Six of One.

Previously on Battlestar Galactica…

Starbuck criait très fort parce que personne ne voulait l’écouter, Lee arborait des pulls de civils à la coupe douteuse, les Final Four se débattaient dans leurs incohérences scénaristiques, et Gaius Baltar devenait un dieu…

Dans cet épisode, Lee prend sa retraite. Ce qui est fabuleux, c’est que son départ est inintéressant au possible, mais qu’on nous bassine trois scènes durant avec.
Dans le prochain, se sera quoi, Lee achète un camping car et se met au jardinage ? Lee s’abonne à un magazine de mots croisés ?
Sincèrement, Apollo, cela fait un bail que je ne m’y intéresse plus du tout. Enfin si, parfois il a des fulgurances. En fait, dès que Starbuck n’est pas dans le secteur. Sinon, il est très bête, Lee. La preuve dans la scène des adieux avec Kara dans sa cellule.
D’accord, c’était mignon tout plein. Oui, le couple est attachant, malgré que j’ai eu envie de les tuer plusieurs fois.
Mais quand deux acteurs approximatifs se font face, il y a quelque chose qui coince.

C’est que Lee, il a muri depuis le début de la série. Maintenant, il veut faire de la politique. Un vrai petit romain qui suit son cursus honorum, mais sans la toge et avec des pull très laids.
Pourtant, je croyais me souvenir que dans la saison précédente, Adama le Vieux avait dit un truc concernant le manque d’hommes mobilisés. Je sais bien que Lee n’a pas inventé l’eau chaude, même pas l’eau froide d’ailleurs, mais comme CAG, il était bon. Normalement, Bill n’aurait même pas du lui laisser le choix. Mais c’est comme çà, dans la flotte coloniale, copinage et compagnie.
Le système politique et les arcanes du pouvoir ne se contentent plus d’avoir des airs de dictatures des temps de crise.

En parlant de ses forces qui nous gouvernent, bonjour la subtilité dans la scène entre Roslin et Adama. La psychologie à deux ronds, merci bien. Comme si on avait besoin de Laura pour savoir ce qu’il se passe dans la tête de Bill et vice versa. Surtout que c’était tellement intéressant et inattendu…
Un peu comme la scène entre Starbuck et Roslin d’ailleurs. Certes, le rappel de la saison 1 était peut être nécessaire, mais nous servir une fois de plus Kara en train de hurler comme un goret, cela commence, au bout de deux épisodes seulement, à faire un peu long…
Finalement, on finit par la mettre en prison, et on se demande pourquoi on ne l’a pas fait avant, avec un baillon et plus aucune scène jusqu’au vingt et unième épisode de la saison.

La seule chose vraiment digne d’intérêt pour cet épisode, c’était les cylons, et oui, dans « les cylons », j’inclus les Final Four.
Tigh qui envoie Tori jouer les Mata Hari, ce n’était pas mal trouvé, mais je commence à me demander s’il ne va pas s’en mordre les doigts, et la voir se tirer avec Baltar.
Rappelons que Gaius est naturellement attiré par les cylonnes, et que Tori, de par sa nature, de über-cylon final qu’elle est (arrêtez de vous marrer), doit avoir des tendances monothéistes elle aussi, peut être même quelques « notions » de divinité elle-même.
Bref, cette affaire là, on risque d’en entendre encore parler…

Et sur les basestar, la révolte gronde. Cavill, toujours aussi fabuleux, décide un grand reboot des raiders, craignant que ceux-ci ne commencent à avoir un peu trop de libre arbitre. Châtain Six (pas de meilleur nom de code jusqu’à présent) n’est pas chaude, d’où vote démocratique.
Là où je ne comprends pas trop, c’est qu’elle s’étonne de voir Boomer voter contre son modèle. Ce n’est pas cohérent parce que d’une, les cylons développent leurs propres individualités pendant leur vie (et c’est bien logique), et que de deux, les Huit ont tendance à tourner casaque, il suffit de demander à Athéna.
Donc c’est la guerre, ou presque, cette fois les choses sont certaines, les cylons s’humanisent au point de déclencher une guerre civile dans leurs rangs. N’en déplaise à Cavill.

Episode en demie teinte, ce numéro deux n’était pas franchement mauvais, mais pas franchement bon non plus. La faute à Lee et Starbuck. J’aime tant les accabler ces deux là…

Pendant ce temps, Cally berce un bébé hybride, et çà ne dérange toujours personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *