Echooooooooooo ? Echoooooo ?

Une rapide bidouille avant de refluer vers le pays où Internet n’existe pas, puisque je viens d’installer ce qui tout de même reste le patch le plus attendu de toute l’histoire de World of Warcraft, « Echos Funestes« .
j’ignore encore ce que ce patch contient en terme de role play, mais pour ce qui est de l’environnement, rien à dire, dès l’écran de connexion, on est dans le bain.
Et oui, la zolie Porte des Ténèbres, totalement out désormais s’est vue remplacée sans autre forme de procès par le Trône de Glace et Sindragosa venue souhaiter la bienvenue à grands coups de rugissements…
Je le sens, Wotlk sera énorme…

A bientôt 😉

Update :

Bien, puisque me voilà désormais équipée d’une connexion internet à peu près digne de ce nom (mais comme rien n’es parfait, le wifi ne fonctionne pas, évidemment…), je me permets de rajouter une bafouille puisque depuis la rédaction de la première partie de ce billet, j’ai eu l’occasion de « pratiquer » le Roi Liche. Enfin, « Echos Funestes« , à savoir l’introduction à la prochaine extension (deux semaines, deux semaines, deux semaines…).
Donc voui, ce qui avait été promis est bien là : refonte des talents, nouvelles aptitudes, SALONS DE COIFFURE (je suis une fille avant tout, je m’intéresse à la santé capillaire de ma Betty), inauguration des hauts faits qui changent vraiment le game play en le renouvellant astucieusement, et surtout, insidueuse présence du Fléau.
Pour mémoire, le Fléau est l’arme absolue du Roi Liche, une peste redoutable changeant ses victimes en mort-vivants. Tout avait commencé avec des caisses de grains livrées dans les plus grandes villes humaines, portant la marque de la ville-grenier d’Andhoral. Tous ceux qui consommaient ce grain succombaient au Fléau et répandaient la maladie par morsure aux autres.
Mais voilà que depuis une semaine, des caisses étranges ont été livrées dans la ville cosmopolite et surpleuplée de Baie du Butin. Et les cas de fièvre se multiplient…
Et tous ces cafards proliférant dans les capitales…

Pour l’instant, nous n’en sommes qu’aux prémices de l’invasion, les insectes étant une nouveauté de deux jours à peine (mais gare à quiconque les écrase). L’Aube d’Argent, adversaire acharné du Fléau, est sur le pied de guerre pour guerir les malheureuses victimes, mais devant la masse des infectés et la facilité avec laquelle le virus se transmet, il y a fort à parier qu’elle sera sous peu débordée.

Autant dire que les jours prochains vont être riches en surprises, d’autant qu’en ce moment, c’est aussi la Sanssaint et que à la Sanssaint, tout le monde s’amuse bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *