septembre 2013

25 sept. 2013

See you next wednesday


[Message à caractère informatif, vous allez voir, c'est de la bonne.

En fait c'est juste pour vous dire que m'en vais pour 5 jours, et que du coup, rapport aux spams qui sont tellement méchants qu'ils font peur aux Talibans, en même temps, je dis ça, si ça se trouve ce sont eux qui me les envoient pour avoir dit du bien de "Zero Dark 30" et "Forces Spéciales", je bloque les commentaires jusqu'au 1er octobre. Oui, je sais, vous brûlez de laisser ici votre avis mais je vous en prie, retenez vos doigts agiles.
On se retrouve dans quelques jours.

C'était un message sans intérêt, même si, et là je m'adresse aux Talibans, stop avec les spams de salafistandfurious et autres burqaforfree, merci, bisous sur la barbe.]

21 sept. 2013

La rétro : "Harry Potter et la Chambre des Secrets"


L'avantage d'avoir un coffret bluray *sarace* de l'intégrale de "Harry Potter", c'est de pouvoir enchainer like a boss tous les films les uns à la suite des autres, en mode totale overdose.

Je sais que certains ici se disent "haaaaan, la chance", mais en réalité, cette rétro me coute beaucoup. Car il n'y a rien de plus agaçant que de regarder une adaptation filmique se boiter la tronche à longueur de bobines alors que l'on SAIT BON SANG que les bouquins déchirent. Et encore, tant que le cap du quatrième film n'est pas franchi, tout va encore à peu près bien. Disons que ce n'est pas tout le temps glorieux, mais que ça a le mérite de rester sympathique et de bien présenter l’univers.

Rassurez-vous donc, je commencerai à pigner sévèrement dans trois films maintenant. Tout va bien.

Et si vous me trouvez déjà trop dure, en effet, vous n'avez encore rien vu.



[...]

18 sept. 2013

La rétro : "Harry Potter à l'Ecole des Sorciers"


A la faveur de la possession du coffret intégral BluRay sa race de la saga "Harry Potter " sur grand écran et suite à un débat sur la page Facebook à base de : "c'est lequel le meilleur film" opposant deux teams composées d'une personne battant respectivement pavillon Colombus et Cuaron, je me suis dit : "ben se serait dommage de ne pas se faire un petite intégrale suivie de billets pour fêter on ne sait pas trop quoi, mais bon, comme disait un grand homme "Allons-y !"

Allons-y, donc, voici le premier d'une série de 8 billet consacrés à Harry Potter au cinéma. Il va de soi que les films les plus récents ont été chroniqués ici et que je vais bien entendu produire des version 2.0 de certains billets. Non, je ne suis pas feignante à ce point là tout de même.



[...]

14 sept. 2013

Leçons culturelles sur l'Amérique pour profit glorieuse nation américaine.


Et ainsi s’achève la saison des blockbusters. Autant le dire tout de suite, ça n’a pas été franchement jojo cette année. Un vrai bon film, « Pacific Rim », et une flopée de trucs médiocres sans grand intérêt.
J’ai bien cru que l’été allait s’achever sans véritable nanar, ce qui eut été dommage il faut bien le reconnaitre.

Mais heureusement !! Heureusement l’Allemagne existe depuis des siècles pour faire rigoler le reste du monde avec le schnaps, les tyroliennes, Harald Schumacher et les costumes bavarois ! Bon, il y a bien eut une période où ils ont été moins drôles mais globalement, depuis 1945, je trouve qu’ils ont bien repris du poil de la bête.
Et en tant que ressortissant de cette glorieuse et rigolarde nation, Roland Emmerich ne pouvait nous laisser finir l’été sans un petit film de derrière les fagots.

This, madame, is…



[...]

11 sept. 2013

Pain&Gain


Ah mes amis, ce jour est glorieux ! Comment, pourquoi, elle est pas un peu folle dans sa tête ? Que nenni, et je m’en vais vous le prouver en 3 points (et deux explosions) :



1) c’est mon anniversaire même que je change de dizaine (attention whore, oui, je sais).
2) c’est aussi l’anniversaire de ce blog mais si j’ignore totalement son âge vu que j’ai une déplorable mémoire des dates. La preuve, il a fallu un attentat pour que je me souvienne de la date du mien.
3) le jour de mon anniversaire, Michael Bay sort un film et ça, c’est la grande classe.





[...]

07 sept. 2013

Apocalypse ahora


Ils sont prêts. Depuis deux mois déjà ils s’entrainent jour et nuit pour cet évènement. Rien ni personne ne saurait les prendre par surprise. L’esprit est clair, le corps affuté. Dans leurs sacs remplis, ils trouveront toutes les armes nécessaires pour défaire quelque ennemi qui se présente.



Ouais, ben si les enfants se préparaient à la rentrée comme pour survivre à une apocalypse, la dite rentrée serait sans doute moins dure pour eux, voilà ce que j’en dis. Parce que pour rien glander jusqu’à 11 heures le matin et passer ses après-midi à se dorer la biscotte sur une terrasse en renvoyant mollement à leur petite sœur le ballon qu’elle vient de leur lancer à la figure, y’a du monde. Mais pour être d’attaque le jour J, bizarrement, y’a plus personne.

Alors qu’ils retournent en troupeaux bêlant et boutonneux remplir les salles de classe, assemblés dans la cour par quelques courageux et méritants professeurs/bergers, leurs parents eux, peuvent enfin profiter de vacances bien méritées jusqu’en juillet prochain.

C’est donc la rentrée, et en hommage à ces élèves jamais prêts pour rien, voici un petit billet sur un bien beau film post apocalyptique que vous pourrez leur montrer afin qu’ils révisent un peu leur espagnol.
Cabron.



[...]

04 sept. 2013

Les productions Ataraxie présentent....


Ah, je l’aurai longtemps repoussé ce billet, dormant bien au chaud dans mon disque dur depuis de longs mois…

Sors de là tout de suite, feignasse ! Au boulot et ramène-moi donc un peu de pognon !

Ou pas… Tu es bénévole, ma fille. Bé.né.vole.

Mince alors.

Bref.

Donc, voilà, « Only God Forgives », a pour son malheur été visionné alors que je traversais un long passage à vide. Si vous saviez le nombre de films dont je ne vous ai pas parlé pour cause de grosse grosse panne et d’incapacité chronique à déblatérer quoi que se soit sur un sujet aussi fuckin’ serious que le cinéma, vous seriez déjà en train de ramasser des cailloux pour me les balancer en criant « espèce de tire au flanc, c’est pas possible de lire des choses pareilles ! »

Mais bon, ainsi va la vie. Oui, parfois, on peut subir ce genre de chose, cette panne inexplicable, durant laquelle « nop, plus envie », extinction des feux, disparition du mojo, bref, plus rien. Et tu traverses la vie avec sur le visage l’expression d’un poulpe mort d’ennui.
Tu deviens un genre de Ryan Goslin dans un film de Nicolas Winding Refn.

Ultimate transition vers le corps du texte. I AM LEGEND.



[...]