mars 2012

27 mar. 2012

Monsieur 12 volts.


La vie est ironie...
Il y a quelques années, sortait sur nos écrans un grand film de guerre, dont vous n'avez peut-être aucun souvenir, à raison, puisque l'œuvre fut éreintée par la critique, arguant de ses postures esthétisantes qui n'auraient rien à faire dans pareil genre, reniant à la fiction son droit à être fictionnelle, sous prétexte que le thème du film ne souffrait la libre interprétation. Ce film, c'était "L'Ennemi Intime" de Florent Emilio Siri.

"Ah mais si, on le connait !"

En effet, si vous zonez par ici, il est plus que probable que vous ayez été les victimes involontaires de mon admiration pour ce film, certes ovniesque dans le paysage cinématographique français, justement parce que pour une fois dans notre beau pays, un mec avait décidé de faire du cinéma.



SPOIL : IL MEURT A LA FIN

[...]

21 mar. 2012

Drame en noir.


Et ce qui devait arriver..... Arriva.
Le trailer final de "Prometheus" est sorti, tout vaisseau spatial et montage de malade dehors, racolant le spectateur aussi vulgairement que Jean-Luc Mélenchon à la Bastille.
Et ce qui avait été prédit est donc advenu : "Prometheus" sera un film très bien vendu, peut-être même un succès au box-office, qui sait, soyons fous ! Un succès au box-office qui se remboursera !
Pourtant, dans le genre projet qui refoule sec du goulot, on fait difficilement pire.
Je m'explique : "Prometheus" est un film de Ridley Scott. Qui fut le réalisateur du premier "Alien", ce qui est un très bon point pour lui, et de "Blade Runner", ce qui est un über point pour lui. Sauf que Ridley Scott, comme Tim Burton d'ailleurs, est mort il y a déjà quelques années et que son cadavre est aujourd'hui possédé par une entité sans talent, sans goût et sans estime du public, produisant à l'envie des films plein de bons sentiments et de discours moralisateurs, genre, totalement au hasard « Mensonges d’Etat » (sérieusement ???) "Robin des Bois", "Kingdom of Heaven" (et encore, dans celui-là, la casse était limitée....), au point que l'on puisse aujourd'hui considérer sans trop exagérer que des deux frères Scott, c'est Tony qui terminera sa carrière avec les honneurs (ouais, c'est à peine croyable ce que j'écris là, mais revoyez un peu "Robin des Bois", ça vous apprendra à douter de ma parole, mécréants).
"Prometheus", c'est donc une idée totalement trop géniale, en gros la même de celle de "Robin des Bois", directement sortie du cerveau de la chose qui possède le corps de Ridley Scott : "Et pi et pi, si on faisait un préquel où c'est qu'on raconte l'avant de ce qui s'est passé après, hein, hein, diiiis, hein, diiiiis !!!!!"
Ouais. Trop.Essentiel. Le Alienverse tout entier te remercie, Ridley. C'est vrai que l'honneur de toute l'espèce n'avait pas déjà été bafoué par "Alien vs Predator", donc continue, je t'en prie, de toute façon, le monde n'attendait que ça : moooooarrrrr spacejockey et moooooaaaaar facehugger.
Y'a un moment où il fait savoir s'arrêter et ne pas tenter d'exploiter le filon jusqu'à la corde. Sinon, ça fait grave vieux con opportuniste. Wait a sec...

Alors ça fait juste... 12 ans que Ridley Scott n'a pas réalisé un film qui se tienne parfaitement dans la durée ("Gladiator", et encore, si vous enchainez au hasard "Blade Runner" avec celui-là, vous verrez c'est dingue, on dirait que ce n'est pas le même mec qui a fait les deux), au point de pondre de sacrées purges tout de même (je vous remets "Robin des Bois" ou vous avez compris ? « Une Grande Année » ? Ouais, celui avec Marion Cotillard… Au secours), là, il décide de sortir le préquel d'une franchise qui aimerait bien dormir tranquille et capitaliser sur son statut d’œuvre culte, et tout le monde applaudi des deux mains et des deux pieds comme si c'était le projet de SF de l'année (wrong). Et vous allez voir, même si c'est mauvais (ce que je n'espère pas, mais Scott ne mérite plus ma confiance) ça fera un carton et on parlera même de bon film.

Un malheur n'arrivant jamais seul, ce weekend, je suis allée voir "La Dame en Noir", mais par contre, parce qu'il faut pas pousser mémé dans les orties, je n'ai pas regardé le discours de Mélenchon (qui est sans doute l'entité qui possède Ridley Scott). Je ne vous parlerai donc que de ce film anglais, même si la Bastille aussi, c'était du cinéma.


Et de la longueur de cette intro ainsi que de son caractère totalement déconnecté du sujet qui va pourtant maintenant nous occuper, vous pouvez d’ors et déjà estimer la qualité de ce film…

[...]

12 mar. 2012

Mars, et ça repart.


C'était un des projets les plus attendus de l'année, pour ne pas dire de l'histoire du cinéma. Car le chemin fut long pour voir enfin le "Cycle de Mars" adapté sur grand écran, quand bien même il y fut bel et bien présent pendant près de 100 ans, d'une façon ou d'une autre.
Œuvre matricielle de la science-fiction, fondatrice du genre planète-opéra (et du space opera dans la foulée, on fait un prix de gros), "Le Cycle de Mars" méritait une adaptation à la hauteur de sa réputation. Soit un spectacle fun, généreux, un divertissement haut de gamme à en prendre plein les mirettes et une plongée en immersion totale dans un monde nouveau.

Est-ce-que Andrew Stanton, réalisateur de "Nemo", "Wall-E" et scénariste de la saga "Toy Story" (excusez du peu) parviendrait à ce résultat pour son premier film live, sous l'égide du studio Disney, avec un matériau d'origine tellement repompé par tous les plus grands auteurs de SF de la planète qu'il n'a même plus le mérite d'avoir l'air original ?

Partiellement...


Le marketing selon Disney : ça ce n'est pas l'affiche officielle. Ben non, c'est bien trop beau...

[...]

09 mar. 2012

L’Hiver vient, et il a de grandes dents.


Alors là, les gens, je suis carrément au bord de l'implosion. Sérieux, faut que ça s'arrête les mecs. Quand je vous disais que l'année 2012 allait fissa nous faire oublier la décevante 2011, je ne pensais pas mentir si peux.
Visez-moi un peu le bombardement de belles choses dont nous sommes les victimes depuis le mois de janvier : "J.Edgar", "Millenium", et ensuite, après 15 jours de pied levé, on se prend une vieille rafale, à raison d'une grosse sortie par semaine ou presque : "La Taupe", "Cheval de Guerre", "Le Territoire des Loups", "John Carter", "Cloclo".

Cette semaine, malgré le honteux décalage dans mes publications dû à "Cheval de Guerre" et aux difficultés que j'ai eu à en pondre un billet digne de ce nom ( et encore... ), je vous causerai donc d'une autre claque, "Le Territoire des Loups".



[...]

07 mar. 2012

"Les films de guerre, c'est ma grande passion", Omar Sharif.


Il parait que je suis censée écrire un billet sur "Cheval de Guerre". Donc nous y voilà.
Par quoi je commence moi ?

...

Donc euh...

...


...

Pfff....

Ah si. J'ai un truc à dire avant d'aller plus loin :

"CHEVAL DE GUERRE" CE N'EST PAS L'HISTOIRE GNANGNAN D'UN PONEY DE COMPET.

C'est LA surprise de ce début d'année. C'est sans doute un des plus beaux films de Spielberg. C'est un foutu chef d’œuvre.



Il est possible que je spoile. Mais mon spoil n’a aucune espèce d’importance parce que (tous en chœur s’il vous plait ) « c’est pas l’histoire qui compte, mais la façon dont on la raconte ». N’empêche, je vous aurais prévenus. Venez pas chouiner.

[...]