Interruption momentanée des programmes : la désagrégation.

Dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut. Tenez moi, par exemple, j’ai du aller cette semaine passer le concours de l’agrégation d’histoire.

83 postes dans toute la France, la moitié réservée officieusement aux poulains des grandes écoles et l’ENS (lesquels ont curieusement travaillé cette année les sujets tombés le jour des épreuves…. Tiens donc…)

Le concours en question représente tout de même quatre épreuves de sept heures chacunes, du mardi au vendredi, trois en histoire, la dernière en géographie.
De quoi péter un plomb, surtout lorsque l’on y va sans espoir aucun.

Après avoir disserté sur la mer dans la Grèce Antique, sur comment devenir milionnaire dans le monde byzantin, avoir écouté Margareth Thatcher m’expliquer que l’Europe c’est bien, mais le libéralisme c’est mieux et réalisé que la France est un pays blindé de périphéries, me revoilà, vannée et prête à me replonger dans la préparation de l’oral du CAPES.

(« Could you close the door for me ? With you on the other side of the door ? »)

Quand je vous dit qu’on ne fait pas ce que l’on veut…

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. [mode furtif]

    Bon courage 🙂

    T’as survécu à ça, tu surmonteras toutes les autres épreuves ! (N’empêche pouark 7 heures …)

    /me a repéré un ennemi qui fonce droit vers elle !
    /quit (I’ll be back !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *