A Good Day to Die Hard

Cet edit au billet sur l’épisode 4 au sujet des commentaires. Je sais que pour les lecteurs un peu perdus par tous ces réaménagement, il est tentant d’anticiper les développements à venir dans la série. Mais en faisant cela, on risque de spoiler les non-lecteurs. Donc dans la mesure du possible, soyez très évasifs ou retenez-vous d’exposer vos théories sur tel ou tel arc modifié par D&D avant que l’arc en question ne soit résolu.
Pour cette même raison, j’ai d’ailleurs supprimé un passage du billet qui était carrément trop spoilant et pas du tout respectueux pour les non-lecteurs, même s’il n’avait pas trait à des réaménagements. Avec toutes mes excuses…
Voilà c’était tout, à toi, Edit(h Piaf).

Attention les amis, cette semaine on a du très haut niveau dans “Game of Thrones”. Nos plus grands politiciens et intellectuels se sont réunis pour concocter des stratégies brillantes et nous offrir un festival de plans hasardeux les plus WTF de tous les temps.
Et soudain, Tywin nous manque.

Grande nouvelle cependant, Dorne vient d’apparaitre sur la carte. Mais visiblement, D&D n’aiment pas bien ça, les Dorniens. Cette semaine, ils ont en effet droit à un malheureux décor agrémenté d’une vieille tente, mais bon, ça encore, c’est pas trop grave, on ne va pas chipoter, y’a même quelques plans à bord de l’Unique.
Non, ce qui m’a mise de travers c’est de voir les Jardins Aquatiques sortir de la carte avec la grosse mention “Dorne” juste à côté.
Dorne”, pourquoi pas “le pays au sud” ou ”viendez pour nos plages et nos déserts” tant qu’on y est.
Est-ce que les autres locations sur la carte ont droit à “Le Chnord” au lieu de “Winterfell” ou “Là où c’est qu’il y a le Palais des Milles Fleurs” pour Port Réal ???
Dorne”. C’est malin les gars mais maintenant des milliers de non-lecteurs vont assimiler cette ville à “Dorne City”, “Dorneville” (la destination de vos prochaines vacances en Normandie) voir, “Dornebourg”.

Et ça donne le ton de tout l’épisode qui se perd dans les facilités, toujours pour cause de mise en place, et donne parfois l’impression d’être un peu mécanique. On sent moins de travail d’ensemble, moins de fluidité que dans l’épisode précédent, qui était globalement d’une meilleure facture.
Mais une fois encore, la série avance, et surtout commence à nous jeter dans les affres de la création de D&D. J’ai maintenant la sensation de regarder la série sans filet, aujourd’hui plus que jamais. Et si je trouve habiles les aménagements, je suis un peu dubitative sur leur exécution. Mais avant de crier au loup, il faut je pense laisser la saison passer afin d’en faire un bilan à tête reposée, et avec un maximum de cartes en main.


Port Réal.

Souvenez-vous, c’était l’an dernier, Tywin annonçait à safillelareine que les mines d’or de Castral Roc étaient taries et que par conséquent, ça allait devenir chaud patate de rembourser le prêt à la Banque de Fer.
La crise, ma bonne dame.

«-Et du coup, je me disais, ser D’Artagnan…
Lord Mace Tyrell, votre mââjesté.
Ser Peuimporte, vous qui êtes plein aux as et fort diligent, ça vous dirait un séjour à Braavos aux frais de la princesse ?
Quelle princesse ?
Agadez, ser Moustache, dans mon immense générosité et ma reconnaissance humide pour vos grands bienfaits envers la couronne, je vous octroie par la présente une escorte en la personne de mon Garde Royal préféré, j’ai nommé, sous vos applaudissements ser Optimus !
Ooooh ! *clapclapclap* Qu’est-ce que c’est gentil alors ! Bon ben, foi de Gascon, en route. Je m’en vais empaqueter un peu de magret de canard et de l’Etorki. Dites-moi, ser Optimus, vous aimez la confiture de cerises noires parce q… »

Et tandis que ser D’Artagnan s’en va en fraise et en collant, Cersei se colle une margharita derrière la cravate avec l’air satisfait de celle qui, tel un paquebot lancé à pleine vitesse dans l’Atlantique Nord un soir d’hiver, ignore l’iceberg droit devant.

«Encore un succès pour le Grand Stratéguerre ! » jubile t’elle, alors que Mestre Pycelle réalise soudain que, oh ben ça alors, y’a de moins en moins de monde dans ce Conseil Restreint tout de même.

Si fait. D’ailleurs c’est presque étrange tout ça. Je sais bien que Mace Tyrell passe dans cette série pour le cousin attardé de la famille de Hautjardin, mais tout de même. Cersei est, pas si lentement que ça mais sûrement quand même en train de calquer sa façon de gouverner sur celle de Kim Jong Un et personne ne vient râler.
Enfin je suppose qu’il faut considérer que peu de temps s’est écoulé depuis la mort de Tywin et que personne n’a encore redistribué ses cartes pour tenter des manœuvres d’ensemble. Attends donc que mamie Olenna ne fasse un come back fracassant ma fille et tu verras.

La dictature version Cersei Lannister est une chose. Le vague « WTF » que j’ai murmuré en voyant la scène suivante en est une autre.

Je ne sais pas vous mais moi, j’ai compris la semaine dernière que Cersei avait écrit à Littlefinger après son entrevue avec the Holy Big Moineau, pour obtenir des biscuits bien croustillants sur les Tyrells.
Dans mon esprit, elle attendait sans doute qu’un peu de matière gluante remonte du dossier Margaery.
Mais ce que j’ai compris cette semaine m’a un peu déstabilisée parce que la seule chose que Littlefinger semble avoir été capable de lui répondre c’est :

« Mareinelareine,

Accrochez-vous à votre bouteille parce que ça va secouer : SER LORAS EST GAY.

Bisous et à bientôt,

Cordialement,

Lord Baelish. »

A la place de Cersei, voici sans doute ce que j’aurais répondu à ce message :

« BaelishmonBaelish,

NO SHIT SHERLOCK

J’ignorais qu’en plus de Harrenhal, vous aviez hérité du titre de Lord Obvious.

J’embrasse pas,

Cersei. »

Alors oui, oui, on nous dira que « ben si, la scène avec Dodo dans l’épisode 1 préparait ce moment où Loras se verrait cloué au pilori et même pas que c’est une métaphore », et là, j’ai envie de dire, « oui certes, c’était pour nous rappeler de lui donner du « your gayness » mais bon, dans cette même scène, Lolo Tyrell dit aussi que son orientation sexuelle, ben comment dire « it is known ».

Alors pourquoi Cersei a-t-elle besoin d’un Littlefinger pour lui apprendre cette incroyable nouvelle ? Après, j’ai peut-être mal compris. L’échange de message était peut-être uniquement destiné à le faire revenir à Port Réal, puisqu’elle cherche à s’entourer d’un personnel docile.
Mais le fait que le dit message soit utilisé dans la même scène que celle de la réunion avec le MegaMoineau me semble indiquer clairement, par l’image, que c’est Baelish qui lui révèle le pot aux roses.

«-High Sparrow…
Captain High Sparrow.
Si vous voulez, Captain. Donc voilà, je me demandais comment aider votre Sainte Croisade du Repentir.
Nous vivons chichement vous savez…
Justement. Et si je vous offrais des gourdins ? Ce ne serait pas super une petite armée rien qu’à vous ?
Et bien puisque vous le proposez si gentiment, je vais pas cracher dessus.
Bon, maintenant qu’on a bien causé, vous saviez que ser Loras était gay ?
OHBENCAALORS !!!!»

Il y a quelques temps de cela, Jaime avait dit une chose à propos des gens qui ne boivent pas d’alcool : « ça incite pas à faire confiance« . Prends-en de la graine, Cersei.

En moins de temps qu’il ne faut pour dire « septon », le Captain High Sparrow lève donc une armée pour sa Sainte Croisade.
Mais attention, hein, pas n’importe quelle armée. Tu sens que le mec a vu « Stargate » et qu’il trouvait les Jaffas tellement stylés qu’il les a pris pour inspiration.

Ainsi, pendant qu’un commando déferle sur le marché pour y assassiner sauvagement des centaines de barriques de grands crus de la Treille (J-1 avant que Cersei ne regrette amèrement sa décision), un somptueux montage alterné nous montre à voir la transformation de Frère Macramé en soldat des Sept. Aldo the Apache style, notre bon Lancel Lannister renait sous la forme d’un guerrier Goa’uld.


« Jaffa, KRI ! »

Frère Macramé traverse les rues de Port Réal en distribuant des mandales à la cantonade ainsi que de sages conseils du type « Repentissez-vous, mécréants », « A genoux devant Zod ! » et « Vous allez vous aimer les uns les autres, bordel de merde ? », avant de faire irruption au Palais des Mille Fleurs qui est mis à sac.

Oooooh, Cersei………

Cersei, ma fille… Te rends-tu compte de ce que tu es en train de faire ? Les Moineaux n’aiment ni l’alcool, ni la fornication. Surtout quand elle dévie de leurs critères manif pour tous. Et c’est vraiment avec ces gens-là que tu veux d’acoquiner ?
Toi, qui as tellement de casseroles au cul que tu pourrais servir de décor à « Top Chef » ?

Ne sens-tu pas le déplacement d’air provoqué par le retour du bâton sur le coin de tes pommettes ?

Dans les prochains épisodes : Lord Baelish découvre que les nouveaux amis de la reine ont mis son cher bordel à sac.

Celle qui gusta plus rien du tout, c’est Margaery. En proie à la panique, elle jette le masque en accusant Cersei devant Tommen. Lequel était en train de manger ses macaronis tu vois, et là y’a les seins de Margaery suivis du reste de sa personne qui entrent et qui se mettent à dire que sa mère est rien qu’une jalouse et tout alors que pas plus tard que la semaine dernière elle disait l’inverse, je comprends plus rien, je voulais juste manger des pâtes en paix, arrêtez de gesticuler madame enfin.

Abandonnant ses farfalles au pesto, Tommen se rend chez sa mère pour exiger des explications que Cersei ne lui donne pas vraiment parce que, croyez-le ou pas, son plan, dans lequel une gamine de 3 ans pourrait voir clair, n’est pas si mal ficelé que cela. Les mains propres pour l’arrestation de ser Loras, elle peut donc refiler le frisé et l’eau du bain au Grand Moineau, lequel est de toute manière trop occupé à prier pour recevoir le roi.
Roi qui fait une superbe démonstration d’autoritay devant le septuaire et passe à ça de se faire démembrer vivant par une foule légèrement aigrie. Je veux pas dire, mais avec ses conneries, Cersei est passée à ça de se faire barboter son deuxième fils. Bravo, championne.

En son temps, Joffrey aurait sans doute rétorqué un « bâtard toi-même » et lâché les chiens sur les pécores avant de provoquer une émeute dont même Baltimore ne pourrait rêver.
Ceci dit, non, Joffrey n’aurait pas bougé son auguste céans de la salle du trône. Il aurait simplement expédié les stormtroopers faire le sale boulot et déclencher l’émeute.

Tommen, mon tout petit, je t’aime beaucoup. Parce que tu adores les chats et que tu détestes les betteraves. Et aussi parce que tu es profondément gentil. Dans les livres, tu n’es qu’un enfant de 8 ans, incapable de gouverner et passant sous la coupe successive de ta mère puis de ta promise Margaery (qui doit avoir quelque chose comme 14 ans).
La série t’ayant vieilli, tu ne pouvais pas rester sur un registre similaire. On a donc ici fait de toi un enfant timide, en manque total de confiance en lui et surtout peu préparé à gouverner. Un manque dans ton éducation que papi Tywin avait bien cerné au lendemain de la mort de Joffrey, en te proposant son aide. Ce n’était pas là uniquement un moyen pour le Lion d’asseoir son emprise sur le Trône de Fer. C’était aussi une tentative de rattraper le temps perdu. Et l’autre jour, la réflexion de Kevan au conseil allait exactement dans le même sens.
Tommen a besoin d’apprendre. C’est un bon garçon, et s’il avait été correctement chaperonné, il aurait sans doute fait un bon roi en temps de paix.
Sauf que pas de chance, sa mère a autant le sens de l’éducation que celui de la politique. Ses méthodes ont donné dans un premier temps un psychopathe allumé de la gâchette, et avec toi, le numéro 2 relégué au rôle de roue de secours, cela donne un type mal à l’aise, timide, dépourvu de confiance en lui-même. Tommen n’est pas un lion, c’est un chaton.
Je me demande bien comment est Myrcella.

En attendant, Tommen me semble fin prêt à rejoindre les rangs de ces souverains victimes des circonstances et de mauvais conseils, héritant d’un royaume instable, à deux doigts de leur exploser au visage, qui, s’ils avaient toutes les qualités pour régner en des temps plus cléments, n’avaient pas les capacités pour diriger une nation au bord du chaos.

Nico d’Ekaterinbourg et Loulou de Paris, présidents honoraires du club te souhaitent la bienvenue


Fun fact : dans cet épisode, on voit Bronn taquiner Jaime sur la paternité de Myrcella puis on entend un homme traiter Tommen de bâtard. Genre tout le royaume sait que Jaime galvanisait les escalopes de sasoeurlareine.




Par contre, Cersei et Captain High Sparrow ont besoin des dossiers secrets de Littlefinger pour savoir que ser Loras est gay.
Y’a pas comme un souci ?
Parce qu’autant concernant Loras, toute la cour est au courant, tout le royaume aussi par la même occasion (sauf Sansa Stark, qui n’a pas encore du comprendre), autant concernant les enfants de la reine, il n’y a aucun preuve concrète, pas de témoin. Et presque pas d’aveux (il y en a eu 2, un fait à Tyrion par Cersei et l’autre par Jaime à Catelyn).
A moins d’inventer rapidement le test ADN, impossible pour les westriens de connaitre la vérité. Ce ne sont que des rumeurs, des on dit. Certes, la cote de popularité de la famille royale est en train de défoncer le sol de la Fosse des Mariannes, mais je trouve que traiter ce ragot (parce que ce n’est qu’un ragot, colporté par Stannis qui n’est qu’un prétendant au trône, pas forcément super digne de foi) à la hauteur d’une certitude, dans le même épisode que celui où on semble découvrir l’homosexualité de Loras, c’est un peu maladroit et un tantinet exagéré.
Sauf si cela sert dans les épisodes à venir, ce qui est fort probable. Mais je n’en dirai pas plus, par peur de spoiler.

Bronn & Jaime.

Parce que “Game of Thrones” manquait de bromance, de camaraderie virile et de punchline qui sentent le mâle sous les aisselles, découvrons ensemble notre nouveau show dérivé,: “Bronn&Jaime”, qui mérite son générique perso, un truc qui s’inspirerait de ça.

Après une croisière en Méditerranée, Bronn et Jaime vont faire un pique-nique sur la plage. Un pique-nique d’hommes, où c’est qu’on mange les serpents qu’on vient de tuer avant de les faire griller à la broche.


“Pirates !”

Entre la 7e et la 8e bière du deuxième pack, l’atmosphère se détend un peu. On se laisse aller à de grandes discussions sur les femmes qu’elles sont chiantes à toujours nous gueuler dessus parce qu’on n’a pas baissé la lunette des toilettes, mais aussi sur la vie et la mort.


Oh…



« Aller, Pod ! On s’arrache !!! »

Sa mort, Bronn le reître qui a roulé sa bosse, la voit dans un lit de plume, avec une femme et du vin.


“Pirate !”

C’est un peu décevant” se dit Jaime.
Oui”, lui répond la Dame, “on ne voit pas du tout le coup venir. C’est tellement discret et subtil… Un peu comme votre plan totalement bancal pour sauver Myrcella.
Lundi investigation : la saison 5 de “Game of Thrones” sera t’elle la saison de la mort de TOUS LES SECONDS RÔLES ?

Tatooine.

Escortée d’une aura de ténèbres, Darth Ellaria équipée d’une moustiquaire, fonce sur son landspeeder vers la base sidérale des Aspics des Sables, les charmantes et néanmoins bâtardes filles d’Oberyn Martell. Que Cersei imaginait l’an passé très distinguées.

Forcément, les pires prédictions de Bronn se réalisent car FORCEMENT, le capitaine du navire a parlé. Bizarrement, faire passer un message d’une importance capital aux Aspics, ça vous vaut d’être enterer dans le sable avec des scorpions.

Elles sont joueuses…

Elles sont complètement nunuche ma parole !

Mais pourquoi vous faites ça ? C’est pas très très gentil !!!
Vous avez été à l’académie “Aragorn” pour apprendre l’art de traiter avec des messagers désarmés ou quoi ?

Après avoir regardé les Aspics s’adonner au grand jeu du “que de la gueule”, il est temps pour moi de clore le chapitre dornien car je commence à comprendre comment la série va aménager les évènements des livres en fonction de la presence de Jaime. Si Bronn a droit à une scène émotionnante dans les jours prochains, je ne serais pas surp….

OHMONDIEU c’est déjà fait….

Another brick in the Wall.

C’est l’hiver, au beau milieu d’un après-midi d’automne. Il est approximativement 16h37, et le roi Stannis frissonne dans le froid de l’aube.

J’ai pas d’amis. Pourquoi personne ne m’aime ?” Semble-t-il se dire en contemplant Jonsnow occupé à faire des tourbilol dans la cour. “Je lui avais pourtant promis un trône, des femmes, et de la bière nom de R’hllor !” (si vous aussi vous êtes en train de chantonner cette phrase bêtement, s’il vous plait, pour votre bien, ne faites pas comme moi : ne commencez pas à vous imaginer ce que pourrait donner “Stannis, la comédie musicale”).

Mais si Stannis, y’a quelqu’un qui t’aime : ta fille Shoren. Et c’est parti pour LA SCENE qui fera pleurer tout le monde, surtout les stannisiens et leur coeur de pierre (au singulier, un seul pour le groupe c’est largement suffisant).



C’est bien joli tout ça, mais je suis très inquiète pour ces deux personnages moi d’un coup !

A peine le temps de lever un sourcil d’effroi et hop, on passe à la scène de boobs de Carice Van Houten de la saison.
Gratuite ? Moins que celle dans le bain de l’an passé. Celle-ci survient au beau milieu d’un grand moment de concentration pour Jon, appliqué comme un écolier à signer des papiers, en tirant la langue parce que ça aide à mieux écrire :

“-Bonjour, Jonsnow, fils de.
Bonjour Madame.
Alors comme ça on a refusé la proposition du roi ?
Oui, Madame.
Un trône, des femmes et de la bière nom de R’hllor !
Faites pas ça s’il vous plait. Après je vous imagine dans une comédie musicale de Kamel Ouali et c’est malsain.
Je vais essayer autre chose alors. Oh zut, la maladroite, j’ai fait tomber ma robe !
Oh non ! Je vais vous la ramasser alors.
Attention, e pericoloso spongerisi, Jonsnow ! Accroche-toi ici !
Madame…
Oui Jon ?
How can I put this… Je sais pas si c’est bien convenable pour une jeune fille comme vous d’avoir un jeune homme comme moi suspendu à un de vos appendices mammaires.

Jon, à force de rien comprendre, il va finir par t’arriver des bricoles !

Après avoir hurlé quelque chose comme “Ah ! Aaaahaaaah ! A moi mes voeux !” le lord commandant (oui, je sais, ça fait drôle) réussit à se débarrasser de Mélisandre en invoquant le spectre de son amour perdu.
C’est beau quand même, une fidélité pareille, au-delà de la mort, surtout de la part de quelqu’un qui est raciste anti-roux.

Bien tenté, Mélisandre en tout cas. C’était un peu la dernière carte à jouer pour le clan Stannis auprès de cette tête de pioche. Mais quand les Stark ont un truc en tête, ce n’est pas ailleurs !

Ce bras de fer entre Jon et Stannis est très intéressant. Parce que leurs deux points de vue sont parfaitement logiques.
Jon refuse le Nord et le nom de Stark pour ne pas trahir à nouveau ses voeux. Et parce que la Garde de Nuit a besoin d’un chef. Et parce que « Winter is coming« .

Jon a conscience de la menace qui s’apprête à fondre sur eux depuis l’au-delà du Mur. Sa mission à Châteaunoir est plus importante que tout le reste. Plus que la vengeance, plus que Winterfell. Car si la Garde de Nuit devait tomber, alors il n’y aurait plus de Winterfell à reprendre.

Stannis lui, veut autant s’assurer de la fidélité du “Warden of the North” que de réparer l’injustice faite aux Stark. Jon lui plait, et pas uniquement parce qu’il aime lui aussi faire cramer des trucs. Il a vu en lui quelque chose et ce quelque chose lui inspire confiance. Et comme l’a dit Davos l’autre jour, la confiance de Stannis est rare et précieuse.

Si Jon acceptait sa proposition, il restaurerait les Stark à Winterfell et unirait le Nord derrière la bannière de Stannis.
Mais comme Jon le disait, s’il acceptait cela au prix de ses vœux, il serait certes un lord, mais un lord déserteur. Et depuis le pilote de cette série, on sait ce que les Nordiens pensent de la désertion.

Winterhell.

Sansa ma chérie, quelle drôle d’idée de mayrde d’aller te promener dans les cryptes du château alors que celui est plein de tueurs en série !
D’ailleurs, il faut moins de 5 minutes à Pedobear pour la localiser. Sansa, mineure sans protection dans une cave : l’accord parfait.

«-Alors ça par exemple, lord Baelish, vous ici dans une cave sombre tout seul avec une jeune fille… ça me rappelle un truc, mais je n’arrive pas à me souvenir…
Tranquilisez-vous Sansa, nous sommes à Winterfell, pas à Charleroi.
Dites voir, vous avez mis votre casaque et vos bottes de jockey, vous seriez pas en train de vous débiner pour m’abandonner aux bons soins du président de toutes les Russies ?
MAISNONENFIN OU ALLEZ-VOUS CHERCHER TOUT CA. Vous ne risquez rien. Roose Bolton a besoin de vous et son fils Ramsay est un charmant garçon un peu niais avec le cœur sur la main. »



Non mais attendez, c’est pas fini. Dans le genre plan foireux celui de Littlefinger se pose là. Tout le truc est fondé sur wattmille paramètres hasardeux dont le plus aléatoire n’est étrangement pas la lubie qui passera par la tête de Michel Fourniret le soir de la nuit de noces.

«-Attention Sansa, soyez bien attentive, c’est l’heure de mon monologue trü evil digne d’un méchant de James Bond.
Vous allez pas refaire un truc genre « L’Echelle du Chaos » j’espère ?
Mais non enfin ! Bien, vous épousez Ramsay, vous devenez donc dame de Winterfell. Puis Stannis Baratheon éclate la tête des Boltons, vous restaure en tant que Gardienne du Nord, je vous épouse et je deviens reine Gardien du Nord.
Parce que vous soutenez Stannis maintenant ?
C’est jamais que la 20e fois en 5 saison que je retourne ma veste.
Ça doit vous faire un sacré budget couture, tous ces ourlets à changer… Et si jamais the rightfull king se fait plier comme le Brésil face à l’Allemagne, il se passe quoi ?
Et bien vous serez toujours la femme de Ramsay, je vois vraiment pas le problème.
Mais n’empêche, vous êtes en train de me laisser toute seule dans un château qui va sous peu subir un siège, même que ça risque d’être violent peu importe le vainqueur, alors dans l’éventualité oummmfffmmmmfff.
Désolé Sansa, c’était plus fort que moi. Avant mon départ je devais vous Littlefingered.»

Et dans un claquement de cape s’en fut Petyr Baelish, avec la satisfaction du devoir d’un pedobear accompli.

D’ailleurs, il n’y a que moi où dans cet épisode, on a eu le droit à quelques indices sur la théorie R+L=J ?




The Hunt for Philippe.

D&D, mes tout petits… Il faut qu’on parle, alors asseyez-vous. Ou plutôt, tenez, allez donc vous adosser à ce chevalet que je vous y attache.
C’est quoi le fuck avec l’épisode du jour ? C’est quoi le mégafuck ?






«-Vas-y, nous fait pas un procès à cause de ser Barristan ! Tout ça c’est la faute de George !
C’est n’importe quoi, D. Comment ça pourrait être de la faute de Baby George ?
George RR Martin…
Ah. Au temps pour moi, j’ai passé mon weekend en Royal Baby Watch alors…
Non mais nous aussi on fait souvent la confusion t’inquiète.
ANYWAY. NE ME DETOURNEZ PAS DU…. Ahem, Ser Barristan. J’attends des explications.
Eh, ça va, tu sais même pas s’il est vraiment mort.
Ouais, si ça se trouve, on l’a juste méchamment blessé, hein.
BIEN TENTE. Sauf que j’ai vu la preview de l’épisode 5. Mais je m’en fiche de ça, les gars.
Ah bon ? Nous on pensait que tu nous avais fait ligoter sur le grand chevalet Bolton des tortures à cause de ça.
PADUTOU. Vous êtes les seuls maîtres à bord de votre série à présent. Vous faites bien ce que vous voulez de vos perso secondaires. C’est pas ce que vous faites le problème, c’est la façon dont vous le faites. Pourquoi avoir passé autant de temps en début de saison à nous mettre des scènes sans intérêt entre Grey Worm et Missandei ?
Bah pour qu’on s’inquiète pour lui dans l’épisode du jour, tiens.
Personne ne s’inquiète pour Grey Worm, à part Missandei. Et aucun spectateur ne pleurera sur le sort d’un pseudo guerrier d’élite qui se jette la tête la première dans un piège tellement grossier que même les Jaffas dans « Stargate » l’auraient vu venir. Je peux pas avoir de pitié pour ça. Comme je ne peux pas avoir de pitié pour des Immaculés en jupe et en gilet qui persistent à combattre dans des ruelles d’un mètre 20 de large avec des sarisses de 3m. Même qu’un de mes lecteurs me l’avait fait remarquer y’a pas 15 jours !
Ouais mais c’est parceq….
Chuuuut, D… Même ça, limite, je pardonne. Les Immaculés sont une compagnie de complets demeurés, soit. Moi ce que je voudrais, c’est qu’on revienne à ser Barristan. Un dialogue pontifiant en 3 épisodes, et là, parce que vous avez décidé de lui faire bobo, vous nous le recyclez en mode papi gâteau pour attendrir la ménagère ? C’est pas un peu tout pourri ?
C’est vrai que c’est un peu faci…
Un peu facile ? « Si on décidait de mettre en danger de mort ce personnage secondaire qui fait de la figuration depuis 2 saisons ? Zut alors, mais s’il fait de la figuration, tout le monde s’en fiche ! Donnons-lui une scène émotionnante avant de lui faire passer l’arme à gauche ! » JE DOIS M’INQUIETER POUR STANNIS LES MECS ?
Eheh… How can I put this… »

L’idée de tuer ser Barristan n’est en elle-même pas idiote. Certes, cela constitue un spoiler puisqu’aux dernières nouvelles, notre vieux préféré est encore bien vivant dans les livres. Mais dans la série, il y a une certaine logique à cette fin prématurée.
Depuis la fin de la saison dernière, D&D isolent de plus en plus Daenerys : ser Jorah, ses dragons, ser Barristan aujourd’hui, tout le monde la quitte et la laisse seule au beau milieu du carnaval de Venise le plus mortel de tous les temps. Cela prépare bien sûr l’arrivée de Tyrion, qui en deviendra presque providentielle, notre bonne reine contrainte de faire confiance au Lannister, faute de mieux. Et cela prépare aussi des décisions politiques qui désormais apparaissent comme absolument nécessaires pour garantir la survie du régime targaryen en place.

Meanwhile, sur le cours de la Durance…. Tyrion Lannister chante à tue-tête des chants de marins. Et ser Jorah se prend à citer Robb Stark :

Un rapide arrêt sur image pour parler de notre bon nain qui identifie en deux secondes montre en main son kidnappeur parce qu’il a un accent nordien et parce que cet abruti de ser Jorah a un énorme trou « how convenient » dans le sac qui sert à transporter son armure, et que ce trou ouvre PILE POIL sur l’emblème de la maison Mormont.
C’est nul.

Mais puisque l’heure est au deuil, rassemblons-nous pour nous souvenir de ser Barristan Selmy, Garde Royal, décédé tragiquement à même pas deux jours de la retraite. Oublions sa fin tragique, précipitée par l’incompétence combinée des Immaculés et de leur reine bien aimée pour nous rappeler des jours heureux où Barristan Selmy nous charmait de ses conseils de vieux briscard, déambulant en survêtement dans tout Meereen en exhortant la jeunesse à se mettre au travail.
Les vieux soldats ne meurent jamais, et pourtant, pourtant, tu succombas sous les coups de canif d’un gondolier ce qui ne te serais pas arrivé si tu avais pris la peine de mettre une vraie arme au lieu de te promener en slip dans une ville au bord de l’insurrection.
Pour toi, le régiment joue cette aubade. Adieu, camarade, adieu papi.










La semaine prochaine…






Regardez bien ces visages, et tous les soirs, récitez leurs noms avant de vous endormir. Ils sont sur la dead list de D&D.
Et si j’ai mis Grey Worm c’est uniquement parce que je ne suis pas tout à fait sûre encore.

La semaine prochaine, nous devrions voir les plans les plus bancals (bancaux ?) et tous les temps se mettre en branle. Et croyez-moi, y’a de l’artiste, du clown de compet, du genre qui passe dans « Le Plus Grand Cabaret du Monde »:

-approchez, approchez et découvert Cersei Lannister, The Mother of Madness ! Elle va sous vos yeux dompter une bande de moineaux !!!
-venez donc par ici admirez Petyr Baelish, Le Petit Oiseau, et son assistante Lady Sansa ! Lord Baelish va lui jeter des couteaux pendant qu’elle marche sans filet sur un cable tendu au-dessus d’une fosse pleine de feu !
-et n’oubliez pas de faire un détour du côté de chez les frères Pétard, Bronn et Jaime ! Bronn et Jaime vont exécuter un tour de magie fabuleux en faisant disparaitre une petite princesse, le tout sans accessoires, sans magie, sans mise en scène, et avec un slip !
-enfin, le seul, l’unique ! Lord Friendzone, et son acolyte le nain Tyrion tenteront de battre le record de traversée du Pacifique à la rame !

A la semaine prochaine, et d’ici là, n’oubliez pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *