« Les voleurs se cachent pour sévir » : World of Warcraft.

World of Warcraft, WoW pour les intimes, est ce que l’on appelle un MMORPG. En langage humain, cela signifie « jeu en ligne massivement multijoueur ». A savoir qu’il fonctionne un peu comme un site internet, où des tas de personnes peuvent être connectées en même temps et discuter ensemble. Sauf que ici, on joue.


Et on joue quoi d’abord ? Le WoWeur de base se présentant à vous aura sans aucun doute la réponse suivante lorsque vous lui demanderez ce qu’il fait dans cet univers là : « Moi, je joue Horde », ou « Je joue Alliance ».
Son interlocuteur reste souvent pantois face à ce genre de déclaration car, pour lui Horde et Alliance, cela ne veut pas dire grand chose.


Pour éviter les lieux communs et les confusions facheuses, je vais donc vous détailler un peu les deux ensembles de base constituant le nerf de la géopolitique azerothienne.


Tout d’abord, contrairement aux apparences, la Horde, se ne sont pas les méchants. Bon, ok ils sont globalement tous moches mais ils ont un super bon fond. Et puis de toute façon, de ce côté, comme dans l’Alliance, tout le monde traine son lot de pourris.


La Horde est le nom que s’étaient donnés les clans orcs unifiés du temps où ce peuple, charmé par les douceureusement paroles des démons, travaillaient pour le compte de la Légion Ardente, massacrant tout ce qui se dressait sur leur route.
Après une sévère autocritique, les orcs s’affranchirent de cette détetable tutelle pour mener leur destin librement.
A l’instigation de leur chef, le jeune et dynamique Thrall, les peaux vertes viennent donc de reconstituer ce qu’ils nomment désormais, la Nouvelle Horde, basée sur des idéaux d’honneurs, d’humanité (euh, d’orquité….enfin, vous voyez quoi) et une sincère volonté de s’amender.
Au côté de Thrall, considéré offcieusement comme le chef suprême de la Horde, on trouve les trolls menés par l’astucieux Vol’Jin, les Taurens dirigés par le placide et rêveur Cairne Bloodhoof, qui à eux tous forment la Horde dite Chamanique, ayant en commun le culte des ancêtres et une méfiance certaine de la magie arcanique.
Depuis peu, un autre peuple, les Réprouvés, s’est joint à la Horde, mené par dame Sylvanas Windrunner. Jusqu’ici, rien de bien exaltant, mis à part que les Réprouvés sont des morts vivants et qu’ils n’ont que dédain pour les valeurs de leur alliés de circonstance.
La plus récente adhésion à la Horde vient des Elfes de Sang, alias les Hauts Elfes, qui après une quasi extinction, ont enfin relevé la tête et décidé de reprendre part au monde. Comme les Réprouvés, ils méprisent les autres membres de la Horde et s’adonnent aux arcanes sans restriction.
Ces deux peuples, proches par leur amour de la magie et leur pratique décompléxée des arts obscurs forme une seconde Horde, la Horde Arcanique.


L’Alliance est à l’origine l’union des humains et des nains contre les orcs, du temps où ceux ci choisissaient mal leurs amis. Les humains composent aujourd’hui les restes d’une civilisaton brillante qui s’est effondrée sous les coups de la Légion Ardente et du Fléau (on en reparlera un autre jour).
Les survivants tentent de leur mieux de reconstituer la gloire des temps anciens, tâche délicate compte tenu que leurs terres se sont réduites en peau de chagrin.
Les nains sont leurs plus grands alliés historiques.
Jadis adeptes d’une politique expansionnistes, ils livraient dans leurs montagnes des guerres impitoyables contre les tribus primitives d’humanoïdes, jusqu’au jour où, lors du forage d’une galerie, on décrouvrit une tablette antique dont le texte affirmait que les nains furent les premières créatures d’Azeroth.
Depuis tout ce peuple s’adonne à l’archélogie, dans le but de collecter LA preuve irréfutable justifiant leurs ambitions. Ce qui permer à leur roi, Magni Bronzebeard, d’entretenir au calme sa dépression chronique…
Aux nains s’ajoutent les gnomes, petits personnages intelligents, espiègles et inventifs, bricoleurs de génie ayant provoqué la destruction de leur propre capitale, la cité robot Gnomeregan.
Depuis, ils sont réfugiés politiques chez les nains, et alimentent l’Alliance en objets aussi extranvagants que dangereux ou inutiles.
Les elfes de la nuit se lièrent tardivement à l’Alliance, en raison de leur politique isolationniste.
Mais la perte de leur immortalité ainsi que la progression de la Horde sur leurs terres, les force à quitter leurs forêts pour s’intéresser aux autres, une fois de temps en temps.
Quand aux Draeneis, ils arrivent tout droit de Draenor, fuyant la Légion Ardente à bord de leurs vaisseau spacial d’Exodar, crashé par accident sur Azeroth.


Voilà le plus brièvement possible (mais pas trop tout de même), un petit état des lieux des forces en présence. Dans le prochain épisode, nous parlerons des classes. Et avant, peut être bien que je vous ferai un billet sur « Lady Chatterley »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *