Homme de pierre qui roule n’amasse pas mousse

Après 4 semaines inégales dont 2 franchement soporifiques, « Game of Thrones » nous montre enfin avec ce 5e épisode de sa dernière saison de quoi elle est capable. En reprenant la recette éprouvée l’an passé, comprendre des choix plus drastiques dans la narration. « Kill the Boy » se concentre sur le Nord et sur Meereen, ce qui permet de développer des arcs, des personnages, et de donner plus de rythme, paradoxalement en restant plus longtemps sur certaines scènes.

Résultat : « Queuah ? C’est déjà fini ? », au bout de quasi une heure d’aller retours entre Châteaunoir, Winterfell et la Baie des Esclaves/Serfs/Danyland.

Histoire de ne pas se contenter de servir l’épisode le mieux rythmé sur les 5, « Kill the Boy » est aussi celui qui aura le mieux installé ses ambiances, faisant le choix d’incursions franches dans la fantasy, dont les codes sont tour à tour respectés et détournés.

Aller c’est parti pour un épisode à trois dragons, un kilt, des lépreux, un volant de Twingo.


Et Dorneville…

Meureen.

Parce que les suppôts de Philippe lui ont fait plein de trous, Grey Worm git dans sa couche en attendant que le Mercurochrome fasse effet. Et pendant qu’il comate, Mimi le veille sur ses heures de pause.

Mimi, ma chérie, c’est LE MOMENT OU JAMAIS. Il te suffit juste de soulever le drap pour connaitre cette vérité ce pénis après laquelle lequel tu cours depuis une bonne saison maintenant.

Au même moment, dans la salle du trône, Daenerys contemple les dégâts. « Daffuq », hurlent ses sourcils « c’était pas dans les bouquins ça… ».

«-Je vous le confirme, vôtre mâjesté », fayote Hizdahr zo Loraq.
«-Et on fait quoi maintenant ? On interdit le port de masques glaçants ?
Vas-y, Khaleesi, faut leur apprendre le respect à ces bâtards. Faites pas votre pucelle, on va leur déchirer leur race à tous ces fdp, sur la vie de ma mèrelapute.
Faire sombrer Meureen macitémoncoeur dans un déchainement de violence aveugle ? EN VOILA UNE IDEE QUELLE EST BONNE WAARIO.
Cimer Khaleesi, chuis trop touché, tavu.
-C’était de l’ironie. J’ai une meilleure idée… Je vais faire arrêter tous ces fdp de nobles meereenois et…
On dit meereeniens, Khalees…
COMMENT OSES-TU JOUER LES GRAMMAR NAZI DEVANT MOI §§§§§ METTEZ-LE DONC AUX FERS AVEC LES AUTRES !!!! »

Fait intéressant, cet épisode, comme je l’ai dit en intro, mais suivez un peu aussi, détourne un motif classique de la fantasy, ajoutez-y les contes et légendes, de toute façon c’est le même lot, je vous fais un prix pour l’ensemble.
On met en effet en scène un groupe de personnes arrêté par un souverain cruel qui va les livrer à ses dragons/monstres, incarnations de son pouvoir et de sa malfaisance. Le moins que l’on puisse dire c’est que dans ce passage, la Daenerys qui jette avec froideur le malheureux Jean-Sébastien en pâture à Rhaegal n’a jamais tant ressemblé à son défunt pôpa, Aerys le Fol, le type qui goûtait fort faire frire ses propres vassaux dans leurs armures en y balançant du feu grégeois. Des barres.


Ainsi, ser Barristan est à peine refroidi que déjà Dany commence à prendre le chemin du Côté Obscur dont il cherchait à la préserver la semaine dernière encore.
Mais revenons à la scène en elle-même et à ce motif archi classique des innocents (je sais, il faut sans doute le dire très vite. Ces types ne sont pas là par hasard) livrés à des dragons. Très bien construite, elle fait apparaitre Rhaegal et Viseryion par le truchement des bruits de chaine, créant le même climat de tension que dans le premier épisode de la saison, quand Dany était venue leur rendre visite.

On peut d’ailleurs s’interroger sur le contrôle qu’elle semble à nouveau exercer sur ses enfants, tout feu tout flammes il y a quelques semaines, mais je préfère jeter un voile pudique sur cette légère incohérence. Les dragons sont certes des créatures de chair et de sang, mais la série les a beaucoup utilisés dernièrement comme des symboles, des représentations des tourments de Dany. Je ne pense pas qu’il faille voir autre chose dans ce contrôle retrouvé qu’une expression de sa fureur intérieure, qui ne transparait à aucun moment sur son visage de glace.

Ce qui est plus intéressant, c’est le fait que pour une fois dans ce motif des innocents livrés à des monstres, c’est que le souverain responsable de cette condamnation soit une femme. Et ce fait est très important pour l’impression dégagée par l’ensemble de ces scènes. Mais j’y reviendrai plus tard.

Parce que notre Dany nationale a touché le fond de la piscine dans son petit pull marine (une référence pour nous, les vieux…), au point qu’elle en est à demander conseil à Missandei, qui lui explique qu’elle n’est qu’une pauvre petite translatrice, qu’elle serait donc bien en peine de l’aider, que cette phrase et déjà trop longue mais que si vous voulez mon avis, Khaleesi, quoi que je dise, vous allez faire comme d’habitude, vous en tamponner l’oreille avec une babouche et n’en faire qu’à votre tête.

«-Même pas vrai d’abord, j’écoute !
Alors pourquoi vous faites toujours le contraire de ce que l’on vous dit de faire ?
Parce que c’est moi la reine ! Et puis c’est des menteries, j’ai fait des efforts depuis la saison 4 ! Tu te souviens quand j’ai suivi les conseils de lord Friendzone ? »

C’est qu’on la sent choquée Daenerys de se prendre en pleine poire cette verte critique, quand bien même elle est fondée. D’ailleurs on sent que Missandei a entendu parler du méchoui dans les cryptes aussi se reprend-elle aussitôt

«-Mais vous êtes aussi connue pour être la fille qui sait surprendre son monde en choisissant des options totalement inattendues ! Vous vous souvenez d’Astapor et de la façon dont vous avez entubé Kraznyz ?
Ahah, oui, on avait bien rigolé ! Drogon avait tout fait cramer et…
On va se calmer un peu avec le feu du dragon. Je veux dire, quand vous décidez de prendre des options auxquelles personne d’autre ne penserait parce que dans le fond, vous êtes un peu comme Starbuck dans « Battlestar Galactica », votre bêtise n’a d’égale que votre imprévisibilité et des fois, sur un malentendu, ça vous sauve les miches !
Comme tu as raison, Mimi, faisons donc cela.
Faisons donc quoi ?
Tu vas voir, mouhahahahaha !!! »

Et donc…

«-Ainsi donc par la présente, Hiz… Hizhd… Corentin, je vous épouse.
Fichtre c’est tellement imprévisible, je dois donner ma réponse tout de suite ?
Je ne vous demandais pas votre avis.
D’accord, mais j’ai deux questions.
Je vous écoute.
D’abord, est-ce que je peux choisir le traiteur pour le mariage ?
Accordé.
Ensuite, pourquoi moi ? Je veux dire, hein, je suis heureux et tout. Entre vous qui faites cramer des mecs pour le fun et finir dans un de vos dragons, le choix est vite fait, mais bon tout de même, je m’interroge.
Vous êtes le seul PNJ meereenois que connaissent les spectateurs, Corentin. Et maintenant, je m’en vais enterrer ma vie de jeune fille avec ma seule copine. »

[Le point chiffon.

Comme ça a l’air de vous plaire et que j’aime bien les froufrous, je vous gratifie ici d’un petit point chiffon sur notre chère Dany, qui est de loin la plus décevante de ces dames question fringues.

Mis à part les fois où ce sont les autres qui font du shopping à sa place (Viserys ou Xaros Xhoan Daxos, aka XXD), la pauvre n’a jamais su s’habiller correctement.
Est-ce que je dois vraiment rappeler à votre mémoire le tablier de grossesse de la saison 1 ?


OUI

Je passe sur sa tenue de « notaqueenakhaleesi » parce qu’elle est avant tout pratique, et je ne vais pas lui demander de faire des efforts alors qu’elle sillonne les pires routes d’Essos à la recherche de pognon pour reprendre son trône.

Mais quand même. Définissez-moi le look dans Dany en deux mots jusqu’à cette saison. Allez-y.

Voilà : « bleu » et « écailles de dragon ».

Les écailles, je ne vais pas en faire un plat, on comprend illico la raison profonde leur présence, Daenerys étant le dernier dragon.

Le bleu, maintenant. Là, j’avoue être un peu de parti pris, mais à mes yeux, le bleu est une couleur très ennuyeuse. J’apprécie de la voir de temps à autre, et il m’arrive d’en porter aussi, surtout du marine d’ailleurs, qui est un noir déguisé, mais les totals look bleu, ou la trop grande récurrence de cette teinte dans une garde-robe me fatigue =>boring.
Le bleu c’est donc pour moi chiant, impersonnel, le genre de truc facile qu’on choisit pour choquer le moins possible parce que le bleu dans le fond, tout le monde s’en fout. Couleur du consensus mou par excellence. Même le gris est plus punk.

Alors sur Dany, au secours… Ok, le choix est clair pour la costumière, c’est frais et ça va plutôt bien au teint d’Emilia Clarke, ça s’accorde joliment avec sans doute la couleur de cheveux la moins facile au monde après celle de Vivienne Westwood.
Mais sinon… Argh…

Depuis Qarth, Dany ne porte presque plus que cette couleur, et ce que je voudrais évoquer ici, c’est la manière dont elle est utilisée.
Daenerys n’a porté que du bleu depuis quasi 3 saisons maintenant. D’un point de vue strictement pratique, ce bleu souvent vif sert à la repérer immédiatement dans la foule.
Personne à part elle ne porte cette couleur.
Pour info, le bleu a longtemps été considéré comme une couleur de mayrde, de l’Antiquité au XIIIe siècle, entre autres raisons parce qu’il était très difficile d’obtenir des nuances vives avec les colorants à disposition. Ce n’est qu’au XIIIe donc que l’on est parvenu à trouver de quoi obtenir de beaux bleus, et que cette teinte a donc été promue.
En Essos, contrairement à Westeros où le bleu est fréquent (jusqu’à son mariage, c’était par exemple la couleur de Margaery, qui est récemment passée à l’or), on semble ne pas être tiptop au point sur la nuance. Dany est donc la seule figure en bleu, couleur westrienne, dans un océan d’ocre et de brun.

Mais depuis son arrivée à Meereen, Daenerys semble avoir découvert l’existence d’une nouvelle couleur, le blanc.

Une fois encore, les blancs purs sont très difficiles à obtenir. Presque autant que les bleus. Avoir un vêtement très blanc, c’est donc en avoir les moyens mais aussi, dans le cas présent, se distinguer de la masse.
Le blanc chez Daenerys a toutefois une autre fonction que l’expression de sa richesse : c’est sa couleur régalienne.

A mesure que ses conseillers se tirent, le blanc gagne du terrain sur son vêtement, comme s’il grignotait tout ce bleu chiant. Par contre la costumière n’arrive toujours pas à faire à Dany autre chose que des fringues fatigantes à regarder tellement elles sont ternes.


Ceci fut de très loin son personal best en 5 saisons

Ainsi, le bleu est pour Daenerys la couleur de la conquête et le blanc, celle de son autorité de reine. Vous avez des doutes ? Quand a-t-elle porté sa première robe blanche…


Les plus attentifs se souviendront qu’il y en a eu une autre un peu avant, à Qarth. Je ne la compte pas car elle n’apparait que dans l’intimité de sa chambre que cette robe semble être surtout une tenue d’intérieur

Précisément la première fois où elle a siégé en tant que reine pour apeurer les dirigeants de Yunkai.

Aujourd’hui, l’habit de Daenerys n’est plus que blanc. Je pourrais même ajouter que c’est toujours les 2 même frakking robes chiantes dont une existe en deux versions, longue et courte. Et qu’elle est SUPER MOCHE.

Donc sauf si on veut me faire mentir et que Dany se met soudain à porter du noir et du rouge (couleurs des Targaryens), la prochaine fois qu’elle mettra du bleu, ça risque de chauffer pour les Westriens.
REMETS. DU. BLEU. Cette histoire à Meereen a largement assez trainé.

C’était le point chiffon]

Cette semaine, l’arc de Daenerys était décidément de la pure fantasy dans le texte. Avec une inversion des rôles puisque comme on l’a vu dans la scène des cryptes, c’est une méchante reine qui faisait dévorer ses victimes par des monstres. Alors autant continuer dans cette thématique en faisant de Hiz… Corentin une figure de « demoiselle » en détresse, seulement sauvé de la mort par un mariage forcé avec son bourreau. On est à ça de faire appel à un héros spécialisé dans le sauvetage de princesses pour le tirer de ce mauvais pas.

L’idée de cette suite de scènes à Meeeeuuureen était d’asseoir le pouvoir de Daenerys et de montrer son style de gouvernement. Bien qu’elle ait perdu tous ses conseillers, notre bonne reine demeure souveraine de la cité quand bien même son autoritay est mise en péril par Philippe le Gondolier. L’épisode du jour devait enfoncer un maximum le clou sur cette notion.
Pour se faire, on convoque un motif ancestral qui va immédiatement et inconsciemment parler au public, reconnaissant le style de gouvernement d’un monarque dévoyé, livrant ses sujets en pâture à des créatures qui ne sont que des expressions littérales de sa propre cruauté, et disposant in fine de leur libre arbitre.
Car nous avons bien assisté à un mariage forcé cette semaine, Corentin n’ayant eu en la matière pas plus de choix que Sansa.

Il est intéressant de noter que les livres n’amenaient pas du tout le mariage de la même manière, puisque c’était alors Hizdahr zo Loraq (et une dame dont je ne vais pas parler ici) qui insistaient auprès de la reine pour qu’elle convole avec la noblesse meereenoise (« meereenienne ! »), scellant ainsi une alliance politique pérenne.
Ce qui est donc original et à contre-courant du motif habituel, c’est que le bourreau, celui qui force l’infortuné à un mariage subi est donc une femme. Cela n’a l’air de rien, mais en réalité, cette simple inversion met l’accent sur le caractère de pivot de cet épisode. Un épisode où nous allons pour la première fois voir s’inverser les rôles et les points de vue. Où Daenerys, héroïne animée des meilleures attentions, se mue en monstre oppresseur. Où Hizdahr zo Loraq et tout Meereen derrière lui se voient contraint de subir son joug et sa tyrannie.
En renversant les rôles, en inversant les symboles, D&D réalisent un sacré tour de force.

Avec son dernier conseiller disparu, Daenerys ne peut plus continuer de tergiverser. La situation est critique et il convient donc dans cet épisode de la voir prendre des décisions radicales. Amusant de voir comment la convocation du motif du « mariage forcé de la pauvre princesse avec Barbe Bleue » teinte d’une aura de lose ce qui de loin ressemble à une super manœuvre politique. Ce mariage avec Hizdahr zo Loraq est en effet une concession habile, tout comme l’est la réouverture des arènes. Ceci vient certes un peu trop tard, mais bon…
Pourtant, le comportement de Dany d’un bout à l’autre de l’épisode nous la fait apparaitre dans la peau de la méchante, de l’ennemi à abattre.

Et c’est là que j’applaudis des deux mains la finesse d’écriture de D&D, qui ont su prendre le taureau par les cornes dans cet arc meereenois.
Daenerys incarne bel et bien un pouvoir étranger et réformateur qui impose ses visées et sa morale sur un peuple qui n’en demandait pas tant. Si ses intentions étaient les meilleures, leur mise en œuvre tourne rapidement à la catastrophe et ce qui semblait être une bénédiction devient peu à peu une malédiction pour toute la Baie des Esclaves.
D&D ont développé plus loin que GRR Martin l’analogie qui court dans l’arc de Daenerys depuis son arrivée dans les cites esclavagistes. Ils ont traité, frontalement et avec beaucoup de pertinence, le fameux complexe colonial qui avait tant fait hurler à la fin de la saison 3.

De messie, Daenerys est devenue tyran, par sa seule faute, contrainte à la plus grande fermeté par l’instabilité que sa politique a généré. Enlisée, elle ne peut plus exercer son pouvoir que par la manière forte, même si pour préserver son trône, elle doit céder sur certains points.
La libératrice est désormais cette femme qui traine un homme au-devant d’une bête monstrueuse pour que celle-ci le dévore. Elle est cette femme qui contraint un homme libre à l’épouser sans lui demander son avis. Elle est la reine noire des légendes, celle qui le héros devra abattre pour mettre fin à son règne de ténèbres.
Et seul face à elle se dresse Philippe, le Fils de la Harpie, justicier masqué.

D&D ont en quelques épisodes opéré un renversement total pour un personnage largement perçu comme positif de notre point de vue. Que l’on apprécie Dany ou pas, ses actions sont conformes sur le papier à notre morale. Mais désormais, nous la regardons au travers des yeux de ces autres, ces étrangers aux coutumes barbares, subissant par sa faute de violentes mutations dans leurs modes de vie, des mutations qu’ils n’avaient pas demandé, et qui heureuses ou malheureuses, les forcent à appréhender leur existence sous un jour radicalement nouveau.

La série embrasse un point de vue, celui d’Hizdahr zo Loraq. Et en quelques scènes, notre référent à Meereen, Dany, est devenue l’étrangère. Un étrangère qui comme Jon devait cette semaine « kill the boy », enfin « the girl », mais qui l’a fait avec beaucoup de maladresse.

Another brick in the Wall.

Depuis qu’il a fait élire Jon Snow lord commandant, mester Aemon est malade. Hasard ? Coïncidence ? Je ne pense pas.
En tout cas son intervention de la semaine n’a pas servi à grand-chose, mis à part justifier le titre de l’épisode et nous rappeler qu’il est un Targaryen, lui aussi.


Après avoir bien causé avec lui, Jonny Boy peut donc muer en Jon Snowballz et s’en aller échafauder un plan ambitieux avec Tormund.


Notez combien Jon et Daenerys rencontrent le même type d’opposition. A la grande différence que Dany gouverne avec sa morale et Jon avec sa raison. Ce qui finit par leur poser le même genre de souci, puisque le bon peuple a quelques menues difficultés à composer avec ce que son dirigeant cherche à lui imposer pour le bien commun.
Jon Snow fait ici face au même type de problème que ATTENTION DE LA GROSSE REFERENCE HISTORIQUE MEME QUE JE SUIS PAS SURE QUE JON LA MERITE Alexandre le Grand quand il a cherché à gouverner son empire en s’appuyant sur les élites locales.
Pour Jon comme pour Alexandre, il n’était question que de reconnaitre la supériorité numérique des vaincus, et leur expérience dans le gouvernement/la survie sur ces terres. Isolés et promis à la menace d’une invasion/soulèvement, Jon et Alexandre ne peuvent faire autrement que de tendre la main aux locaux/Sauvageons pour renforcer leurs pouvoirs militaires et politiques.
Seulement, ceux avec qui Jon et Alexandre ont gagné la guerre, leurs frères/compagnons, ne peuvent se résoudre à traiter sur un pied d’égalité avec les ennemis de jadis, responsables de la mort de leurs hommes, de leurs amis, parfois de leurs parents. Ajoutez à cela le mépris des Sept Couronnes pour ceux qu’ils qualifient de « sauvageons » et vous obtenez le même complexe de supériorité que les Macédoniens/Grecs vis-à-vis des peuples orientaux.
Le sentiment/ressentiment l’emporte sur la raison et génère une vive tension dont on a du mal à imaginer l’apaisement.
Moi je dis, ce qu’il nous faut, c’est une bonne guerre.





Espèce de Grammar Nazi

C’est vrai. Dès l’instant où « The Walking Dead » déboulera dans « Game of Thrones », les frères jurés de la Garde de Nuit finiront par oublier leurs tracas avec les Sauvageons pour apprécier le soutien que peuvent apporter quelques milliers de Néandertaliens dans un combat contre les Autres.

En attendant, je ne suis pas certaine que Tormund ait eu la meilleure idée de tous les temps en proposant à Jon de venir avec lui évacuer les clans côtiers. Bien sûr, du fin fond de sa geôle il ne peut pas savoir que le lord commandant a été élu à 51% ni que sa proposition lui vaudra l’hostilité d’une grande partie de ses hommes.
Mais avec Stannis quittant Châteaunoir pour s’en aller chatouiller les Bolton, je vois mal comment notre frisé préféré va faire à son retour, avec toujours MOAR Sauvageons dans les cales de ses navires, pour se faire à nouveau obéir de ses hommes abandonnés à leur ressentiment pendant de longues semaines.

Jon et Dany, ou l’impossibilité de gouverner.

Enfin je dis ça, dans les faits, c’est au contraire très habile pour la série. Dans les livres, il existe plus de personnalités notables chez les Sauvageons avec lesquels Jon va interagir, permettant de gagner le respect et la confiance de certains représentants du Peuple Libre, se portant garants pour lui.
Ici, rien de tel, il faut donc à Tormund et au reste des clans de réelles garanties. La présence de Jon dans l’expédition en fait une excellente.

Pour la première fois depuis la saison 1, si je n’abuse, mention est faite de la Citadelle de Villevieilleville (je ne sais jamais qui de « ville » ou de « vieille » vient en premier), où sont formés les mestres loin dans le sud du continent. Soit un point de vue de Vère un coin aussi incongru et exotique que la Station Spatiale Internationale.
Cette mention pourrait bien préparer un détour dans le secteur, d’autant que notre bon roi Stannis a mis son gros doigt boudiné là où ça fait « eureka » les livres.
Ah pour sûr, nos amis stannisiens hantant ce blog ne sont pas des supporters invétérés du Grumpy King pour rien. Stannis se fait des amis en leur coupant les phalanges, il s’est sectionné lui-même les zygomatiques de crainte d’avoir un jour l’air joyeux, c’est un foutu grammar nazi aussi à l’aise parmi ses sujets qu’Alain Juppé au Salon de l’Agriculture, MAIS c’est un bon chef de guerre, il est d’une grande rigueur morale et d’une indéfectible loyauté, son sens politique est très sûr et cerise sur le gâteau, il comprend le poids des traditions et valorise le savoir et la culture.


Son « keep reading » à Sam était éloquent. Stan est concerné par le problème des White Walkers. Sans doute parce que Mélisandre a dû lui rebattre les oreilles sur le Grand Ennemi entre deux apparitions inexpliquées de boobs, mais il n’en demeure pas moins qu’il est le premier depuis le début de cette série à ne pas railler Sam pour avoir tout le temps le nez dans les livres.
Ok, Jon non plus ne l’a jamais raillé. Sauf la fois où Sam lui a dit qu’il voulait devenir magicien mais que son GPS a déconné pile sur l’embranchement qui menait au choix à Poudlard ou vers le Mur.

Winterhell.

« Ici Winterfell, les Nordiens parlent aux Nordiens. Veuillez d’abord écouter quelques messages personnels : les sanglots longs des violons de l’Hiver. Je répète : les sanglots longs des violons de l’Hiver… »

Thelma&Mouise ont enfin atteint le cœur de la Résistance dans le Nord : Winterfellbourg, où les FNI, Forces Nordiennes de l’Intérieur, ont établi leur quartier général. Comme visiblement, tous les jeunes sont morts à la guerre, il n’y a plus que des vieux mystérieux pour assurer la diffusion des messages par radio ou planqués dans des guidons de bicyclette. Ici, les papis font de la Résistance.

«-Bien, monsieur…
Mon nom de code est colonel Sparadrap.
Colonel Sparadrap, je dois faire passer un message à Sansa Stark urgemment.
Ce sera fait. »

Et ainsi nous retrouvons l’agent dormant Jeannine Flantier, plus connue dans le réseau sous le nom de Mamie Zinzin, s’introduisant dans les appartements de Lady Sansa pour lui délivrer cet étrange message :

«-TheNorthremembers.
Bonjour aussi Mme Flantier, mais je…
N’ayez crainte, si d’aventure vous vous trouviez en danger de mort, allumez le Bat Signal tout en haut de la tour depuis laquelle votre petit frère s’est crouté.
De quoi ???
Le Chevalier Noir et Robin viendront pour vous sauver !!!
Juste une question, comme ça, pour voir. Admettons que je sois en danger de mort un jour, dans un château rempli de Bolton où je peux pas faire un pas sans tomber sur un tueur en série, COMMENT JE FAIS POUR MARCHER JUSQU’A LA TOUR, MONTER TOUT EN HAUT, ALLUMER LE BAT SIGNAL ET REPARTIR NI VUE NI CONNUE ?

Alors ?
Euh… Hodor ? »


MEILLEUR. PLAN. DE. TOUS. LES. TEMPS.

[Le point chiffon.

Ou « comment j’ai perdu mon lectorat masculin ».




La semaine dernière, Elwing aux yeux perçants nous faisait remarquer que Sansa avait troqué ses vêtements de voyage pour une nouvelle tenue. Il s’agissait d’une robe dont le haut en laine bouillie était taillé en V, histoire de bien mettre en valeur le volant de Twingo.

Mais cette semaine, il apparait qu’en fait d’une robe Bolton. C’est peut-être le fait que le cordon de son manteau était croisé sur sa poitrine, comme les gorgerins des Bolton qui nous a induites en erreur. En fait, tout le monde ou presque a le gorgerin croisé dans le Nord, mais ça rappelle tellement l’emblème des Bolton que ça leur va très bien comme signe distinctif.

Il s’agissait en fait ni plus ni moins que de sa robe de mockingbird, celle qu’elle s’est fabriquée aux Eyriés. Pas facile de la reconnaitre quand son manteau nous en cachait le trait distinctif, les épaulettes en plumes. Mais cette semaine impossible de se méprendre à ce sujet, puisque Sansa arbore ce vêtement dans sa chambre, dévoilant la tenue complète, puis dans la scène avec Miranda où elle explique à celle-ci avoir cousu sa robe elle-même.

Mais tout n’est pas perdu avec le caméléon Sansa. Car au repas avec sa future belle-famille, c’est bel et bien une robe Stark qu’elle porte, une robe qu’on ne lui a plus vu depuis la saison 1 et son glissement progressif vers les vêtements Lannisters.

Lady Stark is back in her place :

Le vêtement nordien se caractérise par une robe en laine sur une chemise longue à jabot, parfois assortie d’un manteau. Sansa en portait en saison 1 avant de passer aux robes plus légères sur la route de Port Réal.

La tenue complète ici sur Cat. On note que ce vêtement est bien approprié à la rudesse du climat du Nord, couvrant le cou et superposant les couches comme des pelures d’oignons.

Très différent donc des robes plus légères de Port Réal ou, pire, de ces trainées de Hautjardin qui n’ont même pas de manches…

Ajoutez également un ornement assez élégant, un col en forme de boudin (dit comme ça, on repassera pour l’élégance…) amovible sur certaines tenues. Col arboré par Sansa dans l’épisode du jour.
Regardez la photo de Catelyn Stark au-dessus. Depuis la saison 3, lorsque Sansa n’affiche pas son allégeance pour un clan de la cour, elle tend à se vêtir de plus en plus comme sa mère :


Sans la chemise longue, parce que qu’il fait un peu trop chaud pour ça à Port Réal

Et dans cet épisode, avec ses cheveux teints en noir, elle est son portrait craché.

Pour le plaisir, cette image qui montre très bien la gémellité des tenues de Sansa et Littlefinger :

Caméléon je vous dis…

C’était le point chiffon]

Mais assez causé vêtements, parlons plutôt de notre couple préféré, Michel Fourniret et Monique Olivier. Aujourd’hui, Monique est de mauvaise humeur. Elle a envie de tuer Sansa. Moi j’ai envie de lui donner à manger.
Là, ça devient assez difficile à comprendre : est-ce que Michel lui a demandé de montrer Schlingue à lady Stark ? Ou est-ce sa seule volonté de saborder ce mariage en montrant à la future épouse le vrai visage de son fiancé ?




Décrypter les méandres tortueux des esprits Bolton est un exercice complexe. Le plus probable reste que Ramsay n’avait pas vraiment prévu que Miranda lui ferait ce coup-là. C’est sans doute la raison pour laquelle il finit par exhiber Theon dans la salle à manger, histoire de retourner le lavage de cerveau du FilsduPoulpe à son avantage : « oui, je l’ai castré, torturé, chassé, mutilé, terrorisé, mais c’était juste pour venger vos frères, the North Remembers, toussa. »
On note que Roose Bolton est à deux doigts d’encastrer la tête de son fils dans la table si ce dernier va trop loin, mais Michel Fourniret est avant toute chose un génie du mal qui sait toujours précisément ce qu’il fait.
J’ignore d’ailleurs si Ramsay sait qui a conduit Sansa vers son premier époux à Port Réal.

Ouaip, souvenez-vous, c’était Bitch King en personne. Celui qui avait fait tuer son père.
Et là, ironie du sort ou pas, Ramsay lui impose Theon, l’homme qui a tué ses frères et trahi Robb.
Ça ne s’arrêtera donc jamais…

Et pendant que lady Stark savoure modérément les hasards de la vie, Ramsay roule ses yeux de psychopathes sous amphétamines. Il faut que Roose lâche une *UTAIN DE BOMBE pour qu’il cesse son role play Joffrey Baratheon.

Pour faire passer la pilule de la grossesse de Fat Walda, Roose affirme son amour paternel Stannis Style en

ENVOYANT SON FILS A LA GUERRE. OMG, ça me rappelle quelqu’un !




Ok, Stannis aussi a fait exactement la même chose cette semaine avec Shoren, pour la protéger des violeurs de la Garde de Nuit.

Roose se contente juste d’emmener son fils à lui à la guerre pour protéger sa femme et leur enfant à naître (miroir inversé…). Pas fou, Vladimir Bolton. En plus, avec un peu de chance, s’il parvient à l’enflammer assez à grand coup de « monfilsàmoi, Bolton4ever », Ramsay ira se faire tuer tout seul comme un grand en première ligne.

Cependant… Ramsay, passé maître dans l’art du mindfuck, pourrait bien voir clair dans son jeu et profiter de la bataille, ou tout simplement d’un moment seul avec son père dans la campagne, pour nettoyer son arme et faire partir le coup tout seul.
Imaginez le scénario parfait : Roose meurt « accidentellement », ou tué par « l’ennemi » d’un coup de poignard dans le dos. Ramsay rentre à Winterfell, fait tomber sa belle-mère dans les escaliers, épouse Sansa, et hop THEKINGINTHENORTH.

JE DIS CA JE DIS RIEN.


La pendeloque sous le volant de Twingo, c’est sans doute de la déco mais est-ce que ça fait aussi surin ?

Je me demande tout de même si on ne va pas nous reparler rapidement de Rickon dans la série. Certes, le rappel de sa « mort » servait à justifier l’hostilité de Sansa à l’égard de Theon (il faudrait caser quelque part, genre ici, combien Sophie Turner a excellé dans la scène où elle reconnait le pupille de Ned, passant de la surprise de découvrir un visage connu à la haine pure en se souvenant de ses méfaits. Pas évident de condenser tout cela en quelques instants, mais elle y est parvenue), mais je me demande si cela n’a pas un rapport avec le déplacement de Selyse et Shoren avec l’ost royal.
Rickon est un des grands absents du dernier tome et il serait logique que l’on finisse par remettre la main sur lui un jour ou l’autre.

Love Boat.

Starring :

Jorah l’Ours du Nord.

Tyrion le Lion du Roc.

René, Edouard et Jean-Pierre, les lépreux.

Séquence conclusive d’un épisode du jour de haut niveau, ce final n’en était pas moins pétaradant, convoquant une imagerie puissante, un raccord avec les livres tristement prévisible (tristement juste parce que c’est triste. Sinon c’était très bien vu), et une téléportation.

Tout commence lorsque Jorah, Tyrion, le Love Boat (très joli petit bateau d’ailleurs) toujours embarqués dans leur défi fou de battre le record du monde du tour d’Essos à la voile en équipage, abordent les rivages de l’Antique Valyria.

Valyria.

VALYRIA BON SANG.

Personne, je dis bien personne n’y a jamais fichu les pieds. Quand je dis ça, je parle du lecteur qui a gré des bouquins n’a eu de cesse d’en entendre parler sans que jamais les pages ne l’y porte.

Valyria, civilisation grandiose, forgée par la magie du sang et du feu, éleveuse de dragons, conquérante d’Essos tout entier ou presque, fut ravagée 400 ans plus tôt par un mystérieux cataclysme, le Fléau de Valyria.
Il semblerait que les Valyriens aient en effet eu l’excellente idée, un peu comme les Napolitains, de poser les fesses de leur glorieuse cité sur les genoux d’un volcan géant qui entra sans crier gare en éruption, anéantissant la cité, et tous ses habitants. Depuis, la péninsule brisée de Valyria est une terre de légende, rougeoyante de feu, peuplée de ruines et soit disant aussi de monstres.
Une seule famille survécut à la catastrophe, les Targaryens, isolés sur leur île de Peyredragon, au large de Westeros.

Pour ceux qui causaient légitimité la semaine dernière, je suis tombée sur un truc en cherchant une info sur les Baratheon et leur emblème : ils descendent eux aussi de l’ancienne Valyria puisque le premier Baratheon du nom n’était autre que le frère bâtard d’Aegon le Conquérant en personne, soit un Targaryen lui-même.
Comme le dit toujours Cersei, l’important, c’est que ça reste en famille.
Et cela rejoint parfaitement un commentaire de Fewer sur l’étymologie des mots « stag » (cerf) et « dragon », le premier ayant été chez les peuples germaniques, longtemps assimilable au second. CQFD.

Cette scène de l’approche de Valyria était tout bonnement géniale. Superbe ambiance, avec cette traversée du décor qui n’était pas sans rappeler le passage de l’Argonath. Limite si Jorah et Tyrion n’ont pas été affublés d’une petite barque juste pour mieux faire ce parallèle.
En tout cas, cela fonctionne, ces ruines émergeant d’une forêt vaguement tropicale et totalement brumeuse.
Ruines rappelant parfois des temples précolombiens, parfois cambodgiens, ou des ruines romaines… Ce mélange hétérogène permet de composer une certaine harmonie dans l’étrangeté, définissant Valyria comme la mère de toutes les civilisations. GRR Martin a pour partie été influencé par le mythe de l’Atlantide lorsqu’il composa l’histoire de Valyria, c’est donc en toute logique que la série y rend hommage en liant plusieurs références culturelles les unes aux autres.
J’ai aussi beaucoup apprécié que l’évocation de l’antique Valyria se fasse au travers d’une récitation plutôt que d’un dialogue d’exposition. Cela renforçait l’ambiance générale qui était à la contemplation et au récit d’un passé quasi légendaire.
Et comme si cela ne suffisait pas, de cet ensemble mythologique, surgit Drogon en personne, vision sidérante y compris pour le spectateur pourtant familier de la bête, empruntant alors le point de vue émerveillé de Tyrion. Je crois que les dragons n’avaient pas eu pareille aura depuis leur toute première apparition à la fin de la saison 1.

On applaudit bien fort la direction d’acteurs avec un Peter Dincklage totalement saisi pour le spectacle, et un Ian Glen qui joue vachement bien le « Ouh pinaise, pas un geste, leur vision est uniquement basée sur le mouvement… ».

Si vous n’avez pas visionné l’épisode avec un streaming trop pourri (je viens de revoir la scène en 1080 dpi et puis je cherchais, aussi…), vous pourrez apercevoir dans le premier plan large sur l’aqueduc les formes des stonemen guettant le passage de la barque.
Je passe sur le combat bien fichu et son long écran noir conclusif (et cet écran noir qui s’éternise est juste parfait. On croit que le générique va nous laisser sur un cliff insoutenable et puis non !) et saute directement à ce moment étrange où ser Jorah téléporte Tyrion à 15 bornes du lieu de l’embuscade pour lui faire du bouche-à-bouche sur la plage.
Sérieux, comment vous êtes arrivés là, les garçons ? C’était carrément le WTF de l’épisode, les copains, sans vouloir vous offenser ni ternir la tragique conclusion de cet épisode.

Non, pas toi. Pas toi, lord Friendzone, même si c’était à prévoir en l’absence de celui qui… bref.
Dès lors que les Stonemen avaient été évoqués à de nombreuses reprises et que tu pris la direction de Meeeeuureen par la mer, ton destin était scellé.

Pour les non-lecteurs, merci de ne pas développer les évènements du livre dans les commentaires. Non-lecteurs, ceci s’adresse à vous : n’hésitez pas, vraiment, à lire les livres. Les directions prises par la série sont tellement différentes que vous aurez une toute autre histoire à découvrir. Avec des rebondissements inédits, des personnages nouveaux, et des intrigues encore plus tordues.

La semaine prochaine.

Ce sera l’épisode 6 (« wooouaaaah mais comment elle a fait  ») et on retournera du côté du Donjon Rouge pour y suivre les folles aventures de Cersei Lannister, la Frigide Barjot de Port Réal, et de la Manif Pour Tous.
Cramponne-toi à tes ballz, Loras.

Cramponne-toi aussi Arya, avec un peu de chance tu pourras sortir de « Six Feet Under » pour commcncer à faire des vrais trucs d’assassins stabstabstabkillkillkill, en plus, y’a ser Meryn qui approche et se serait tellement classe si tu pouvais enfin accrocher un des noms de ta Valar Morghuliste (copyright Wits) à ton tableau de chasse !

Cramponne-toi, Sansa, parce que dans une semaine, c’est le jour de ton mariage ! Et Iwan Rheon a promis une scène atroce pour le milieu de saison. Et je sais pas, mais moi, nous, tout le monde, on sent que ça va être pour toi.

Après un épisode du jour qui sondait les méandres de noirceur et de folie de cet univers, je sens que la semaine prochaine nous réserve le même malaise ambiant.

Et ça m’ira très bien. Cet épisode était passionnant. Les réaménagements commencent à prendre tout leur sens et à trouver ce qui semblait nous manquer de cohérence (je me comprends). La situation à Winterfell est gluante à souhait entre les inimitiés, les jeux de pouvoirs et les désirs de vengeance des uns et des autres. Meereen prend toute sa mesure en progressant parfaitement entre dérouler d’une intrigue chiante comme la mort dans les livres et exploration du personnage de Daenerys, qui s’avère presque plus intéressante ici qu’en format papier. Le voyage de Tyrion est finalement assez court et riche en péripéties, sans avoir à subir ses atermoiements.

Encore quelques jours, et nous pourrons célébrer le retour de notre grand-mère indigne préférée, j’ai nommé Mamie Olenna Reine des Epines, vainqueur par KO de Joffrey Baratheon l’an passé et qui revient mettre son titre en jeu !

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. – « La Frigide Barjot de Port-Réal » : tu m’as achevé là ! Magnifique ! XD

    – J’ai trouvé que la scène entre Vladimir Bolton et Michel Fourniret, qui préparaient l’arrivée de Stannis, faisait étrangement écho à la scène entre Caitlyn et Robb avant le départ pour les Jumeaux (« Montrent leur ce que ça fait de perdre un être cher »). D&D chercheraient-ils à nous faire comprendre que les Bolton vont prendre cher ?

    – Le TP sur la plage m’a choqué aussi, mais Valyria en impose tellement qu’on aurait envie d’un flashback situé avant le fléau !

    – Khaleesi devient totalement chtarbe ! Pas sûr que Friendzoned soit bien accueilli dans les jours qui viennent XD

  2. La semaine prochaine Port-Réal, Arya, un peu de Sansa et …. merde Dorne sniff. C’est marrant l’épisode 5 reprenait le découpe du tome 5 et celui de la semaine prochaine du tome 4 (bon à ceci pres de la fusion d’intrigue Sansa/Bolton). Au vu des extraits, Dorne me fait toujours peur lol.

    Bon sinon bon billet comme d’hab, sauf les points chiffon, tu m’as vraiment perdu lol.

    Sur la partie Meeren je mettrais quand même deux bémoles, de un le jeu d’actrice d’Emilia qui frise le néant, je pense qu’elle a du s’inspiré sur Kit de la saison 1 ou 2 lol, toujours la meme tete qu’elle fasse cramer des mecs, qu’elle regarde le cadavre d’un pote ou qu’elle demande la main de son prisonnier lol. Et bien sur cette histoire d’amour à la con qui me gave au plus haut point.

    Je vais monter un fan club Ramsay Bolton. Non je suis pas dérangé, mais depuis la mort de Joeffrey et ce manque insecte, ce perso me donne me quota de malsain lol. Je commence enfin vraiment à apprécier l’arc Sansa bon à une Brienne pret lol.

    Stannis pue toujours la classe et même Jon pue la classe.

    Valyria ma dame, on a vu Valyria, bon on voyait tellement venir le boysband des stonemen vu les nombreuses référence au mur mais bordel on a vu Valyria, magnifique dans ce brouillard irréel. Tu peux mourir en paix Joras tu as vu Valyria

  3. Ha et j’ai oublié, le plus beau discours d’un père à son fils quand il lui explique comment il a violé sa mère puis tué un peu plus tard. La plus belle déclaration d’amour d’un père à un Ramsay, il s’est dit ca c’est mon papa, j’ai presque vu une lueur de fierté dans son regard envers son paternel lol.

  4. Tain on est déjà mis saison , du coup j’attendais un épisode un poil récap et heureusement c’était bien mieux , J’avoue je suis assez d’accord pour Dany , j’ai bien aimé son petit pétage de cable à coup de dragons affamés. J’attends avec impatience son prochain mouvement , je rajouterais que je l’ai vraiment trouvé royale quand elle annonçe à Hizdahr qu’il à gagné le gros lot….Un peu surpris pour le départ de Stannis avec tout le monde et du prochain voyage de Jon ( qui d’ailleurs pop direct quand mestre Aemon parle des Targ , diantre…. ). On va avoir du changement dites donc.

    PS 36 15 my life : Par contre il a fallu que je lise votre billet au moment où ma mère regardait les reines du shopping. Du coup le point chiffon aura été lu avec la voix de Christina Cordula , MERCI POUR LE TRAUMA  ! :p

    PS2 : On est d’accord le passage des ruines de Valyria est magnifique.

  5. Stonemen ! Yes !

    Chouette billet comme d’hab, c’est fou tout ce que vous trouvez à dire dans vos points chiffons, qui sont pour moi un aspect de la série que me passe COMPLETEMENT au dessus de la tête.

    Ce qui m’a le plus marqué dans la partie Winterfell, c’est clairement la scène de reconnaissance Sansa / Theon.
    Pendant un instant j’ai cru qu’on pourrait voir dans la cage au fond du chenil un direwolf, qui aurait été retrouvé et capturé par les Bolton. Ce que Sansa y trouve est évidemment bien plus terrible, et l’atmosphère de la scène est juste incroyable : les aboiements des chiens, la musique, la lumière sombre, les regards des deux personnages… On comprend que Sansa est dans ce qui est probablement le pire endroit du monde.
    « Bienvenue en enfer… » comme dirait DarkAngel64.

  6. @Nifixe : Je rejoins ton fan club Ramsay Bolton quand tu veux.

    Maintenant écoutons-le chanter :

    ( découvrir ça m’a tellement perturbé )

  7. sort mercurochrome… sparadrap…il ne manquait que l’ascension de la tour Galabouyak par Sansa et on se croyait en Olydri <°l°>

    J’ai bien aimé le point chiffon c’est toujours très instructif et bluffant tout qui est racconté sur l’évolution des personnages uniquement par leurs habits!
    Giù il cappelo!

  8. Whaou, triple whaou et re-whaou derrière, me voilà crédité nominativement dans un de vos billets. Trop la classe.

    Vos remarques sur les costumes ne me perdent pas malgré l’absence d’un second chromosome X chez moi. Ce n’est pas le détail qui me capte immédiatement (sauf à des passages particulièrement marquant comme la transformation de Sansa aux Eyries) mais votre éclairage est édifiant. Par contre tout à votre observation du costume d’Emilia Clark (sans déc elle est vraiment d’une beauté captivante cette saison, sans doute toute contente d’avoir de nouveau quelque chose d’intéressant à jouer), vous avez, ce me semble raté un détail :

    Le retour des fraking dothraki (ce sont deux guerriers à natte qui emmène manu-militari Haz… non Corentin c’est bien en fait). On en a pas vu depuis l’épisode glorieux de la conquête d’Astaport (ou peu s’en faut). D’ailleurs c’est le même tableau d’étage de puissance que nous fait Daenerys lors de cette scène : dothraki, immaculés, dragon et poigne d’acier valyrian.

    Effectivement, sitôt Littlefinger parti la famille Bolton dévoile l’étendu de sa glauquitude : personnellement je pari plutôt sur Myranda pour faire les frais d’un milieu de saison gore, la dernière à avoir été jalouse de Sansa car elle épousait son homme c’était Shae et elle a fini étranglée par le plus sympa des Lannister… Je frissonne à l’idée de ce que peut faire le plus taré des Bolton (quoi que le mode Barbe-bleue on de papa Bolton était pas mal cet épisode -ça rattrape tout le passage du repas où il regarde son fils comme un baril de feu-grégeois sur lequel on a nonchalamment posé une bougie)… Je suis même prêt à parier une de mes deux figurines d’homme-arbre des années 90 que ce sera couplé avec une scène érotique possiblement bisexuelle à l’ambiance déliquescente… Brrr. Ca me fait frissonner mais pas tout à fait autant que l’annonce de la grossesse de Walda couplée au titre de l’épisode: Kill the Boy.

    Myranda, Jorah, Ver-Gris, Missandei, Tommen, Myrcella, Merryn Trant, Aemon, Shoren, Bronn, Jaime, Podrick, Brienne, Walda, BéBolton. Valar Morghulis.

  9. Hey tous les jeunes ne sont pas incultes (enfin bon là pour le coup… ^^), j’ai compris la référence Isabelle Adjani ! ^^

    J’ai aimé les scènes de Daenerys cette semaine, même si on se dit qu’elle aurait pu écouter les conseils et faire ça dès le début de la saison, mais il faut bien qu’elle apprenne la petite (et puis comment se seraient-ils débarrassés de Papy sinon ?).
    « est-ce que je peux choisir le traiteur pour le mariage ? » –> mouahahaha ^^

    En revanche les scènes de Mimi et Vers de gris sont d’un lourd, franchement.
    Moi j’ai aimé les points chiffons, ils sont bien cools. Pour le bleu, qui est la couleur de la Vierge dans la religion chrétienne, j’y ai toujours vu un lien mais peut-être que l’histoire de l’art me reste trop en tête ^^

    Là où je constate que vos billets ont une trop grande influence sur moi, c’est qu’au moment où Mamie Zinzin est apparue à l’écran, je me suis demandé quel surnom vous alliez lui donner et j’ai ris tout seul comme un débile devant mon écran ^^

  10. Pour l’intermède « Stannis à Sam » : « Keep reading » est aussi la réponse universelle de George quand on lui pose une question à propos des bouquins (genre pour savoir ce qu’est devenu Vieille Nan … Il paraît qu’elle est arrivée jusqu’à Fort-Terreur mais je vois mal comment une ancêtre qui a plus d’un siècle, qui ne peut plus marcher et dont la seule particularité est de raconter des histoires (de très bonnes histoires, mais tout de même) a pu faire le voyage) est-ce qu’il faut y voir un signe ?

  11. Le point chiffons. Je vous aime. Oui, effectivement, c’est le gorgerin croisé et la cape en laine bouillie qui m’a induite en erreur… Mais j’ai l’impression que depuis la saison dernière, on ne voit plus que les Boltons avec des gorgerins croisés, pour bien montrer leur particularités… Ou alors c’est juste moi. Bien vu pour les couleurs de Daenerys, si j’avais remarqué le blanc de cette saison, je n’arrivais pas à en tirer des conclusions. Ceci dit, j’aime bien la robe qu’elle porte cette saison, avec des grandes manches qui ressemblent à des ailes qu’elle ne peut pas bouger, et une amplitude du vêtement qui la retient prisonnière… (Et Michel Pastoureau for the win! oh yeah! D’ailleurs, je peux me la péter en disant qu’il m’a dédicacé plusieurs de ses bouquins? ^^)
    J’ai aussi beaucoup aimé la scène des dragons, avec la frêle princesse dans sa robe virginale qui livre les nobles en pâture.

    Le Nord. J’aime beaucoup la description de Winterhell (je l’appelle comme ça maintenant), et de son état de décrépitude… comme le Nord, et comme Sansa. Et en tant que lectrice, je sors totalement de ma zone de confort, et je n’ai aucune idée de ce qui va arriver, mais je ne suis absolument pas rassurée. Car la seule chose que je sais, est que Ramsay est capable de tout… Mais j’ai hâte de voir comment vont évoluer les relations entre Sansa et Theon. (Et sinon, j’aimerais bien qu’on nous sorte Wyman Manderly de derrière les fagots.)
    Si je suis un peu perplexe quand à la présence de Jon dans l’expédition (je comprends tout à fait l’aménagement et le point de vue de Tormund, mais Jon n’a pas trop l’air de se rendre compte que ça risque de chauffer pour ses fesses quand il va rentrer…) j’ai hâte de savoir comment ça va évoluer. Ouais une bonne guerre. Pour le Mur, j’ai l’impression d’un épisode pivot, où tout va se dénouer très rapidement.

    Et Valyria…

    Vivement le prochain épisode!

    (P.-S.: maintenant, quand je vois Dorne sur la carte, j’ai une furieuse envie de l’appeler Dorneville-Carteret. Mais il semble faire meilleur à Dorne que dans le Cotentin, en même temps, ce n’est pas dur. Message pour les Normands qui passeraient par ici : j’ai passé toutes mes vacances autour de Cherbourg entre mes 3 et mes 17 ans. Toutes.)

  12. Du très très bon, on retrouve complètement l’esprit de GoT cette semaine ! Sympa de repasser du temps dans le Nord, on se remet un peu dans l’esprit de la saison 1 je trouve. Histoire de rappeler l’imminence du Vrai Danger. Par contre oui, d’accord avec Elwing, si Jon se barre en laissant tout le monde se dépatouiller à Castle Black, ça se pose là en termes de plans foireux !

    Merci ces analyses vestimentaires, impressionnant ce qu’on peut en tirer : autant l’évolution de la garde-robe de Daenerys est relativement visible, autant celle de Sansa est plus subtile (à part l’instant Hunger Games de la saison 4). En parlant de Sansa, je trouve que Sophie Turner s’améliore comme son perso chaque semaine ! Son attitude lors du repas presque imparfait avec son psychopathe de fiancé est juste parfaitement maîtrisée. Jusqu’au début d’esquisse de sourire quand Ramsay se fait calmer en deux phrases par Vlad l’écorcheur (mieux que le Ramsay Fan Club, celui de Roose, qui est tout aussi pervers mais en plus fin stratège et qui sait se maîtriser ! ça fait quand mm bizarre de dire du bien des Bolton …).

    Pour Meereen, belles pirouettes de rattrapage des bouquins en effet, pas grand chose à dire si ce n’est que j’aimerais bien que Dany ne soit pas trop propulsée dans la folie : certes elle est poussée à des actions désespérées pour garder le pouvoir mais elle a montré depuis le début qu’elle essaye de rester à des années lumières du comportement de son père.

    Sinon, en plein route du rhum monocoque, on retrouve … Valyria !! omfg, c’était osé mais c’était carrément le pied ! Bon, perso, j’aurais fait ça limite un poil plus aride, avec une végétation à l’air encore plus malfaisante et quelques bestioles sympa du type scorpions, serpents, une courte apparition d’un des volcans du Fléau encore légèrement fumant … mais ça serait vraiment pinailler 🙂

    Fil Rouge Légitimité (Attention, maybe spoilers pour ceux qui voudraient se plonger dans les bouquins) : en effet, Orys Baratheon était le demi-frère et même un des meilleurs généraux d’Aegon I, d’où sa promotion à Accalmie d’ailleurs. Encore plus proche de nous, j’ai vérifié ma biblio, il s’avèrerait que Stannis est encore plus légitime que tout ce qu’on a dit : son grand-père est par alliance le beauf du grand-père de Daenerys, ils sont donc cousins au 2e degré a priori. Donc, si on considère que la lignée mâle … mea culpa !

    Par contre, un joli compromis pourrait être :

    – Stannis débarasse Westeros des mécréants type Bolton et arrivistes type Tyrell
    – Mais invasion gilbertienne depuis le Nord Pas de Calais qu’il n’arrive que diffcilement à endiguer
    – Daenerys arrive à leur secours à dos de dragon(s) pour nettoyer tout ça à coups de flammes
    – Elle le remercie en le nommant Main du Roi, prend sa place sur le trône et lui propose le mariage pour sceller une nouvelle union Targaryen-Baratheon, adopte Shoren et met fin à la guerre civile 🙂

  13. J’adore le point chiffons : ce sont des détails passionnants mais que je n’avais pas du tout identifiés !

    Je ne suis pas une experte en matière d’éducation de dragon mais est-ce bien raisonnable de leur filer des goûters à la chair humaine quand on veut leur apprendre à se tenir en société ? Non parce que moi j’aurais plus vu un truc style cours d’agility dragonne avec slaloms en laisse entre des plots et passage dans un tunnel en tissu sans cramer sa maman merci.

    Je valide les termes Winterhell et Bébolton des commentaires <3

    Le discours de Ramsey est juste horripilant : j’avais envie de lui jeter une cruche à la tête en hurlant « mais ton père il a tué son frère et sa mère alors juste ta gueule quoi ! » (et sa belle-soeur, et le royal baby, et kidnappé Edmure mais lui apparemment on s’en fout)

    Je m’attendais aussi à voir Nymeria dans le chenil, sur un malentendu. Après tout elle court toujours quelque part elle.

  14. Bonjour à tous, joyeux sérivores et bibliophiles,
    Bravo, pour le billet, excellent comme de coutume. N’étant ni lectrice assidue de George ni dermatologue je me demandais juste : la leprose n’est elle pas sensée être transmissible par le toucher ? Parce qu’on en viendrait presque à se faire du soucis pour notre nain préféré, bien que le tuer serait stupide improbable et risquerait de provoquer des émeutes à grande échelle…

  15. @ Sally : bienvenue et question qui me brûle les lèvres en préambule. C’est Sally comme dans « Sally Draper » ? The best Sally ever ?
    Sinon la léprose fonctionne comme la lèpre. Ce n’est pas contagieux au départ par le toucher mais elle le devient durant la phase terminale. Et encore, il faut un contact prolongé et zéro hygiène. La léprose est beaucoup plus agressive.

  16. C’est mal mais chaque semaine je commence à avoir de plus en plus peur pour la vie de mon Grumpy King, et j’aime pas ça. (En fait, j’avais envie de justifier mon choix d’être stannisienne: j’adore Stephen Dillane, vraiment, je l’ai toujours trouvé super acteur, donc j’ai décidé de suivre son personnage par principe. Mais maintenant, au fil des saisons, je me rends compte qu’il dépote tout sur son passage et que, même s’il n’a pas beaucoup de texte (du tout), il tape une de ces classes comme rarement vu dans GoT (ooooh Ned… tu me manques, mec…).

    J’ai essayé de lire les bouquins mais l’écriture de Martin en français est caca. Maintenant, si c’est comme pour Lord of the Rings, je préférerais peut-être le lire en anglais…à tenter. 😉

    Dites, je suis la seule à avoir saisi l’indice sur R+L=J du jour, parce que vous n’en parlez pas… Il était pourtant magnifique. 😀

    L’arc Bolton devient de plus en plus savoureux je l’avoue. Mais j’ai bien envie de me spoiler l’arc de Theon parce que j’ai vu une étincelle s’allumer dans son regard que je n’avais plus vue depuis son « accident malheureux » et sa perte de saucisse…

  17. Arg non, je crains qu’il ne s’agisse juste d’une anglicisation honteuse de mon prénom… toutefois je pense que si je l’avais choisi pour une autre raison cela aurait plutôt été en l’honneur d’un certain film de Tim Burton.

  18. Un homme est honteux, un homme a la flemme de noter tout ce qu’il a lolzé dans ce billet d’excellente facture. Un homme présente ses excuses à Ladame. Un homme espère qu’elles seront acceptées.

    RAVEEN : comme tout le monde, je n’en PEUX PLUS de ces scenes entre multilingue et michael scofield (scofield en bien moins intelligent, hein, ‘tention, stannisien et PB’ fan, I assume this). J’ai envie de réserver à ces deux là le même destin que voulait réserver Jérôme/Clavier à Copain le cochon.

    Sinon, Daeniela continue à gouverner targaryen staïle. Bon…du moins a-t’elle accepté que débute la saison 300-301 de la ligue 1. Bien aimé sa demande en mariage. (corentin me fait penser à quelqu’un,mais impossible de remettre le doigt dessus, peut-être quelque chose à voir avec martin lamotte) (pour rester dans le trip italien, perso, à la place de corentin j’aurai choisi luigi, gianluca ou vittorio, un truc dans le genre)

    DUNKERQUE : mais ils sont complètement teubé ou quoi les gardiens de nuit ??? les arguments de jon snow me semblent pourtant EVIDENTS : si vous acceptez pas les sauvageons, vous aurez les morts-vivants. C’est pas compliqué à comprendre, bordel !
    Nous assistons aussi à deux-trois scènes qui vaudraient aussi à dame seylse le destin de Copain (le cochon). Quelle abominable bigote ! La relation davos-shoren est une belle trouvaille de la série. Et oui, parfois c’est mieux qu’in da book. Dans le même genre, j’adore les dialogues sam-gilly (j’aime bien jean sola, question traduc, mais pour « vère », il a chié dans la colle, dieu que c’est laid, « vere »!).
    Petit point WTFkien : si stannis a si conscience de la « vraie guerre » contre les WW, pourquoi va-t-il affronter les bolton ?
    Enfin bon, j’espère que la production annuelle d’obsidienne va grimper à Westeros…

    Point musical : avez-vous noté que le thème de stannis dans cet épisode passe de « ambiance de méchant » à « noble héros s’en allant à la guerre » ? Je suis optimiste, peut-être est-ce un bon signe pour notre true king.

    Petit point subjectivité : j’avoue que la tronche de stephen dillane (qui pourtant n’était à la base qu’un acteur raté britannique de remington steel à…merlin!!) joue énormément dans mon stannisisme. Si Stannis avait été interprété par michael ironside (un acteur qui m’a toujours tapé sur les nerfs), je ne pense pas que j’eusse été du même bord. A quoi ça tient…

    Petit point grand merci : merci à la dame, car ayant vu la première partie de l’épisode en direct-streaming, j’avais loupé le passage grammar nazi du true king. j’ai le même tic que not’bon roi quand j’entend (encore hier) un mec dire « de toute façon, on mourait à 28 ans à l’époque donc les mariages ne duraient pas longtemps » AAAAAAAAARRRRRRRRRRRRRHHH!.

    WINTERHELL : entre roose, ramsay, valérie damido, locke et cette über-sexy myranda (non mais OUAOUW quoi, non, mm?), je suis vraiment fan de la famille au drapeau unionflaguiste. Petit bémol pour sansa,j’avais espéré que son stage de bélichisme l’aurait un peu plus biatché. Bon, certes, il y a le petit sourire quand ramsay apprend qu’il va avoir un petit frère, mais bon…

    Au passage, quelqu’un a noté que roose annonce la naissance de son héritier avec exactement le même sourire que lorsqu’il participait aux red weddings ? ou avec ce sourire intérieur lorsqu’il rassurait jaime sur la santé de sasoeurislivingandwelllareine ? Quel humour, ce roose <3
    Et iwan rehon joue frakking bien, vraiment.
    (pour ma part, je ne vois pas comme un piège dans la parlotte roose-ramsay, je pense que ramsay au contraire voit dans la propostion de son père de l’aider à la guerre contre stannis la reconnaissance que son père lui accorde enfin -mais je dois être trop naïf).

    VALYRIA :

    bon, j’ai vraiment du mal avec les décors essossiens cette saison. Entre Volantis qui ressemblait plus à Cahors qu’au Bangkok que j’avais imaginé, et cette valyria qui ressemble moins à ce mix mycénien-crétois de mon imagination qu’à une espèce de mélange entre Angkor Vat et Apocalypse Now (pour jorah, tel le colonel kurtz et tyrion, tel, heu…tyrion).
    Malgré tout, la scène de drogho est somptueuse, la tension du combat est très bien rendue (ne pas se faire toucher!). Même sensation de wtf pour moi (ou est passé le bateau? comment ont-ils nagé si loin ? ma qué?). J’espère que mormont ne va pas transmettre sa maladie à d’autres perso (mis à part multilingue et michael scofield, bien sûr).

    désolé ma Ladame pour ce CR totalement écrit n’importe comment.

    question aux lecteurs : si vous vous retrouviez téléporté dans le monde de GoT, où aimeriez-vous vivre et en faisant quoi ? (vous ne pouvez être ni roi, ni gouverneur d’une région). Réponses (très) détaillées souhaitées.

  19. Pour la question de Fewer , après réflexion intense , je pense que j’opterais pour Dorne , déjà parce que j’aime pas , mais pas du tout le froid , mais en plus c’est l’endroit le plus safe je trouve des 7 couronnes. Bon l’habitant à l’aire d’être d’avoir le sang chaud mais bon…Après niveau boulot , j’hésite , patron d’une petite taverne serait sympa , et puis veut le peu de hobby qu’il y a las bas ça doit pas désemplir :p

  20. @ Melloctopus : Oui, la scène en question s’y réfèrerait directement que ça ne m’étonnerait pas. C’est un peu pour ça que j’espère vraiment que mes rêves sur la fin de la maison Bolton s’exhaussent d’ici la fin de la saison. Après tout, un parent et son enfant font des plans pour aller à la guerre, un mariage prévu est contrarié, et une femme est enceinte. Qui veut rejouer le scénario des Noces Pourpres ? MOI !!!!

    @ Nifixe : désolée pour les points chiffons :p
    Sur Emilia Clarke, elle a commencé à plafonner dans la saison 2, dans l’arc de Qarth. Elle est sur une pente inverse que celle empruntée par Kit Harington qui depuis deux saisons commence à vraiment montrer son meilleur jeu.

    @ ILDM : « Cersei ma chérie, tou le houit ! Tou peux tou te permettre, mais attention, le rose, ça ne ta va dou tou au teint. Et il faut dépareiller les accessoires ma chérie ! »
    Content comme ça ? 😉

    @ Vareth : j’ai moi aussi eu un gros doute jusqu’au plan révélant Theon sur ce que l’on allait découvrir au fond de ce chenil. Genre Shaggy Dog et Rickon avec une corbeille et un carton « A manjé silvouplé ». Du coup j’ai été aussi surprise que Sansa de voir Paul le Poulpe.
    Et oui, c’était une super scène. J’étais très stressée, plus encore que dans la crypte la semaine dernière, à couiner devant mon écran « mais ça va pas la tête, cette fille a des yeux de FOLLE et tu vas quand même dans son PUTAIN DE CHENIL cis dans l’antre du meurtre et de la trahison, et en plus il fait tout noir, mais qu’est ce qui va pas chez toi ? »
    Oui, je suis très impliquée quand il s’agit de Sansa. J’adore cette petite depuis le premier jour.
    Par contre PAS MERCI pour la vidéo de Iwan Rheon parce que dans la sélection Youtube, je tombe sur un autre de ses titres « You are in me » et donc j’éclate de rire parce que je me refais le refrain dans la tête : « You are in me because I ate your knacky, don’t go away, stay on my chevalet ».

    @ Turel : Arf, j’avais pas fait gaffe mais c’est carrément vrai en fait ^^

    @ Wits : j’ai en effet zappé le retour des Dothrakis. Mais pour moi ils étaient tous morts alors c’est plutôt une bonne nouvelle !! Limite si ça n’annoncerait pas un gros « cut the crap » pour la suite, mais chutchut pasdemarque.
    Sinon, sur la partie chiffon, toujours sur l’évolution du costume de Dany, il faut que je fouille pour savoir s’il n’y aurait pas une interview de la chef costumière expliquant ce choix de couleur. Après tout le blanc est une couleur de deuil (cela a même été la couleur officielle du deuil pour les reines de France au Moyen Âge), mais cela souligne aussi la pâleur générale de Daenerys, la faisant paraitre plus éthérée, plus passive. Bref, y’a sans doute une raison, mais partir dans les interprétations sur les couleurs c’est souvent très risqué tant l’appréciation et les symboles attachés peuvent être subjectifs.
    J’espère aussi que c’est sur Monique que se déchainera la fureur de Michel….

    @ Nicolas : sur le choix du bleu, faudrait creuser du côté la chef costumière qui a sans doute une bonne raison (autre que de s’harmoniser avec les yeux et les cheveux de Dany). C’est aussi une couleur royale, enfin surtout en France, et les teintes choisies pour Daenerys sont c’est vrai toujours plus vers le bleu roi que les bleus moins francs de Margaery ou Olenna.
    C’est vraiment un point à creuser parce que pour tous les autres personnages, les couleurs de la famille sont en général plutôt bien respectées. Or nous n’avons jamais vu Daenerys en rouge et noir. Ce sera sans doute pour le jour où elle oubliera sa peur, ira plus haut que ces montagnes de douleur, en rouge et noir…

    (désolée)

    @ Béric : seuls les livres nous le diront pour Vieille Nan 🙁

    @ Elwing : je pense aussi que le gorgerin nordien est devenu la signature des Bolton, rapport à leur emblème familial. Et aussi, il faut bien le dire, parce que depuis la fin de la saison 3, il ne reste plus qu’en comme famille nordienne dans la série :/
    Des autographes de Michel Pastoureau, je suis jalouse !!! Et oui, Michel Pastoureau FTW !
    Très bien vu pour la lourdeur de la robe de Dany. Je crois que vous tapez carrément juste.

    @ Fouillouillouille : Valyria n’était pas non plus conforme à ce que j’imaginais, mais j’ai tout de même été satisfaite de ce que j’ai vu. Il y avait trois dragons dans cet épisode quand même. Pas assez de thune pour faire une représentation plus h4rdc0r3 de Valyria,du coup, hop, un biais en choisissant une petite lorgnette évocatrice.
    En plus ça fait 400 ans, après une éruption géante, on peut s’attendre à ce qu’une végétation luxuriante ait repris ses droits.

    @ Llorente : merci 🙂

    @ Rapsodie : ouais, c’était pas l’idée du siècle de les habituer au goût de la chair humaine. Mais bon, on se console en se disant que les dragons sont devenus comme le Discobole, un genre de symbole.

    @ Bigregirl : moi aussi ça m’inquiète. Même si je veux me convaincre que si quelqu’un peut savater les roustons des Bolton, c’est bien lui !
    Sinon, Martin se lit très bien en anglais. C’est plus fluide qu’en français en fait, où le style rendu est un peu lourd.
    L’indice c’était pas ?
    « -A Targaryen, alone in the world, it’s a terrible thing…
    -Et ben alors, on attend pas Patrick ? »

    @ Sally : c’est de ma faute, je suis en plein run final de « Mad Men », j’ai du mal à les quitter donc je les vois partout ^^.

    @ Fewer : j’étais presque inquiète, Grumpy King qui cause de vous et tape la classe dans chacune de ses scènes et pas de Fewer à l’horizon…
    Et sinon, où c’est que je vivrais, pourquoi et pour quoi faire ?
    Où : Dorne.
    Pourquoi : je déteste les pays chauds mais d’une force… Pourtant, s’il fallait vivre en Essos ou Westeros c’est dans la canicule que j’irai me réfugier parce que déjà, je suis une femme, et la société est globalement über machiste d’une côté et de l’autre du Détroit, SAUF à Dorne où c’est tout de même un peu moins pourri question misogynie. En plus, Dorne, c’est assez stable, par rapport aux Conflans, et le temps que l’Hiver se raboule à Lancehélion, y’a encore un peu de marge (est ce que les White Walkers peuvent fondre ? Je sais pas, je pose juste la question, hein…).
    Pour quoi faire : euhlamonDieu… Être éleveur de chevaux c’est un peu comme être concessionnaire automobile donc je trouve que c’est un emploi stable. On a toujours besoin de toi, pour acheter ou revendre des occasions, faire le contrôle du véhicule. Et puis avec la guerre, on a toujours de la demande… Le seul problème, ce sont les chevaux, faut savoir s’en occuper et tout, mais bon…
    En tout cas je ne choisirais rien qui soit en rapport avec le commerce, trop risqué quand de petites péronnelles blondes s’amusent à déstabiliser l’économie, ni marchande, ni tavernière. Y’a des bastons dans les tavernes, on peut mourir.
    Globalement, je crois que je n’aimerais pas trop vivre dans cet univers.
    Sûr ce, je vais aller changer la paille des chevaux.

  21. Perso je dirais pareil, Dorne ou Hautjardin, parce que franchement dans un pays médiéval trouver des contrées chaudes, riches, raffinées, tolérantes au point d’accepter les bâtards et les homosexuels et encourageant les arts et les sciences, c’est pas coton. D’ailleurs artiste oui, joallier ou tailleur de luxe ça doit être sympa.

  22. La blancheur Daenerienne, je pense que c’est effectivement pour accentuer son côté éthéré, son irréalité, l’aura de surnaturel qui reste un de ses seuls avantages. L’étalage des autres piliers de sa puissance (même s’ils se sont quelques peu effrité) prouve aussi une chose : Meereen est un poids pour Daenerys, même si elle s’accroche à lui, elle ne se repose en rien sur des éléments purement meeriens alors qu’il s’agit pourtant de régler un problème local. En faisant le même tableau entre l’épisode 4 de la saison 3 et celui-ci on est sur que d’une chose, rien n’a augmenté la puissance de la « dernière » Targaryen et en s’enlisant dans la baie des serf plutôt que d’utiliser à bonne escient cette puissance elle a fait un choix bien malheureux, un rappel… bien inutile tout de même mais qui pourrait servir de point de pivot.

    Pour Walda, plus ça va plus je me dit qu’elle est condamnée : une fille de Frey, épouse d’un Bolton, enceinte de l’héritier de son mari, le tout dans la demeure ancestrale des Starks, ça sent le retour cosmique de bâton, il ne manque qu’une scène où on apprendrai mieux à la connaitre et…

  23. la pauvre ladame a du répondre à tellement de trucs qu’elle a oublié de dire si elle aussi avait noté ce rire rooseboltonien en parallèle avec jaime/catelyn, alors je sais bien que j’ai posté super en retard mais bon grumpf

    globalement
    -j’aimerais plutot vivre dans ce monde-là (vu que j’ai lu les bouquins je serais super-au courant de plein de trucs que savent pas les pécores)
    le lieu : pour moi sans hésiter (sinon une microseconde avec Lys, j’aimerais essayer quelques spécialités locales^^), c’est le Bief. Moins cagnard que Dorne, et moins dingo-déglingué, mais chaud quand même, prospère, peinard, avec du bon vin rouge (j’espère qu’il y a des pommes de terre quelque part vers asshai, parce que sinon, adieu la sainte trinité rouge-steack-frites). Comme boulot, j’aimerais bien ministre (la foule : oh l’autre hé,on avait dit pas de roi ni de prince ; moi : ben oui,ministre c’est ni roi ni prince^^) déjà parce que j’adore les papiers, que mes chapitres préférés de la saga sont ceux ou ça papote en conseil de la Main et que donc voilà.
    Bon, mais ministre de quoi ? argentier, bof, j’aime pas les maths, chuchoteur, je deviendrais fou, trop compliqué, mestre non, amiral non, garde du roi non, oh allez, idées générales et grande ligne : main ou (de préférence, on meurt moins vite) conseiller, conseiller…général. Voilà.
    Du coup ça me fait trois jours hautjardin, trois jours de route, trois jours port-réal, trois jours de route, trois jours hautjardin, trois jours de route, trois jours port-réal, trois jours de route, trois jours hautjardin, trois jours de r…
    (la foule : PAF !)

  24. @Fewer : le Bief ça doit être bien sympa, j’imagine ça comme le pays de Loire, avec les beaux châteaux et la douceur angevine qui va bien. Et le vin aussi. Mais je crois que je préférerais Dorne, rapport à l’influence arabo-andalouse, à la culture, au fait qu’il fait chaud et que l’hiver est loin, à Oberyn et à Doran. Bon, comme boulot du coup, je ne sais pas trop. C’est vrai qu’éleveuse de chevaux c’est pas mal (pouvons-nous nous associer, ma Dame?), mais je me verrais aussi bien brodeuse, copiste ou écrivain public. Sinon, Villevieille, parce que c’est la ville de la Citadelle et qu’il doit y avoir mille choses à faire! Et copiste à Villevieille, je pense que j’aurais toujours du boulot. Et j’aimerais bien voir Braavos, où je serais marchande de jessaispasquoi du moment que ça me permet d’avoir un petit bateau et d’aller de canal en canal.
    Mais ce que je préférerais, en imaginant que c’est le printemps, que les WW ont été défaits, et que la paix est revenue, ce serait voyager Essos et en Westeros et documenter tout cela, Ibn Batuta style.

  25. @BigreGirl: ça se lit assez bien en anglais comme écrit par la Dame. je manque parfois un peu de vocabulaire mais dans le contexte on remet souvent tout en place. Tout dépend du niveau de chacun mais je pense que c’est vraiment lisible. D’ailleurs je relis le dernier tome en ce moment. c’est le seul que j’ai en anglais et parfois j’ai eu du mal à remettre certains personnage dont les noms ont été traduit, surtout chez les sauvageons.

    Merci de ne plus évoquer les problèmes de saucisse de Théon, je ressens beaucoup d’empathie pour lui et c’est assez douloureux pour moi, vu que j’ai toujours nié les faits jusqu’à l’évidence télévisuel.

    J’ai aussi apprécié la présentation de ce dernier par Michel. Mais, il fait tellement psycho que son plan, regarde en fait je suis gentil j’ai fait ça pour venger le nord paraît assez peu crédible. L’arc de Sansa c’est pire que princesse Sarah mais il est plus intéressant que dans les livres actuellement. D’ailleurs, je me demande si le fait que la série aille plus loin ne pourrait pas booster un petit peu le père Martin!

    Le final était vraiment WTF, on passe d’un cour d’eau à ce qui ressemble un rivage d’océan…On a un peu de mal à voir comment ils s’en sont sortis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *