« Mais fais gaffe, tu as aggro !!! » : World of Warcraft.

Dernière chaque grande reine, il y a une grande Llu.
Hommage donc à celle qui est à la fois ma plus vieille blogueuse sur cet espace (si, si, je te le jure) et le futur artisan de mon nouveau blog. Je vous reparlerai du déménagement à l’occasion, rien de presse….

Donc, pourquoi parler de Llu alors que le sujet du message ne semble pas s’y prêter ?
Tout simple parce que sur son propre blog (La Taverne de la Souris Alcoolique, passez y, elle a fait un très beau boulot dessus), la dénommée « plus vieille blogueuse » vient de commencer une série d’article sur Guild Wars.
Et que, comme Guild Wars, pour une woweuse, c’est le mal absolu, il faut que je me décide enfin à parler de mon jeu chéri à moi, rien qu’à moi, et quelques millions de personnes…

Nous attaquons donc par une présentation de l’univers de World of Warcraft, ce qui pour aujourd’hui, sera largement suffisant.

Bienvenue en Azeroth, adorable planète dans une galaxie très lointaine, où cohabitent dans la joie, la bonne humeur et la baston, divers peuples tels que les humains, les orcs, les nains, les elfes, et d’autres sur lesquels je reviendrai plus tard.

Tout ce beau monde aurait pu se contenter de se taper dessus en toute tranquilité, mais un jour, du ciel se mirent à tomber des pluies de feu, apportant avec elles la plus grande menace que la vie est jamais connue : la Légion Ardente.

Cette armée de démons, attirée par les forces magiques comme les moustiques par la lumière, s’invita donc sur Azeroth et commença à tout casser, méthodiquement et sauvagement (les deux sont compatibles, si, je vous jure).
Les peuples de la planète n’eurent alors plus d’autre choix que de s’unir pour repousser l’envahisseur.

Azeroth vécu ainsi des siècles au rythme des victoires, des défaites et retournements de situation, jusqu’à il y a cinq ans, lorsque le grand chef des armées démoniaques, Archimonde, fut vaincu à la bataille du Mont Hyjal, au prix de l’immortalité des elfes, sacrifiée en même temps qu’Ildrassil, l’Arbre de Vie, que le démon convoitait.

La Légion retourna panser ses plaies sur sa base de repli, la planète Draenor, et les peuples d’Azeroth scellèrent la Porte des Ténèbres pour qu’elle ne revienne jamais. Le temps était à la reconstruction, dans une paix relative, maintenue par le souvenir des exploits réalisés ensemble.

Mais les années passant, les luttes de pouvoirs et conflits territoriaux eurent raison de la concorde et les hostilités entre les peuples reprirent de plus belle.

Voilà donc le monde dans lequel vous débarquez, quelque soit votre race ou votre classe de personnage. Un monde marqué par la guerre, dont certaines régions dévastées témoignent encore de la puissance de la Légion.
Un monde traumatisé par les morts laissés derrière lui, et qui tente peu à peu de retrouver la gloire du passé.
Chaque personnage est un artisan de cet effort pour rebâtir sa civilisation et pour assurer sa survie dans les années à venir.

Mais personne n’oublie la Légion Ardente et si les peuples mortels se déchirent, leurs dirigeants ne perdent pas de vue que l’union fait leur force et que si jamais les démons venaient un jour à rouvrir la Porte des Ténèbres, alors il faudrait reprendre les armes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *