Engagez-vous, qu’ils disaient…

Salut à toi, ami gamer ! Je sais que tu crois que je ne fais rien que jouer à WoW pour y démonter des créatures gluantes et fuir devant des gnomes enragés, mais détrompes-toi, il m’arrive aussi de me faire une campagne de Warcraft III, juste pour le plaisir de passer quelques heures devant des bonhommes mal pixellisés pour le monde d’aujourd’hui, quand bien même à leur époque, c’était le top de la hype du RTS.
Anyway, je ne suis pas ici pour chanter une énième fois les louanges de Blizzard.

Dans un monde où « need stuff kipik FFS » ou « lfg Uldudu fat dps plz » sont devenus mon triste pain quotidien, je cherche désespérément ce soupçon de role play qui me fait tant défaut dans l’univers impitoyable des MMORPG, vendu à ce grand Satan qu’est la course au matos épique.
Seulement voilà, venant du serveur Archimonde, pépinière de Kevins de tous poils, je pouvais toujours me brosser pour y choper un chouia de RP.
Emigrée sur Conseil des Ombres, serveur normalement dédié au jeu de rôle, avec douze autres gars de ma guilde, en quête non pas de dialogues scénarisés dans les auberges de Dalaran, mais d’une guilde d’accueil susceptible de nous embarquer dans des raids à 25, j’ai une nouvelle fois pu constater que décidément, le côté RPG des MMo n’est pas celui qui fonctionne le mieux.
On a beau se dire que l’on peut poutrer du zombie tout en restant courtois, on peut décréter que son elfe est chaotique neutre, on peut même faire certaines instances en mode RP (« On aurait dit un pédophile en train d’appâter deux gosses avec des smarties», dixit un camarade archimondien, confronté pour la première fois à une sortie RP. Le choc des cultures), le naturel revient toujours au galop.

Et puis essayez d’avoir une vie sociale sur un jeu qui l’est éminemment en jouant votre elfe démoniste chaotique neutre, vous…

Tout ce qu’il reste c’est votre petite tête, vos mimines magiques, un bon clavier et toute votre imagination pour inventer, pour votre pomme, un passé et une histoire à votre personnage, qui restera de toute façon dans le dedans de vous-même.

Limité.

Donc, l’aspect RP me manquait, me manque toujours, et me manquera jusqu’au 20 octobre prochain.

Bien que l’on puisse rêver, a priori, ce n’est pas le 20 octobre 2009 que j’étrennerai ma pitchounette à « Miles Christi ».
Ceci étant un message à peine subliminal destiné au Jedi Gris, qui de toute façon, ne lit jamais ce blog (une honte, une vraie honte).

Non, le 20 octobre, EA Games, en toute simplicité, ressuscite « l’esprit » de « Baldur’s Gate ».
C’est émouvant, la naissance de ce petit « Dragon Age » qui m’a l’air nettement plus bourrin (yeah), nettement plus sombre (grraouh), nettement plus trash (mouhahaha) que son prestigieux ainé, et qui s’annonce inspiré de l’ambiance du « Trône de Fer », sortant au moment même où les premiers coups de manivelle du pilote seront donnés.
Çà, c’est la main de Dieu, les enfants.

Pas avare pour deux sous, EA Games a fourni ces derniers mois un nombre incroyable de vidéos, suivies religieusement par toute une communauté avide de nouvelles (dont votre servante ici présente) et qui pouvait pas ce biais découvrir de nombreux extraits du game play, servis sur d’authentiques morceaux de Marylin Manson, du temps où celui-ci chantait autre chose que des berceuses (je me suis endormie sur son dernier album, vous trouvez çà normal, vous ?).

Plus récemment, est enfin parvenu jusqu’à nous la cinématique, la vraie, peut être même celle qui introduira le jeu.

Pas follement originale, même si elle a le mérite de poser le sujet, l’ambiance et de donner une aura sacrée aux Grey Wardens, qui jusqu’alors en manquaient un peu.
Reste que le type qui fait faire « frouitch » à son épée et qui fume par les yeux, perso, çà me dit quelque chose

Au passage, la cinématique de Blizzard est mieux, mais vous l’aviez déjà remarqué… C’est çà le poids de l’histoire. Arthas, zut, quoi, c’est Arthas.
Voilà précisément ce qui manque encore à Dragon Age. Un peu de vécu. En espérant que cela vienne.

En parlant de vécu, justement, et pour reprendre notre désormais célèbre (je vais l’utiliser à toutes les sauces celui-là) geekasme, voici, rien que pour le plaisir des yeux et des oreilles, la cinématique la plus « OMG » de l’année. De la décennie ?
A peine exagéré.
Non seulement, c’est hautement évocateur. Le poids de la mythologie derrière pèse lourdement sur chaque image.
En plus, c’est aussi bien scénarisé que du Blizzard.
Et les combats sont rudement bien chorégraphiés.
Et puis zut, flûte à la fin.
Si je n’avais pas déjà vendu mon âme à WoW, je sais ce que je ferais

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. Moi, aussi, j’ai eu un geekasme quand j’ai découvert, il y a quelques temps, la cinématique de Old Republic.
    J’ai bien peur que je ne puisse me retenir de vendre mon âme à BioWare et LucasArts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *