La vengeance dans le modem.

Les gens bien informés sont déjà au courant depuis un bail, mais en guise de piqure de rappel, je précise à nouveau que j’ai du, pour des raisons estudianto-professionelles (parce qu’une thèse c’est un ****** de sacerdoce, il faut le rapeller) déménager mon enveloppe et tous mes dvd vers une contrée que je qualifierai poliment de difficile, où les gens sont tellement accueillant que, sérieux, c’est moi qui aurait du tourner dans « Bienvenue chez les Chtis« , le cadre déplacé un chouia plus au sud, là où les degrés Clesius gagnés sont inversement proportionnels à ceux que les gens n’ont pas dans le coeur…

Bref, mis à part le fait que l’appartement ne contient pas assez de prises pour que je puisse connecter mes vingt deux lampes et mes trente sept bornes multimédia, qu’il n’existe pas de crochets pour rideaux de douche dans cette ville (peut être parce que les gens vont directement se laver dans la Loire…), que le concept de thé en vrac dans les épiceries fines relève de l’exotisme le plus farfelu (et on aime pas beaucoup les étrangers ici, étranger…), que la cuisine toute entière s’est lancée dans une cabale contre moi (et que l’impératrice de la farfalle n’arrive pas à cuire correctement ses pâtes, c’est un accident diplomatique en soi), mon quotidien est presque un chemin tapissé de roses.

Sauf que, vindiou, à la ville, z’avions pas de modem…
Le locataire précédant était sans doute le petit cousin de Nachdine de Rotschild, rapport au fait qu’avec un appartement vidé en juin, il n’a pas été fichu capable de faire résilier son abonnement avant début septembre. Résultat, en conflit d’inscription avec un fournisseur d’accès Libre, je dois attendre le début d’octobre pour entamer la procédure. Sachant que le temps que ma box me parvienne, la crise financière nous aura tous tué à coup de rutabagas.
Je profite donc d’être rentrée dans mes pénates pour poster ce mot d’excuse, sachant en plus que des billets, j’en ai dans la musette, mais que pour ce week end, çà va être tendu du fait que, je vous le rappelle, je viens d’entrer en religion, vendue corps et âme aux chenets gallo-romains. Il faudra donc attendre encore un peu pour me voir vous causer du plus grand pignouffe de la fantasy, et je n’ai pas nomme Elric (qui n’est pas un rigolo, juste quelqu’un de notoirement distrait) et de tous ces petits camarades.

Bon, je vous laisse, j’ai un formulaire d’inscription à remplir. Hauts les coeurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *