Pense à la France…

Peut être cela vous a-t-il échappé (et ce n’est pas moi vous en blâmerai), mais Jean Paul Belmondo est de retour.
Oui, je sais, çà fait bizarre.
Et non, pas dans un film de Rob Zombi. Restez sérieux tout de même.
La bonne nouvelle au moins, c’est qu’il n’est pas mort.
La mauvaise, c’est le film.

Pensez aussi au général. Je vous jure, pour la suite, çà peut aider.

« Un Homme et son Chien ».

Oui, vous lisez bien.

Mais vous regarderez encore mieux.

Ce futur monument du septième art qui vaudra sans nul doute un César à Bebel est réalisé par l’inénarrable Francis Huster, de la Cômédie Frânçaise, adapté d’un livre de Vittorio De Sica.

Des scènes choc :
« Mon chiiiiiiiiiiiiieeeeeeeeeeeeeen !!!!!!!!!!!!!!!!! »
Des acteurs qui jouent… ou pas : « Ben on va le retrouver vot’ chien ! »
Des plans qui déchirent : « Bonjour, je suis Francis Huster : ici, j’interprète la stupeur. Gaaaa… »
Une bande annonce à faire désespérer du cinéma française.

Vous pensiez que «Il y a longtemps que je t’aime » avait toucher le fond (sauf Christine Scott Thomas. Elle est trop bien) ? C’était sans compter sur les trésors de malice que recèle notre cinéma national.

Hein mon Kiki ?

Au secours.

PS : pendant ce temps, la presse boudait « Australia »…

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. A savoir : « Un Homme et son Chien » a reçu le prix spécial du jury de festival musique et cinéma d’Auxerre. C’était le copain d’Huster, Jacques Weber, le président du jury…
    « […] Prix Spécial du Jury décerné à l’unanimité au film de Francis Huster « Un homme et son chien ». Un prix qui a touché Francis Huster qui n’a pu s’empêcher d’adresser une pensée « à tous ceux qui ont tenté de nous empêcher de faire ce film », regrettant l’absence de « droit à la différence ». « C’est Jean-Paul Belmondo qui revient au cinéma, avec un autre style de jeu, qui n’est pas dans les canons de la beauté. J’ai voulu faire un film de l’espoir. Jean-Paul réinvente une nouvelle façon de jouer. » »
    On peut difficilement faire plus consensuel…

  2. Mais oui, c’est çà le pire ! Ce sera sans doute un succès d’estime, un succès de presse !
    Les gens n’iront pas le voir (sauf les vieux nostalgiques qui se rendront dans les salles en pélerinage, et en déambulateur), mais je te parie que la presse nationale va se répandre, ainsi que le métier, en remarques élogieuse, ou, si le film est vraiment mauvais, indulgentes.

    Et un César pour Belmondo à la clé. Dois-je souligner que le film sort environ pile un mois avant la cérémonie ?

  3. Juste pour faire la râleuse, mais je m’évertue à descendre en flèche, avant même sa sortie (et sans même l’avoir vu), « Un Homme et son Chien », tout cela pour souligner le silence honteux et le dénigrement pédant autour d' »Australia ».

    Et il se passe quoi ?

    4 commentaires pour « Un Homme et son Chien », que dalle pour Baz Lurhmann.

    C’est çà l’ironie du sort… :p

  4. Rentrant dans la catégorie « vieux » je peux t’assurer que je n’irai point visionner cette daube, le Bebel même du temps où il était tout vibrionnant je ne le supportais pas beaucoup, alors maintenant non, en plus dans un film de Huster, c’est la goutte qui…..Il y en a qui ne comprennent pas quand il faut passer la main. Je l’ai juste aperçu chez Druker dimanche, moi qui y attendais Canteloup ou Roumanof, j’ai déchanté, que de la brosse à reluire pour le grand homme enfin ce qui l’en reste.

  5. Je plussoie, Typhenn, jamais été fan de Belmondo non plus (en même temps, je l’ai toujours connu vieux et ses films de jeunesse ne me tentent pas des masses pour la plupart…).

    Mais la question que je me pose, que tout le monde se pose : dans son dernier film, c’est toujours lui qui fait les cascades ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *