juin 2008

28 juin 2008

Coup de tonnerre dans le Landerneau.

Je sors de ma torpeur parce que là, c’est vraiment énorme…

Peut être ne le savez vous pas, mais ce week end, c’est la WWI, comprenez World Wide Invitation, la grand messe de Blizzard à Paris. Au programme, tout le monde attendait les dernières news qui tuent sur Wrath of the Lich King (ou WOTLK, prononcez « votlek »), la dernière extension de World of Warcraft.

[...]

28 juin 2008

Le Lion, la Sorcière Blanche et le Prince Casse-Pieds.

Et voici que revoilà les Chroniques de Narnia, je ne dirai pas pour le bonheur de tous étant donné le climat d’indifférence général qui entoure cette sortie ciné.
Il est vrai que ce second volet pâtissait d’un léger handicap.

[...]

28 juin 2008

Avis à la population.

Non pas prise d’une accès de flemmingite aiguë, mais simplement un peu crevée après un massage cardiaque de deux minutes sur un mannequin en plastique, je me fends d’un billet un peu fourre tout à l’occasion de la Fête du Cinéma (dimanche, lundi, mardi) pour vous signaler deux films que j’ai vu hier et dont je n’arrive pas à écrire la critique, la faute à mon cerveau au ralenti.

Je vous recommande donc tout d’abord l’excellent « Bons Baisers de Bruges » (avec Colin Farrell, Brendan Gleeson et Ralf Fiennes), devant lequel il est impossible de ne pas passer un bon moment de pur cinéma.

Note : ***

Ensuite, je me presse de vous dire le plus grand bien des « Chroniques de Narnia, Chapitre II : Le Prince Caspian ».
Dans la droite ligne du premier, le scénario s’avère à nouveau une bonne adaptation du troisième livre de Narnia.
Plus adulte que le précédent, nettement moins mièvre (si çà peut rassurer ceux que le premier avait échaudés), et sans doute thématiquement plus riche, « Le Prince Caspian » se déguste comme un divertissement honnête et pas mal fichu du tout.

Note : **

Les critiques de ces deux films à venir donc, dès que j’aurai remis de l’ordre dans le bazar intersidéral qui me sert de tête.

25 juin 2008

Révisez vos classiques, bandes de noobs…

Mine de rien, et alors que les médias nous hurlent et nous rabâchent depuis de trop longues années qu’ils ne sont rien que des fous dangereux, les geeks font lentement mais sûrement leur chemin jusqu’à s’imposer dans le grand, le petit écran, et de façon générale, un peu partout.
Normal, ce que les médias n’ont pas encore compris, c’est que les générations des 40/50-10 ans sont nées et ont grandi dans ce que l’on nomme trop facilement « la sous-culture » geek, la tête dans les étoiles et les mains sur un clavier.
Je suis, tu es, nous sommes tous, quelque part, un peu geeks.

Not a geek
Et regardez autour de vous, nous gagnons du terrain…

[...]

21 juin 2008

Perdue de recherches…

Après avoir passé une soirée devant un match qui m’intéressait tellement que je n’ai réalisé qu’au moment des arrêts de jeu qui jouait, je me suis aujourd’hui usée les ballerines (Carlita style à mort…Oui, mon ego va bien) dans le salon du livre de Vannes.

Ah Vannes… Ses remparts, son (fichu) marché, ses jardins, ses (bourgeois) vannetais et donc, son salon du livre…

Et çà se passait juste là, sous les remparts.

[...]

18 juin 2008

Vikings vs Skraelingar : match nul.

Hier soir était une soirée masochiste. Nan, je vous rassure, pas dans ce sens là.
Juste que j’avais le choix entre deux options : regarder le match de l’équipe de France dont je me fous du tiers comme du quart ou regarder « Pathfinder » (2007), un film avec des Vikings dedans, ce qui déjà me parlait drôlement plus.
Comme je ne suis pas non plus totalement inconsciente, je savais bien que le second était un sombre navet. Mais je l’ai regardé quand même.
De toute façon, j’aime pas le foot.

[...]

17 juin 2008

Guère épais.

Je sais, çà ne se fait pas de parler de quelque chose que l’on a pas vu en entier. Mais l’affaire est ici si particulière et surtout si longue à mener à son terme que j’ai décidé de prendre les devants. D’autant que l’été approche et que si j’arrive à convaincre certains d’entre vous de s’attaquer à l’ouvrage en question, autant vous dire que c’est maintenant ou jamais. La chose n’est rien d’autre que le grand, je devrais dire l’immense classique de Léon Tolstoï, « Guerre et Paix », qui est sans doute à la littérature ce que fut « Citizen Kane » au cinéma.

Natacha (Audrey Hepburn dans "Guerre et Paix", 1956).

[...]

13 juin 2008

« Plus c’est gros, plus çà passe », JC de la République.

Malheureusement pour le réalisateur des « Insoumis », cet adage présidentiel n’est applicable qu’en politique.

A cheval entre un épisode de « PJ » et « Assaut sur le Central 13 », ce film est un objet bâtard, un rien malfoutu dès le départ, totalement délirant sur la fin et passablement honnête au milieu. Excellent sans doute pour un dimanche soir.

Rien que le titre, déjà, en fait un peu trop, dans le style des "Incorruptibles". Sauf que Richard Berry n'est pas Sean Connery. Ou alors c'est un Sean Connery qui mange des yaourts...

[...]

13 juin 2008

Il est vraiment…Il est vraiment…Il est vraiment phénoménal lalalalala !

Avant toute chose, je tiens à signaler un phénomène inexplicable survenu sur ce blog : mon billet, mis en ligne hier soir, n'existe plus aujourd'hui. N'ayant aucune explication rationnelle à vous fournir, je vous remets donc le dit article, en priant pour que personne ne le mange à mon insu...Mais revenons à nos moutons.

Vous trouvez ce titre minable ? A la limite de la crétinerie ? Je sais et je m’en excuse. Moi, je n’ai qu’un cerveau, pas six, comme certains. Je fais avec ce que j’ai. Voilà.
Mais laissons là le passionnant débat naissant sur l’épaisseur des artères capables d’irriguer « parfaitement » les six dits cerveaux pour nous concentrer sur le (*ahahaha*) « Phénomènes » de ce début d’été.


Notez le pur talent du type qui a traduit le titre en français...

[...]

04 juin 2008

Chassez le naturel, il revient au galop…

Chose promise, chose due, la voilà donc la seconde saison de "Deadwood", la Rolls de HBO, qui repousse encore une fois la frontière entre télévision et cinéma.
En s’installant sur 12 épisodes reprenant 6 mois après la fin de la saison 1, le récit déroule un bon mois de la vie du camp basculant lentement vers la ville, et pris dans les tractations entre résidents, pionniers et agents de l’Etat pour faire entrer Deadwood dans la légalité.

[...]

03 juin 2008

The Nanny named Scarlett.

Oui, ce titre de billet contient une référence et je promets à celui ou celle qui mettra la main dessus une lichette de congratulation sur le front de la part de mon dragon domestique que j’ai et qui est le même que dans « Beowulf » (Comment çà « c’est dans ta tête » ?? ).
Plus sérieusement, je m’en vais vous chroniquer ici même et séance tenante « Le Journal d’une baby sitter », film qui aurait pu être anthropologiquement aussi fascinant que les pogroms des pêcheurs de Saint Pierre et Miquelon contre les préfets de la métropole (véridique). Sauf que…

[...]