg, Cameron, Zemeckis, Del Toro, Wright. J’en oublie évidemment, mais c’était juste pour illustrer l’idée.

« Transformers », « Avengers », c’est du parc d’attraction. Ça ne va pas chercher plus loin que la pure fonction de divertissement, à une petite différence près tout de même, c’est que quoi que l’on pense de son style très personnel, Mickael Bay a de réelles qualités de metteur en scène.
Dont Joss Whedon est dépourvu.

Autant je l’admire à la télévision, autant son passage sur grand écran à mon avis un ratage complet. S’il n’était pas aux commandes d’une énorme machine capable d’injecter un quota de spectacle conséquent, on verrait ses « Avengers » pour ce qu’ils sont, deux œuvres plates et sans saveur.

Alors que « Transformers », ça sent l’huile de vidange, l’eau de toilette pour homme bon marché, et le graillon.
Ça schlingue, mais au moins ça sent quelque chose.
Et surtout, malgré les limites de l’exercice, Mickael Bay essaye sincèrement et avec amour de faire du cinéma. Et il s’éclate.

Tout le contraire de Joss Whedon qui est un bon créateur et auteur de série, mais un piètre metteur en scène qui c’est, selon ses déclarations récentes, un peu brisé les ailes sur « L’Ere d’Ultron », une expérience qu’il n’a semble-t-il que moyennement appréciée.

Je ne vais pas lui faire un procès, je sais qu’un film est une œuvre composite et qu’en tant que metteur en scène d’un produit aussi stratégique que l’est un « Avengers » pour Marvel Studios, il n’a pas eu toute latitude pour exprimer son vrai talent. Pas sous la houlette du l’omnipotent Kevin Feige, le fossoyeur de la franchise toute entière.
Même Shane Black n’est pas parvenu à faire quelque chose de potable avec son « Iron Man », c’est dire.

Mais y’a des efforts quand même.

Autant « Avengers » premier du nom était une petite chose artificiellement gonflée à coup d’explosions et de plans débiles dont la stupidité était cachée par plus d’explosions cachant elles même d’autres retournements débiles, autant « L’Ere d’Ultron » fait semblant d’avoir un projet de mise en scène et j’ai envie de dire que c’est déjà pas mal.

Alors attention par projet de mise en scène je veux dire que Whedon a bien compris que le plan séquence à la fin du premier film c’était un peu sa 9e symphonie, du coup, il nous en colle de partout dans le numéro 2.

Dans l’esprit, ce n’est pas une mauvaise idée parce que souvenez-vous, le plan séquence de « Avengers » liait les supers dans un même mouvement de caméra pendant qu’ils s’occupaient à tabasser des extraterrestres entre deux blagues.
Illustration de l’esprit d’équipe.

« Tu m’en remettras bien deux ou trois, Joss ! » hurle Kevin Feige depuis son mégaphone.

« Chef oui chef ! » répond Joss qui nous balance donc d’entrée de jeu un plan séquence lors de l’assaut de la base d’Hydra (« Heil Hydra !! ») et une deuxième même pas 10 minutes plus tard dans la tour Stark.

Le but, toujours le même, montrer l’esprit d’équipe. « Un mouvement de caméra pour les trouver, un mouvement de caméra pour les lier » (la ferme, Sauron…), moi je veux bien encore faudrait-il que nos castors juniors fassent autre chose que se promener dans le plan séquence chacun dans leur coin !

C’est un peu le gros défaut de « Avengers » 1 et 2. Les personnages n’ont pas réellement d’interactions franches. On les fait se disputer, se bagarrer aussi parfois, flirter, blaguer, mais finalement, le groupe et ses dynamiques sont inexistants. Les deux seuls qui « bossent » ensembles et bénéficient d’une réelle définition de leur relation dans l’action sont Thor et Captain America.
Pas de bol, le scénario les a nanti des caractères les plus lisses du film au point qu’ils sont tous les deux parfaitement interchangeables.

Parce que c’est justement ça aussi, un film d’action. C’est utiliser un combat pour raconter quelque chose, ou faire raconter quelque chose par ses personnages. Whedon se contente ici comme avant de passer d’un dialogue forcé pour faire genre à une scène de baston enchainant les figures, sans jamais tisser de lien entre elles.

Ainsi, les plans séquences, louables sur le papier, sont dans les faits peu utiles, et ne servent que l’esbroufe générale qui permet au film de ne pas paraitre ce qu’il est réellement : un peu miséreux.

Et autant la qualité du scénario et les contraintes type « être cool », c’est Marvel Studio, autant l’absence de sens épique dans la réalisation, c’est Whedon.

Je parlais de Mickael Bay plus haut et je voudrais brièvement revenir sur son cas pour évoquer, outre sa vulgarité, son sens de l’image. Oh attention, lui aussi kiff le plan gratuit qui sert juste à t’en mettre plein la vue mais sinon ça n’a aucun sens (pour comprendre ce que je tente d’expliquer, il vous suffit de regarder « Bad Boys II » => ça n’a AUCUN putain de sens). Sauf qu’il a ce truc dont Joss Whedon est dépourvu. Il sait ce qui claque, ce qui est classe, épique, ce qui te fait un instant t’émerveiller comme un môme parce qu’Optimus Prime chevauche un T-Rex et qu’il s’en va détruire Hong Kong armé d’Excalibur. Tu ne sais plus pourquoi le dinosaure ni pourquoi l’épée ni pourquoi Hong Kong, et dans le fond tu ne sais même plus pourquoi y’a des robots, mais c’est juste classe à en crever. C’est débile, gratuit, ça vaut pas un centième de « Jurassic Park » ni même un nanomillimètre de la filmo de Mc Tiernan, mais c’est ce que l’on appelle une fulgurance (parce que dans ma liste très sélective des bons entertainers, vous pensiez vraiment que je l’avais volontairement oublié, Mc T ?). Et après il te met une biatch en mini short qui court en talons aiguille.
Cohérence.
Bon goût.
Mickael Bay.

Joss Whedon malheureusement, n’a même pas cela. Regardez un peu l’image conclusive du premier plan séquence les Avengers sautent tous ensemble par-dessus une barricade, et au ralenti.
Yo.
L’image réunit certes le casting principal, c’est kewl, comment dire…


Même l’idée de filmer chaque membre de l’équipe de manière différente est passée à la trappe, et pourtant c’eut été une idée qu’elle était bonne, en s’imposant des angles, un cadrage et un rythme de montage différent pour chacun d’entre eux.

Je m’égare, Black Widow bénéficie d’un cadrage rien que pour elle et ce de façon appuyée tout le film durant. Comme Mamzelle Scarlett était enceinte au moment du tournage, on s’est appliqué surtout pour les scènes en intérieur à la couper en deux, ou, pour les plans plus larges, à la planquer derrière des éléments du décor. Sinon on a eu recours à la magie des doublures et des effets numériques.

Il y a malgré tout quelques réussites visuelles dans le film, dont la scène de la naissance d’Ultron qui débute sur un écran noir, puis celle de Vision. Vision qui doit se fader la pire scène « Jojo Petit Bras » de tout le film, au moment de la mort d’Ultron.

Le recyclage, pour sauver la planète.

Bah ouais c’est important et tout et comme les Avengers ils sauvent le monde, ils recyclent aussi leurs scénarios.
En fait, c’est même carrément Marvel qui recycle le même film ad nauseam depuis « Thor » je crois bien, après tout c’est vrai, une bonne recette, ça ne se change pas.

Ce n’est pas un reproche en soit. Toutes les franchises ont tendance à appliquer les mêmes mécaniques et à revenir à leur fondamentaux. Et il me semble difficile de faire un film de super héros grand public, voire un film de super héros tout court sans passer du « naissance du héros », « victoire », « confrontation avec l’ennemi », « défaite », « remise en question », « renaissance », « pétage de mouilles en règle sur fond de cataclysme en approche ».

Le problème ce n’est pas cela, loin s’en faut. C’est la superposition des recettes. Car s’il n’y avait que le schéma de l’histoire, encore… Mais il faut aussi compter sur le même humour de cours de récré que dans tous les « Iron Man », « Thor », « Gardiens de la Galaxie », et encore, sur ces derniers, on avait l’avantage de la nouveauté et d’un cadre rafraichissant.
Et il faut penser également à l’incapacité de Marvel à creuser un tant soit peu ses personnages, sauf Cap dans ses propres films, qui est encore celui qui s’en sort le mieux.

Exception doit être cependant faite du traitement réservé à Banner dans ce film, de loin le plus intéressant de toute la bande.

Le cas Banner.

« L’Ere d’Ultron » fait le choix d’explorer les tourments du plus attachant des « Avengers », Bruce Banner, pris au piège de la malédiction de Hulk, forçant ce gentil docteur en SCIENCEBITCH à massacrer des millions de gens le jour où il reçoit sa feuille d’impôts.

Contrairement au premier film dans lequel le contrôle de Banner sur lui-même était à géométrie variable selon les besoins du scénario, ici on construit quasiment un film dans le film (Hulk restant le grand oublié de Marvel Studios, alors pourtant que Mark Ruffalo mériterait son stand alone, il fait vraiment un bon travail), de la « berceuse » à la conclusion douce-amère sur un Hulk à la dérive.

Je disais plus haut que Whedon n’a pas su faire un travail de mise en scène digne d’intérêt. Je dois ici me faire mentir, puisque c’est précisément pour Hulk qu’il a déployé tout son talent et ce qu’il sait faire de mieux : faire souffrir un personnage et raconter cette souffrance.

J’ai particulièrement apprécié la façon dont Whedon a recyclé le coup de poing de Hulk dans la tête de Thor dans « L’Ere d’Ultron ».

Dans le premier film, le coup de poing était la conclusion potache à un concours de kiki entre le dieu et le monstre vert.

Surgissant du hors cadre, le coup de poing latéral du Hulkbuster en est l’écho parfait, sanctionnant le regard stupéfié de Banner perçant sous la fureur de Hulk, découvrant les ravages occasionnés par une ville d’Afrique que j’ai eu du mal à situer mais ça doit être Pretoria où Johannesburg vu que tout le monde y est noir, sauf la police.

Bien qu’en réalité ce film soit aussi profond que le premier (comprendre même Nabila y a pied), la volonté affichée de la phase 2 de Marvel était de faire gagner ses films en maturitay. Et bien on peut dire que dans cette scène précise, avec ce recyclage malin, on obtient l’effet recherché.
Le coup de poing lolant du premier est détourné en coup de poing salvateur pour une ville entière.

Toujours sur Banner, après leur assaut contre Hydra au début du film, il se trouve isolé des autres, occupés à diverses activités tandis que lui apparait prostré, au sol, et en état de choc (il a une couverture => point « Sherlock »). Un plan auquel fera écho son dernier, où il occupera cette même posture, dans le même appareil, mais seul, sous la forme de Hulk. Deux plans qui bouclent la boucle de la définition d’un personnage condamné à la solitude.

Voyez que j’arrive à dire des choses gentilles et positives sur ce film !

Mais ça va pas durer.

Parce que faire des efforts c’est pour les faibles, alors on va tout de même pas faire sembler de creuser le côté promethéen et encore moins nietzschéen des super héros, on va juste caser le mot « dieux » dans la bouche de Mam Barton et leur coller un générique avec des statues genre « Olympus All Star », et ça ira comme ça. De toute façon le public il vient pour trois choses : les blagues, les boobs de Scarlett Johanson et les explosions.

Starring, les jumeaux Maximoff, qui pour de sombres raisons de copyright ne sont plus ni des mutants ni les enfants de Magneto mais deux glandus « augmentés » caractérisés par « elle est trop bizarre » et « il est trop rapide », ou, si vous avez bonne mémoire, « ils étaient trop mariés dans « Godzilla ».

Ok, il fallait bien les faire arriver dans la franchise un jour ou l’autre, enfin surtout Scarlett Witch parce que visiblement Quick Silver tout le monde s’en cogne.
Pourquoi tant d’acharnement ? Dans le dernier « X-Men » c’était pareil, il avait un pur pouvoir qui sert une fois et hop, rentre à la maison petit gars.
Ici, il est carrément MORT.

Injustice de la vie ou darwinisme, je l’ignore parce que j’ai beaucoup rigolé intérieurement quand ils ont fini par exposer les raisons de leur acharnement contre les Avengers à Ultron :
«-C’était la guerre et notre maison a été bombardée !
Oui, enfin c’était la guerre quoi, c’est moche les enfants mais c’est tristement banal. Continuez.
Sauf que le deuxième obus n’a pas explosé et on était coincé avec en attendant les démineurs et dessus y’avait écrit « Stark Industries » !!! Tony Stark est rien qu’un enfoiré !
Dites voir, les Maximoff, vous n’avez pas vu le premier « Iron Man » ?
Non, on était avec des nazis en camp de vacances.
Parce que dans celui-là, Tony Stark renonce à l’industrie de l’armement, change sa vie, et depuis c’est un philanthrope qui développe les énergies non polluantes et lutte pour préserver la paix. Du coup j’imagine que vous n’avez pas vu « Avengers » non plus ?
C’est un film de Leni Riefenstahl ?
Non, c’est celui où Tony Stark sauve le monde d’une invasion extraterrestre. Vous savez, le monde, ce truc sur lequel vous vivez ?
Ranafout de tes films ! Nous c’qu’on veut, c’est buter ce gros enculé de Tony Stark !!!!! »

Sérieusement ?

La continuité les gars !!! Vous auriez même pu jouer la carte du lavage de cerveau, ou de leur conversion à Hydra et au nazisme nextgen qui se chuchote à l’oreille, mais non, le coup de l’obus qui n’a pas éclaté et qui était produit par Stark Industries….
Si les jumeaux avaient été allergiques au pollen, ils auraient été attaquer des fleuristes ???

Après, je peux pas trop leur en vouloir, ils sont un peu limités intellectuellement si j’en crois la suite des évènements.

«-Mouhahaha, je vais créer une armée de robots pour protéger la Terre exactement comme Tony Stark !
C’est tellement un meilleur plan que celui de Stark qui n’est rien qu’une enflure !!!
Merci Wanda. Et avec cette armée, je vais anéantir toute violence en anéantissant ceux qui la provoquent !!!
C’est brillant… Presque autant que le plan d’invasion de l’Union Soviétique par notre bien aimé führer !
Du coup je vais détruire l’humanité !!!
Quoi ? Mais on avait pas compris ça, nous !
Ah bon ? Mais c’était clair pourtant, non ?»

Ben non Ultron, déjà qu’ils comprennent pas que le vrai responsable de la mort de leur parent est de leur trauma d’enfance, c’est le mec qui a déclaré la guerre à leur pays et pas le type qui vendait le matériel, alors un robot maléfique programmé pour empêcher toute guerre sur Terre qui va donc boiter la tête de tous ceux qui en général la provoquent…

Les Maximoff sont des boulets qui ne servent à rien ? (retranchez-les du scénario pour voir), Hawkeye est vingt fois pire.

Ok, lui, c’est le maillon faible depuis le début. Même Black Widow a eu droit à plus de temps d’antenne, en faisant un caméo sexy dans « Iron Man 2 » là où lui n’apparaissait que 2 secondes de nuit et sous une pluie diluvienne dans « Thor ».
Et dans « Avengers », sa fonction était assez limitée, puisque n’importe quel random agent du SHIELD aurait tout aussi bien fait l’affaire pour le plan de Loki.

Du coup, puisqu’il est toujours dans l’équipe et qu’on se le traine pendant plus de 2h, il faut bien justifier sa présence. Rendons-le utile en lui collant une famille et en se servant de sa baraque comme de la zone de repli pour le traditionnel « moment de doute avant de se ressaisir ».
Awwwwww.
Tellement artificiel que tu peux presque voir sur l’écran, en lieu en place de la bucolique résidence Barton, le moment où les scénaristes ont eu cette idée autour de la table « et là on découvre qu’il a une femme et des enfants !!! ».

Le fan service chez Marvel étant ce qu’il est, pas besoin de venir chouiner sur le sujet, sauf quand le fan service en question provoque un effet WTF, comme lorsque Thor a recours aux services d’un astrophysicien pour …. Le regarder prendre un bain…
J’ai beau retourner la scène dans tous les sens, je ne comprends toujours pas pourquoi le dieu du tonnerre et de la foudre avait besoin de Selvig pour aller dans le Jacuzzi des Mille Visions. Il aurait pu prendre n’importe lequel de ses petits camarades si d’aventure il craignait de se noyer, par exemple Captain America, qui n’avait rien d’autre à faire mis à part couper du bois à mains nues.

Mention spéciale de la crétinerie à Tony Stark. Bon sang, tu es au courant que ce personnage est supposé être le mec le plus intelligent de la planète ? Tu le sais, qu’il pourrait rafler deux trois Prix Nobel tous les ans ?

«- Et si je metai l’intelijeansse artifissiel extratéraistre dan le robo pour voar ?
C’est une mauvaise idée, Tony.
YOLO !!!! »

Une heure de plus film plus tard, Johannesbourg en cendres, Séoul plongée dans le chaos, Black Widow disparue, et l’humanité menacée par le projet d’extermination de l’intelligence artificielle que Tony a installée dans un de ses robots :

«-Je vé remaitre l’intéligeansse artificiel dan un otre robo lol.
En fait, Tony, j’ai une meilleure idée.
C koa ?
On va te la mettre à toi, l’intelligence artificielle. Ça pourra pas être pire. Maintenant penche toi en avant et tousse. »

Les femmes, ces êtres mystérieux.

Je ne pouvais pas écrire ce billet sans revenir sur le départ de Joss Whedon de Twitter, suite aux attaques de feminazies qui se sont jetées à sa gorge juste après la sortie du film. Pour une fois, je vais me ranger sagement derrière elles, même si je vais apporter un peu de nuance. Mais punaise, j’ai été choquée, non, pire, blessée, trahie. Et croyez-moi, j’aurais entendu ce que j’ai entendu dans un film réalisé par un autre que Joss Whedon, je ne m’en serais sans doute pas tant offusquée.

Déjà, contexte, Joss Whedon c’est le papa de « Buffy », « Angel », « Firefly ». Et « Dollhouse », aussi. C’était plutôt bien.
C’est aussi un type qui a toujours milité en faveur du féminisme et qui a su mettre (parfois) ses convictions en application dans ses productions.

Raison pour laquelle j’ai eu beaucoup de mal, mais alors là vraiment beaucoup à écouter Black Widow expliquer à Bruce Banner qu’elle a été stérilisée durant sa formation et que du coup, ne pouvant avoir d’enfants, elle comprend ce que cela fait d’être un monstre.

Je me suis mangée ça comme on reçoit un crochet du gauche en pleine gueule le matin au réveil.
Ensuite, j’ai tenté de me persuader que j’avais mal compris. C’est vrai que Black Widow ne dit pas texto « je suis stérile DONC je suis un monstre » (encore heureux, bon sang), mais plutôt « on m’a stérilisée parce qu’on voulait que nous soyons sans attaches, c’était plus facile pour accomplir nos missions et pour les assassinats. Tu vois, je sais ce que c’est que d’être un monstre. »
C’est légèrement différent, on pourrait presque croire que sa monstruosité se réfère à son passé d’assassin.
Sauf que non. Ce que Natasha Romanov explique avec des trémolos dans la voix c’est bien qu’elle est un monstre froid parce qu’elle stérile. J’ai beau chercher la nuance, désolée, je ne la vois pas.

Aller, on applaudit bien fort.

Pardon de m’arracher les cheveux, pardon de hurler à la trahison parce que je ne peux pas croire que Whedon ait laissé passer une ligne de dialogue pareille sans la retoucher. Ce n’était pas compliqué pourtant, Banner venait de lui dire qu’il ne pouvait pas avoir d’enfants, il lui suffisait de lui répondre qu’elle non plus. Et d’ajouter qu’au regard de son passé trouble, elle avait elle aussi du sang sur les mains dont elle n’était pas fière, tout comme Hulk.

Bordel. C’était si compliqué ?

Parce que même du point de vue de Black Widow, la réplique n’a aucune logique. Sa stérilité est subie, faisant partie d’une formation de super tueuses dans l’ex-Union Soviétique, typiquement le genre d’institution où tu as le droit d’exprimer ton avis, it is known.
Alors pourquoi lui coller une horreur pareille dans la bouche ? Pourquoi, si jamais la tournure de la phrase était simplement maladroite ne pas l’avoir réécrite ?

Joss Whedon, assez blasé après son expérience chez Marvel, c’est exprimé sur « L’Ere d’Ultron » dont il ne semble pas particulièrement fier (et t’as bien raison mon garçon) en le décrivant comme une suite de concessions. Je veux bien croire qu’il n’ait pas eu les coudées franches, mais je n’arrive pas à comprendre comment un réalisateur champion du féminisme auto-proclamé, une équipe de scénaristes, des acteurs (Scarlett, ça t’a pas écorché la gueule ? Sérieusement ?), des producteurs ont pu laisser passer cette ligne de dialogue sans voir se profiler au loin la shitstorm.

Dans un Mickael Bay, je me serais sans doute contentée de noter le truc et de me facepalmant très fort, avant de faire des moulinets de bras.
Ici, dans un film de Joss Whedon, je trouve ça incompréhensible.

Remarquez, je dis rien sur le second casus belli entre Whedon et les feminazies, la fameuse référence au droit de cuissage, qui a fait hurler à l’apologie du viol.
Contexte : c’est Tony Stark qui dit que s’il devenait roi d’Asgard, il rétablirait la Prima Nocta.
Une blague de mauvais goût dans la bouche de Tony Stark, ça vous défrise vraiment ?

Pour gerbante que soit la réplique de Black Widow, elle acquière un degré de foutage de gueule supplémentaire parce qu’issue d’un film de Joss Whedon. Lequel a toujours milité pour l’égalite homme femme au point d’avoir le culot, deux semaines avant la sortie de « L’Ere d’Ultron », de critiquer vertement la minute trente de « Jurassic World » diffusée sur les Internets. Pour avoir vu l’extrait en question, où les deux personnages principaux se taclent sournoisement sur leur passé commun, j’ai eu, avant de voir « Avengers 2 », donc, un peu de mal à comprendre les attaques de Whedon à propos des atroce clichés sexistes que cette scène contiendrait.
Et j’en suis presque tombée de mon siège pendant « L’Ere d’Ultron », en mettant dos à dos les deux scènes.

Et maintenant, « Civil War »…

Comme le premier « Avengers », « L’Ere d’Ultron » fait office de conclusion à une phase de la franchise, bientôt débutera la phase 3, dont la pierre angulaire pourrait bien être la série qui tire toutes les autres vers le haut, mais pas trop, « Captain America », qui va donc se lancer dans l’adaptation de « Civil War », un arc hyper intéressant, hyper prenant, hyper couillu aussi (si. Et ce n’est pas parce que la magie des comics a permis de rendre caduque certains évènement de « Civil Wars » qu’ils n’étaient pas sur le moment aussi osés que fort à propos).

Sauf que. Sauf que « Civil War » sur le papier tient certes à ses péripéties passionnantes, mais aussi et surtout à son sous texte politique, à l’affrontement de deux idéologies, deux Amériques. Pour réussir « Civil War », il faudra injecter une sacrée dose de profondeur dans une série qui n’a jamais brillé par ses qualités métatextuelles ni par une quelconque volonté d’aller plus loin que le divertissement aussi basique dans le fond que dans la forme.
Surtout, j’ai du mal à me représenter comment le traitement indigent d’Iron Man 5 films durant va pouvoir être compensé le temps d’un film de deux heures. Réalisé par les frères Russo. Produit par Kevin Feige.

Et puis cerise sur le gâteau, comme le tournage de « Civil War » a déjà commencé, et que Chris Evans a été bavard, on sait déjà que Marvel Studios ne se risquera pas dans une conclusion aussi radicale et lourde de sens que les comics. A partir de là et comme toujours chez Marvel Studios, on devra se contenter d’un grand spectacle pétaradant émaillé de trucs cool et de blagues pas drôles, mais avec un ton grave quand même parce que phase 3 les gens, maturitay…

Marvel Studios ne crée pas l’évènement avec ses films mais bien avec le sentiment d’anticipation. On vient voir le Marvel du semestre pour la scène post générique, le fan service et la mise en place du prochain film, dont la production est généralement lancée juste après la tournée promotionnelle du film du moment.
La mécanique est bien huilée, mais ça commence à se sentir et je trouve que la formule commence aussi à s’épuiser. Servir deux fois par an la même structure avec la même ambiance et les mêmes personnages finit fatalement par lasser.
Ultime aveux de l’impuissance de « L’Ere d’Ultron » à être autre chose qu’une version bigger& louder du premier film, la scène post générique, reprise paresseuse de celle du premier, starring Thanos qu’on attend depuis trop longtemps et dont l’irruption dans le prochain « Avengers » ne me fait même pas frissonner d’impatience.

Note : * (parce que le côté vide tête fait bien le job, et qu’il y a eu des efforts pour sortir du style télévisuel du premier)

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. Astounding billet , grosse barre de rire pour les gifs de fin 😀

    Bon ben pour beaucoup , dont moi c’était THE épisode , quand j’ai appris pour la série c’est THE scène que je voulais à tout pris voir. Et j’ai pas été déçus. Pour le reste de l’épisode je me montrerais plus magnanime. Jon c’est très hollywoodien sa sortie mais c’était prévisible vu sa mentalité de Stark selon moi. Pareil j’ai un peu halluciné quand ils s’y sont mis à 25 pour un vieux…Mais bon c’est tellement fourbe ces bêtes là. Pour Dany and co j’ai apprécié 2 choses :

    -Vers gris à vu 300 et Spartacus du coup il utilise sa lance comme un gros badass
    – Jorah mode deg chose qui pourrait donner un indice sur un changement par rapport au livre à son sujet , j’en dirais pas plus….

    – Bran , bon ça à servit pour montrer que c’est le super zoman de l’espace , pas plus palpitant que ça.

    – Arya/Sandor , j’adore Sandor , bon Arya soit gentille grandis un peu , quoique avec ce qui va t’arriver c’est bien partie.

    On arrive à l’évènement crucial donc..Et bien….Et bien….

    …Oua

    Ben j’ai pas été déçus. Déjà gros plus par rapport au bouquin , Bolton gagne un charisme monstre de par sa froideur et ses petits sourires du gars pragmatique qui a compris dans quel sens le vent tourne. Ils ont choisis l’acteur parfait.

    Pour le reste , le résultat émotionnel faut puissant , même si j’ai jamais piffé Talissa , la voir se faire trucider comme une truie ma fait un ptit quelque chose. Un peu comme dans Warcraft 2 quand son premier Grunt se fait démolir par un chevalier niveau 5 (Ils ont fait un 3 ? Ah..). Oups ça picote un peu. Mention pour une Catelyne Stark détruite psychologiquement en un instant qui exhorte de fuir à un fils complètement béat par la surprise qu’il n’a pas vu venir et qui lui pendait au nez.
    Bon ben pour Ned junior qui fait du poney ça serait pour la prochaine vie hein….Soudain, brutal , au début j’aurais préféré un peu de résistance mais pour l’aspect dramatique c’est ptet mieux. Mais le truc qui m’aura presque fait chialer c’est pour vent gris 🙁 Affreux 🙁

    Sinon pour en revenir à ce que vous avez dis gente Dame dans le billet est pas bête et j’avais pas songé à ça , en effet on entre dans le monde de Westeros vers un temps de changement , un temps où des familles comme les Starks sont presque des reliques d’un âge passé. De plus l’arrivé des autres et certains éléments mentionné dans ADWD semblent indiqué que ouais on touche à la fin d’une époque. C’est vraiment une idée auquel j’avais pas songé et en effet ça  »colle » totalement….A voir ce que l’avenir nous dira…Bon il arrive quand le prochain tome raaaaaahhhh ?!!!!

    voilaaaaaa, je dois oublier des trucs mais je suis encore un peu sous le choc de cette saison décidément Ahossaume :p

  2. Salut ma dame,
    enfin, le moment les noces pourpres est arrivé. A quelques détails près, j’ai ressenti la même ambiance qu’à la lecture. Donc un grand kiff. Même si je connaissait la suite, le passage m’a pris aux tripes.

    Je suis curieux de voir les prochaines audiences. La mort de Ned avait été l’acte fondateur, qui avait fait rentré la série dans la légende. Les non-lecteurs qui crient vengeance et avaient mis leurs espoirs en Robb vont ils fuir ce show, ou les « gentils » meurent et les pires survivent. Je fais confiance à leur intelligence, car les vrais persos intéressants sont les Lannisters. Je pense quand même qu’une lassitude viendra d’ici deux ans, faute de ligne directrice et d’un nombre trop important d’intrigues (comme dans les livres).

    Intéressante ta théorie sur Tywin. Il ressemble finalement beaucoup a Machiavel et aux familles italiennes de la renaissance par son habilité politique. La guerre ne se joue pas que sur le champ de bataille, mais aussi par les négociations, les alliances, les trahisons…

    Les Stark sont un peu vielle école. Ned avait l’honneur chevillé au corps, à l’image de la chevalerie médiévale : loyauté, défense de la veuve et de l’orphelin etc…
    Robb, lui a préféré le mariage d’amour à l’alliance stratégique avec les Frey, négligeant donc l’aspect politique de sa quête.

    Pour la prochaine saison, il y a un risque que cela tourne un peu en rond à Port Réal. Même si elle correspondra à la fin du tome 3 qui est riche, ça reste centré sur les Lannisters. J’espère qu’il vont un peu avancé sur d’autres intrigues du Tome 4 : les Greyjoy ou les Martell par exemple.

    Jon et Bran : rien à redire, quelques incohérences gache un peu les scènes

    Quelques observations :
    Grand bravo aux scénaristes, qui depuis la saison 2 ont laissé plané un doute sur les motivations de Talissa (rapport à sa riche correspondance). Pour les lecteurs ça a été une fausse piste vraiment bien faite (à moins d’une révélation la semaine prochaine).
    J’ai aussi une pensée pour ma belle-soeur, qui s’est mis dernièrement a GOT. Je lui ai demandé récemment quel était son personnage préféré. Quand elle m’a dis Robb, j’ai esquissé un léger et imperceptible sourire en prévision de cet épisode.
    La prise de Yunkai si elle n’était pas parfaite, a permis de voir à l’oeuvre les 3 conseillers de Dany et leurs 3 styles de combats/armes différents. Chevalier/Epée, mercenaire oriental/Arakh, Immaculé/Pique
    Petite correction : ce n’est pas à Yunkai que Jorah passe par les égouts.
    Le gif sur le futur bébé nommé en hommage à Ed est vraiment énorme

  3. Que rajouter à ce billet à haute teneur lolesque?
    Peut-être le condensé de réaction des spectateurs aux NP qui traine sur youtube.

    Partons dans la chronique de cet avant dernier épisode et pointons du doigt mesquinements les travers de notre série préférée!

    Donc par ordre de pertinence je commencerais par Sam & Ver:
    Sa présence dans cette épisode n’était que pour nous rappeler sa localisation. Une carte et un tracé de son avancée aurait fait l’affaire également. Dire qu’il vient de tuer un Autre avec une lame en obsidienne, mais surtout n’en parlons pas une seconde. Non, comme de bon touristes arrivant sur les flancs du Vésuve, exclamons nous devant pareil chef d’oeuvre: Voir le mur et mourire… Ah que de poésie!

    Enchainons avec les aventures de Punky Brooster et de Harry le vieux bougon au coeur d’or!
    Arya continue son voyage vers le côté obscure, et qui de mieux que le Limier pour la guider vers les ténèbres? Chiche que dans sa liste la famille Frey y trouvera une place de choix.
    J’imagine bien la scène au moment de nommer sa cible au Dieu Multiface:
    Arya qui nomme Walder Frey!
    Oui, certe… mais lequel? Et avec ton accent chtit, tu as dit Walter, Walta, Walda, Walder ou Walender… Dans le doute je les tue tous!
    Deal!
    J’ai quand même bien aimé l’échange sur la peur entre Sandor et Arya. Pour une fillette qui erre dans le pays toute seule elle est méchament burnée la petite pour lui répondre comme elle le fait.

    Passons aux Fraking Frakes.
    Bran, non mais c’est quoi ce binz? On déroge aux traditions? et les rêves pourris qui font dégueuler La Dame ils sont où? et les réveilles en sursaut que même Théon en est jaloux… Tout fout le camps, FRAKE YOU punk!
    Je trouve aussi que cet arc de Bran et de son apprentissage à la zoomanitude a été traîté à l’envers. A la place de certains rêve chelou, on aurait pu suivre Bran dans la peau d’Eté lors de ces chasses. Et au lieu d’avoir Osha qui nous balance des « Hérétique » de paysannes salemiennes, j’aurais vu un Jojen qui coach Bran en lui conseillant de pisser contre un arbre ou de ramener un lapin quand il se ballade dans Eté.
    Pour la prise de control d’Hodor, peu importe comment le tourner, cette scène était quand même casse-gueule, puisque tout se passe dans leurs têtes. En fin de compte ils s’en sont sorti sans trop de perte.
    Rickon… Trois saisons pour qu’enfin il nous alligne une phrase complète avec sujet, verbe et suite du verbe. Mais que ça été niais. Franchement je le préférais encore en punk à chien, au milieu de la place, réclamant sa pièce d’une thune pour aller dormir à la marmotte. Sayonara Rikon, on se revoit dans 3-4 ans si tout va bien.
    On se demandais jusqu’à quand cette déviation au combien inutile allait se prolonger, vu le nombre d’interventions pertinentes on a eu droit avec lui.

    Second What the Frake: Jon et le commando des Navy seals.
    Chef j’ai repéré une ferme avec un vieu et 8 cheveaux, on fait quoi?
    Jon le pragmatique: On l’assome, on l’attache et on lui pique les chevaux. La garde enverra 2 gulus enquêtés
    La Dame la réaliste: deux volontaires pour l’envoyer ad patrem et on lui pique les chevaux. Si la garde envoie une patrouille complète à nos trousse, tant mieux, sans leurs murs on se les fera facilement (j’avoue j’ai piqué l’idée à Shaemus le roux)
    Provencal le Gaulois: Faut y aller tous ensemble pour lui marraver la gueule, parce que les vieux, c’est tout moisi, on comprend rien à ce qu’ils disent et ils vous envoient toujours faire des quêtes où que c’est vachement chaud. D’ailleur l’autre fois y avait un vieux qui se faisait appelé Joseph d’Arimathie m’a filé des clous rouillés, de la sainte croix qui disais… J’ai balancé tout ça, c’était un coup à choper le thétanos!
    Evidement c’est la solution la plus pourrie qui sera appliquée comme d’hab.
    La partie la plus jouissive dans cette scène, ce passait sur mon canapé, à 50 cm de moi. J’ai regardé l’épisode avec des amis non lecteurs. Ils étaient tout fou, ils s’attendaient à ce que Bran et Jon se retrouvent après avoir tuer les sauvageons grace à Eté et à Shaggy dog… so lovely!
    Leurs tronches, c’était priceless quand Jon s’est barré à cheval les laissant dans leur tour sans se demander ce que foutaient là deux gros loups qui ressemblaient étrangement à des versions aggrandies de ceux de ces frangins… non rien… c’est comme si il butait un Autre avec une dague étrange et très ancienne alors que son épée avait été réduite en miette.
    Franchement Jon: Sam c’est ton frère! l’équation, c’est pas L+R=J, c’est L+T=J
    Y a pas moyen d’avoir une paire aussi débile… la seule que je connaisse c’est Perceval et Karadok. De là à ce qu’ils nous ré-invente un style de combat basé sur des radis et des fenouilles, il n’y a qu’un pas.

    Far Far Away, Khalessy se trouve devant une impasse: elle doit prendre une cité qui n’était pas prévue au programme. Pour rappel, la bataille de Yunkaï se passe devant les portes de la ville entre les troupes de Dany et les mercenaires engagé par les esclavagistes. Après la victoire de la mère des Dragons, les dirigeants de Yunkaï acceptent de libérer les esclaves et l’host targaryens s’en va plus loin dans la baie des serfs.
    Bref Dany veut la ville mais comment faire avec juste 10.000 hommes armés à son service?
    Simple envoyons juste les 3 généraux de mon armée, histoire que si ils meurent j’ai plus personne pour diriger les autres.
    c’est un peu con comme plan votre grandeure, je pense…
    K’ON LUI TRANCHE LA TETE POUR M’AVOIR CONTREDIS! non mais!
    Mon plan est génial je vais envoyé Altaïr, Ezio Auditore et Desmond Miles infiltrer la ville, récupérer la pomme d’Eden et ouvrir les portes de la ville. Ils ne peuvent pas échouer car ce sont les assassins légendaires…
    Si scénaristiquement ça faisait saigner du nez, visuellement c’était badass de chez badass. Comme l’a dit le frère noir Joe Gillian on avait l’impression que Vers Gris il s’était passé la K7 de 300 dans sa tente avant son départ. Ca a roxxé du poney comme vous dites les djeuns!

    Le Gitan.
    Après avoir traverser la moitié de Westeros en mandiant de ville en ville, Robb le romano-manouche revient aux jumaux avec sa lovely bride pour faire pénitence devant un Waldy Frey des plus en forme.
    Si dans l’épisode précédent on avait eu droit au clin d’oeil de la pluie qui retarderait l’arrivée de 2 jours, on nous a méchament privé de deux magnifiques détails important pour la compréhension de cet épisode par les non lecteurs; et c’est bien dommage parce que tout y était pour pas raté ces passages clés.
    1 Lors que Robb, devant son plateau de Warhammer 40.000 demande à sa maman comment faire pour augmenter le nombre de ses space-marine, il aurait été aisé à Cat d’expliquer le rituel du pain et du sel et son importance au spectateur en deux phrases plutôt que de s’extasier devant les figurines de Bolton.
    2 Et ça été un cri, venu du coeur, de mes potes de sofa. Putain il fout quoi le loup (oui ils ne se souviennent plus du nom du loup tellement il a pris de l’importance) dans cette cage, pourquoi il n’est pas avec son maître?
    Effectivement pourquoi ne pas nous avoir montrer l’arrivée de Robb devant les jumaux acceuilli par un fils Frey qui tombe de cheval et une phrase de Waldy qui exige que le fauve soit maintenu à l’écart de la cérémonie…
    Deux détails qui auraient apportés de la clarté et relevé le niveau de ce qui a été chroniqué antérieurement.
    Autre déception de ce mariage: la non bataille dans la salle des fêtes. De mémoire, il me semble que Robb, le Lard-Jon et les Mormont défendent chèrement leurs peaux; qui avec un couteau à poulet, qui avec ses poings… Là on dirait la bataille de Little Bighorn.
    Là où Blackwater nous avait narré une geste fabuleuse avec des héros chantés encore aujourd’hui, j’avoue que moi-même je me réveille souvent deux haches s’entrechocant aux mains et en hurlant tel un damné: HALF MAN, HALF MAN, HALF MAN; ici, rain of castramère nous propose une nouvelle baclée, ne méritant à peine de figurer dans un mensuel de gare…
    Alors oui la fin tragique du sous-marin volantais a laissé des traces sur youtube avec nombre de OMG frake you frakking GRRM, mais sinon le reste du massacre ça été plutot moux du genou jusqu’à ce que le joyeux troublion Lord Bolton vienne apporter les regards du kingslayer.

    Pour conclure sur cette chronique d’épisode, je dirais que le grand mérite de ce dernier est d’avoir inspiré à La Dame un billet des plus délicieux! Le discours entre Lord Bolton et le Régicide frise les dialogues d’Audiard!
    Dire que la semaine prochaine sera notre dernier tour de manège avant un long hiver

  4. Bon bon bon… Dire que j’étais impatient de voir cet épisode… Je ne sais pas ce qui m’a pris.

    Pourtant j’ai trouvé les quarante premières minutes pas si mal :
    Le passage avec Sam, même si j’étais déçu de ne pas voir Mr Corbeau était amusant, avec un clin d’oeil à la saison 1 et qui mettait en évidence à quel point le personnage du petit Tarly a évolué.

    Les scènes avec Daenerys, même si la prise de la ville c’était du n’importe quoi nous en mettait quand même plein la vue avec une jolie scène de combat avec Jorah, Grey Worm et Daario.

    Les scènes « Man vs Wildlings »/ « Hodor et cie », même si elles allaient un peu vite avec l’apprentissage de Bran ont finalement fait remonter Jon dans mon estime : ici il n’a plus l’air d’un type perdu et pleurnichard, il a le courage de laisser tomber sa couverture et de se battre seul contre les sauvages. Et si je dis qu’il prend enfin les choses en main, c’est parce qu’il ne fait pas qu’affronter ses ennemis : avant d’engager le combat il protège Ygritte pour ne pas qu’elle soit blessée par les siens en l’écartant, il se déchaine contre Ragetti puis s’enfuit sans même un regard en arrière. Pour une fois qu’il ne se contente pas de suivre en boudant, ça fait plaisir. Et puis Summer et… brrr Shaggy Dog se jetant sur les sauvages c’était bien fun.

    Et puis les noces.
    Pendant toutes les scènes chez les Frey je hurlais tout seul devant mon écran à Talisa et au Blackfish « MAIS BON SANG QU’EST-CE QUE VOUS FAITES LA ? NE RESTEZ PAS LA ANDOUILLES ! »
    Et puis la fête, les violons, les petits chapeaux… Je suis vraiment heureux d’avoir lu les livres parce que le massacre sort vraiment de nulle part, et ça a du être encore plus affreux pour les non-lecteurs. C’était presque pire que dans les livres, puisque on a en plus droit eu meurtre de Talisa et à celui du petit Ned (enfin quelle idée aussi…). Puis Robb, Grey Wind et Catelyn… Rien à redire là dessus, c’était sobre, bien réalisé et avec des acteurs excellents (même Roose et Walder avec leurs têtes de fouines).

    Voilà, bravo pour votre article, et bonne soirée (s’il est encore possible de passer des bonnes soirées après avoir vu ça… je parle bien sûr de Rickon dire plus de trois mots à la suite, c’était terrifiant).

    Moralités : Je hais les petits chapeaux, les Manderly ont des moustaches trop swag et aller pisser peut vous sauver la vie.

  5. @ IDLM : ah oui, il était bien badass ce combat, cela faisait longtemps que l’on en avait pas vu un comme ça dans la série. Mais je focalisais tellement sur la débilité du plan en lui-même que non, même pas cet effet de manche très joli n’atténuera mon COUROUXJESUISLESANGDUDRAGONUNBOWEDUNBENDUNBROKEN. Ahem, c’l’heure des pilules.
    Comparer Talisa à un grunt, c’est pas charitable, monsieur, maintenant à chaque fois que je la verrai, je penserai « Zog zog ! » => merci beaucoup.
    « Bon il arrive quand le prochain tome raaaaaahhhh ?!!!! » => félicitations, vous venez de tuer un Stark :p

    @LoLoBear : y’aurait une chance que vous soyez l’acteur qui jouait l’ours dans l’arène l’autre fois ? Si oui, je peux avoir un autographe ? Elle est sympa Gwendoline Christie ?

    @Joe Gillian : je m’inquiète également un peu pour les audiences. Pas tant celles de la semaine prochaine qui ne devraient pas plonger significativement, mais plus pour celles de l’année prochaine. Je ne sais pas si la grande masse des gens qui suivaient ce show en se disant « ahah, c’est une série télé ça vide la tête, hihi ! » décident de continuer plus avant. Après tout, même chez les fans du genre il y avait eu des désertions après les Noces Pourpres.
    Sinon, ça ne tourne jamais vraiment en rond à Port Réal, et il y aura de quoi se mettre sous la dent avec l’arrivée des nouveaux (un Stark s’éteint, un Martell s’éveille, et non, ce blog n’est pas sponsorisé par Volvic), intrigues, préparatifs du Royal Wedding, sans parler d’une possible légère avance que la série pourrait prendre sur ADWD concernant certains (genre « Yollo »).
    Un conseil, le jour où elle visionnera cet épisode, filmez votre belle-soeur. Je sais, le sadisme… Mon côté Bolton…
    Oui, en effet, j’ai commis une grosse erreur concernant la prise de Yunkaï. Comme quoi, le coup de la ville prise par ses cabinets ça m’avait marquée (sans doute parce que c’était en quelque sorte l’allégorie de la suite de cet arc…). Mais il n’en reste pas moins que le plan suxx violent.
    @ Turel : comme vous l’expliquez très bien justement => envoie tes trois meilleurs hommes et généraux dans une mission d’infiltration über tendue du string à paillette, ais confiance, Dany…
    Une fois de plus, votre commentaire est hilarant, je me répète toussa. Jon et Sam en Perceval et Karadok => parfait. Pour l’Unagi, je note déjà que les petits chapeaux moisis des Freys les rendront insensibles aux attaques à la flûte qui agace.
    Je plussoie violemment à vos remarques concernant les possibilités d’insert du pain et du sel, ou sur Vent Gris. Mais bon, je crois l’avoir déjà dit, l’épisode du jour est écrit avec pas mal de légèreté sur certains points. On sent bien que tout le monde est focalisé sur cet instant où Robb décède après une Boromir.
    Massacre un peu mou, très peu de défense de la part des Stark et assimilés, mais ils sont tous pétés comme des coins, et en effet, le Lard Jon étant absent (moult smileys de tristesse ne suffiraient pas à exprimer ma peine), ce qui rend tout de suite les Noces Pourpres moins rock ‘n roll.
    @ Vareth : Le Silure a eu l’envie pressante la plus inspirée du siècle => fuckin’ save par sa vessie, c’est pas banal, ça mériterait un haut fait dans WoW.
    La morale en effet, « aller pisser peut vous sauver la vie », et « toujours écouter sa mère ».

  6. D’accord en général avec votre billet ma Dame. Même en tant que spectatrice non-lectrice j’ai ressenti les maladresses et incohérences de l’épisode. Qui heureusement sont compensées par l’impact des scènes finales.

    En tant que non-lectrice, je me permet d’ailleurs de demander quelque chose qui m’intrigue depuis le début: pourquoi au fait, Jeyne Ouestrelin est-elle devenue Talisa sans reprendre le personnage à l’identique? (je suppose que c’est lié aux enjeux des bouquins…)

  7. @ De passage : je préfère attendre la semaine prochaine pour définitivement clore le dossier Talisa. Je ferai à point à ce sujet dans le prochain billet, quand on sera sûr que les choses sont bien ce qu’elles semblaient être.

  8. @ De passage: les scénaristes ont décidé de virer la famille Ouestrelin car trop riche en background dans l’univers de Westeros. C’est une vieille famille tombé dans la dèche financière qui sont vassaux des Lannister.
    En créant Talisa une originaire du continent d’Essos il ramène tout à une seule personne sans attache sur le continent; une fois morte, il n’y a plus personne pour s’en soucier; alors que dans la saga l’intrigue avec la famille Ouestrelin continue après les NP.
    De plus en laissant Talisa enceinte, les scénaristes évitent encore une fois le délicat sujet de l’avortement dans la série (cf saison 1 épisode 2 quand Cersei dit à Catelyn dans la chambre de Bran qu’elle aussi a perdu un enfant de 2-3 ans, alors que dans la saga elle s’est fait avorter de tout les bébé de Robert)

  9. A part le passage du pain et du sel dont l’importance n’est vraiment pas explicitée, les scènes de Daenerys, qui quoique pas mauvaises, n’avaient pas grand chose à faire dans l’épisode « Stark » de la saison, et les guignoles de Sam et Vère qui me gonflent toujours autant (non mais on reprend la ballade tranquille, c’est le parc du Mercantour ou quoi ?), j’ai trouvé l’épisode très bon.

    Ce qui m’a le plus choqué, alors que je me fichais pas mal de son personnage finalement, c’est la mort de Talisa. Vraiment je ne m’y attendais pas. Et puis c’était franchement horrible. Pour le manque de combativité, ça ne m’a pas spécialement dérangé parce que comme on ne connaît pas les autres personnages, on distingue pas qui se fait tuer, à part le fils Manderly (et encore c’est parce qu’il a sa broche ^^). La stupeur des nordiens, j’ai trouvé ça pas improbable du tout, c’est clair que c’est moins bien que dans le livre, mais ça m’a pas dérangé plus que ça. Bon en même temps, à part P’tit Jon Omble qui balance une planche devant Robb déjà touché, donne un coup de gigot se fait tuer juste après parce qu’il n’a pas le temps de dégainer, Dacey Mormont qui écrase une cruche, tente de fuir mais se fait embrocher juste après, tous les autres se font tuer sans avoir le temps de se battre (Robin Flint est poignardé instantanément, Wendel Manderly à peine levé de sa chaise se prend un carreau en pleine bouche, Donel Locke et Owen Norroit et au moins 6 autres sont descendus par les arbalétriers, Lucas Nerbosc et un Vance essaient de se battre mais n’ont vraiment pas le temps…). A part donc le fils Omble et Dacey Mormont qui parvient presque à s’échapper, ils tombent pratiquement tous, en tout cas ceux que repère Catelyn, sous le coup de la surprise et de l’effet de l’alcool. (d’ailleurs il est intéressant de noter que tous ceux qui se font tuer sont des enfants de Lords). Le Lard Jon, lui était parti avec ceux qui ont emmené Roslin, c’est d’ailleurs certainement grâce à ça qu’il a été capturé et non pas tué.

  10. @ Turel : tiens c’est intéressant ce que vous dites là au sujet de l’avortement dans la série. Je ne l’avais pas du tout vu sous cet angle et c’est vrai que le sujet est délicat pour le public américain (ceci dit, si on regarde une fiction télévisuelle française, on dirait que oui aussi…).%%%
    J’avais naïvement pris la petite histoire triste de Cersei pour un gros pipeau (elle lui dit que l’enfant état mort-né je crois) destiné à endormir la méfiance de Cat en jouant la carte de la compassion et de la solidarité maternelle. Un bobard que la Stark ne risquait de répéter à personne, vu les circonstances et le sujet « Eh, Robert, c’est vrai que ton premier fils était mort né ? Raconte un peu ! »
    Quant à la grossesse de Talisa, soit c’était un prétexte scénaristique pour lancer le massacre (et là je me dis que D&D sont bien tordus) soit la grossesse est précisément la raison de la mort de Talisa, si l’hypothèse de l’espionnage s’avère exacte.
    Mais on en reparle la semaine prochaine, quand on sera sûrs à son sujet.

    @ Nicolas : Sam et Vère, ouais, je me suis dit « semaine prochaine ! » en les voyant. C’est fou. Bon, important de savoir où ils sont, même si ça pouvait justement attendre la semaine prochaine, et la réflexion de Vère sur Sam le Magicien était bien trouvée. Mais pouvait attendre la semaine prochaine.
    Qu’est ce qu’il s’est passé avec le Lard Jon dans la série au fait ? Il avait pris une certaine importance en fin de saison 1 entre ses doigts bouffés et son « KING IN THE NORTH », puis remplacé par ser Rodrick Cassel dans la saison 2 avant que ce dernier ne se fasse décapiter à coups de botte. Ils avaient peur qu’il fasse de l’ombre au Silure ou quoi ?
    Va-t-on le retrouver en suivant l’arc de Rickon, envoyé chez les Umble ?

  11. Au contraire, selon moi c’était important de placer Sam et Ver déjà cette semaine, pour pas qu’on se dise que son arrivée soit un Deus Machinas. Son intervention la semaine prochaine sera importante, elle mérite quand même 2 minutes cette semaines.

  12. @Turel: je vois, merci d’avoir précisé les choses. God, alors Cersei a avorté des enfants de Robert?? Dommage effectivement que cet aspect ait été occulté dans la série, ça rend le personnage de Cersei plus intense encore

  13. Bonjour La dame,

    Excellent billet (comme d’hab) et plutôt d’accord avec toi dans l’ensemble hormis pour le cas Talisa , car même si le personnage ne m’a jamais vraiment touché la violence de sa mort (+ le beau headshot pour l’héritier en bonus) qui annonce le début des réjouissances ma totalement scotché a mon pouf , j’imagine ce que cela a du être pour les non lecteurs .
    Par contre très étonné que tu n’es souligné le « bon moi me casse pisser » de tonton brynden .Franchement j’aurais pas lu le bouquin je me demanderais si le cochon ne tremperait pas un peu dedans des fois.
    En tout cas continue a nous faire marrer La Dame …. t’assure 🙂

  14. Je suis assez étonné de voir tous les commentaires négatifs sur le croisement Jon/Bran. Il y a quelques maladresses mais bon la tension est quand même haute et c’est pas évident en terme de mise en scène quand les points de vue se multiplient (espaces différents, enjeux différents : le cas de conscience de Jon, la crainte d’être découvert pour le groupe de Bran et dans la panique (très important ça la panique pour franchir le pas décisif du contrôle à distance) la découverte du don dans sa pleine étendue. C’est sans doute un peu précipité, mais ça peut se justifier). J’ai plutôt bien accroché.
    J’ai plus été choqué par le trekking charmant de Sam et Vère.

    Bon billet, en tous cas. Et sympa le déménagement, si on excepte l’arrivée soudaine d’anglophones-bots avinés et lubriques (sans doute des Frey, tu vas avoir du boulot!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *