Sine qua non.

Je vous l’avais bien dit.
Si, çà fait déjà deux épisodes que je prophétise que Lee va devenir président. Je suis peut être un hybride alors. C’est pour çà que j’ai une obsession pour les vaisseaux spatiaux et que j’adore prendre des bains.

Bon, plus sérieusement, dans cet épisode mou du genou, on s’est fait une belle frayeur.
Deux en fait.

La première, c’est le retour de Romo Lampkin. Mais si, l’avocat de Baltar, celui qui a un chat.
Je n’ai pas trop compris pourquoi Lee faisait appel à lui pour démêler les fils de sa question existentielle du moment « qui qui veut faire président, qui soit gentil, et qui fasse plaisir à mon papa ? »
Pas compris parce que quarante minutes pour en finir par « Lee Adama, vous allez être président des Douze Colonies, que vous le vouliez ou non, mais comme c’était votre ambition secrète, vous n’allez pas faire semblant de vous plaindre non plus ! », c’était un peu long.
Comme c’était un peu long de découvrir « oh surprise ! » que le chat était mort. Et que Lampkin a un grain.

C’est là, ma seconde frayeur. Alors qu’il se trimballait avec un chat fantôme qui miaule dans sa tête et qu’il tentait de baratiner le vieux Bill, j’ai eu une soudaine révélation horrible : c’est lui, le Final One.
Finalement, je me suis ravisée, mais depuis que je me suis découverte des dons de médium, je commence à me méfier de mes intuitions…

Le fil rouge de cet épisode était mauvais ? Le remplissage est encore pire.

A ma droite, Saul Tigh, qui ne fait pas que rendre visite à Caprica Six pour se faire tabasser, et qui est parvenu à engrosser la prisonnière cylon.
Même si dans le fond, je suis très contente pour Caprica Six, qui sera une mère formidable et tout, je ne peux pas m’empêcher de m’arracher les cheveux.
Premièrement parce que mythologiquement, ce n’est pas super cohérent. On nous bassine depuis la saison 1 que les cylons ne peuvent pas engendrer, et c’est la raison pour laquelle un numéro 8 avait été envoyé séduire Helo. L’avenir des cylons, c’était les humains, et je trouvais çà très bien comme cela.

Alors le truc ici, c’est quoi ? Le pouvoir ultime des Final Five c’est de pouvoir procréer avec les autres cylons ? C’est la raison pour laquelle les cylons doivent eux aussi trouver la Terre, pour trouver les Five et faire plein de bébés cylons ?
Cela peut évidement soulever la question de la pérénité de la race et de leur humanisation progressive.
Bon, étant moyennement convaincue, je demande à voir.

Pas convaincue non plus par le colonel Tigh et son expression lorsqu’Adama lui explique que la cigogne est passée. Maintenant, quand Tigh est surpris, faché, étonné, content, il ouvre très grand un œil.
C’est très mauvais, comme jeu d’acteur, rendez-moi Katee Sackhoff.

En plus, quand Bill met Saul face à ses actes, il prend soin de lui préciser que ce n’est pas très normal de faire couper les caméras et sortir les gardes. Pour moi, c’était une accusation de viol, d’autant que Bill connaît l’aversion de Saul pour tout ce qui est synthétique.
Mais non, il se contente de lui taper un peu dessus et de lui payer un verre ensuite. Si ma mémoire est bonne, quand Athena s’était faite agressée par les hommes du Pegasus, Adama avait un peu plus de respect pour l’intégrité physique des cylons. Ici, on dirait qu’il s’en fiche.
A moins qu’il ne veuille absolument devenir le parrain d’un hybride, mais là, je ne peux plus rien pour lui.

A ma gauche, Bill est amoureux.
On le sait grâce à Lee, en amour, les Adama sont de vrais idiots. Mais j’attendais un peu plus de plomb dans la cervelle de Bill.
Déçue que je suis de le voir se comporter comme un adolescent tout çà pour sa présidente, au mépris de la flotte.
Son comportement est tellement stupide que même Starbuck le lui fait remarquer. Si j’étais Bill, je le prendrais hyper mal.
Si j’étais Bill je me souviendrais aussi que cette fada de Kara, je l’ai envoyée avec les meilleurs éléments que j’avais à ma disposition, qu’elle m’a ramené Felix tout cassé, et je lui dirais bien gentiment de la fermer.
En passant, qui a trouvé que Starbuck n’était pas du tout cohérente avec ce qu’elle était à peine deux épisodes plus tôt ?
Qui se soucie encore de cohérence dès qu’il s’agit de Starbuck ?
Qui a envie qu’elle meure pour de bon ?

On repousse les frontières du ridicule avec la démission de Bill, surtout lorsqu’il confie les clés du pick up à Saul.
Tigh est instable depuis la mort d’Helen. La dernière fois qu’il a commandé la flotte, çà a été désastre sur désastre, et en plus, Bill avait l’air de le soupçonné d’avoir violé un cylon. Mais non, lui, il lui confie le commandement de la flotte et la protection des civils.
Cherchez l’erreur.
Ou alors Bill est un incorrigible rêveur qui trouve très symbolique de confier un vaisseau spatial à un borgne : « Et tous t’appellerons le capitaine corsaire, Saul ! »

Pendant ce temps, le bébé du Chief était pour les scénaristes comme le chat de Ramkin : un fantôme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *