The Road Less Traveled.

Comme en français, le titre donne plutôt « Mutinerie » et que sur le menu du DvD on voyait nettement en vignette la tête de Starbuck, j’ai poussé un grand cri.

De soulagement le cri parce qu’il ne fallait pas non plus être un génie pour comprendre que confier un vaisseau et un équipage à cette folle, çà allait forcément mal tourner.
Même Helo en a raz la casquette de Kara, sa chapelle Sixtine, et ses camaïeux de couleur. Pourtant il a bon cœur Helo, c’est un chevalier.
Mais rien n’y fait. Et puis Katee Sackhoff joue mal et je comprends que cela puisse être pénible pour le reste de la distribution obligée de partager avec elle le même décor.

J’ai beau la considérer sous tous les angles qu’elle a fort aigus en plus, je ne vois pas en quoi, depuis son retour de la nébuleuse, Starbuck a changé.
Chiante ? Check.
Monomaniaque ? Check.
Méchante avec Anders ? Check.
Acéphale ? Double check.

Donc une folle, même avec un équipage de très bonne volonté, çà donne fatalement un résultat aussi brillant qu’un plan quinquennal soviétique : on n’atteint pas les objectifs, et les gens finissent par être frustrés et passent à l’Ouest.
Sauf que l’équipage du Demetrius n’a pas qu’un simple Mur de Fer à traverser. Il est enfermé dans une poubelle avec Starbuck. C’est injuste.
Donc pas le choix, il faut se mutiner.

Signe que là vraiment, trop c’est trop, Helo est le premier à prendre le taureau par les cornes. Puis l’effet boule de neige et là, c’est le drame, parce que Anders est un gentil mari un peu con, il tire dans Felix.

Vous avez bien lu, il tire dans ce pauvre Gaeta. Adama a vraiment tout gagné en envoyant un de ses meilleurs hommes avec cette tarée maniacodépressive. Maintenant Gaeta est tout cassé, et vu l’évidente salubrité de son environnement actuel, s’il ne se chope pas une septicémie, on aura de la chance.

Si tout part à vau l’eau sur le vaisseau de l’angoisse, sur le Galactica, tout le monde se retrouve autour de Gaius Baltar. En vérité je vous le dis, et tout le tremblement. Christique à souhait le docteur, même si je trouve qu’on a carrément perdu en subtilité dans cet épisode et que le côté religieux en devient un peu lourdingue, surtout avec le Chief qui se la joue saint Paul sur la route de Damas, sauf qu’il n’est pas aveugle, mais chauve.

Pendant ce temps, une équipe de scénariste se concentre sur le personnage de Starbuck et ses évolutions. Elle n’a toujours pas vu le bébé hybride.

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. Mais que t’ a-t-il fait ce poupon jouflu? Il est pas mignon tout plein surtout quand il se met à brailler et que son gentil papa cylon le regarde avec des yeux si tendres, à sa place je me méfierais quand même. Les cylons ont un plan: développer la fibre maternelle chez tout les parents potentiels, à voir comment ils s’y prennent j’ai un doute sur leur niveau intellectuel.
    Par contre la fonction d’un Baltar-Dieu et sa coterie de grupies énamourées me sort par les yeux, il n’était pas un scientifique à l’origine ce brave séducteur? Il était « mieux avant »(avec l’accent), en plus maintenant il a toujours les cheveux sales, pouah!

  2. Baltar c’était un scientifique séducteur, il était en quelque sorte biclassé, le Gaius…

    Par contre, le bébé de Tyroll, il est moche, et d’une, et de deux, il est hybride, çà m’énerve que personne ne s’en soit encore rendu compte. C’est une IMMENSE coquille dans le scénario déjà bancal de cette série.
    Je ne vois pas comment ils vont rattraper le coup sans avoir l’air totalement ridicules…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *