A l’aventure compagnons !

Enfin, enfin, enfin, sanctionnée par des mois d’attente dont la dernière demi heure fut il faut bien le dire, de la pure torture psychologique (est-ce qu’il va rester des boites ? Est-ce que je vais trouve rle collector ? Est-ce que je vais me faire OS par l’Alliance devant les escalators de la FNAC ?), oui, enfin, je l’ai entre mes mains, et pour tout vous dire, le driver d’installation turbine en ce moment même à plein régime.

Wrath of the Lich King, c’est juste l’évènement MMORPG de l’année, loin devant les Conan et autres Warhammer Online, le premier étant un demi échec et le second un semi succès (en attendant de voir comment le jeu va vieillir…).

N’en étant qu’à une vingtaine de pourcents de la procédure, j’ai le temps de potasser un machin sur de habitats fortifiés en Auvergne. En attendant de pouvoir faire embarquer ma Betty vers de nouveaux horizons…

PS : mon angoisse number one de la matinée ne m’aura pas déçue… Les collectors n’étaient pas disponibles à la vente… Snif, je n’aurai jamais le petit dragon mort-vivant (et si vous me connaissez, vous savez bien que c’est un drame…)

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. C’est ça de pas avoir réservé ou de ne pas habiter en région parisienne 😛

    Sinon alors cette extension ? (Même si tout ce que tu me diras ne me fera pas acheter WoW)

  2. Alors l’extension, je prépare un billet dessus, mais pour l’instant, c’est au stade expérimental. J’ai déja bricolé une note que je ne compte pas publier puisqu’elle m’a avant tout servi à me tester sur l’insertion d’images en provenance de mon PC (oui, tellement noob que j’ai besoin de me faire la main sur 20 screen shots…). Bref, je me suis bien amusée, mais la question principale demeure encore la forme que prendra ce billet. Soit je le fais moi même mais je ne sais pas encore par quel bout le prendre, soit je laisse ma Betty se débrouiller et d’une, je ne répond plus de rien si je la laisse prendre la barre, deux, j’ai peur que se ne soit pas toujours très compréhensible.

    De plus, n’étant que niveau 74, je viens tout juste de découvrir de nouveau contenus qui m’ont littéralement scotchée, me forçant donc à en parler dans un prochain billet. Bref, il faut que je trouve le moyend d’évoquer un maximum de chose, dans un minimum de temps, tout en restant accessible aux non joueurs et en leur donnant éventuellement l’envie de s’y coller à leur tour…

    Ajoute que je suis un peu dans les établissement protohistoriques de la Tène en Auvergne avec des chenets et des plaques de foyer qui sortent de partout… Disons que ce n’est pas pour demain la veille !

  3. « N’étant que niveau 74… » Le jeu est pas sorti depuis si longtemps, me trompé-je ?

    Bon courage pour tes chenets (un jour tu me diras pourquoi tu as choisi ce sujet, et pas les crêpes). Oh, et c’est quoi déjà un chenet ? (Tu l’as sûrement déjà dit, mais j’ai oublié).

    Pour la note, je suis pour quelque chose qui privilégie le côté histoire du jeu. (Bon, j’suis pas allée loin dans ce style avec GW, la faute au roleplay de GW aussi…) Le côté technique, ça me barbe un peu personnellement, mais ça reste important aussi…

  4. En effet, le jeu n’est pas sorti depuis longtemps, mais le levelling est assez aisé pour cette extension, contrairement à la précédente. De plus, les instances de niveau 70, les premières recontrées sont à la limite du circuit touristique avec conso gratuites, tellement c’est une rigolade à boucler. Et qui dit instance dit XP facile. Bref, çà monte plutôt vite pour l’instant, mais le niveau 74 justement est charnière dans le sens où il ouvre de nombreuses quêtes et de nombreuses nouvelles réputations à monter. Il semble que par la suite, les niveaux s’aquièrent plus difficilement. Mais quand on peut enfin se promener à Dalaran, on s’en fiche du niveau 80 😉

  5. Sinon (nouveau commentaire) un chenet, c’est un objet fonctionnant toujours par paire (sinon il ne sert à rien, comme les lunettes, les chaussures ou les frères Bogdanov) et qui se place dans la cheminée, de part et d’autre du foyer.
    Se sont des coudes (aujourd’hui de métal, mais à mon époque également de terre cuite) sur la partie inférieure desquels on fait reposer les bûches ce qui permet de les surélever, accélerant ainsi l’oxygénation et donc la combustion.
    La Dame choisit la facilité, la Dame t’offre une page Google Images pleine de chenets :
    http://images.google.fr/images?rls=

    Sinon, pourquoi les choisir ? Et bien tu es en maîtrise, et tu te cherches un sujet de recherche. Là, on te propose deux trucs : un atelier de céramique noire, ou les chenets. Tu ne sais pas ce que c’est, un chenet, alors, toi, un peu folle dans ta tête, tu dis banco, comment çà tu te coucheras moins bête après ton bac+7 (au réveil par contre, bonjour la gueule de bois qui se soigne à l’ANPE).
    Voilà toute l’histoire.^^

  6. En tout cas je m’aperçois qu’au niveau de certains termes techniques nous n’auront aucune difficultés à nous comprendre quand nous ferons notre partie de jeu de rôles : XP, levelling, roleplay…

  7. Pour en revenir aux chenêts, tu n’expliques pas pourquoi tu t’es retrouvée confrontée à un tel choix (entre atelier de céramique noire et chenêts) ? Qu’est-ce que ça cache ? C’est pas bien clair ton histoire !

  8. Cà ne cache pas grand chose en fait, si ce n’est un beau bordel dans l’attribution des sujets fin L3 début Master 1.

    Au départ, j’avais démandé à un prof en Licence s’il voulait bien me suivre en Master. Le type me dit banco et me propose un sujet sur les stèles gallo-romaines dans l’ouest de la Gaule. Un été de prospection plus tard, je me rend compte que des stèles, il y en a, mais qu’elles sont plus volontiers romaines que gallo-romaines. Bref, il n’y a pas franchement matière (et on se demande toujours ce que les gallo-romains faisaient de leurs morts, soit dit en passant… Mais bref).

    A la rentrée, je prend contact avec mon prof d’archéo en lui expliquant mon problème et là il me dit qu’il aurait bien deux sujets à me proposer. Il travaille beaucoup avec un musée nantais, et justement, comme de par hasard, la conservatrice lui a récemment soumi deux idées de travail : un atelier de la région produisant des céramiques noires, et les chenets dont son musée possède la plus importante collection de France (collection qui du reste est exposée, ce qui concernant les chenets est assez exceptionnel vu la tronche que les pauvres se promènent). Comme la céramique çà me parle, mais que je ne suis pas emballée, je regarde donc l’autre sujet, les chenets, en me demandant « mais c’est quoi çà… ». C’est alors que cash, je dis banco pour les chenets à mon prof. Une semaine plus tard, je suis à Nantes, devant la vitrine qui contient les dits objets, avec la conservatrice dans le dos me vantant les mérites de ces gros tas de terre cuite. Une semaine plus tard, je réalise que je suis la seule à bosser sur la question. Une mois plus tard, je comprend pourquoi. Six mois après, finalement, les chenets,c’est top, et çà l’est toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *